Se comparant à Hitler, le président philippin voudrait «massacrer» 3 millions de toxicos


Ce qui me perturbe le plus dans cette histoire, c’est qu’avec un tel discours, les citoyens  deviennent des justiciers en tuant des drogués aux Philippines. Cependant, ce n’est pas  juste les petits trafiquants et les consommateurs qu’il faut mettre derrières les barreaux mais bien ceux à la tête des narcotrafiquants
Nuage

 

Se comparant à Hitler, le président philippin voudrait «massacrer» 3 millions de toxicos

Des policiers cherchent des indices sur la scène... (photo TED ALJIBE, AFP)

Des policiers cherchent des indices sur la scène du meurtre d’un présumé revendeur de drogue à Caloocan, en banlieue de Manille, le 30 septembre. Depuis l’arrivée au pouvoir de Rodrigo Duterte en juin, plus de 3300 personnes ont perdu la vie, l’immense majorité tuée par des civils encouragés par la rhétorique incendiaire du président les appelant à faire justice eux-mêmes.

PHOTO TED ALJIBE, AFP

 

Agence France-Presse
DAVAO

La président philippin Rodrigo Duterte a fait vendredi un parallèle entre sa sanglante guerre contre la criminalité et l’extermination des Juifs par Adolf Hitler, en disant qu’il serait « heureux de massacrer » des millions de drogués.

Le président des Phlipinnes Rodrigo Duterte.... (photo Ted Aljibe, archives afp) - image 1.0

Le président des Phlipinnes Rodrigo Duterte.

PHOTO TED ALJIBE, ARCHIVES AFP

L’avocat populiste de 71 ans, connu pour son langage ordurier, a également taxé d’« hypocrites » les États-Unis et l’Union européenne qui ont critiqué sa violente campagne contre le trafic de drogue.

« Hitler a massacré 3 millions de Juifs. Bon, il y a 3 millions de drogués (aux Philippines). Je serais heureux de les massacrer », a-t-il dit lors d’un discours vendredi matin, avançant un chiffre faux sur le nombre de Juifs assassinés par les nazis, qui s’élève à 6 millions.

Des propos «révoltants» et «inacceptables»

Le parallèle tracé par le président philippin entre Hitler et l’extermination des Juifs et la campagne anticriminalité aux Philippines a suscité des réactions indignées.

« Toute comparaison des atrocités uniques de l’Holocauste avec quoi que ce soit d’autre est totalement inacceptable », a déclaré le porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères Martin Schaefer.

Le président du Congrès juif mondial Ronald Lauder a jugé « révoltants » les propos de M. Duterte et demandé qu’il s’excuse.

« Ce qu’a dit le président Duterte est non seulement profondément inhumain, mais (ses propos) révèlent une terrible absence de respect pour la vie humaine », a déclaré M. Lauder dans un communiqué.

«Hitler a massacré 3 millions de Juifs. Bon, il y a 3 millions de drogués (aux Philippines). Je serais heureux de les massacrer.» Rodrigo Duterte,
président des Philipinnes

M. Duterte a remporté la présidentielle en mai sur un programme ultrasécuritaire qui l’a vu promettre de tuer des milliers de criminels pour en finir avec le trafic de drogue, un des grands fléaux de son archipel.

Depuis son investiture le 30 juin, plus de 3300 personnes ont perdu la vie, l’immense majorité tuée par des civils encouragés par la rhétorique incendiaire du président les appelant à faire justice eux-mêmes.

De nombreuses organisations des droits de l’homme et des gouvernements occidentaux sont montés au créneau pour la dénoncer.

En réaction aux critiques, M. Duterte a multiplié les diatribes insultantes contre l’ONU et l’Union européenne. Il a également traité le président américain Barack Obama de « fils de pute ».

Jusqu’à l’arrivée au pouvoir de M. Duterte, les Philippines, ancienne colonie américaine, étaient l’un des alliés les plus fidèles de Washington en Asie. Les deux pays sont liés par un traité de défense mutuelle.

Vendredi, le président philippin s’en est pris à l’UE et aux États-Unis, en dénonçant leur inaction dans la crise des migrants fuyant le Proche-Orient.

« Vous les É.-U. et l’UE, vous pouvez me qualifier comme vous le voulez, mais je n’ai jamais versé comme vous dans l’hypocrisie », a-t-il dit.

« Les migrants fuient le Proche-Orient. Vous les laissez pourrir et vous vous inquiétez de la mort de 1000, 2000, 3000 personnes ? »

En réponse aux critiques américaines, M. Duterte a annoncé cette semaine sa volonté de mettre fin aux exercices militaires conjoints avec les États-Unis. Vendredi, il a affirmé que les exercices militaires qui doivent se dérouler du 4 au 12 octobre aux Philippines avec la participation de 1000 soldats seraient les derniers de son mandat de six ans.

« Ne prétendez pas être la conscience morale du monde », a-t-il dit à l’adresse de Washington.

http://www.lapresse.ca/

Un requin rarissime échoué aux Philippines


Ce n’est pas une découverte d’une espèce de requin, car il est connu, mais il est très rare qu’il soit vu par les êtres humains. Un requin assez différent a l’image type du genre de requin que l’on voit habituellement
Nuage

 

Un requin rarissime échoué aux Philippines

 

 

Le requin grande-gueule est une espèce rarissime. ©FLMNH Ichtyology / Wikimedia Commons

Le requin grande-gueule est une espèce rarissime. ©FLMNH Ichtyology / Wikimedia Commons

Par Morgane Kergoat

Le requin grande-gueule est une espèce rarissime. L’individu retrouvé échoué aux Philippines est seulement le 64e spécimen observé à ce jour.

RARE. C’est une espèce de requin extrêmement rare que des pêcheurs ont retrouvé échoué au petit matin du mardi 27 janvier 2015 sur la plage de Pioduran, aux Philippines. Il s’agit d’un requin grande-gueule (Megachasma pelagios) long de près de 4,5 mètres. C’est seulement le 64e requin de cette espèce à avoir été observé à ce jour depuis la découverte du premier spécimen en 1976. Les autorités locales ont déclaré que l’animal était blessé et qu’il lui manquait la nageoire caudale. Pour l’heure, les causes du décès ne sont pas connues. Et il sera sans nul doute difficile d’établir les circonstances précises de sa mort étant donné que l’on sait très peu de choses sur cette espèce. S’il est rare, ce type d’échouage n’est pas inédit dans l’archipel. En effet, l’an dernier déjà, un autre requin grande-gueule a été vu aux Philippines. Il mesurait 5,5 mètres de long et pesait environ 500 kg. Un pêcheur l’avait découvert vivant en remontant son filet, mais l’animal est mort peu de temps après. 

Ce requin grande-gueule a été retrouvé aux Philippines, mardi 27 janvier 2015 (photo prise le 28 janvier 2015). ©Facebook / Marine Wildlife Watch of the Philippines

 

PRÉDATEUR. L’un de ses prédateurs est toutefois connu. En 1990, le 6e spécimen observé, un mâle de 5 mètres, avait été marqué et suivi pendant deux jours. Les scientifiques l’avaient alors vu se faire attaquer par des cachalots (24 mètres), dont le régime alimentaire est habituellement constitué de calmars géants (12 mètres). L’observation du requin avait également révélé que cet animal passent probablement la plupart de la journée dans les eaux profondes (jusqu’à 1100 mètres) avant de monter à des profondeurs pélagiques (entre 0 et 500 mètres) pendant la nuit, comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous où il touche la surface de l’eau.

 

FILTREUR. Le requin grande-gueule a été baptisé ainsi en raison de sa tête bulbeuse et de ses mâchoires impressionnantes. Ces dernières comptent 50 rangées de toutes petites dents. Et pour cause, l’animal semble ne se nourrir que de plancton et de méduse. Sa technique de chasse s’approche de celle du requin pèlerin, qui fond lentement sur ses proies, la gueule béante. Ces requins sont considérés comme les « filtres » de l’océan. Concernant la reproduction, le requin grande-gueule est ovovivipare. Ce qui signifie que les œufs se développent à l’intérieur du corps de la femelle et que les petits sont expulsés lors de l’éclosion de ceux-ci. D’autres requins sont ovipares, tandis que d’autres encore sont vivipares, comme Sciences et Avenir l’expliquait dans un précédent article.

http://www.sciencesetavenir.fr/

Internet → Un réseau de combats de chiens démantelé


Des chiens qui ont déjà une mauvaise réputation n’ont rien pour les aider. Les  pitbulls sont souvent choisi pour des jeux de combats. Une horreur que l’humain s’amuse a faire souffrir un animal qui pourtant ne demande qu’être un fidèle compagnon. Maintenant rendu sur internet pour facilité l’idiotie de parier sur un chien
Nuage

 
Internet → Un réseau de combats de chiens démantelé

 

Internet - Un réseau de combats de chiens démantelé

© Shutterstock

La police philippine a annoncé dimanche avoir démantelé un vaste réseau de paris sur des combats de chiens, qui étaient retransmis sur l’internet, et secouru quelque 300 pitbulls, très affaiblis.

La police a perquisitionné vendredi dans une ferme au sud de Manille et interpellé quatre soigneurs philippins, a précisé Renante Galang, un responsable policier. Sept Sud-coréens ont également été arrêtés.

«C’était un réseau important de paris sur internet, où les chiens étaient lâchés les uns contre les autres, parfois jusqu’à ce que mort s’ensuive», a déclaré le policier à l’AFP.

Les combats étaient retransmis sur l’internet à des spectateurs qui pariaient sur leur issue.

Chiens en danger

Beaucoup des animaux secourus sont blessés, avec des oreilles ou des langues déchirées, a indiqué un groupe de protection des animaux, Animal Welfare Society (AWS), qui a examiné les chiens. Une vingtaine au moins devront être euthanasiés.

AWS travaille en collaboration avec d’autres associations pour venir en aide à ces chiens, dont d’autres pourraient devoir être abattus.

«Le gouvernement ne dispose pas d’endroits assez grand pour abriter ces animaux», élevés pour combattre et qui ne peuvent donc pas être à plusieurs dans une cage, a déclaré une responsable de AWS, Anna Cabrera.

Deux des personnes arrêtées vendredi avaient déjà été interpellées par la police en décembre dernier, lors du démantèlement d’un autre réseau de paris en ligne qui faisaient combattre 240 chiens, a précisé Renante Galang. Les deux hommes avaient été relâchés après avoir payé une caution.

http://fr.canoe.ca

Taire le sexe des foetus pour sauver des filles au Canada


Qu’on soit pour ou contre l’avortement, il demeure qu’une telle pratique de la sélections des sexes lors d’une grossesses m’apparait personnellement inadmissible. C’est de diminuer l’impact positive d’une naissance féminin dans une famille
Nuage

Taire le sexe des foetus pour sauver des filles au Canada

Une femme passe une échographie.

Photo: Martin Tremblay, La Presse

Agence France-Presse
Montréal

Un important journal médical canadien a proposé lundi d’interdire de révéler le sexe de l’enfant à naître avant la 30e semaine de la grossesse afin d’éviter des avortements de foetus féminins, fréquents dans certains groupes d’immigrants asiatiques.

Certes, le foeticide en fonction du sexe de l’enfant «touche des millions d’individus en Inde et en Chine», alors qu’il est beaucoup plus rare en Amérique du Nord, mais «ce n’est pas une raison de l’ignorer», déclare dans un éditorial le rédacteur en chef par intérim du Journal de l’Association médicale canadienne (CMAJ), le Dr Rajendra Kale.

Il cite des recherches confirmant que ce genre de sélection existe au Canada dans les communautés d’origine indienne, chinoise, coréenne, vietnamienne et philippine.

«De nombreux couples qui ont deux filles et pas de fils se débarrassent sélectivement de foetus féminins jusqu’à ce qu’ils soient sûrs que leur troisième enfant est un garçon», écrit le médecin né à Mumbai.

Des études basées sur le recensement de 2000 aux États-Unis ont confirmé des ratios déséquilibrés en faveur des garçons dans les familles d’origine asiatique, ajoute-t-il.

Interrogé par l’AFP, il a estimé le nombre d’avortements au Canada motivés par le sexe féminin du foetus à «quelques centaines par an, ce qui fait des milliers avec les années qui passent».

L’interdiction de révéler le sexe du foetus avant la 30e semaine de grossesse «est un prix modeste à payer pour sauver des milliers de filles au Canada», souligne le médecin.

«Si le Canada est incapable de contrôler cette pratique répugnante, quel espoir peut-on avoir en Inde et en Chine?», a-t-il dit à l’AFP, insistant sur le fait que l’information sur le sexe du foetus est «médicalement sans importance».

Des organisations de femmes américaines et canadiennes, interrogées par l’AFP, ont réagi avec prudence, estimant qu’il fallait chercher d’autres moyens de combattre ce phénomène plutôt que de limiter de facto le droit à l’avortement, alors que des forces conservatrices dans les deux pays utilisent cette question précisément dans ce but.

http://www.cyberpresse.ca/