Certaines larves d’insectes voyagent par “oiseau” !


Le phasme est un insecte étonnant par son physique trompeur, mais aussi le moyen pour étaler la famille au loin.. La femelle est brave, car elle se donne comme nourriture aux oiseaux qui porteront dans leurs estomacs les oeufs pour coloniser toujours plus loin.
Nuage

 

Certaines larves d’insectes voyagent par “oiseau” !

 

phasme

Share

Crédits : Wikipedia

par Yohan Demeure

En voici une technique pleine d’audace tant celle-ci est risquée : certains phasmes choisissent délibérément de se laisser dévorer par des oiseaux afin de disséminer leurs larves !

Les phasmes sont des insectes capables de mimétisme, c’est-à-dire de se fondre dans le décor en ressemblant à une tige, une branche ou encore une feuille. Par ailleurs, les femelles phasmes sont en grande majorité parthénogénétiques, ce qui signifie qu’elles n’ont aucunement besoin de mâles pour se reproduire.

Se pose alors la question de l’avenir des œufs et du fait de vouloir coloniser d’autres endroits. Les phasmes ont au cours de leur évolution trouvé un moyen de parcourir des dizaines de kilomètres (voire plus) : se laisser dévorer par des oiseaux, qui rejetteront ensuite les larves dans la nature, contribuant fortement à leur dissémination.

Ainsi, des chercheurs des universités de Kobe, Kochi et Tokyo (Japon) se sont intéressés aux œufs de phasmes, particulièrement susceptibles de résister aux sucs digestifs une fois contenus dans l’estomac d’un oiseau. Dans le cadre de leur étude publiée dans le journal de l’Ecology Society of America (ESA) le 29 mai 2018, les scientifiques nippons ont mené une expérience étonnante.

Les chercheurs ont nourri des Bulbul à oreillons bruns (Hypsipetes amaurotis) avec des femelles phasmes de trois espèces différentes. Entre 5 et 20 % des œufs récupérés étaient intacts, et ceux-ci ont bel et bien donné naissance à des insectes.

Durant des décennies, Charles Darwin s’était demandé comment de tels insectes totalement incapables de voler pouvaient se retrouver sur de nombreuses îles du Pacifique. La réponse – qui rappelons-le était loin d’être évidente – se trouvait pourtant dans les déjections d’oiseaux ! Enfin, nul doute qu’il s’agit ici d’une victoire évolutive ayant assuré la survie de ces insectes.

Sources : Science & VieMaxisciencesSciences et Avenir

https://sciencepost.fr/

Le plus long insecte du monde découvert en Chine


C’est un scientifique chinois qui l’a découvert. Un phasme ne doit pas être aussi évident a trouvé surtout qu’il se confond très bien avec une brindille
Nuage

 

Le plus long insecte du monde découvert en Chine

 

Le plus long insecte du monde découvert en Chine

Un phasme de ce genre mesurant 62 cm a été découvert.Photo Fotolia

PÉKIN – L’insecte le plus long du monde est un phasme de plus de 50 cm de long, découvert il y a deux ans dans le sud de la Chine, a annoncé le Musée des Insectes de la Chine de l’Ouest cité jeudi par l’agence de presse Chine nouvelle.

Mesurant 62,4 centimètres de long, cet insecte découvert dans la province de Guangxi bat ainsi le record de longueur des 807 625 insectes répertoriés dans le monde.

Le record était détenu jusqu’à présent par un phasme malaisien de 56,7 centimètres de long découvert en 2008 et exposé aujourd’hui au Musée d’histoire naturelle à Londres.

L’insecte a été capturé par un scientifique, Zhao Li, alerté par des villageois sur la présence d’une bestiole gigantesque gros comme un index humain. Il lui a fallu six ans pour le trouver.

«J’étais en train d’attraper des insectes sur une montagne de 1200 mètres d’altitude à Liuzhou dans la province de Guangxi, dans la nuit du 16 août 2014, quand j’ai vu une ombre qui ressemblait à une brindille», a raconté M. Zhao, cité par Chine nouvelle.

«Quand je me suis approché, j’ai été saisi de voir que les pattes de ce gigantesque insecte étaient aussi longues que son corps», a-t-il ajouté.

L’insecte a été baptisé Phryganistria chinensis Zhao en l’honneur de son découvreur.

Plus de 3000 variétés de phasmes ont été découvertes jusqu’à présent, a précisé l’agence.

http://fr.canoe.ca/

Les phasmes imitaient déjà les plantes au Crétacé


Un insecte que je trouve vraiment beau est le spasme, il faut avoir l’oeil aiguisé pour faire la différence entre une feuille et l’insecte qui peuvent qui sont des as en mimétisme. Le mimétisme est une stratégie adaptative d’imitation. Cela permet par exemple à une espèce d’échapper à d’éventuels prédateurs
Nuage

 

Les phasmes imitaient déjà les plantes au Crétacé

 

Pour survivre, les phasmes se fondent dans l’environnement en imitant des brindilles, des feuilles ou des lichens. Ce groupe d'insectes sait le faire depuis longtemps. © C.Ar Photography, Flickr, cc by nc 2.0

Pour survivre, les phasmes se fondent dans l’environnement en imitant des brindilles, des feuilles ou des lichens. Ce groupe d’insectes sait le faire depuis longtemps. © C.Ar Photography, Flickr, cc by nc 2.0

Depuis quand les phasmes pratiquent-ils le mimétisme ? Alors qu’on croyait jusqu’ici que cette propriété était née avec l’apparition des plantes à fleurs, des chercheurs viennent de découvrir un fossile de phasme datant du Crétacé inférieur.

Les phasmes sont des insectes connus pour leurs extraordinaires capacités mimétiques. Leur morphologie et leur comportement leur permettent en effet de duper les prédateurs en imitant des branches, des feuilles ou des écorces, essentiellement de plantes à fleurs. Cependant, dans le registre fossile, les espèces attribuables avec certitude au groupe des phasmes sont très rares. Jusqu’à présent, celles identifiées comme telles et datant d’avant la diversification des plantes à fleurs ne présentaient aucune adaptation mimétique.

Une équipe internationale constituée de scientifiques du CNRS vient de prouver le contraire. Elle vient de démontrer que les phasmes avaient développé la capacité d’imiter les plantes de leur environnement dès le Crétacé inférieur. Cette découverte, fondée sur l’étude d’une nouvelle espèce d’insecte fossile trouvée en Chine, est publiée dans la revue Plos One.

Le mimétisme fossilisé : à gauche, Cretophasmomima melanogramma et à droite une feuille de Membranifolia admirabilis.
Le mimétisme fossilisé : à gauche, Cretophasmomima melanogramma et à droite une feuille de Membranifolia admirabilis. © MNHN/ O. Béthoux et F. Jacques

Des phasmes avant les plantes à fleurs

Trois spécimens appartenant à une nouvelle espèce fossile dénommée Cretophasmomima melanogramma ont été découverts dans le célèbre gisement de Jehol, des terrains chinois datant du Crétacé inférieur. Grâce à l’identification sur ces spécimens d’épaulettes qui recouvrent la base des ailes postérieures au repos, les chercheurs ont démontré avec certitude que cette espèce appartient au groupe des phasmes.

En outre, ils ont également établi que C. melanogramma présentait un patron de coloration particulier des ailes, composé d’étroites bandes longitudinales sombres. Ce caractère, propre à l’espèce, suggère que la feuille de Membranifolia admirabilis, provenant du même gisement et présentant des bandes sombres similaires, devait être utilisée par C. melanogramma comme modèle pour se dissimuler.

Cette découverte démontre que l’imitation de parties de plantes a débuté très tôt chez les phasmes, bien avant la diversification des plantes à fleurs. La diversification d’oiseaux et de mammifères arboricoles insectivores à cette période a pu déclencher l’acquisition de ce type de défense primaire.

http://www.futura-sciences.com/