Le Saviez-Vous ► 12 Phénomènes Qui Prouvent que La Terre se Dérègle


Il s’en passe des choses sur Terre. Des phénomènes météorologiques inusités se sont passé un peu partout dans le monde. Même si cela s’explique scientifiquement, ce qui est particulier est que tout cela s’est passé en 2018
Nuage


12 Phénomènes Qui Prouvent que La Terre se Dérègle


Ces dernières années, le monde entier s’est habitué à des tempêtes violentes, des vagues de chaleur ou de froid, des sécheresses – bref, à toutes sortes de conditions météorologiques atypiques pour certaines régions. Mais certaines anomalies naturelles sont si étranges qu’elles se distinguent même parmi les événements météorologiques les plus inhabituels.


Par exemple, en mars 2018, les habitants de l’Alabama ont dû se protéger des énormes morceaux de glace qui tombaient du ciel pour sauver leur vie. Après la tempête, on aurait dit que l’endroit avait été saccagé par des sauvages : vitrines brisées, pare-brise fendus, panneaux d’affichage cassés et trous dans les toitures. Voici les 12 phénomènes les plus déroutants de ces dernières années.

Sommaire


Des gouttelettes microscopiques qui ont créé un nuage devant les chutes, ainsi que la brume, ont formé une croûte de glace au-dessus de l’eau.


Imagine des douzaines de gueules d’alligators qui dépassent de la surface, immobiles et pris dans la glace. Il s’agit d’une technique très spéciale utilisée par les crocodiles pour survivre à un temps anormalement froid.


En mars 2018, les gens qui ont levé les yeux vers le ciel dans le nord du Nevada ont pu voir le nuage le plus rare et le plus étrange de leur vie – un nuage en forme de fer à cheval.


À l’hiver 2018, les habitants du désert du Sahara, l’une des régions les plus arides et chaudes de la planète, se sont réveillés en découvrant une épaisse couche de neige qui recouvrait le sable.


Le cœur de l’orage, qui se produit chaque année, stagne au-dessus du lac Maracaibo, au Venezuela, et il s’élève bien plus haut qu’un orage classique. Ce phénomène naturel dure jusqu’à 160 jours et génère près de 300 éclairs par jour !


– En 2018, l’Europe de l’Est a été témoin d’un événement aussi beau qu’effrayant. Ceux qui sont allés skier en Bulgarie, en Roumanie, en Russie ou en Ukraine à la fin du mois de mars ont glissé sur des pistes orange sous un ciel teinté de rouge.


– Cela s’est produit le 11 mai 2018, non loin d’Amarillo, au Texas. L’incendie n’a pas seulement créé un nuage massif et dense très haut dans les airs, mais sa chaleur a également provoqué un violent orage qui a ensuite déversé des tonnes de grêlons de la taille d’une pièce de monnaie à 96 km de là, dans le comté de Wheeler.


Ce phénomène naturel a commencé non loin de Charleston, dans le New Hampshire, et a voyagé vers la ville de Webster dans le comté de Merrimack. Il a fallu 33 minutes à la tornade pour parcourir 58 km et devenir la troisième sur la liste des tornades à plus longue traînée en Nouvelle-Angleterre.


– Au cours de la première semaine de janvier 2018, un temps exceptionnellement froid dans le nord-est des États-Unis a gelé l’océan Atlantique à North Falmouth, Massachusetts !


Les 20 et 21 février 2018, les habitants du nord-est des États-Unis ont connu l’un des événements météorologiques les plus extraordinaires de ces derniers temps, à savoir… une vague de chaleur !


– Même si l’île de Terre-Neuve, au large du Canada, ne peut pas vraiment être considérée comme l’endroit le plus chaud de la planète, il n’y fait pas si froid que ça. Un front froid provenant de la côte de Terre-Neuve a recouvert plusieurs régions de l’île d’une couche de neige de 5 cm d’épaisseur.


Les Chutes du Niagara gelées 0:29

Des alligators coincés dans l’eau 1:21

Un nuage en forme de fer à cheval 2:10

Une tempête de grêle battant tous les records 2:57

De la neige dans le désert 3:47

Une tempête de 160 jours 4:30

De la neige orange 5:15

Un feu de forêt ayant causé un orage 6:34

Une tornade à longue traînée 7:10

L’Atlantique gelé 7:42

Une vague de chaleur en février 8:03

De la neige en été à Terre-Neuve 8:54


Musique par Epidemic Sound https://www.epidemicsound.com/

Une «marée rouge» décime la population aquatique de la côte ouest de la Floride


Un désastre naturel qui généralement est de moindre envergure, mais ce que connais certaines villes en Floride est un désastre pour les animaux marins. Même si cela est naturel, il se peut que l’agriculture, les déchets mal traités aide à la prolifération de ces algues toxiques.
Nuage

 

Une «marée rouge» décime la population aquatique de la côte ouest de la Floride

 

 

Agence France-Presse
SARASOTA

Les autorités ont décrété l’état d’urgence en Floride, où une «marée rouge» dévastatrice noircit l’eau de mer et tue dauphins, tortues marines et poissons à un rythme effréné.

Rien que ce mois-ci, plus de cent tonnes d’animaux marins ont été ramassées sur des plages désertes et empestées par une odeur nauséabonde autour de la ville de Sarasota, sur la côte ouest de la Floride, normalement très prisée des touristes.

Depuis le 7 août, douze dauphins se sont échoués sur le rivage du comté, tous morts, un bilan équivalent à celui d’une année entière normalement.

«C’est physiquement et mentalement épuisant», lâche Gretchen Lovewell, du Mote Marine Laboratory, en charge d’une équipe recueillant les tortues et les mammifères marins en détresse ou décédés.

La marée rouge, «red tide» en anglais, est un phénomène naturel provoqué par le Karenia brevis, un organisme unicellulaire microscopique surtout présent dans le golfe du Mexique. Il relâche une neurotoxine puissante pouvant se propager dans l’air, causant migraines, toux et crises d’asthme chez l’homme.

Le Karenia brevis se retrouve tout au long de l’année en faible quantité. Mais si ces organismes se multiplient, le péril est grand pour les animaux. Les tortues marines et les lamantins risquent de respirer leurs neurotoxines ou de mourir en ayant mangé des poissons ou des algues infectés.

Il s’appelait Speck

Dimanche, près de Siesta Key, classée parmi les plus belles plages des États-Unis, Mme Lovewell a été appelée pour récupérer un dauphin en décomposition.

Il s’appelait Speck. Il avait 12 ans.

«C’était bouleversant», raconte Randall Wells, directeur du programme de recherches sur le dauphin de la baie de Sarasota.

Le scientifique sort une carte attestant de tous les endroits où Speck a été aperçu par les chercheurs ces dernières années.

La mère et la grand-mère du dauphin avaient également été suivies à la trace. Elles sont mortes en avalant du matériel de pêche.

«Speck, on le connaissait depuis sa naissance», se remémore Wells. «On lui avait donné le nom de mon père.»

Le phénomène qui touche actuellement la Floride a débuté en octobre 2017, mais il s’est largement accentué ces dernières semaines, se propageant sur la côte ouest de l’État, de Tampa à Naples, sur une distance de 320 kilomètres.

L’agriculture industrielle et un mauvais traitement des déchets peuvent favoriser la prolifération des algues toxiques, bleues ou vertes, un autre problème qui touche les eaux de Floride. Et il en serait de même pour la marée rouge, selon des experts.

Le tourisme en souffre

L’odeur du poisson en décomposition a fait mal à l’économie locale, privée de millions de dollars des revenus provenant de la pêche et du tourisme en haute saison.

«Notre vie, c’est le tourisme ici dans le sud-ouest de la Floride», se lamente Omar Botana, propriétaire d’un commerce de location de bateaux à Bonita Springs, au nord de Naples.

«Ça a touché notre commerce à hauteur de 40 % je dirais», confie-t-il.

Les riverains touchés espèrent que des mesures vont être prises, comme la construction de lacs de retenue afin de traiter l’eau, ou une utilisation réduite d’engrais favorisant la prolifération d’algues nuisibles.

Après la dernière marée rouge d’envergure, en 2005-2006, les dauphins avaient continué à en souffrir, note Randall Wells.

Seuls deux dauphins auraient été tués à l’époque à cause des toxines. Mais de très nombreux poissons étaient morts, poussant les cétacés affamés à se rabattre sur les filets de pêche, qui représentent pour eux un risque conséquent.

http://www.lapresse.ca/

Le spectacle saisissant d’un glacier qui s’effondre


En Argentine, un pont de glace s’effondre, un spectacle qui doit être saisissant pour ceux qui ont pu y assister. C’est un phénomène naturel qui se produit à tous les 2 à 4 ans.Sauf que cette fois-ci, il a fallu 16 ans pour voir ce spectacle, enfin pour ceux qui y était sur place
Nuage

 

Le spectacle saisissant d’un glacier qui s’effondre

 

© afp.

Source: Belga

La rupture d’une arche de glace du gigantesque glacier argentin Perito Moreno, en Patagonie, a commencé samedi et devrait durer de deux à trois jours jusqu’à son apogée, un phénomène naturel qui attire des milliers de touristes.

© afp.

© afp.

© afp

.

© afp.

L’eau a commencé à s’infiltrer dans le glacier samedi à 8h40, a indiqué le parc national Los Glaciares, en Patagonie, situé à 2.000 km au sud-ouest de de Buenos Aires.

Tout au long de la journée, ce phénomène « est devenu plus manifeste et volumineux », selon la même source.

L’eau érode le glacier et le processus prend fin lorsque l’arche ou le pont de glace s’effondre.

Le moment de la rupture « est toujours spectaculaire. Ce qui arrive, c’est que cette fois-ci, plus d’eau s’est accumulée qu’au cours des trois ou quatre dernières ruptures », a expliqué à la chaîne d’information TN Luciano Bernacchi, directeur du Glaciarium, un musée situé à proximité du Parc National des Glaciers.

Phénomène naturel

Selon cet expert, il s’agit d’un phénomène naturel pour ce type de glacier, c’est-à dire qu’il maintient en moyenne ses dimensions, contrairement à d’autres qui se rétrécissent.

L’effondrement du glacier Perito Moreno, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, attire habituellement des milliers de visiteurs. Ce phénomène, un des spectacles naturels les plus impressionnants au monde, se produit tous les deux à quatre ans depuis 2004 alors qu’il ne s’était plus produit au cours des 16 années précédentes.

© afp.

© afp.

© afp.

http://www.7sur7.be

Un «arc-en-ciel de feu» observé dans le ciel de Singapour


Des arcs-en-ciel, l’hiver, c’est plutôt rare, j’en ai vu un il y a quelques semaines, mais jamais comme celui de Singapour, cela devait être magnifique à observer
Nuage

 

Un «arc-en-ciel de feu» observé dans le ciel de Singapour

 

Il s’agit là de l’un des phénomènes les plus rares que l’on puisse observer. Un « arc-en-ciel de feu », ou arc circumhorizontal a été observé dans le ciel de Singapour le 20 février. Il s’agit de la réflexion de la lumière du soleil sur des cristaux de glace en haute altitude.

Il est plutôt rare d’apercevoir un arc-en-ciel. Ces phénomènes ne se produisant que conjointement à la pluie, nous sommes rarement dehors pour les observer. Il existe cependant un phénomène encore plus rare : l’arc en ciel de feu. Le nom peut paraître pompeux mais le phénomène existe vraiment. Il ne s’agit bien sûr pas de véritables flammes, mais bien de la réflexion des rayons du soleil sur des cristaux de glace formant les nuages à haute altitude. Ce phénomène est également appelé arc circumhorizontal. Les Singapouriens ont pu être les témoins de ce spectacle rare dans la journée du 20 février.

http://www.ladepeche.fr

Ces impressionnantes colonnes lumineuses en Ontario ont une explication logique


Un spectacle qui demande des conditions spéciales pour être observé. Ce n’est donc pas un phénomène inexplicable, il est même assez connu
Nuage

 

Ces impressionnantes colonnes lumineuses en Ontario ont une explication logique

 

Le HuffPost  |  Par Gregory Rozieres

Début janvier, le youtubeur Timothy Joseph Elzinga a assisté à un spectacle qui l’a épaté. L’Ontarien a en effet vu des sortes de colonnes de lumière multicolores illuminer le ciel de sa province, rapporte Mashable.

Photographe amateur, il a capturé ces images folles et a réalisé une vidéo à ce sujet.

« J’ai vu ces rayons de lumière qui ressemblaient à quelque chose tout droit sorti de Star Trek ou de Close Encounters of the Third Kind« , a-t-il expliqué à Mashable.

Les images, prises vers 1h du matin alors qu’il faisait -18°C, sont incroyables, mais le phénomène est bien connu, rapporte Science Alert. On appelle cela une « colonne lumineuse » ou un pilier solaire. Ce ne sont pas des aurores boréales, mais simplement la réflexion des lumières terrestres (par exemple de villes ou de phares de voitures).

Ces colonnes sont visibles quand des cristaux de glace plats et hexagonaux sont présents, suffisamment bas dans l’atmosphère. Ensemble, ces structures forment une sorte de miroir géant qui va renvoyer sur Terre les rayons artificiels. Cela donne ainsi l’impression que de véritables piliers lumineux partent de la Terre. Ci-dessous, une autre photo similaire prise en 2013. Le soleil peut également être reflété de la sorte.

Dans sa vidéo, Timothy Jospeh Elzinga explique qu’il a pu voir cette scène improbable « grâce » au réveil nocturne de son fils. Comme quoi le manque de sommeil causé par la parentalité peut parfois avoir de bonnes conséquences.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Des boules de neige géantes apparaissent soudainement en Sibérie


Pour les amateurs de batailles de boule de neige qui ne rêverait pas d’avoir des balles de neige toutes prêtes ? Un phénomène étrange et rare qui se réalise quand la nature met tous les éléments en place pour créer ces sphères
Nuage

 

Des boules de neige géantes apparaissent soudainement en Sibérie

 

Repéré par Grégor Brandy

Prêts pour la bataille?

Si vous êtes déjà motivés à l’idée d’une première bataille de boules de neige, on vous conseille d’aller faire un tour en Sibérie, où des villageois ont découvert d’énormes boules de neige en plein milieu de la nature. Le Siberian Times les décrit comme des milliers de petits boulets de canon (dont la taille varie de la balle de tennis ou ballon de basket) échoués sur la plage que l’on croirait modelées par l’homme, «peut-être dans le cadre d’une exposition de sculptures». 

Mais, en réalité, elles sont totalement naturelles. De quoi impressionner les habitants de Nyda, un village russe de tout juste 2.000 habitants, situé au nord du pays, au niveau du golfe de l’Ob, «un golfe de la mer de Kara formé par l’embouchure de l’Ob au nord de la Iamalie». Eux assurent n’avoir jamais vu un tel phénomène.

«Nous ne les avons vues qu’à un seul endroit, raconte une habitante. C’est comme si quelqu’un les avait éparpillés. Elles ont toutes une taille différente. […] Nous avons tous été très surpris. Certains n’y ont cru qu’après les avoir vues de leurs propres yeux. Ça ne s’était jamais produit auparavant. Et il n’y avait pas beaucoup de neige pour qu’elles se forment. C’est très intéressant.»

Mais, comme le souligne Atlas Obscura, il y a une réponse à toutes ces questions.

«Apparemment, lorsque la marée est arrivée, elle a formé une couche de givre, recouvrant la plage de glace, et alors que l’eau a lentement reculé, elle a laissé derrière elle des morceaux de glace qui ont tourné sur le sable humide pour créer des sphères.»

Ce phénomène étrange a été confirmé par un représentant de l’Arctic and Antarctic Research Institute, contacté par le Siberian Times:

«C’est un phénomène naturel rare. En règle générale, le sorbet [quand « les cristaux commencent à s’agglutiner pour former en surface une couche épaisse comme de la soupe »] se forme d’abord, puis devient de la neige fondue. Et puis une combinaison de l’action du vent, des contours du littoral, et de la température, peut conduire à la formation de telles boules.»

Ce phénomène n’a pas lieu qu’en Russie. Le Siberian Times indique qu’un cas similaire a déjà été observé autour du Lac Michigan, aux États-Unis, en 2014, et dans les commentaires de l’article d’Atlas Obscura, sur Facebook, une femme explique qu’elle a déjà assisté à des cas similaires dans la région des Grands Lacs.

http://www.slate.fr/

Un nuage en forme de «soucoupe volante» en Colombie


Faut vraiment voir des extraterrestres partout et en être tellement obsédé pour imaginer qu’un nuage serait un phénomène paranormal, J’ai pensé moi aussi à une similitude avec le film Independance Day. C’est vraiment un très beau cumulonimbus
Nuage

 

Un nuage en forme de «soucoupe volante» en Colombie

 

Un

Le cumulonimbus au-dessus de la Colombie.Photo Gentside

Certains phénomènes naturels sont tellement impressionnants qu’ils semblent presque irréels.

C’est ainsi qu’un immense nuage en forme de soucoupe volante, apparu dans le ciel de la ville de Carthagène des Indes, en Colombie, le 30 juin, a suscité un vif émoi chez des milliers de résidents abasourdis.

Ils ont été nombreux à prendre en photo la formation discoïdale à l’aspect cotonneux. Les images, diffusés sur internet témoignent de l’ampleur et de la beauté du phénomène à couper le souffle. Il n’en fallait pas moins pour déclencher le débat parmi les internautes donnant la voix tour à tour aux sceptiques et aux amateurs de phénomènes paranormaux.

Si la nature des photographies a été initialement remise en cause, les dubitatifs ont rapidement dû se rendre à l’évidence face à la quantité de témoignages apportés, comportant également une vidéo filmée par un habitant et devenue rapidement virale sur le net. Bien entendu, la séquence a fait place à toutes sortes de théories plus ou moins extravagantes.

Comme souvent, les OVNI et extra-terrestres ont souvent été évoqués parmi les commentaires des internautes. Certains se sont même amusés à rapprocher les clichés d’images tirées du célèbre film Independence Day.

UN IMPRESSIONNANT CUMULONIMBUS

Mais au risque de décevoir les amateurs de paranormal, il s’agit en réalité d’une manifestation tout à fait naturelle et explicable d’un point de vue scientifique, comme l’a souligné Christian Euscategui, directeur de l’Institut de météorologie et d’études environnementales de Colombie.

D’après ce spécialiste, il s’agirait en réalité d’un nuage stationnaire de type cumulonimbus. Cette formation particulière en forme de gigantesque galet serait apparue à cause de conditions atmosphériques très particulières et notamment «de changements de pression», a précisé Christian Euscategui.

Il a également relevé que ce nuage n’était aucunement lié à la montée de marée enregistrée sur le littoral la semaine dernière, ni à l’onde tropicale qui affecte actuellement le nord de la Colombie. 

http://fr.canoe.ca/