Colombie-Britannique Un adepte de pastafarisme défend la liberté de religion


Étant donné que pastafarisme est une parodie de religion pour contester à l’enseignement du créationnisme et du dessein intelligent dans le système scolaire public, je ne vois pas en quoi que le refus de son permis de conduire irai a l’encontre de sa  »religion » Moi, on m’a obligé d’enlever mes lunettes c’est contre mon droit de bien voir .. Mais vais-je faire un brouhaha pour cela ?
Nuage

 

Colombie-Britannique

Un adepte de pastafarisme défend la liberté de religion

 

makarna

Photo Fotolia

Harrison Ruess

 

SURREY, B.-C. – Un adepte de pastafarisme éprouve de la difficulté à obtenir un permis de conduire, à Surrey, en Colombie-Britannique et affirme que son droit à la liberté de religion est brimé.

Dans la photo soumise avec le formulaire d’application pour obtenir le permis, Obi Canuel porte une passoire sur la tête.

Selon M. Canuel, qui est pasteur dans l’Église du Monstre en Spaghettis volant (un autre nom pour le pastafarisme), dit que l’État le brime dans sa liberté de religion en refusant qu’il porte son accessoire de cuisine sur sa photo.

M. Canuel a également mis en ligne une vidéo sur YouTube pour encourager d’autres Canadiens à défendre la liberté de religion.

 

Insurance Corporation of British Columbia (ICBC), la société d’État responsable des permis de conduire, a expliqué qu’elle respecte la liberté de religion, dans la mesure où cette démarche ne porte pas atteinte à la réputation du système.

Quatre pays, dont les États-Unis, ont permis aux adeptes du pastafarisme de porter une passoire sur leur permis de conduire.

Le pastafarisme est une parodie de religion créée par le physicien Bobby Henderson qui s’oppose à l’enseignement du créationnisme et du dessein intelligent dans le système scolaire public.

http://www.journaldequebec.com

Devrait-on être plus restrictif envers les aînés?


Je n’ai rien contre que des personnes âgées conduisent des voitures, mais surtout depuis que je me promène avec ma petite fille et comme piéton sans auto, j’ai remarqué qu’en deux ans, il y a eu un ou deux jeunes 18 a 30 ans, roulaient trop vite alors que c’était la priorité aux piétons. Alors que plusieurs fois, ce fut des personnes âgées qui n’ont même pas vu en tournant sur la route que nous étions engagées pour traverser. Une fois en sortant d’un magasin pour aller vers le trottoir, un monsieur d’un certain âge entre dans la cour assez vite que j’ai dû crier pour qu’il s’arrête en tenant la main de Mlle pour reculer
Nuage

Devrait-on être plus restrictif envers les aînés?

 

QMI_QMI_1406271435002

M. Marcoux, aîné détenteur d’un permis de conduire

GEORGEVILLE – Un accident qui a eu lieu mardi dernier à Georgeville impliquant un homme de 90 ans relance le débat sur les permis de conduire accordés aux personnes âgées.

Dans cette collision, le conducteur fautif a dévié de sa route et a percuté une voiture qui arrivait en sens inverse.

La cause de l’accident n’est toujours pas connue.

Cet événement n’est pas sans rappeler l’accident du 24 mars 2013 à Princeville lorsqu’un homme de 83 ans croyant appuyer sur le frein a plutôt enfoncé l’accélérateur.

Son véhicule a percuté le mur d’un restaurant et une femme qui se trouvait à l’intérieur a péri.

Dans son rapport, le coroner Pierre Bélisle a souligné qu’il est inévitable qu’en gagnant en âge les réflexes diminuent. Il avait recommandé en 2013 à la SAAQ d’accroître ses mesures de sensibilisation auprès de la population et du corps médical sur l’importance d’identifier les personnes dont les facultés de conduire un véhicule sont mises en doute, et que ces personnes soient soumises à des évaluations.

La SAAQ affirme que depuis 2013 d’autres mesures ont été prises.

«Les signalements de médecin sont passés de 2400 par année au début de l’opération à 10 000 par année», a expliqué le porte-parole Gino Desrosiers.

De plus, à partir de 75 ans, tous les conducteurs doivent soumettre un rapport médical rempli par leur médecin et par un professionnel des soins de la vue.

À 80 ans, cet examen se fait obligatoirement tous les deux ans. Aucun test supplémentaire ou examen de conduite n’est exigé à moins que la SAAQ le demande.

Pour la sécurité des aînés, la Fédération de l’Âge d’Or du Québec se dit ouverte à des évaluations plus poussées si nécessaire.

«Les gens de tous âges devraient passer d’autres tests, il ne faut pas seulement cibler les personnes âgées. C’est aussi un gros stress pour eux de repasser des examens», a souligné Lyne Rémillard de la FADOQ.

http://www.journaldequebec.com/