Se Taire


Nous avons intérêt a mieux décodé le silence d’une personne, il peut que  cela soit très révélateur
Nuage

 

Se taire

 

“Ceux qui se taisent disent plus de choses que ceux qui parlent tout le temps.”

Octave Mirbeau

Il y a un temps …


Être à l’écoute des gens, des évènements, permettent de mieux juger le temps que la parole est nécessaire
Nuage

 

Il y a un temps …

 

Il y a un temps pour ne rien dire,
Il y a un temps pour parler, mais
Il n’y a pas un temps pour tout dire

Proverbe latin médiéval

Pouvoir manger de la viande crue a changé le visage de l’homme


Quoiqu’on en dit la viande a eu un impact important pour l’homme, pour l’évolution de son cerveau. Surtout quand l’homme a su travailler la viande crue pour la rendre plus facile à mastiquer, son visage a changer et qui aurait peut-être facilité l’usage de la parole
Nuage

 

Pouvoir manger de la viande crue a changé le visage de l’homme

 

Pouvoir manger de la viande crue a entraîné chez nos ancêtres certains... (Photo archives Le Soleil)

PHOTO ARCHIVES LE SOLEIL

 

Agence France-Presse
Paris

Pouvoir manger de la viande crue a entraîné chez nos ancêtres certains changements morphologiques importants au niveau du visage, clé de l’amélioration de la parole, selon une étude publiée mercredi dans la revue Nature.

On sait qu’à l’époque de l’Homo erectus, il y a deux millions d’années, l’introduction de la viande a été cruciale pour l’augmentation du volume du cerveau de nos ancêtres.

Mais, paradoxalement, à partir du moment où il devient carnivore, ses dents se font plus petites et les muscles de la mastication plus chétifs.

«Si un Homo erectus était allé chez le dentiste, ce dernier aurait vraiment mis du temps à trouver la différence avec l’homme moderne», explique Katherine Zink, de l’Université de Harvard et coauteur de l’étude.

Selon l’étude publiée mercredi, ce changement au niveau de la mâchoire pourrait facilement s’expliquer si la viande était consommée cuite, mais nos ancêtres ne se sont mis aux fourneaux que bien plus tard, il y a 500 000 ans.

«Les humains sont incapables de mâcher de la viande crue sans aucun traitement préalable. Si vous donnez à quelqu’un un morceau de viande crue, il mâche et mâche et mâche», explique Katherine Zink.

Pour élucider ce mystère de l’évolution humaine, Katherine Zink et son collègue Daniel Lieberman ont mesuré l’effort musculaire nécessaire à la mastication pour ce nouveau régime alimentaire à base de viande crue.

Résultats: mâcher de la viande crue demande bien moins d’effort qu’un gros volume de fibres végétales, mais à une condition: qu’elle soit découpée et écrasée à l’aide d’outils.

Les dents des chimpanzés sont très semblables aux nôtres, mais ce singe est incapable de travailler la nourriture.

Il évite de manger de la viande (2/3% de son alimentation) et pour cause: un chimpanzé a été observé passant 11 heures à manger un seul calabus (une espèce de singe).

 «Onze heures ! C’est long pour manger quelque chose de la taille d’un chat», s’amuse Katherine Zink.

Pour un repas composé d’un tiers de viande de chèvre (tranchée avant dégustation) et d’aliments végétariens préalablement martelés avec des outils de pierre, les chercheurs ont mis en évidence que l’Homo erectus réduisait son temps de mastication de 17 % et la puissance de 26%.

Avec une mâchoire qui travaille moins, le visage s’affine, les dents se font plus petites ce qui, selon l’étude, peut avoir favorisé l’émergence d’autres facultés comme l’amélioration la parole.

http://www.lapresse.ca/

Les actes


Par expérience ont fini par se méfier des paroles en vieillissant, Car les mots ne suivent pas nécessairement la réalité
Nuage

 

Les actes

 

« Avec l’âge, je prête moins attention aux dires des hommes, je m’intéresse à leurs actes. »

Andrew Carnegie

Un professeur demande à ses élèves de vider ces tubes sur leur table!


Morale de l’histoire : Les mots peuvent avoir un grand pouvoir destructeur sans nécessairement que l’on en soit conscient.
Nuage

 

Un professeur demande à ses élèves de vider ces tubes sur leur table!

 

Ce professeur de philosophie a apporté de la crème à raser, du dentifrice et d’autres tubes puis il en a donné à chacun de ses élèves et leurs a demandé de les vider sur leurs bureaux !

Tous les élèves ont commencé donc à le faire et avec toute joie bien sûr…Une fois tous les tubes vides, et bien ils leurs a demandé de remettre tout à l’intérieur! Bien évidement, il est impossible de le faire, puis le prof leur dit:

« Sur le moment, vous étiez tellement concentré que vous n’étiez même pas en train de réaliser tout le dégât que vous étiez en train de faire. Le dégât s’est rapidement répandu et il est impossible de remettre tout ça à l’intérieur. Souvenez-vous de ça lorsque vous devez sortir des mots de votre bouche… »

La parole


Les mots communiquent des sentiments, des émotions, des jugements, des hésitations, des affirmations, des négations, bref, les mots peuvent faire du bien ou du mal, tout dépend le comment, le pourquoi et a qui sont dites ces paroles
Nuage

 

La parole

 

 »La parole est une arme, bien s’en servir est un art »

Inconnu

5 mythes au sujet du bégaiement


Le bégaiement touche 5 % d’enfant et 1 % chez les adultes, et qu’importe ou on se trouve dans le monde, les statistiques sont similaires. Il existe un traitement qui donne de très bons résultats chez les enfants, et adolescents, alors que chez le adultes c’est un peu plus compliqué
Nuage

 

5 mythes au sujet du bégaiement

 

    Le bégaiement est un trouble neuromusculaire de la parole qui apparaît le plus souvent à l’âge préscolaire, entre 2 et 5 ans, et qui touche quatre fois plus de garçons que de filles.

     Il se caractérise par des disfluidités ou « accrochages » de durée variable au niveau du discours. Ces disfluidités peuvent prendre différentes formes: répétitions de mots, de syllabes ou de sons, blocages, prolongement de sons ou ajout de sons ou de mots superflus. Certains individus présentent des mouvements associés ou une tension musculaire en lien avec leur bégaiement, par exemple, des coups de tête ou des clignements d’yeux.

    Un enfant qui hésite en exprimant certains mots ou répète des mots en entier (ex: Mais mais mais maman je veux du lait) ne présente pas nécessairement du bégaiement. Certaines disfluidités sont considérées normales et se manifestent quand l’enfant tente de structurer sa pensée, organiser ses idées ou trouver ses mots.

    D’autres disfluidités sont plus typiques du bégaiement: blocages sur certains sons (ex: Où est P….(pause)…Papa ?), prolongement de sons (ex: Aaaaaaalice est partie à la garderie) et répétition de parties de mots (ex: Regarde Maman le ca-ca-camion !). Plusieurs mythes sont véhiculés à propos du bégaiement, un phénomène toujours mal compris, dans la population en général. Voici ceux que j’ai le plus entendus dans le cadre de ma pratique en orthophonie:

  1. Le bégaiement est causé par un événement marquant ou traumatisant dans l’enfance. FAUX. Un divorce, un déménagement ou la naissance d’un frère ou d’une soeur ne peut causer le bégaiement. Toutefois, ces facteurs peuvent agir à titre de déclencheur ou contribuer à aggraver le bégaiement en interférant avec un système de parole plus fragile. En effet, l’anatomie et la physiologie du cerveau des personnes bègues présentent certaines fragilités, entraînant une difficulté de synchronisation des mécanismes impliqués dans la production de la parole (respiration, voix, articulation).

  2. Le bégaiement est causé par la gêne. FAUX. Contrairement aux croyances populaires, le bégaiement n’est pas causé par la gêne, la nervosité ou un problème affectif. Il n’y a d’ailleurs pas plus de bègues parmi les gens qui ont souffert de violence physique, de névroses ou d’autres types de problèmes psychologiques. Néanmoins, le bégaiement peut causer de la peur et de l’anxiété, qui à leur tour, peuvent aggraver le problème. La recherche actuelle n’a pas encore permis d’identifier une cause exacte au bégaiement. Cependant, plusieurs études tendent à démontrer que les aspects héréditaire et neurophysiologique jouent un rôle important. Ainsi, un individu a davantage de risques de bégayer si un autre membre de sa famille proche ou éloignée bégaie ou a déjà bégayé (prédisposition génétique).

  3. Les personnes qui bégaient sont des personnes simples d’esprit, moins intelligentes que la moyenne. FAUX. Il n’y a absolument aucun lien entre cette problématique de parole et l’intelligence.

  4. Les personnes qui bégaient le font parce qu’elles parlent trop vite. FAUX. Certaines personnes vont faire des remarques à une personne bègue, telles que « Prends ton temps, parle plus lentement, répète ». Ces conseils peuvent s’avérer gênants ou frustrants pour la personne bègue, en plus de ne pas entraîner une diminution du bégaiement. Le fait de diminuer le débit de parole n’est pas une stratégie aidante pour toutes les personnes bègues, de la même façon que ce ne sont pas toutes les personnes qui bégaient qui parlent plus vite que la moyenne.

  5. Le bégaiement persiste pour toute la vie, il n’y a rien à faire pour le traiter. FAUX. Le pronostic est généralement favorable lorsque le bégaiement est pris en charge à l’âge préscolaire. Les enfants qui bégaient peuvent atteindre une fluidité normale suite au traitement orthophonique. Le programme Lidcombe, un traitement élaboré en Australie et fondé sur des données probantes, est traditionnellement utilisé au Québec avec des jeunes d’âge préscolaire (entre 3 ans ½ et 6 ans), mais il peut être appliqué aussi avec des enfants d’âge scolaire et des adolescents de 7 à 12 ans.

    Il s’agit d’une approche comportementale, c’est-à-dire qu’on ne montre pas à l’enfant une nouvelle manière de parler, mais on utilise plutôt des renforcements positifs de la fluidité (commentaires au sujet de la parole) pour que ce comportement se généralise. L’orthophoniste guide les parents dans l’application et la progression du traitement. Beaucoup de jeunes traités en bas âge ne présenteront plus de bégaiement plus tard et ne se rappelleront même plus qu’ils ont déjà bégayé! Dans d’autres cas, le bégaiement peut disparaître naturellement, sans intervention, dans les 6 à 12 mois suivant son apparition. C’est pourquoi plusieurs recherches démontrent que l’on retrouve un problème de bégaiement, dans la population, chez environ 5% des enfants, mais seulement 1% des adultes. Ces chiffres sont sensiblement les mêmes partout à travers le monde, dans toutes les cultures. Cependant, à partir de l’adolescence, il est plus ardu de traiter le bégaiement. Le traitement du bégaiement chez l’adolescent ou l’adulte est souvent plus exigeant et bien que des progrès soient possibles, le pronostic est moins favorable, car souvent, beaucoup d’émotions négatives sont associées au bégaiement. La stabilité de la fluidité atteinte est difficile à maintenir.

Pour en savoir davantage sur le bégaiement

> L’Association des Jeunes Bègues du Québec (AJBQ) a pour mission d’informer la population au sujet du bégaiement et d’offrir du soutien aux jeunes ayant un problème de fluidité ainsi qu’à leur famille. L’AJBQ offre des thérapies intensives de fluidité pour les personnes qui présentent du bégaiement, enfants (à partir de 8 ans) comme jeunes adultes. Il est possible d’entrer en contact avec d’autres jeunes qui bégaient.
> Le livre
Mon nom c’est c’est Olivier de Brigitte Marleau (Éditeur Boomerang) est excellent pour aborder le bégaiement avec un enfant.
>
Goodbye bégaiement , conseils pour en sortir et Je bégaie ! Le vidéoblog du bégaiement 2.0 Blogues de personnes bègues qui partagent leurs connaissances et leurs expériences. Les deux blogueurs s’unissent dans un vidéo pour répondre à la question « Guérir du bégaiement, mythe ou réalité? »
> The Stuttering Foundation of America (en anglais)
>
National Stuttering Association (en anglais)
>
Canadian Stuttering Association (en anglais)
> Le film
The King’s speech, qui raconte le combat personnel du père d’Élisabeth II a grandement contribué, en 2010, à sensibiliser la population au bégaiement. Le réalisateur a abordé la relation entre le futur roi George VI et un orthophoniste à qui il a fait appel pour traiter son problème de bégaiement.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Nos actes


 

 

Les paroles peuvent faire du bien mais aussi du tord. Alors, que nos actes feront parti de notre vie et sur la vie des autres
Nuage

Nos actes

 

 

Mets un peu d’écoute sur ta parole, mais surtout, toute ton attention sur tes actes …

Sébastien Night