LA PEAU: BAROMÈTRE DU STRESS


Le stress a des effets sur notre santé en générale. La peau est au première ligne pour affrontés le stress et provoquent des réactions sur cet organe. Si nous avons déjà certaines maladies de peau .. alors le stress les accentuent
Nuage

 

LA PEAU: BAROMÈTRE DU STRESS

 

Le stress est considéré depuis longtemps comme un facteur aggravant ou déclenchant de très nombreuses affections.


Ce phénomène est particulièrement vrai pour les maladies de la peau.

Mais inversement, certaines dermatoses, telles que le psoriasis, l’eczéma, l’acné ou encore le prurit, sont sources de stress et d’une dégradation de la qualité de vie.

Partout dans nos vies, le stress!

Le stress est omniprésent.

A côté des stress dits psychologiques, c’est-à-dire ceux qui sont liés à des problèmes relationnels, personnels ou professionnels, aux conditions de vie ou aux événements extérieurs, il existe également de nombreux stress physiologiques dus aux épisodes de la vie (puberté, grossesse…), et pathologiques liés aux maladies.

C’est ainsi que certaines maladies, et particulièrement les affections de la peau,  peuvent générer un stress important et être responsables d’une diminution de la qualité de vie

Plus la maladie de la peau s’affiche, plus les répercussions sont élevées: acné, psoriasis, dermatite atopique, prurit, pelade, vitiligo et autres ont ainsi un impact profond sur l’état de stress de ceux qui en souffrent.

Mais inversement, de nombreuses maladies de la peau sont susceptibles d’être aggravées ou générées par le stress.

Dans le premier cas, il s’agit par exemple d’un patient touché par un psoriasis peu apparent, qui développe un psoriasis sévère après avoir visionné une émission portant sur cette maladie et montrant des images assez impressionnantes.


Au final, le stress déclenche une poussée d’une maladie préexistante.

Dans le second cas, certaines maladies cutanées se manifestent à la suite directe d’un stress psychologique ou pathologique.

Par exemple, les lignes de Beau (la pousse des ongles étant altérée, des stries transversales apparaissent sur les ongles) peuvent se développer à la suite d’une grossesse ou d’une intervention chirurgicale


Et dans ce cas précis, l’ongle poussant d’un millimètre par mois, il est même possible de dater l’évènement déclenchant!

Comment expliquer cette relation entre dermatoses et stress?

La peau étant un organe relationnel qui contribue à notre apparence esthétique, toute atteinte de celle-ci est mal vécue.

Ensuite, la peau se situe en première ligne, faisant la barrière entre l’intérieur de notre organisme et l’environnement.

Côté mécanisme, l’action psychologique directe peut exister. C’est le cas d’une personne qui se gratte à l’excès parce qu’elle est stressée.

Pour les dermatoses inflammatoires, le mécanisme est différent. Les études portant sur ce sujet montrent qu’un stress aigu (ponctuel) supprime l’action de certaines cellules immunitaires, alors qu’un stress chronique induit inversement une activation de ces mêmes cellules.

En conclusion, si nous ne pouvons pas grand-chose contre une maladie qui nous fragilise, nous pouvons en revanche limiter son éventuelle expansion en gérant notre stress.

D’ailleurs, un stress bien géré est un atout préventif contre d’autres pathologies.

Marion Garteiser, journaliste santé

http://www.e-sante.be

Perdre ses cheveux, est-ce normal?


Perdre des cheveux c’est normal mais certains en perdent plus que d,autres Pour certain c’est un drame pour d’autres c’est ils l’acceptent a cause de la génétique. Il est clair que ce sont surtout les hommes qui souffrent le plus de la perte des cheveux, certains en sont même couronner 😉 Pour les femmes c’est généralement moins pire .. mais elles perdent aussi des cheveux pour diverses raisons ..
Nuage

 

Perdre ses cheveux, est-ce normal?

 

Perte cheveux

© Istockphoto.com

On perd en moyenne de 50 à 100 cheveux par jour. Mais cette quantité peut varier, selon divers facteurs.

Par Katia Mayrand , journaliste , Montréal, Canada

 

Un matin, vous remarquez en vous brossant les cheveux que vous en perdez beaucoup plus qu’à l’habitude. C’est la panique! Est-il normal de perdre ses cheveux?

 

«Perdre des cheveux est tout à fait normal, confirme Dr Jean-Marc Bouzeran.médecin et co-auteur du site Medicalorama.com. La raison est que les cheveux ont un cycle de vie. Chaque cheveu qui tombe est remplacé naturellement par un nouveau. On perd en moyenne de 50 à 100 cheveux par jour. Cette quantité peut toutefois varier en fonction de plusieurs facteurs, comme la densité de la chevelure -plus une personne a de cheveux, plus elle en perd».

Règle générale,  il n’y a aucune inquiétude à avoir si on retrouve quelques cheveux sur sa brosse après s’être peigné. Toutefois, la présence de nombreux cheveux sur les vêtements ou l’oreiller peut indiquer un problème.

La vie d’un cheveu

 

Tout comme les poils, les cheveux ont un cycle de vie qui comporte trois phases: la phase de croissance (phase anagène) dure de deux à six ans. En moyenne, un cheveu pousse de 1 cm par mois. Cette phase est suivie de la phase d’arrêt de la croissance (phase catagène). Très courte, elle n’est que de deux semaines. La vie du cheveu se termine avec la troisième phase (phase télogène), soit la chute du cheveu.

Causes

 

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine de l’alopécie -terme médical utilisé pour désigner la perte de cheveux-. Voici les principaux:

-Le changement de saisons et d’ensoleillement.

-Une grande fatigue.

-Un stress intense ou un choc psychologique.

-Une carence alimentaire (par exemple, un déficit en fer, protéines ou zinc).

-Une grossesse: la chute de cheveux post-accouchement touche environ la moitié des femmes. Elle est tout à fait normale et s’explique par la chute brutale des hormones de grossesse.

-Une maladie, une intervention chirurgicale ou la prise de certains médicaments.

-Les cycles hormonaux: une pilule contraceptive non adaptée peut favoriser la perte de cheveux.

Hommes vs femmes

 

Les hommes sont plus touchés que les femmes par l’alopécie héréditaire (aussi appelé calvitie commune).

 «Hommes et femmes perdent autant de cheveux et pour les mêmes raisons, mais pas de la même façon, précise Dr Jean-François Tremblay, dermatologue esthétique. Contrairement aux hommes, les femmes perdent rarement tous leurs cheveux. La calvitie chez la femme se manifeste plus souvent par un éclaircissement diffus de la chevelure. Chez l’homme, les tempes, la couronne postérieure et le front sont généralement les plus atteints.»

Et les enfants?

 

Chez les enfants, les causes les plus fréquentes de perte de cheveux sont la pelade et la teigne.

«La pelade provoque une perte de cheveux localisée dont la cause est inconnue. Sans danger, celle-ci ne nécessite pas de traitement. Quant aux cheveux, ils repoussent en quelques mois. La teigne, quant à elle, est une infection causée par des champignons et se détecte par des plaques rugueuses n’importe où sur la tête», explique Dr Jean-Marc Bouzeran. Cette affection se traite aisément.

Traitements

 

«Deux médicaments ont fait la preuve de leur efficacité jusqu’ici, souligne Dr Bouzeran. Il s’agit du Minoxidil et du Finasteride.»

Le Minoxidil (Rogaine) est une lotion qui doit être appliquée deux fois par jour. Vendu sans prescription, il agit localement pour faire repousser les cheveux. Le Finasteride (Propecia ou Proscar) n’est efficace que chez les hommes. Il s’agit d’une pilule vendue sur ordonnance.

«Ces deux traitements freinent la chute des cheveux, mais la repousse est faible dans 10 à 30 % des cas. Malheureusement, à l’arrêt de ces traitements, le processus de perte de cheveux recommence à nouveau», précise Dr Bouzeran.

Il existe une multitude de traitements complémentaires, mais aucun d’entre eux n’a fait l’objet d’études solides.

«Par exemple, certaines personnes obtiennent des résultats avec des compléments alimentaires à base de vitamines (vitamines B5, H et B6) et d’acides aminés», confirme Dr Bouzeran.

Une grande quantité de lotions et shampoings antichute fleurissent aussi sur le marché, mais mieux vaut se méfier des soins qui garantissent des résultats immédiats. Ceci dit, tous les produits n’agissent pas de la même façon sur toutes les têtes.

Soins et prévention

 

Quant aux soins apportés aux cheveux, certains experts prétendent qu’il vaut mieux ne pas abuser des élastiques serrés, séchoirs électriques, colorations, etc., tandis que d’autres affirment qu’ils n’ont aucun impact sur la perte de cheveux.

La meilleure façon de prévenir la perte de cheveux consiste à adopter des habitudes de vie saines (minimum de stress, sommeil réparateur, alimentation équilibrée, etc.). Enfin, si on se met à perdre ses cheveux en quantité inhabituelle, mieux vaut agir rapidement et prendre rendez-vous avec son médecin.

http://www.servicevie.com/