7 pistes pour reconnaître un pervers narcissique


Des gens pervers narcissiques ne sont pas vraiment intéressantes a côtoyer, mieux vaut les éviter
Nuage

 

7 pistes pour reconnaître un pervers narcissique

 

En couple, au travail ou même dans sa propre famille… on peut tous se retrouver confronter à un pervers narcissique. Culpabilité, dévalorisation…

Medisite et le psychanalyste Jean-Charles Bouchoux vous donnent toutes les clefs pour le démasquer et sortir de son emprise.

Ce n’est jamais sa faute

pervers narcissiques, fautes

Un pervers narcissique n’a jamais tort !

« Il utilise le déni pour nier ses responsabilités ainsi que la réalité de ses actes » explique dans son livre le psychanalyste Jean-Charles Bouchoux.

 Ce type de pervers cherche à éviter toutes sources de conflit pour toujours garder une bonne image de lui. Il n’avoue jamais sa culpabilité. Pire, il l’a fait porter à quelqu’un d’autre !

Une double personnalité

pervers narcissique, double personnalite

Le pervers narcissique ne refoule pas ses pulsions car il cherche à tous prix à éviter une souffrance morale.

« Le passage à l’acte lui permet de les évacuer vers l’extérieur. Le pervers a entendu la loi, il sait que ce qu’il fait est répréhensible, il va devoir dénier l’origine et porter sa faute sur quelqu’un d’autre » explique Jean-Charles Bouchoux.

Son mode opératoire pour passer à l’acte ? La double personnalité comme le célèbre Dr Jekyll et Mr Hide.

« Jekyll est le bon sujet, le bon enfant que l’on attendait qu’il soit. Pour les mauvaises pulsions, Hyde s’en charge… » poursuit le psychanalyste.

Pour se débarrasser de toute culpabilité, le pervers narcissique rejette ainsi sa faute sur l’autre. De cette façon, il garde une bonne image extérieure et passe même parfois pour la victime. C’est ce qu’on appelle l’identification projective.

La parole, son instrument de manipulation préféré !

pervers narcissiques, manipule, parole

Messages contradictoires, détournement de la parole… Le langage est l’instrument de manipulation préféré du pervers narcissique.

« En perdant son souffre douleur dans un dédale d’informations contradictoires, il l’empêchera de prendre de la distance, de penser et de réagir sainement » explique Jean-Charles Bouchoux, psychanalyste.

Le pervers lui sait exactement où il en est et garde une impression de contrôle. Une manière pour lui de se valoriser.

Il rabaisse l’autre pour se valoriser

pervers narcissique, rabaisse

Le narcissisme c’est l’amour que l’on porte pour soi-même. Contrairement à ce qu’il laisse paraître, le pervers narcissique est une personne qui manque de confiance en lui.

« Pour compenser, il développe une image démesurée de lui-même » explique Jean-Charles Bouchoux.

Pour se donner l’air important, il essaye d’avoir de beaux objets ou des relations avec des personnes attirantes. Il garde ainsi un sentiment de pouvoir en rabaissant sans cesse sa victime tout en la faisant culpabiliser pour la contrôler.

Il isole sa victime pour mieux la contrôler

pervers narcissique, isole

Pour garder l’emprise sur sa victime et l’empêcher de prendre conscience de la situation anormale, le pervers narcissique fait tout pour la garder auprès de lui.

« Ce pervers a besoin de proximité et d’un lien difficile à rompre : lien de subordination, lien parental, lien filial ou encore amoureux. […] Le pervers structurellement accompli utilise ces liens pour assujettir l’autre » explique le psychanalyste.

L’angoisse de la perte

pervers narcissique, perte

Le problème avec le pouvoir c’est qu’on peut le perdre à tout instant.

Lorsqu’un pervers narcissique obtient de sa victime une admiration totale, il ne veut pas qu’elle puisse reprendre le dessus et le quitter.

Pour éviter de souffrir d’une perte, il dévalorise sa victime la rendant moins importante à ses yeux et rejette la faute sur elle.

 

Il utilise une tierce personne pour arriver à ses fins

pervers narcissiques, tiers

Se servir d’une autre personne pour soulager les pulsions, est la meilleure diversion pour le pervers narcissique.

« On peut aussi trouver l’utilisation d’un tiers dans les groupes, les entreprises ou les institutions » confirme Jean-Charles Bouchoux.

Par exemple un responsable qui se moquerait d’un salarié. Si les autres ne veulent pas perdre leurs places, ils ont tout intérêt à faire pareil. De cette façon il se met à l’abri et n’est pas le seul fautif.

Comment sortir de son emprise ?

pervers narcissique, défaire, emprise

Dans son livre, Jean-Charles Bouchoux psychanaliste, donne quelques conseils pour contrecarrer les manipulations d’un pervers narcissique :

– Renouez avec vos proches : n’hesitez pas à expliquer les évênements et demander de l’aide aux autres. Prenez de la distance, pour éviter de retomber sous les belles paroles du pervers narcissique.

– Arrêtez de vous justifier : Plus on se justifie plus le pervers se sent en position de force.

– Osez le détester : Arrêtez de culpabiliser, « la victime en ne s’autorisant pas à détester, ne peut pas procéder à un deuil salutaire », explique le psychanaliste.

– Coupez court à toute communication : Lui infliger à votre tour des attaques ferait de vous un pervers narcissique. Le mieux est de vous éloignez et ne plus avoir aucun contact avec lui.

Sources

Les pervers narcissiques Qui sont-ils? Comment fonctionnent-ils ? Comment leur échapper ? Jean-Charles Bouchoux, Eyrolles, 2013

http://sante.planet.fr/

À la rencontre des sociopathes ordinaires


Qui sont les sociopathes ? les psychologue et psychiatres se sont penchés sur leur cas et essayer de décortiqué les caractéristiques de ces personnes qui sont narcissiques,pervers, mal adapté a leur entourage, mais il y a aussi ceux que rien ne parait mais arrive a manipuler les gens malgré et qu’un jour le pire arrive
Nuage

 

À la rencontre des sociopathes ordinaires

 

Pascale Senk

 

Ignorant l’empathie et le remords, manipulatrices et charismatiques, ces personnalités ont en commun une « inflation de l’ego ».

Qu’y a-t-il de commun entre le collègue harceleur qui humilie son voisin de bureau, le norvégien Breivik qui tue sans remords 77 jeunes, et l’amoureux jusque-là transi qui envoie un texto de rupture en trois mots («je te quitte») à sa compagne de plus de dix ans? Une inconcevable froideur. Bien sûr, les conséquences de leurs actes sont incomparables mais à terme, leur manière de procéder plonge l’individu «normalement névrosé» dans les mêmes questions abyssales:

«Comment une telle incapacité à reconnaître l’autre est-elle possible?» Et surtout «comment repérer ces sociopathes, avant qu’ils ne triomphent dans les faits divers?»

DR.
DR.

Depuis quelques années, les psychologues de toutes obédiences se sont vraiment mis au travail en ce sens. Bien sûr, il y a ceux qui cherchent à comprendre comment naissent l’empathie et la bonté humaines. Mais, tout aussi nombreux, il y a ceux qui osent «regarder le mal dans les yeux», comme le dit la psychologue américaine Martha Stout. Celle-ci décrypte depuis de longues années ceux qu’elle regroupe sous la catégorie du «sociopathe près de chez vous» (titre d’un livre qu’elle a écrit en 2006).

À la suite du chercheur canadien Robert Hare, concepteur d’un tableau d’évaluation des traits relevant de la psychopathie (PCLR – Hare Psychopathy Checklist Revisited), Martha Stout a passé au crible de son analyse les 7 caractéristiques décrites par le DSM-IV * concernant le «trouble de personnalité antisociale»: difficulté à se conformer aux normes sociales, sens de la manipulation, impulsivité, agressivité, mépris pour la sécurité d’autrui, irresponsabilité, manque de remords après avoir fait du mal, maltraité ou volé une personne.

Lorsqu’un sujet présente au moins trois de ces traits, les psychiatres américains peuvent le diagnostiquer sociopathe (aux États-Unis, les termes«sociopathie» et «psychopathie» renvoient à des tableaux cliniques proches). Martha Stout en déduit que tous les sociopathes ne sont pas des criminels en prison, mais que votre voisin de palier peut présenter plusieurs de ses caractéristiques. Selon elle, ce serait le cas de 1 Américain sur 25.

La psychologue ajoute à ce tableau une caractéristique qui signe l’originalité de son travail: l’absence de conscience. Cette carence vient de l’incapacité à éprouver des émotions spontanées envers autrui, donc à pouvoir créer un attachement profond. Très manipulatrices et charismatiques, ces personnes peuvent vous répéter que «vous êtes la personne la plus importante de leur vie», mais au moment où ils l’affirment, aucune empathie de leur part n’est perceptible. D’où le malaise «poisseux» de leurs interlocuteurs qui, eux, sentent bien, que «quelque chose ne passe pas».

«Ils ont très peu d’émotions»

En France, désormais, les essais décrivant les «pervers narcissiques» abondent, essentiellement nourris de l’analyse freudienne dominante chez nous. Le psychanalyste Jean-Charles Bouchoux, qui a publié il y a quatre ans un livre descriptif qu’il dédiait plutôt à ses collègues thérapeutes (Les Pervers narcissiques, Ed Eyrolles) est surpris de voir que les ventes – plus de 40.000 exemplaires – continuent.

«Si nous les rencontrons peu dans nos cabinets – eux ne souffrent pas, pourquoi consulteraient-ils? – leurs victimes décrivent de mieux en mieux leurs comportements», explique-t-il.

«Il n’y a probablement pas plus de personnalités sociopathes, surenchérit la psychologue et psychanalyste Laurence de Rosen, qui a étudié et longtemps travaillé aux USA. Mais on les cible de mieux en mieux».

Ce repérage permet selon elle de distinguer les narcissiques, «qui éprouvent des émotions fortes mais ont des comportements inadéquats à la suite de celles-ci (ils se mettent en colère, de rage, si on échoue à faire ce qu’ils attendaient par exemple), des sociopathes “purs jus” qui, eux, n’ont que très peu d’émotions.»

Pour Jean-Charles Bouchoux, la vraie différence viendrait de l’origine même de ces troubles:

«Le pervers narcissique a souvent eu un père absent, ou déficient. Il sait donc que la loi existe ; le psychopathe ne sait pas ce qu’est un père, il n’a donc jamais eu connaissance de la loi.»

Ce qui questionne les psychologues, c’est le manque de discernement dont fait encore preuve la société à l’égard de ces personnalités nocives:

«Ils sont comme invisibles!» déplore Laurence de Rosen, (et en effet, dans nombre de faits divers on entend dire: «Je n’avais pas vu qu’il était capable de faire ça!»).

Cet aveuglement de leur entourage s’explique certes par leur charme et leurs tactiques de manipulation, mais aussi par le contexte, selon la psychanalyste:

«Ces êtres sont pour la plupart bien adaptés à notre société, qui est elle-même de plus en plus clivée dans ses émotions et coupée des ressentis du corps.»

Autant dire qu’ils peuvent se multiplier comme poissons dans l’eau.

* «Manuel diagnostic et statistique des troubles mentaux», publié par l’Association américaine de Psychiatrie

http://sante.lefigaro.fr