À 9 ans, ce petit peintre russe vend ses œuvres au profit d’un refuge pour animaux


Il a juste 9 ans et il a du talent. Il peint pour des animaux de compagnie sur demande en échange ses clients doivent fournir de la nourriture ou fourniture à un refuge animalier. Si a cet âge, il a le souci  des autres  alors on ne peut qu’espérer un bel avenir pour lui.
Nuage


À 9 ans, ce petit peintre russe vend ses œuvres au profit d’un refuge pour animaux

Crédits : Pavel Abra­mov/Insta­gram

par  Adrien Gingold

À Arza­mas, en Russie, le jeune Pavel Abra­mov réalise des portraits d’ani­maux de compa­gnie. L’ar­tiste de neuf ans les cède contre de la nour­ri­ture et des four­ni­tures desti­nées à un refuge pour animaux, raconte le Tele­graf. 

Avec sa mère, Ekate­rina Bolsha­kova, Pavel a eu l’idée du projet « Kind Paint­brush » il y a envi­ron un an, après avoir perdu son chien. Pour hono­rer la mémoire de Barsik, il a décidé de prendre le pinceau.

Gestion­naire du groupe « De quoi un petit volon­taire est-il capable ? » sur le réseau social russe VK, Pavel fait le portrait de vrais animaux de compa­gnie, en échange de quoi leurs maîtres s’en­gagent en faveur du refuge et aident à amélio­rer la qualité de vie des pension­naires.

Les commandes pleuvent de tout le pays et ses œuvres ont déjà été expo­sées en Espagne et en Alle­magne.

Source : Tele­graf

https://www.ulyces.co

Le Saviez-Vous ►Léonard de Vinci souffrait-il d’un trouble de l’attention ?


Bien qu’il soit difficile de diagnostiqué un trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité chez une personne qui a existé, il y a quelques siècles, il est possible d’émettre une hypothèse s’il y a assez de documentation comme Léonard de Vinci. Cela démontre que les gens qui souffrent de TDAH peuvent faire de grandes choses.
Nuage


Léonard de Vinci souffrait-il d’un trouble de l’attention ?


delcarmat/Shutterstock.com

L’œuvre de Léonard de Vinci est immense. Des centaines de travaux encore visibles aujourd’hui, mais aussi pas mal restés inachevés. Ce qui a poussé des chercheurs britanniques à s’interroger : et si le maître souffrait d’un trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH) ?

Peintre, sculpteur, inventeur… Léonard de Vinci possédait une extraordinaire créativité. Mais en s’appuyant sur des comptes rendus de l’époque, des scientifiques  du King’s College de Londres ont constaté qu’il procrastinait aussi de façon chronique.

Les chercheurs se sont donc interrogés sur cette alternance de travail compulsif et de remise au lendemain. Et si Léonard de Vinci souffrait d’un trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité ?

« Il est impossible de poser un diagnostic post-mortem sur une personne qui vivait il y a 500 ans », lance le Pr Marco Catani, principal auteur de ce travail. « Mais je suis convaincu que le TDAH est l’hypothèse la plus convaincante et la plus plausible scientifiquement. »

Une difficulté à finir ses travaux

Le TDAH est un trouble du comportement caractérisé par une procrastination continue, une incapacité à effectuer des tâches, un esprit errant et une agitation du corps et de l’esprit.

« Les archives historiques montrent que Leonardo passait beaucoup de temps à planifier des projets mais manquait de persévérance », note le Pr Catani. « Les récits de biographes et de contemporains montrent qu’il était constamment en déplacement, sautant de tâche en tâche. Comme beaucoup de patients souffrant du TDAH, il dormait peu, travaillait nuit et jour de façon continue en alternant des siestes courtes et des périodes de veille prolongée. »

« Il existe une idée fausse largement répandue selon laquelle le TDAH est typique des enfants peu intelligents, destinés à une vie difficile », conclut le Pr Catani. « Au contraire, la plupart des adultes que je vois rapportent avoir été des enfants intelligents et intuitifs, mais avoir développé des symptômes d’anxiété et de dépression plus tard dans la vie parce qu’ils n’avaient pas réussi à atteindre leur potentiel. »

A noter : L’œuvre la plus emblématique de Léonard de Vinci reste sans doute La Joconde, qu’il retouchera jusqu’à la fin de sa vie sans jamais la livrer.

  • Source : Kings College London,
  • Ecrit par : Vincent Roche – Edité par : Emmanuel Ducreuzet

https://destinationsante.com/

Ce chien a vendu plus de 140 pein­tures abstraites sur Inter­net


Je n’ai rien contre qu’un chien s’amuse avec de la peinture et pinceaux et c’est une bonne idée de mettre des toile de cet art abstrait sur leurs murs. Ce qui m’agace par contre, c’est d’en vendre. Il y a des peintres de talent qui essaient de percer et c’est des animaux, qui réussissent pour leur maitre. Cela prouve que le talent artistique a une définition vraiment large.
Nuage

 

Ce chien a vendu plus de 140 pein­tures abstraites sur Inter­net

 

Crédits : shiba.art.online

par  Ulyces

Un pinceau dans la gueule, Hunter donne des coups de tête vers une toile que ses maîtres ont pendu là. Après plusieurs récom­penses et plusieurs allers-retours de pinceaux dégou­li­nant de pein­ture, la toile colo­rée est fin prête.

Ce Shiba Inu de cinq ans est devenu en l’es­pace de quelques années un peintre abstrait et il est aujourd’­hui suivi par plusieurs milliers de personnes sur les réseaux sociaux.

Crédits : shiba.art.online

Hunter vit dans la province cana­dienne de l’Al­berta avec ses maîtres Kenny Au et Denise Lo. Le couple dispo­sait d’un mur vide chez eux qu’ils dési­raient habiller d’œuvres d’art. Vu la place que ce chien occupe dans leur vie, Kenny et Denise se sont dit qu’il serait extra­or­di­naire que Hunter lui-même puisse réali­ser ces œuvres. Ils lui ont ainsi montré comment tenir des pinceaux et le résul­tat a été surpre­nant. 

« Quand il l’a appris, il a voulu le faire tout le temps », s’est exclamé Kenny, qui assure être atten­tif au bien-être de son chien et éviter tout surme­nage.

Crédits : shiba.art.online

Si Hunter n’a pas encore pu expo­ser ses œuvres dans une gale­rie, celles-ci sont toute­fois en vente sur Etsy à 33,20 € ($52.00 cad) pièce. En tout, il en a déjà vendu pour près de 5 000 € ( $7 800 cad) Kenny et Denise expliquent qu’ils conti­nue­ront à faire peindre Hunter aussi long­temps qu’il en montrera l’en­vie et qu’ils arrê­te­ront sans hési­ter le jour où ce ne sera plus le cas.

Crédits : shiba.art.online

Crédits : shiba.art.online

Crédits : shiba.art.online

Source : shiba.art.online

https://www.ulyces.co/

Ce peintre syrien transforme les chefs d’Etat en réfugiés


Un peintre s’exprime avec son art. Il imagine les personnalités qui gouverne ce monde en réfugiés, en immigrants désarmées, humiliées et vulnérables. Car ceux qui gouvernent sont responsables de ce qui a causé le chaos dans des pays comme la Syrie. Personnellement, je trouve que cela porte à une grande réflexion et il n’a qu’à espérer que son art puisse toucher les présidents, premiers ministres ou autres titre de gouvernement, c’est probablement irréaliste qu’ils en tiennent compte.
Nuage

Ce peintre syrien transforme les chefs d’Etat en réfugiés

Des affiches de cinéma géantes peintes à la main, une tradition de Taïwan


De très belles affiches peint à la main pour annoncer en primeurs les films au cinéma. Alors qu’aujourd’hui, tout ce fait avec la technologie numérique, à Taiwan, c’est une tradition de faire les affiches à la main
Nuage

 

Des affiches de  cinéma géantes peintes à la main, une tradition de Taïwan

 

Taiwan a pour tradition de faire peindre à la main de grandes bâches ou plaques de bois pour annoncer les sorties des films, sur la devanture des cinémas.

Ces images très colorées et géantes rythment la vie culturelle des taïwanais depuis le début du siècle dernier, et la population a beaucoup de tendresse pour ces éléments visuels urbains.

Pourtant la culture numérique est en train de les faire progressivement disparaître. Les peintres possédant les techniques pour réaliser des peintures de cette taille sont maintenant bien peu nombreux. Dans un article très détaillé, le site du ministère des affaires étrangères de Chine raconte la petite histoire de deux de ces artistes aux parcours très différents, parmi les derniers à exercer ce métier.

Après une vie à produire ces affiches (ils ont tous les deux commencé très jeune comme apprentis), ils utilisent chacun des techniques et des supports différents, ce qui rend leur travail très personnel. Et si ils n’ont pas forcément reçu un enseignement classique de la peinture, ils sont depuis récemment en mesure de transmettre leur savoir-faire à des stagiaires pour qu’il perdure, grâce à l’engouement des taïwanais pour sauver cette tradition.

http://www.laboiteverte.fr/

Un strabisme à l’origine du génie de Vinci?


Il se pourrait que Léonard de Vinci avait un trouble de vision, un strabisme divergent intermittent. Et grâce a cet handicape, cela aurait permis une grande capacité à rendre le relief sur ses toiles.
Nuage

 

Un strabisme à l’origine du génie de Vinci?

 

Le tableau « Salvator Mundi » de Leonard de Vinci. © ap.

Léonard de Vinci souffrait peut-être d’un strabisme qui a contribué à son sens de la perspective, augmentant son champ de vision et la perception de la profondeur, selon une étude britannique.

L’étude dirigée par Christopher Tyler, de la City University de Londres, a porté sur six portraits et auto-portraits réalisés ou représentant le maître italien de la Renaissance, deux peintures, deux sculptures, et deux dessins.

Le chercheur a mis en évidence que les yeux des personnages visibles dans ces oeuvres présentaient « un angle de strabisme divergent », notamment dans le tableau « Salvator Mundi », le « Saint Jean Baptiste » ou encore le célèbre dessin de l »Homme de Vitruve » étudiant les proportions du corps humain.

« Strabisme divergent intermittent »

Ces indices « laissent penser que Léonard de Vinci avait un strabisme divergent intermittent, et la capacité de passer en vision monoculaire », écrit Christopher Tyler dans cette étude publiée en ligne par la revue médicale JAMA Ophtalmology.

Les personnes présentant un strabisme ont souvent une vision monoculaire plutôt que binoculaire : les deux yeux sont utilisés séparément, ce qui peut avoir pour effet d’augmenter le champ de vision et la perception de la profondeur.

Un strabisme divergent, « en particulier s’il était intermittent, peut avoir contribué à la capacité exceptionnelle de Léonard de Vinci de rendre le relief sur une toile », souligne le chercheur.

Ce trouble de la vision « explique peut-être la grande facilité (de Léonard de Vinci) à représenter des objets et des visages en trois dimensions », ou à présenter des paysages montagneux à l’arrière plan de ses compositions, selon l’étude.

Le strabisme peut s’avérer « commode pour un peintre, car voir le monde avec un seul oeil permet des comparaisons directes avec l’image à plat, dessinée ou peinte », estime Christopher Tyler, qui cite des études selon lesquelles d’autres peintres de renom comme Rembrandt, Dürer, Degas ou Picasso, en souffraient également.

https://www.7sur7.be/

Ce garçon achète un tableau pour $2 – des mois plus tard il découvre quelque chose d’incroyable


Ce jeune garçon s’intéresse à collectionner et vendre des tableaux, du verre et des objets en argent. Dans une émission d’Antique Roadshow, il a amené un tableau qu’il a acheté dans une vente aux enchères dans le New Jersey un tableau au prix de 2 $. David Weiss, un expert en peintures, textiles et oeuvre d’art qui a analysé sa trouvaille. Le jeune garçon a été surpris de savoir que l’oeuvre était peint par Albert Neuhuys, artiste hollandais à la fin du 19e siècle. Il a été plus étonné quand il a su la vraie valeur de cette toile : 1 500 $. On peut dire que cet enfant est précoce et a beaucoup de flair pour faire de bonnes affaires
Nuage

 

Ce garçon achète un tableau pour $2 – des mois plus tard il découvre quelque chose d’incroyable