Les orques aussi ont de la culture !


Les orques transportent un bagage génétique qui fait que les populations d’orque ont chacune leur propre spécialité pour chasser
Nuage

Les orques aussi ont de la culture !

Chaque population d'orques a ses préférences et ses modes de chasse, transmis de génération en génération. © SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Chaque population d’orques a ses préférences et ses modes de chasse, transmis de génération en génération. © SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Par Félix Gouty

Suite à l’analyse génétique de différentes populations d’orques, des scientifiques ont émis l’hypothèse de l’influence des gènes sur l’établissement d’une véritable culture chez ces animaux.

SAVOIR. Chez les humains, la culture est le résultat de l’accumulation de connaissances communes, inscrites dans notre histoire. Elle peut être partagée, comme elle peut être spécifique : certaines populations, certains pays, certaines villes ou certaines ethnies ont chacun leur propre patrimoine culturel et folklore. Selon une récente étude publiée dans Nature Communications, c’est un phénomène retrouvé, certes dans une moindre mesure, chez d’autres animaux, en particulier les orques (Orcinus orca). Les « baleines tueuses » sont des superprédateurs, sommets de la chaîne alimentaire de multiples régions des océans Pacifique et Atlantique. En conséquence, l’espèce compte plusieurs populations distinctes, aux génomes quelque peu variants d’une à l’autre. En outre, certaines de ces populations ont chacune leur spécialité : il y a celles qui chassent en embuscade d’autres cétacés, d’autres qui encerclent des bains de poissons, et sans compter celles qui attrapent des phoques et lions de mer sur les rives. Des modes de chasse différents, aux techniques particulières, qui forment une sorte de culture de population pour chacune – « enseignée » de générations en générations.

Culture et gènes : qui est l’œuf, qui est la poule ?

En effet, d’après les analyses génomiques (l’ensemble de l’information génétique, constituant l’ADN), chacune de ces populations se démarque des autres génétiquement parlant, ne partageant que des traces de leur ancêtre commun, vivant il y a environ 250.000 ans. La relation gène et culture est donc possible : les scientifiques parlent alors de « culture génomique ». Cependant, reste à savoir qui vient avant l’autre. Sont-ce les gènes qui ont influencé les comportements particuliers des populations de ces cétacés ? Ou leurs cultures respectives ont-elles caractérisé leur patrimoine génétique ? Quoi qu’il en soit, aucun patrimoine culturel spécifique n’aurait pu être acquis sans des capacités cognitives suffisantes et une certaine flexibilité comportementale.

http://www.sciencesetavenir.fr/

Chili → La police traque les voleurs de cinq tonnes de glace millénaire


C’est un vol bizarre et un pillage sans respect pour la nature qui est déjà mal menée par les changements climatiques et n’a surement pas besoin de ce genre de voleurs . Mais je me demande qui pourrait acheter des morceaux de glacier et qu’elle est l’intérêt?
Nuage

 

Chili  → La police traque les voleurs de cinq tonnes de glace millénaire

Chili - La police traque les voleurs de cinq tonnes de glace millénaire

Un «champ de glace» du Chili.

© MARTIN BERNETTI / AFP

Agence France-Presse

SANTIAGO – La police chilienne recherche activement les voleurs de cinq tonnes de glace millénaire, extraites d’un glacier de Patagonie, dans l’extrême sud du pays, a indiqué lundi une source judiciaire citée dans la presse.

L’organe public des forêts, la Conaf, a déposé plainte vendredi «après qu’une entreprise a été repérée extrayant de la glace millénaire» du glacier de Jorge Montt, dans le Campo de Hielo Sur, a expliqué le procureur local Jose Moris, cité dans l’édition en ligne du quotidien El Mercurio.

Le conducteur d’un camion frigorifique qui transportait la glace a été intercepté et arrêté par la police vendredi soir dans la ville de Cochrane, à 2 000 km au sud de Santiago.

«La qualification est en principe de vol simple, étant donné la quantité de glace concernée. On parle d’une valeur marchande de 3 millions de pesos» (6200 dollars), a souligné le procureur, mais une inculpation pourrait également être prononcée pour «délit contre le patrimoine culturel».

D’autres suspects, identifiés, étaient recherchés lundi, dont le commanditaire présumé résidant à Santiago.

Le parquet de Cochrane n’était pas joignable lundi soir.

Le glacier Jorge Montt, d’une superficie de 454 km2, est l’un des 49 glaciers composant le Campo de Hielo Sur, dans les Andes patagoniennes, à cheval entre Chili et Argentine.

Selon une étude chilienne récente, il s’agit de l’un des glaciers de l’hémisphère sud dont la régression est la plus spectaculaire. Il a enregistré un recul d’un kilomètre au cours de l’année 2010, en raison du réchauffement climatique et des conditions océanographiques.

http://fr.canoe.ca