Le Saviez-Vous ► L’étonnante signification des fleurs


Si on veut envoyer un message d’une façon originale, on peut se servir des fleurs. Les fleurs peuvent être un symbole d’amour, vertu, la persévérance …
Nuage

 

L’étonnante signification des fleurs

 

L’ellébore est une fleur à surveiller car elle symbolise le scandale. © getty.

Jeanne Poma

Il y a la fleur de l’amour, de la chasteté, mais aussi de la passion et de la trahison. Saviez-vous que la lavande était la plus aphrodisiaque des fleurs? Avant d’offrir votre prochain bouquet, penchez-vous sur ce petit guide du langage des fleurs.

Les orchidées

Considérées comme un symbole de virilité depuis la Grèce antique, elles séduisent pour leur forme exotique et sensuelle. 

Le mimosa

Bien qu’il soit le symbole du 8 mars, il est associé à la chasteté car sa petite fleur est délicate et se ferme la nuit ou quand on la touche. 

Le lys blanc

Ses pétales blancs évoquent la pureté. La fleur de lys était aussi le symbole de la monarchie française. 

L’iris

Tout dépend de la couleur. Violet, l’iris représente la sagesse, c’est une manière de faire un compliment. Bleu, il devient un symbole de foi et d’espoir. Jaune, c’est la passion. Blanc, il représente la pureté. 

Les marguerites

Elles sont associées à l’innocence de l’enfance. Ce sont aussi les fleurs les plus proches du soleil. 

L’ellébore

Une fleur à surveiller car elle symbolise le scandale. Ceux qui le reçoivent devraient l’interpréter comme une volonté de surmonter une catastrophe qui est sur le point d’arriver de la part de celui qui l’offre. 

La rose

Un symbole d’amour passionné quand elle est rouge. Blanche, elle représente la vertu et la chasteté. Jaune, elle annonce une bonne nouvelle, bien qu’à l’époque victorienne, elle représentait l’infidélité. 

La lavande

Elle réduit le stress et augmente le flux sanguin. Elle est donc considérée comme la plus puissante des fleurs aphrodisiaques. 

La tulipe

Une fleur aux significations multiples: on appelle « l’âge des tulipes » les périodes les plus prospères de l’Empire ottoman. Elles avaient alors une connotation positive. Pour les Anglais, c’est un symbole de passion. Pour les Hollandais, elle symbolise la brièveté de la vie. 

La jacinthe

Le bleu est synonyme de persévérance, de joie et d’audace. Violette, elle représente la douleur. Blanche, la beauté et jaune, la jalousie.

http://www.7sur7.be/

Persévérance


De toute manière, il est bien plus satisfaisant de travailler dure pour arriver à un but fixé
Nuage

 

Persévérance

 

Personne ne réussit sans effort.
Le contrôle de l’esprit n’est pas acquis en naissant
Ceux qui réussissent doivent leur succès à leur persévérance

Ramana Maharshi

Quand Maru tente de grimper à une échelle


Est-ce compliquer de grimper sur une petite échelle .. Non-bien sûr, enfin cela dépend !! Si on est un chat bien enrobé, c’est plus une aventure périlleuse
Nuage

 

Quand Maru tente de grimper à une échelle

 

Par Sophie Le Roux Crédits photo : Youtube – mugumogu

Quand Maru ne joue pas avec sa petite soeur Hana, il continue à se lancer des défis, qu’il relève avec toute la persévérance que nous lui connaissons.

La dernière en date : grimper à une échelle pour atteindre l’herbe à chat qui l’attend au sommet.

Un peu de sport ne fera certainement pas de mal au célèbre matou japonais ! Mais voilà, ce n’est pas facile de faire de l’exercice quand on est enrobé…

Mais ses nombreux admirateurs le savent, qu’il s’agisse d’entrer dans un carton ou de grimper sur une échelle :Maru n’est pas du genre à renoncer !

Parviendra-t-il à atteindre le sommet et à déguster paisiblement sa récompense ?

Le suspense est à son comble !

 

http://wamiz.com/

Dur dur d’être un chiot


Pauvre petit chien, on aurait envie de les aider a rejoindre les autres, mais ils ont travailler fort pour arriver a franchir l’obstacle. Ça, c’est ce qui s’appelle de la ténacité
Nuage

Dur dur d’être un chiot

 

 

Pas facile d’être une toute petite boule de poils, et d’avoir tout à apprendre, à commencer par marcher et escalader des obstacles pouvant sembler insurmontables.

Ces chiots Bassets Hounds en savent quelque chose, alors qu’ils tentent désespérément de franchir le grillage les séparant de leurs frères et soeurs et de leurs humains.

Mais les bébés ne manquent heureusement pas de persévérance. Et c’est en s’entraidant qu’ils réaliseront leur grand défi !

Difficile, voire impossible de ne pas fondre pour ces deux adorables boules de poils. Et dire que dans quelques semaines, ces chiots gambaderont et sauteront joyeusement sans plus aucun souci !

http://wamiz.com

Chris Hadfield: une vie tournée vers le cosmos


La première fois que j’ai entendu parler de Chris Hadfield était des articles que j’avais mis sur mon blog  ‘’ Le «capitaine Kirk» discute avec Chris Hadfield’’ et  »Star Trek: Chris Hadfield communique avec l’Entreprise » aimant beaucoup la série et les films de Star Trek, j’ai tout de suite fut intéressé par ses exploits à la Station spatiale internationale. J’ai toujours été intéressé par les recherches et découvertes de l’espace mais ce fut la première fois que le travail d’astronaute m’a vraiment intéressé et Chris Hadfield avec son charisme communicateur a bien rempli sa mission autant dans l’espace que la communication avec la Terre
Nuage

Chris Hadfield: une vie tournée vers le cosmos

L'astronaute Chris Hadfield a marqué l'imaginaire collectif lors... (Photo: NASA)

L’astronaute Chris Hadfield a marqué l’imaginaire collectif lors de son troisième séjour spatial, dont il est revenu lundi dernier.

PHOTO: NASA

PHILIPPE MERCURE

La Presse

Le charisme de Chris Hadfield est sur toutes les lèvres depuis son passage remarqué dans la Station spatiale internationale. Au-delà de son aspect «star», l’astronaute canadien est décrit par ses proches comme un homme travaillant et déterminé, qui a organisé toute sa vie autour d’un rêve: aller dans l’espace.

Portrait.

Le 20 juillet 1969, Neil Armstrong pose le pied sur la Lune, enflammant l’imagination de la planète entière.

À ce moment précis, sur une ferme de maïs du sud de l’Ontario, un garçon de 9 ans rivé à son téléviseur se fait une promesse: devenir astronaute.

«Nous sommes probablement des millions à avoir dit la même chose, a raconté cette semaine le garçon en question, Chris Hadfield, près de 44 ans plus tard. Mais de mon côté, le rêve n’était pas seulement difficile: il était impossible. À l’époque, le Canada n’avait aucun programme d’astronautes. Je n’avais pas de chemin à suivre. Il fallait que je devienne Américain ou Russe!»

Chris Hadfield a tenu ces propos jeudi dernier lors de sa première sortie publique après son retour sur Terre, deux jours et demi plus tôt. L’homme venait de passer cinq mois en orbite au cours d’une mission qui l’a hissé au rang de star internationale.

Cette mise en contexte vient rappeler un trait de caractère souligné par ceux qui connaissent bien Chris Hadfield: sa persévérance. Parce que même s’il jugeait son rêve d’enfance impossible, il a mis toute son énergie à le réaliser.

«Bien des gens parlent de faire des choses, souligne son fils Evan. Mais lui a toujours activement travaillé à devenir astronaute. Chaque action qu’il a faite, chaque emploi qu’il a occupé était dirigé vers ce but.»

Pas à pas vers l’espace

C’est en s’engageant dans les cadets de l’air que Chris Hadfield franchit son premier pas vers le cosmos. À 15 ans, le natif de Sarnia décroche une bourse de pilote de planeur. Il se joint ensuite aux Forces armées canadiennes, où il obtient un baccalauréat en génie mécanique.

Chris Hadfield devient ensuite pilote de CF-18 pour le Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD). Il se retrouve en Californie dans une école de pilotes d’essai, puis est nommé officier des forces navales américaines. Il participe à des travaux de recherche avec la NASA.

En 1992, c’est la consécration. Chris Hadfield est choisi parmi 5330 candidats pour devenir l’un des quatre nouveaux astronautes canadiens. La NASA le nomme bientôt «capcom principal», un rôle qui fait de lui le principal interlocuteur des astronautes dans l’espace et qu’il tiendra pendant 25 missions.

En novembre 1995, le rêve devient réalité. Chris Hadfield s’envole à bord de la navette Atlantis. En tant que premier spécialiste de mission, il participe à l’amarrage de la navette à la station spatiale russe Mir.

Sa deuxième mission, en 2001, visait à assembler la Station spatiale internationale. Les cinq mois qu’il vient d’y passer constituent son troisième séjour spatial, lors duquel Chris Hadfield a gagné la sympathie du public par ses nombreux échanges avec la Terre.

Plusieurs retiendront de sa mission les photos qu’il a partagées, ses expériences scientifiques filmées en direct ou son interprétation de Space Oddity, de David Bowie. Mais Jeremy Hansen, un jeune astronaute canadien qui considère Chris Hadfield comme son mentor, insiste sur la capacité de travail de l’homme.

«Chris est un astronaute extraordinaire, dit-il. Il exécute son travail vraiment bien. Et c’est pour ça qu’il a le temps de faire ce qu’on l’a vu faire dans l’espace.»

Jeremy Hansen décrit Chris Hadfield comme un homme généreux de son temps et de ses conseils, qui «se soucie sincèrement des autres» malgré son horaire chargé.

Dans ses temps libres, c’est le sport (du ski au squash en passant par l’équitation) et surtout la musique qui occupent l’astronaute.

«Je l’ai vu jouer de la guitare toute ma vie», dit son fils Evan, qui aime l’accompagner au ukulélé.

Ses idoles sont les chanteurs folk canadiens Stan Rogers et Gordon Lightfoot.

http://www.lapresse.ca