Une pluie d’araignées s’abat sur l’Australie


C’est sûrement le pire cauchemar des arachnophobes, mais cela est pourtant un phénomène naturel et que ces araignées ne sont pas dangereux. On peut dire qu’à part des araignées, il n’y aura pas de moustique dans les parages pour un certain temps
Nuage

 

Une pluie d’araignées s’abat sur l’Australie

 

Une pluie d'araignées s'abat sur l'Australie

Photo : SIPA

SCIENCE – Des millions de bébés araignées et leurs toiles ont envahi la ville australienne de Goulburn. Un phénomène naturel lié à leur migration.

Quand les habitants de Goulburn à South Wales, en Australie, se sont réveillés plus tôt ce mois-ci, le paysage était couvert de toiles d’araignées. Voitures, maisons, arbres ou verdure accueillaient des millions de bébés araignées tombés du ciel.

L’un des témoins, Ian Watson, a avoué au journal local Sydney Morning Herald que sa maison avait l’air « abandonnée et était recouverte par les araignées ». « Quand je levais les yeux vers le soleil, il y avait comme un tunnel de toiles volant sur plusieurs centaines de mètres dans le ciel », a-t-il précisé. Impossible de sortir sans être recouvert de ces petites araignées noires nichées dans les fils.

Technique de parachutistes

Si cette invasion apparente peut terroriser les arachnophobes, il s’agit d’un phénomène naturel appelé « cheveux d’ange ». Les aranéides ne proviennent pas des nuages, mais du sol. Pendant les périodes de migration, elles montent au sommet des arbres pour libérer un flux de soie, sorte de parachute qui sera emmené par le vent. La technique, baptisée « montgolfière », permet de déplacer les bébés sur de grandes distances. Des embarcations naturelles comme celles-ci ont ainsi été aperçues jusqu’à 1600 kilomètres de la terre ferme.

« Les araignées peuvent voyager sur des kilomètres, explique le naturaliste Martyn Robinson, de l’Australian Museum. Ce qui explique pourquoi elles sont présentes sur tous les continents, même régulièrement en Antarctique, où elles ne survivent pas. »

Selon, l’homme de science, rien à craindre de cette pluie exceptionnelle. Les invitées surprises se disperseront avec l’augmentation des températures.

http://www.metronews.fr/

Rencontre improbable entre un arc-en-ciel et une tornade


Un phénomène naturel s’est produit aux États-Unis lors d’une tornade. Comme si la nature montrait ses deux visages, tantôt tumultueux et tantôt calme et serein
Nuage

 

Rencontre improbable entre un arc-en-ciel et une tornade

 

 

Les tornades sont loin d’être un phénomène rare aux États-Unis. Ce qui l’est plus, c’est lorsque l’une d’entre elle croise le chemin d’un arc-en-ciel. Le chasseur de tornade Kevin Rolfs a eu l’agréable surprise de pouvoir filmer cet étonnant spectacle samedi dernier, lorsqu’une tornade et un arc-en-ciel se sont entrecroisés.

Ce combo est un phénomène rarissime, tellement rare que les internautes se sont immédiatement demandé si la photo n’avait tout simplement pas été retouchée.

«UNE TROMPE D’ÉLÉPHANT POUR LE MOINS PHOTOGÉNIQUE»

 

Pour répondre aux accusations de retouchage, l’Américain a posté une vidéo longue d’une quinzaine de minutes et montrant la progression de la tornade dans son intégralité.

De sa formation, à Lamar dans le Colorado puis dans les environs de Eads où cette dernière «a généré une trompe d’éléphant pour le moins photogénique couplée à un arc-en-ciel en son centre», atteste Kevin Rolfs dans la description de la vidéo.

Cette tornade, l’une des quarante au total décrites dans les environs ce samedi n’a fait heureusement aucun dégât dans cette zone rurale des États-Unis. Raison de plus pour s’émerveiller des phénomènes extraordinaires que la nature est capable de créer.

http://fr.canoe.ca/

15 phénomènes qui rendent la science vraiment cool


La science peut paraitre rasante et pourtant elle est instructive, imaginative, intrigante et même amusante
Nuage

 

15 phénomènes qui rendent la science vraiment cool

 

15 animations qui rendent la science coolA l’occasion des Prix Nobel, nous vous présentons une sélection de petites expériences physiques et de phénomènes naturels vraiment étonnants.

 

Vive la science !

1. Le canon à balles de ping-pong : un professeur de sciences à Plymouth a rempli d’azote liquide une bouteille de plastique d’un litre, qu’il a posé dans une grosse poubelle. Il a ensuite rempli le bac de 1500 balles de ping-pong. Le résultat est explosif.

2. Le slow motion : l’image est tellement ralentie que l’action paraît se dérouler très lentement. Ce procédé permet de voir les choses autrement, comme la chute de ce ressort qui semble flotter dans les airs jusqu’à mi-course.

3. Le dentifrice d’éléphant : Si vous mélangez du liquide vaisselle à de l’eau oxygénée, il ne se passera pas grand chose. Mais si vous y ajoutez de l’iodure de potassium dissout dans de l’eau à température, vous risquez d’être envahi par une matière qui mousse, qui mousse, qui mousse… Jusqu’à ce qu’elle déborde de son récipient. ATTENTION à ne pas reproduire cette expérience sans vous protéger le corps.

4. Le camouflage : la pieuvre mimétique est la reine du camouflage. Ses millions de cellules pigmentaires sont capables de reproduire son environnement marin, quel qu’il soit. Mais ce n’est pas tout, la Thaumoctopus Mimicus, découverte en 1998, peut imiter la forme d’autres espèces.

 

5. L’effet Meissner : ou la supraconductivité. Les supraconducteurs perdent toute leur résistance électrique lorsqu’ils sont refroidis. Le champ magnétique ne peut y pénétrer, cela créé un effet miroir qui fait flotter l’aimant.

6. L’apesanteur et les liquides : que deviennent les larmes dans l’espace ? Le Canadien Chris Hadfield a pleuré dans la station spatiale internationale. L’astronaute et commandant a démontré que les larmes restaient sur le visage. En effet, en l’absence de gravité elles ne tombent pas. Logique !

7. Allumer un feu avec de la fumée : lorsque l’on éteint une bougie, la fumée qui se dégage de la mèche est inflammable. Cela provient du carbone et du monoxyde de carbone contenus dans la fumée. Ainsi la flamme redescend vers la bougie, encore chaude.

8. L’impression hydrographique : Comment recouvrir sa main d’une fine couche de fibre de carbone ? Le transfert se produit dans l’eau, grâce à un film. Cette technique est normalement réservé à la décoration d’objet.

9. Les vents de Jupiter : elle est la planète la plus imposante du système solaire. Gazeuse, Jupiter est constamment  balayée par des vents violents allant jusqu’à 600 km/h. L’animation ci-dessous a été réalisée à partir d’images de la sonde Voyager. Elle nous permet d’observer les mouvements de son atmosphère.

10. La réaction de l’horloge à iode : ce procédé chimique, appelé aussi réaction de Harcourt-Esson, permet de changer la couleur d’un liquide de façon quasi instantanée. Sa propriété oscillante est utilisée pour étudier la cinétique en chimie. Dans l’animation ci-dessous, de l’eau oxygénée mêlée à de l’acide sulfurique est mélangée avec de l’iodure de potassium, du thiosulfate et de l’amidon. Les ions triiodures ainsi produits sont convertis en iodure de façon brutale.

11. La formation de glace : voici la formation d’un flocon de neige en très gros plan. la formation des cristaux de glace est symétrique.

12. Le magnétisme : du fait de son champ magnétique l’aimant semble chuter lentement à travers ce tube en cuivre.

13. Le serpent du pharaon :  la combustion du thiocyanate de mercure provoque son expansion dans des formes étranges qui rappellent celles d’un serpent. Attention cette expérience peut s’avérer dangereuse, les fumées dégagées sont toxiques. Ne tentez pas de la reproduire.

14. La mécanique des fluides et le nombre de Reynold : à l’université du Nouveau Mexique, cette expérience étonnante a été mise au point. Des gouttes de colorants alimentaires ont été déposés dans du sirop de maïs. Quand on mixe le tout dans un sens, cela se mélange. Rien de plus normal. Mais quand on tourne le cylindre dans l’autre sens, tout revient à sa place ! Le nombre de Reynold peut prévoir cette réaction : le sirop de maïs étant plus visqueux, le colorant n’a pas eu le temps de se mélanger

15. Superhydrophobie ou effet lotus : on parle de surface superhydrophobe lorsque celle-ci est extrêmement difficile à mouiller. Dans la nature, les feuilles de lotus disposent de cette propriété physique. L’eau glisse sur la surface presque sans friction. Des industriels ont mis au point des produits permettant de rendre certains matériaux superhydrophobes.

 

http://www.linternaute.com