Australie : Une perle naturelle vieille de 2000 ans


Cette perle est magnifique malgré son grand âge. Mais a l’époque qu’elle s’est formée ce n’était probablement pas elle qui intéressait les indigènes, mais l’huître
Nuage

 

Australie : Une perle naturelle vieille de 2000 ans

 

Une perle naturelle vieille de 2000 ans

Crédit photo : capture d’écran «Daily Mail»

Une très rare perle naturelle vieille de 2000 ans a été mise au jour lors de fouilles archéologiques sur un site aborigène dans l’ouest de l’Australie, ont annoncé mercredi les scientifiques de l’université de Wollongong.

«Les perles naturelles sont très rares et nous n’en avons jamais trouvé auparavant» sur l’île-continent, s’est réjouie l’archéologue conchyliologue Kat Szabo, spécialiste des mollusques à coquille.

Découverte sur la côte de Kimberley, dans le nord de l’État d’Australie-Occidentale, la perle quasi sphérique aux reflets rose et or mesure environ cinq millimètres de diamètre.

Son âge a été établi grâce aux rayons X et à des comparaisons avec des perles de culture.

Elle se trouvait dans une fosse à déchets servant aux rituels plutôt qu’à la cuisine.

Les perles n’ont jamais occupé une place de premier plan dans les cultures indigènes de l’Australie septentrionale, mais les huîtres qui les produisent étaient elles utilisées au cours de cérémonies d’incantation pour faire venir la pluie.

La perle devrait être exposée au musée maritime de Perth.

http://tvanouvelles.ca/

Le Saviez-Vous ► Les légendes de la perle d’Allah ou perle de Lao-Tseu


La plus grosse perle au monde qui est très déformée a été le sujet de légendes, de mensonges, d’argent et même de meurtre alors qu’en fait, personne ne sait vraiment qui est quand elle a été découverte
Nuage

 

Les légendes de la perle d’Allah ou perle de Lao-Tseu

 

La perle d’Allah ou perle de Lao Tseu  (ou Lao Tse ou Lao Tzu selon les traductions)

Des millions de dollars, des meurtres, des fausses informations, des voyages à travers de vastes océans et des batailles devant les tribunaux… tout cela est lié à ce que certains ont appelé la perle la plus laide au monde.Son histoire est complexe et déloyale et avec de nombreux rebondissements, comme les plis innombrables sur la surface de la perle baroque de près de 7 kilos (la plus grande perle du monde), et comme les évènements entourant la célèbre perle d’Allah.

Depuis le jour de sa découverte, la perle d’Allah, autrement connue aussi sous le nom de perle de Lao Tzu (ou perle de Lao Tseu ou de Lao Tse), avait échappé à sa réputation de symbole de paix et d’harmonie, et à la place avait été le centre des situations suspectes innombrables. Cependant cette perle immense a été aussi au centre de nombreuses légendes, des guerres antiques de l’ouest américain, mais la véritable histoire de la perle demeure toujours aussi évasive.

L’histoire de cette perle n’est faite que de contradictions, les experts en matière de perles et les fervents ont commencé à réfléchir sur les faits et la fiction derrière ce trésor remarquable.

L’histoire racontée:

La première version de ses origines a lieu en 1934 sur la côte de Palawan, une île des Philippines, où on dit qu’un jeune plongeur musulman meurt après qu’il se soit trouvé étouffé par une palourde géante, appelée tricdacna gigas clam. Après que les plongeurs aient récupéré la palourde et sa victime, le chef des Dayaks indigènes a déclaré que la perle s’appellerait « la perle d’Allah » parce que la forme de cet immense gemme ressemble à Mohammed avec son turban.

Selon Wilburn Cobb, un archéologue de San Francisco,la perle lui aurait été donné en 1936 après que le fils du chef des indigènes Dayak fut guéri de la malaria grâce à ses conseils. Wilburn Cobb a apporté la perle à New York en 1939 et elle a alors été authentifié comme perle véritable de tridacna par Roy Waldo Miner, conservateur du musée américain d’histoire naturelle et des invertébrés de l’époque. Dans une lettre, Roy Waldo Miner décrit la perle comme pesant presque 7 kilos et mesurant 23 cm de long.

Au contraire des perles bien rondes avec des reflets nacrés, telles que vous pouvez les voir dans les bijouteries, cette perle était irrégulière dans sa forme, avec une surface tortueuse et ressemblait un peu à un cerveau, avec une couleur blanche mate et assez terne. Mr Waldo a précisé qu’étant donné que les taux de croissance ne sont pas connues pour les palourdes géantes, on ne peut discerner l’âge exacte de cette perle.Cobb a raconté l’histoire de la découverte de la perle dans le numéro de novembre 1939 du magazine du musée d’histoire naturelle. Il a aussi exhibé la perle chez « Ripley Believe it or not » (Musée de l’incroyable et de l’inhabituel) Robert Ripley’s collection, où on l’a exposée comme étant la perle la plus la plus grande du monde. Une valeur de 3.5 millions de dollars a alors été donné à la perle à l’exposition du musée de Ripley.

Puis la perle semble avoir disparu pendant les 30 années suivantes, jusqu’à ce que Cobb écrive alors une autre histoire à son sujet dans le bulletin de février 1969 de la Mensa (Association internationale regroupant les personnes situees parmi les 2 premiers centiles à un test d’intelligence générale (tests de QI).

L’introduction à cet article déclarait que si la Mensa pourrait sponsoriser une vente pour 3.5 millions de dollars, elle obtiendrait une part des fonds sous forme d’honoraires de 5 pour cent de la valeur estimée soit 175 000 dollars. Bien que la vente n’ait pas abouti , l’article racontait une histoire très différente de celle écrite 30 ans auparavant. Ainsi, la nouvelle histoire de la légendaire perle laotienne de Tseu était née.

Une histoire fantastique est né.

Dans ce nouvel article, Cobb affirmait que tandis que la perle était exhibée au musée de Ripley en 1939, M. Lee de Chine est apparu chez Ripley et a réclamé la perle comme étant la perle perdue de Lao Tseu. M. Lee a raconté de nouveau la légende chinoise antique de la perle à Cobb : Avant la mort de Lao Tseu il y a 2.500 ans, ce dernier a enseigné à un disciple comment implanter une amulette en jade, gravée avec les visages de Bouddha, de Confucius et de lui-même, dans une coquille de palourde pour produire une perle.

Les pensées de Lao Tseu tentaient à démontrer que si les trois faces des anciens sages pouvaient cohabiter en paix dans la palourde, alors toute l’humanité pouvait vivre dans la paix . Il a dit à ses disciples de garder en sécurité l’amulette dans la palourde pendant quatre années. Cela apporterait la paix et l’harmonie au monde.

Mais à la place, les disciples auraient transféré l’amulette devenue une perle dans des palourdes de plus en plus grandes et ainsi la perle grandissait de plus en plus.

Cobb a écrit que M. Lee lui a dit que la perle a été la cause de guerres et qu’en 1750, la perle a été envoyée en dehors de la Chine comme mesure de protection.

La perle aurait alors été transportée, dans la palourde, sur un bateau, où elle a été perdue dans une tempête au large de l’île de Palawan jusqu’à ce qu’un plongeur la trouve (le jeune Dayak musulman), toujours dans sa palourde, en 1934.

Cobb rajoute que M. Lee a dit que c’était la même perle et était disposé à offrir 3.5 millions de dollars pour acquérir la perle, mais Cobb aurait refusé l’offre et Mr Lee a quitté Ripley et on ne l’a plus jamais revu.

Quand Cobb est mort en 1980, la perle a été vendu à Peter Hoffman et à Victor Barbish pour 200.000 dolars. Cette transaction est la dernière offre connue sur la perle. Michael Steenrod, un gemmologue de Colorado Springs qui a évalué la perle à 60 millions de dollars et a comparé la perle à un objet façonné religieux, aurait dit

« C’est incroyable qu’on ait laissé partir la perle pour seulement 200 000 dollars après que son propriétaire soit mort. »

L’histoire est un mythe et cela est prouvé.

Cependant, selon les experts associés à Netperles, l’évaluation de Steenrod, les articles de Cobb et deux autres évaluations additionnelles de 1982 et de 2007, sont loins de la vérité.

« L’histoire de la perle de Lao Tseu est une imagination »

« Il est impossible de cultiver une perle dans une palourde. Cela n’a été jamais fait, encore moins il y a 2.400 ans »

La culture des perles dans des moules a seulement commencé au 13ème siècle et une plus grande production de perles n’a réellement débuté qu’au tournant du 20ème siècle. L’histoire de cette perle ne peut être que fabriquée de bout en bout. »

Nous ne contestons pas que c’est la perle la plus grande du monde, mais de là à dire qu’elle a été commissionnée par Lao Tseu, de plus la perle géante n’est pas de Chine, et elle n’est citée nulle part si on remonte à plus de 2000 ans d’histoire de la Chine !

« Ceci affecte assurément la valeur de la perle de manière importante » selon les experts, « cette légende apporte une valeur qui n’est pas la même que si on racontait que cette perle a été trouvée dans une palourde en 1934. »

Pourtant en dépit des réfutations historiques et scientifiques au sujet de la valeur de la perle par des experts sérieux, les contes du voyage fantastique de la perle sont demeurés intacts, même aux yeux des autorités légales qui n’ont jamais vraiment cherché à connaître la vérité.

Mais reprenons l’historique de la perle:

Peu après l’acquisition de la perle, Barbish a obtenu un prêt auprès de Joseph Bonicelli de Colorado Springs et en retour lui a donné une part sur la propriété de la perle. La perle est allée une première fois à la cour de justice en 1990 dans une tentative par Bonicelli de récupérer la valeur de son prêt. L’histoire de la perle de Lao Tseu est devenue une partie de la référence légale afin d’essayer d’établir une valeur pour la perle pendant ces démarches. À ce moment-là, les cours de justice ont ordonné que les trois hommes qui étaient les associés égaux dans la propriété de la perle vendent la perle pour que chacun récupère sa part, mais cet ordre n’a été jamais appliqué.

Après la mort de Joseph Bonicelli en 1998, la perle est devenue impliquée dans un nouvel imbroglio « légal », et le passé ressurgit avec un meurtre horrible.

L’épouse de Bonicelli, Eloise, avait été assassinée dans sa maison en 1975. Le meurtre est resté non élucidé jusqu’en 1998, année où son époux, Joseph Bonicelli, décède.

En 1998 la police a reçu une confession d’un participant à ce meurtre, l’homme indique qu’en 1975 Bonicelli avait payé le tueur à gage Delfino Ortega, un coiffeur local, $10.000 pour tuer sa femme Eloise.

Les enfants de Joseph et Eloise Bonicelli ont obtenu, d’un jugement récent en Mai 2007, que la perle soit mise en vente, sa valeur a été basée sur l’évaluation de Steenrod de $93 millions, 32,4 millions de dollars iront aux enfants Bonicelli une fois que la perle aura été vendue, ceci en compensation du prêt que leur père Bonicelli Joseph avait fait à Barbish.

Estimations exagérées et contradictoires et fausses datations au Carbone

Barbish affiche l’évaluation de Steenrod sur son site Web au sujet de la perle, ainsi que les informations relatives à l’estimation de 1982 par le « SF Gem Laboratoire de Lee Sparrow ».cette évaluation fait référence à une datation au carbone, même si il ne mentionne pas le laboratoire censé avoir effectué cette datation ni même la date de cette datation…Sinon signalons au passage que les datations au carbone sont impossibles sur une perle et seraient de toute façon très dommageables pour la perle elle même.

Sur son certificat d’évaluation à 42 millions de dollars, Sparrow affirme également que la perle date d’environ 600 ans, ce qui contredit totalement l’histoire de Lao-Tseu, puisque la période de Lao-Tseu date de 2400 ans ! Il faut savoir que l’estimation de Steenrod, retenu par le tribunal en Mai 2007, est basé sur l’estimation de Sparrow en 1982, tout en considérant l’inflation entre 1982 et 2007 !

Mythes et légendes perpétués:

Au cours des années, Barbish a clamé que plusieurs clients potentiels lui avaient fait des offres d’achats pour la perle. Il a même parlé d’un autre membre de la famille Lee qui serait apparu à Pasedena (Califormie) en 1983, réitérant la fameuse histoire de Lao-Tseu et lui faisant alors encore une offre d’achat que Barbish a refusé. Ce fameux membre de la famille Lee aurait mystérieusement disparu ensuite.

Le président Ferdinand Marcos des Philippines est également présumé avoir voulu acheter la perle en 1983, mais il aurait perdu le pouvoir avant d’avoir pu concrétiser son achat.

Barbish a même relaté qu’il y a quelques années, Osama bin Laden avait tenté de lui acheter la perle, avec un intermédiaire, afin de l’offrir à Saddam Hussein en témoignage de paix. Les autres parties ont toujours nié.

Barbish a aussi relaté avoir à nouveau refusé une offre d’achat parce que les acheteurs n’avaient pas « un bon caractère ».

Barbish et Cobb, ainsi que les enfants héritiers de Joseph Bonicelli, ont de très bonnes raisons de perpétuer des légendes et des histoires qui sembleraient donner de la valeur à la perle et un aura de mysticisme autour de cette perle.

les experts des mollusques « Tridacna clam » sont d’accord pour affirmer que cette histoire est plus que douteuse. Il a même été remis en question que les tribus Dayak ou Muslims ou Palawan aient bien existé à l’époque de 1934.

En regard de toutes ces légendes et histoires en contradictions, on ne peut qu’être sceptique concernant la valeur de la perle d’Allah, laquelle n’a jamais semble intéresser réellement un acheteur et sa valeur restant toute subjective et paraissant aussi légendaire que son histoire.

http://www.netperles.info/

 

Des perles tombées du ciel


Depuis longtemps l’être humain aime les parures et cherche des matériaux qui font valoir leur sens d’esthétiques. Des bijoux très anciens ont été analysé et leur matériaux ne viennent pas de la Terre
Nuage

 

Des perles tombées du ciel

 

Des perles conçues à partir de morceaux de météorites

Des perles conçues à partir de morceaux de météorites Photo :  UCL

Les plus vieux objets de fer conçus par les humains jamais découverts, datés d’environ 5000 ans, ont été forgés à partir de météorites, affirment des archéologues britanniques.

Ces neuf perles de fer ont été retrouvées en 1911 dans un cimetière du village d’El-Gerzeh, en Égypte, par d’autres archéologues britanniques. Elles étaient enfilées sur des colliers avec  d’autres métaux précieux, comme de l’or, ou des gemmes (lapis-lazuli, agathe, etc.)

Les perles ont été mises au jour en 1911.

Les perles ont été mises au jour en 1911. Photo :  UCL

Le Pr Thilo Rehren et ses collègues de l’University College de Londres expliquent que c’est une analyse poussée des perles qui a permis de déterminer qu’elles sont composées de fer météoritique, et non de minerai terrestre. Elles ont été bombardées de neutrons afin de lire la « signature » atomique de chacun des éléments composant leur alliage métallique.

Les scientifiques ont ainsi découvert qu’elles sont composées de nickel, de phosphore, de cobalt ainsi que de germanium, qui n’est présent qu’à l’état de traces infimes dans le fer terrestre. Le métal qui a servi à fabriquer les perles est donc nécessairement né dans l’espace, avant de venir s’écraser sur Terre.

D’autres tests ont montré que ce fer météoritique avait été à maintes reprises chauffé et martelé pour façonner des perles.

Ces perles cosmiques sont actuellement conservées au Musée Petrie de l’University College de Londres (UCL).

Les perles et les colliers découverts au même moment

Les perles et les colliers découverts au même moment Photo :  UCL

Le détail de cette analyse est publié dans le Journal of Archaeological Science.

« Elles ont été enroulées et martelées pour leur donner cette forme. […] C’est une technologie très différente de celle utilisée habituellement pour percer une perle de pierre, et cela témoigne d’une compréhension assez avancée de la part des orfèvres qui ont travaillé ce matériau difficile. »— Pr Thilo Rehren, UCL

Le saviez-vous? 

Au quatrième millénaire av. J.-C., le métal couramment employé par les artisans était le cuivre, bien moins dur et cassant que le fer météoritique.

http://www.radio-canada.ca

Découverte de la plus ancienne perle fine au monde


Une perle datant de plusieurs milliers d’année ayant servit probablement a des rites funéraires doit avoir son pesant d’or .. quoiqu’il en soit, la perle a depuis longtemps choisi comme une pierre spéciale
Nuage

 

Découverte de la plus ancienne perle fine au monde

 

La perle fine d'Umm al-Quwain 2 (E.A.U.), datée de 7500 ans, était associée au squelette n°4 de la nécropole.La perle fine d’Umm al-Quwain 2 (E.A.U.), datée de 7500 ans, était associée au squelette n°4 de la nécropole.   © CNRS/Ken Walton

La plus ancienne perle fine de l’histoire de l’humanité, vieille d’environ 7500 ans, a été découverte sur un site néolithique des Émirats arabes unis.

Cette découverte a été rendue publique par le Centre national français de la recherche

scientifique (CNRS), jeudi.

La perle découverte sur le site de l’habitat côtier d’Umm al-Quwain 2, aux Émirats arabes unis, est datée par carbone 14 d’environ 5500 ans avant notre ère.

« Il s’agit donc de la plus ancienne perle fine archéologique connue actuellement en Arabie, mais aussi au monde », souligne le CNRS.

« Jusque-là, les gemmologues avaient popularisé l’idée que la plus vieille des perles fines (datée de 3000 ans avant notre ère) provenait d’un site préhistorique japonais », peut-on lire dans le communiqué du CNRS. Or, la nouvelle découverte atteste que les perles fines étaient déjà collectées 2500 ans plus tôt dans cette aire géographique, pour leur valeur esthétique, voire à des fins rituelles.

Selon les chercheurs du CNRS, ces résultats et de précédentes découvertes de perles fines sur le littoral de l’Arabie du sud-est attestent donc que la plus ancienne pratique de pêche perlière s’est déroulée dans cette région du monde.

« Les perles fines occupaient une place particulière dans les rites funéraires. Ainsi, la perle retrouvée, non percée, était déposée dans la sépulture d’un individu dans la nécropole d’Umm al Quwain 2. Dans d’autres nécropoles, les perles étaient placées sur le visage du défunt, notamment au-dessus de sa lèvre supérieure. » Centre national français de la recherche scientifique (CNRS)

La totalité des perles néolithiques retrouvées aux Émirats arabes unis (101 au total) est issue de la grande huître perlière Pinctada margaritifera et de la Pinctada radiata, la dernière étant beaucoup plus petite, plus facile à collecter et offrant des perles de plus grande qualité. Le CNRS précise qu’elles ont été collectées au prix d’une « pêche difficile et dangereuse ». Après coup, les perles fines étaient triées, et les formes sphériques étaient privilégiées.

« Souvent blanches, opaques et mates du fait de leur altération, certaines sont pourtant remarquablement conservées, avec des tons blancs, roses, orangés, brunâtres et possèdent encore leur lustre d’origine », explique le CNRS.

Quant au nacre des huîtres, elle constituait de son côté une ressource capitale dans l’économie des sociétés néolithiques locales, « puisque c’est à partir des grandes valves de P. margaritifera qu’étaient produits les hameçons, destinés à capturer toute une gamme de poissons, jusqu’aux plus grands (thons ou requins) ».

http://www.radio-canada.ca

Goutte à goutte


Tout commence par une goutte d’eau, puis goutte à goutte, la nature s’abreuve de ce breuvage liquide, incolore mais qui se reflète sur l’herbe, les pétales de fleurs, même l’araignée peut s’admirer devant ce miroir transparent
Nuage

 

Goutte à goutte

 

Place aux pluies qui revigorent la nature et laissent leur trace éphémère et lumineuse. 

 

Goutte d’eau

© Pascal Van Merhaeghe


La nature à travers l’eau

© Bertrand Kulik


Une rose dans une perle

© Bertrand Kulik


Merveille matinale

© Nicolas Rattin


Des milliers de gouttes

© Solange Roy


Quatuor sur l’herbe

© Caroline Hude


L’eau pour la vie

© Marie-Ancolie Romanet


En équilibre

© Claudine Molenat


De l’eau dans une cuillère

© Hélène Faure


Trame géométrique

© Pascal Rouaud


La beauté d’un pissenlit

©Mikio Watanabe


L’effet de la rosée

© Gérard Brugnot


Féérie matinale

©Jean-Louis Barret


L’effet loupe

© Stéphane Roy


Emprisonnée dans l’eau

© Serge Agombart


http://www.linternaute.com

Le monde en éveil


L’hiver semble avoir quitter ce monde pour un temps laissant place à l’éveil des sens, des couleurs et des odeurs … la vie reprend un sentiment de liberté nait
Nuage

 

Le monde en éveil

Ballade sur une fleur

© Myriam Myriam Sophie


Femme girafe

© Jean marie Boyer


La traversée des sangliers

© Francis Vanderveken


Le sable marocain

© Erik GENTET


Traces humaines

© Serge VASSEUR


L’atterrissage

© Vincent Baré


Renard surpris

© Stéphane PICOT


L’arbre nu

©Baca Martin


Sculpture de 100 valises

© Christian Doaré


Balade en neige

© Patrick TRUCHASSOUT


Perle perchée

© Bertrand KULIK


L’empuse, insecte surnomée aussi diablotin de Provence

©Christian DELPHINO


Gyapète barbu

©Pierre DEHON

http://www.linternaute.com

Le bonheur


Il y a beaucoup de réflexions et de citations sur le thème du bonheur ! Il est exploiter a tous les maux décrit par tant de mots. Nous le savons pourtant, mais nous le cherchons souvent ailleurs et très loin. Tous ces petits moments qui vous ont fait sourire, voir même pleurer par l’émotion qui fait rebondir le coeur, par la plénitude que représente un coucher de soleil, un paysage d’hiver féérique (et ce même si nous n’aimons pas l’hiver) et plus encore …  Je pense que le fait de ne pas le dire tout haut que ce moment précis nous sommes heureux c’est comme si nous mettions une barrière au bonheur
Nuage

Le bonheur
 

Bien des gens courent après le grand bonheur,
Je faisais remarquer justement à quelqu’un
Combien les êtres humains étaient aveuglés
Dans leur recherche de ce grand bonheur…

La plupart des êtres humains le cherchent
Trop haut où trop loin, ils devraient apprendre
À regarder plus près. Ils regardent tellement loin
Qu’ils n’arrivent même plus à voir tous ces petits
Bonheurs autour d’eux et si près d’eux.

Ils ont de belles fleurs à cueillir
Dans leur propre jardin, mais ils sont tellement
Concentrés à la recherche de la perle rare
Au parfum inconnu, qu’ils ne voient ni ne sentent
Ce qu’ils ont à leur portée…

Le bonheur en fait se construit en
Plusieurs petites joies et petits instants.
Il se trouve bien souvent dans la simplicité et
La générosité de la grandeur d’âme des êtres
Au grand coeur. Voilà ce qui est grand,
Voilà où hommes et femmes devraient apprendre
À regarder. Ces êtres là, sont autour de vous,
Regardez bien, redécouvrez votre propre jardin,
Les trésors de cette vie ne se retrouvent pas tous
Au fond d’un coffret perdu…

Ils sont dans ce grand jardin de la vie,
Pas si loin de vous attendant d’être cueillis
Et vous découvrirez alors tout surpris
Une fleur oubliée au parfum si exquis, une fleur
Symbolisant l’homme ou la femme dont vous rêvez
Depuis si longtemps déjà et vous vous demanderez
«Pourquoi ne l’ai-je pas vu avant?…»

Alexina