Aux États-Unis, une chaîne de magasins détruit 5 millions de dollars d’armes


Une chaine de magasin de sport le Dick’s Sporting Goods, a lancé un message fort a propos des armes à feu semi-automatique utilisé dans les fusillades. Il ne fait pas juste cesser la vendre les fusils d’assaut, il les a aussi détruite une valeur de 5 millions de dollars US. Et une perte de vente d’environ 250 millions de dollars.

Nuage


Aux États-Unis, une chaîne de magasins détruit 5 millions de dollars d’armes

Des armes à vendre en Virginie, en octobre 2017. | Jim Watson / AFP 

Des armes à vendre en Virginie, en octobre 2017. | Jim Watson / AFP

Repéré par Claire Levenson

Les enseignes Dick’s Sporting Goods avaient arrêté de vendre des armes semi-automatiques après la fusillade de Parkland, en 2018.

Repéré sur CBS

Avant la fusillade qui a fait dix-sept victimes au lycée de Parkland en février 2018, la chaîne de magasins de sport Dick’s Sporting Goods vendait aussi bien des baskets et des t-shirts que des fusils d’assaut.

Après cette tuerie en Floride, son PDG Ed Stack avait annoncé que ses établissements cesseraient de vendre des armes semi-automatiques. Celles qui restaient en stock –pour une valeur totale de 5 millions de dollars– ont été détruites et transformées en ferraille.

«Je me suis dit: “Vous savez quoi? Si on veut vraiment que ces armes ne se retrouvent pas aux mains de tout le monde, il faut les détruire”», avait déclaré l’homme d’affaires.

Le tueur de Parkland avait acheté l’une de ses armes chez Dick’s, qui compte plus de 700 magasins aux États-Unis, et même si elle n’a pas été utilisée pour le massacre, la direction de la chaîne a voulu changer de politique.

Transformation radicale

Le retrait de ces semi-automatiques a fait perdre environ 250 millions de dollars à Dick’s Sporting Goods. La vente d’autres types d’armes à feu a également été bannie dans une centaine de ses magasins, tout comme la vente d’armes et de munitions aux moins de 21 ans –dans de nombreux États américains, il est encore possible d’acheter un semi-automatique à partir de 18 ans.

À la suite des nombreuses fusillades récentes, plusieurs chaînes de magasins ont pris des mesures similaires (Walmart a cessé de vendre des pistolets et n’autorise plus sa clientèle à venir armée), mais Dick’s a opéré la transformation la plus radicale jusqu’à présent.

L’annonce du groupe a été saluée par plusieurs personnalités politiques, notamment par le candidat démocrate à la présidentielle Beto O’Rourke:

«Dick’s Sporting Goods fait plus que le Congrès pour protéger les Américains des armes semi-automatiques», a-t-il tweeté.

Au début de l’année 2019, la Chambre des représentants (à majorité démocrate) avait fait passer une loi pour imposer des vérifications d’antécédents pour toutes les ventes d’armes, y compris les ventes privées ou en ligne, mais cet effort avait été bloqué au Sénat (à majorité républicaine).

http://www.slate.fr/

Les profs de Floride vont pouvoir être armés en classe


La belle affaire ! Comment peut-on être aussi borné ! Avoir une arme à la portée de la main, est une raison de mal s’en servir. En Floride, la loi d’armer les enseignants sur une base volontaire à fini par être accepté. Alors qu’il serait plus judicieux de règlementer de façon plus sévère le droit aux armes à feu et interdire certains types d’armes
Nuage

 

Les profs de Floride vont pouvoir être armés en classe

 

Agence France-Presse
Miami

Le parlement de l’État américain de Floride a adopté mercredi une loi autorisant les enseignants à porter une arme à feu en classe, une mesure extrêmement controversée et dont l’efficacité reste à prouver.

L’objectif de la nouvelle loi, qui devrait être promulguée sans hésitation par le gouverneur républicain de Floride Ron DeSantis, est d’éviter une nouvelle tuerie en milieu scolaire, après celle dans une école de Parkland où un ancien élève avait tué 17 personnes le 14 février 2018.

Le texte a été approuvé mercredi par 65 voix contre 47 à la Chambre des représentants de Floride, après avoir obtenu la semaine dernière la majorité au Sénat local. 

La loi prévoit que les professeurs puissent s’armer sur la base du volontariat, après avoir suivi une formation au maniement des armes de 144 heures.

Les opposants à la mesure soutiennent que la solution aux violences par armes à feu ne peut être d’autoriser davantage d’armes à feu. 

Ils s’alarment du danger d’accident chez des enseignants catapultés de facto dans une mission policière et qui pourraient, face à de vrais policiers, être pris par erreur pour un tireur dangereux. 

« Armer les enseignants est la recette pour une tragédie », a commenté la représentante démocrate de Floride Val Demings, ex-chef de la police de la ville d’Orlando. « La véritable solution est de garder les armes hors d’accès des mains néfastes ».

Après la tuerie de Parkland, le président Donald Trump avait proposé d’armer les enseignants aux États-Unis, mais avait refusé d’envisager l’interdiction des fusils d’assaut, un type d’arme très létal utilisé le jour du massacre.

https://www.lapresse.ca/

Depuis Parkland, 1.200 enfants et ados tués par balle aux États-Unis


Aux États-Unis, un projet pour parler des victimes d’arme à feu qui ne sont pas issues de tueries de masse. Depuis un an, le 14 février de la fusillade à Parkland, il y a eu 1 200 enfants et adolescent tué par balle. Cela va par des accidents, des violences domestiques, ou encore des meurtres-suicides. Cela ne compte pas non plus les adultes qui sont mort dans des circonstances semblables. Ce n’est pas un mur que les États-Unis ont besoin …. mais un contrôle des armes è feu, chose que tout les pays devraient y songer
Nuage

 

Depuis Parkland, 1.200 enfants et ados tués par balle aux États-Unis

Un mémorial aux victimes de la fusillade de Parkland en Floride, le 14 février 2019 | Joe Raedle / AFP

Un mémorial aux victimes de la fusillade de Parkland en Floride, le 14 février 2019 | Joe Raedle / AFP

Repéré par Claire Levenson

Un site internet a été créé pour recenser et commémorer les victimes d’armes à feu de moins de 18 ans.

Depuis le 14 février 2018 et la fusillade de Parkland, qui avait fait dix-sept victimes dans un lycée de Floride, 1.200 enfants et jeunes de moins de 18 ans ont trouvé la mort à cause d’armes à feu aux États-Unis.

Afin que ces décès ne passent pas inaperçus, deux médias américains (le groupe de journaux McClatchy et le site The Trace) ont recruté une équipe de 200 journalistes en formation, qui ont rédigé de courts portraits des victimes. Leurs textes sont rassemblés sur le site Since Parkland[«Depuis Parkland»].

Après la fusillade de 2018, de jeunes activistes anti-armes avaient reproché aux médias de n’écrire que sur les tueries de masse et d’ignorer les incidents isolés, qui tuent plusieurs jeunes par jour. Le site Since Parkland a été conçu pour remédier à ce déséquilibre.

Sur tous les décès comptabilisés, au moins 154 étaient des accidents (un enfant qui s’est tué avec une arme chargéetraînant à la maison, par exemple) et 131 étaient liés à des violences domestiques. On recense également un grand nombre de meurtres-suicides (comme ce père qui a tué sa famille avant de se donner la mort). Les suicides à proprement parler n’ont pas été pris en compte.

Plus que de simple statistiques

Le site recense des histoires qui n’avaient jusque là donné lieu qu’à de courts articles dans la presse locale: de nombreux cas de violences domestiques ou des disputes dans des quartiers où règne le trafic de drogue. On compte aussi de nombreux cas de décès par balle perdue, comme celui de Makiyah Wilson, 10 ans, tuée alors qu’elle se dirigeait vers un vendeur de glaces à Washington, ou encore David Lee Anderson, tué par balle alors qu’il jouait au basket dans un parc à East Chicago dans l’Indiana.

L’un des objectifs du projet est de donner des détails sur la vie –parfois très courte– des victimes, pour s’en rappeler autrement que comme de simples statistiques. On apprend par exemple que James Garrett, qui avait 18 ans et allait commencer la fac, a pris une balle dans le dos pendant une cérémonie à la mémoire de l’une de ses amies, tuée dans un accident de voiture.

Le projet Since Parkland n’est pas fini et les jeunes journalistes vont continuer de recenser les nouvelles victimes, de raconter leurs histoires. Les familles sont encouragées à envoyer des photos et des détails sur leur vie.

http://www.slate.fr/

Des écoles américaines distribuent des pierres pour se protéger des fusillades


C’est là qu’est rendu les États-Unis, pour lutter contre les fusillades dans les écoles. Au lieu de contrôler les armes pour une meilleure sécurité dans les écoles, les victimes potentielles doivent changer leurs coutumes, sac à dos transparents, ou pas de sac à dos, (que ce soit un autre genre de sac, cela ne change pas grand chose pour cacher les armes) mettre des sceaux de pierres dans les placards des écoles. Vous imaginez devant une personne armée, des jeunes qui tirent des pierres, pourrait blesser quelqu’un d’autres ou se faire tirer.
Nuage

 

Des écoles américaines distribuent des pierres pour se protéger des fusillades

 

/

Arme fatale | Akiragiulia via Pixabay CC0 License by

Repéré par Claire Levenson

Dans un district scolaire de Pennsylvanie, des seaux remplis de cailloux ont été placés dans chaque classe.

Depuis la fusillade qui a fait dix-sept morts dans un lycée de Parkland en Floride, certaines établissements scolaires ont pris des mesures de sécurité supplémentaires: les élèves du district de Parkland devront désormais venir en cours avec des sacs à dos transparents fournis par l’administration, et des écoles de plusieurs États ont tout simplement interdit les sacs à dos.

Certains districts réfléchissent à la possibilité de former les enseignants au port d’arme –c’est déjà le cas dans certaines régions, notamment au Texas. En Pennsylvanie, le district rural de Blue Mountain s’est fait connaître pour une initiative unique: armer les enseignants et les élèves avec des pierres.

Selon le directeur du district, où sont scolarisés environ 2.700 élèves, jeter des cailloux sur un assaillant pourrait parfois s’avérer plus efficace que se cacher en silence. Depuis l’automne, avant la fusillade de Floride, des seaux de vingt litres remplis de cailloux ont été placés dans les placards de chaque classe. La plupart des parents soutiennent la mesure.

Outils de dernier ressort

Interviewé par l’Associated Press, un consultant spécialisé dans la sécurité à l’école explique que ce genre de mesure est inefficace, potentiellement dangereuse et répond surtout à un besoin émotionnel.

Depuis que l’initiative a été médiatisée, le directeur du district a déclaré que la sécurité allait être renforcée dans les bâtiments. Il a expliqué dans un communiqué que l’attention médiatique avait augmenté les inquiétudes en matière d’attaques, et précisé que les seaux de pierres n’étaient conçus que comme des outils de dernier ressort.

Les bâtiments scolaires sont également équipés de systèmes de surveillance et de mécanismes de verrouillage automatique pour les portes des classes. Et tous les élèves et enseignants suivent une formation spécialisée qui leur apprend à «alerter, verrouiller, informer, riposter et évacuer».

http://www.slate.fr/

Marée humaine aux États-Unis contre les armes à feu


 

Je salue les efforts de ses jeunes en commençant par Emma Gonzalez. Depuis la fusillade de Pakland en Floride, les jeunes ont pris leur avenir en main pour faire changer les choses. Ils ont réussit à faire des manifestations monstres aux États-Unis qui eu des répercussions à Montréal, Ottawa, Londres, Edimbourg. Probablement, que Donald Trump continuera à être sourd aux demandes de sécurité des jeunes, même si les armes font plus de 30 000 morts par an aux États-Unis. Un espoir pour les prochaines élections, car beaucoup de ces jeunes seront aux urnes en 2020
Nuage

 

Marée humaine aux États-Unis contre les armes à feu

 

Des foules immenses d’Américains sont descendues samedi dans la rue aux quatre coins des États-Unis, pour une manifestation historique contre les armes à feu, avec la jeunesse en fer de lance.

À Washington, une marée humaine a investi les avenues entre la Maison-Blanche et le Capitole. Il y avait 800 000 personnes, selon les organisateurs cités par NBC. À New York, ils étaient 175 000 dans les rues, selon le maire Bill de Blasio.

«Plus jamais ça!» était le mot d’ordre fédérant ces adultes et adolescents, exaspérés par la répétition des fusillades dans les écoles. Oscillant entre recueillement et revendications politiques, ils ont affiché une détermination tournée vers l’avenir.

Cristallisant cette émotion, la petite fille de Martin Luther King, âgée de seulement 9 ans, a lancé un appel vibrant, suscitant l’admiration des manifestants.

S’inspirant du célèbre discours de son grand-père, Yolanda Renee King a lancé:

«Je fais un rêve dans lequel trop c’est trop. Il ne devrait pas y avoir d’armes dans ce monde».

L’événement national, baptisé «March for Our Lives» –»Marchons pour nos vies»–, est une réaction au massacre le 14 février de 17 personnes dans un lycée de Floride.

D’origine spontanée, cette initiative est devenue la plus grande manifestation contre les armes de l’histoire des États-Unis.

«Rangez-vous de notre côté ou gare aux électeurs qui se profilent!», a mis en garde Cameron Kasky, un élève ayant survécu à la tuerie.

Des centaines de marches se sont déroulées dans d’autres villes des États-Unis et dans le monde avec, partout, les jeunes comme force d’impulsion.

À New York, Atlanta, Chicago, Dallas, Houston, St. Paul Nashville, Seattle ou Los Angeles mais aussi notamment à Londres, Montréal, Ottawa ou Edimbourg, les habitants sont sortis en nombre.

Ils ont crié leur frustration, alimentée par l’inaction des législateurs et des pouvoirs publics, réticents à agir contre la National Rifle Association (NRA), le puissant lobby des armes.

«Faisons primer les USA sur la NRA», a lancé à Washington David Hogg, un lycéen devenu l’un des porte-voix du mouvement, en appelant à se mobiliser dans les urnes.

La possibilité de détenir une arme à feu est considérée par des millions d’Américains comme un droit constitutionnel aussi fondamental que la liberté d’expression.

Cependant, cette fois, la tuerie commise par un ancien élève perturbé psychologiquement dans la ville de Parkland a soudé des lycéens s’identifiant comme «survivants»: depuis cinq semaines, ils sont omniprésents dans les médias.

«Si vous tendez l’oreille, vous pouvez entendre que les personnes au pouvoir tremblent», a insisté David Hogg. «Nous allons en faire une question de vote, dans chaque élection, dans chaque État, dans chaque ville».

Dans un autre moment fort à Washington, Emma Gonzalez, une lycéenne rescapée des tirs à Parkland, a rendu un hommage bouleversant à ses camarades disparus.

La lycéenne a ensuite conservé le silence durant quatre minutes et demie sur scène.

Exaspérés par la répétition des fusillades dans leurs écoles, des centaines de milliers d’Américains descendent samedi dans la rue pour une manifestation historique contre les armes à feu.

Les armes font plus de 30 000 morts par an aux États-Unis, où la jeunesse scolarisée est parfois présentée comme la «génération mass shooting» ou la «génération Columbine», du nom d’une école secondaire du Colorado où deux élèves ont tué douze de leurs camarades de classe et un professeur en 1999.

Ces jeunes ont vécu la totalité de leur scolarité avec cette menace permanente, spécifique aux États-Unis.

Année après année, ils ont vu leurs élus faire la sourde oreille ou, récemment, le président Donald Trump proposer d’armer leurs enseignants.

«Nous sommes les gens qui ont peur d’aller à l’école tous les jours parce que nous ne savons pas si nous serons les prochains», a rappelé Lauren Tilley, 17 ans, venue spécialement de Californie pour l’événement.

Dans le rassemblement géant au coeur de la capitale fédérale, une forêt de pancartes affichaient des slogans tels que:

«J’enseigne avec des livres, non des armes» ou «Votre droit à détenir une arme ne l’emporte pas sur mon droit à rester vivant».

«Notre message, c’est que nous n’allons pas rester silencieux, nous allons continuer à nous battre», a assuré Lauren.

Des foules immenses d’Américains sont descendues samedi dans la rue aux quatre coins des États-Unis, pour une manifestation historique contre les armes à feu, avec la jeunesse en fer de lance.

Le mouvement est soutenu par de nombreuses personnalités.

Ariana Grande, Jennifer Hudson, Demi Lovato et Miley Cyrus sont ainsi montées sur la scène dressée à Washington sur Constitution Avenue.

Parmi les autres vedettes soutenant les lycéens de Parkland figurent Justin Bieber, George Clooney, Steven Spielberg, Justin Timberlake ou Oprah Winfrey.

Le succès de la «March for Our Lives» ne doit pas faire oublier que l’exécutif et le législatif américains restent très peu disposés à bouger sur les armes.

M. Trump a répété vendredi sa volonté d’interdire les «bump stocks», des accessoires permettant de tirer en rafales, une mesure de portée très marginale. Son gouvernement refuse d’interdire les fusils d’assaut.

«J’espère (que les jeunes) ont bien à l’esprit qu’ils s’inscrivent dans un mouvement social sur le long terme. Ils n’obtiendront pas justice dans un Congrès contrôlé par les républicains», a averti le sénateur démocrate Chris Murphy, interrogé par l’AFP.

«Changez la législation sur les armes ou changez le Congrès», disait d’ailleurs une pancarte brandie par une manifestante à New York, où des milliers de personnes se sont rassemblées le long de Central Park.

À Parkland, en Floride, des milliers de personnes se sont réunies samedi dans un parc proche du lycée Marjory Stoneman Douglas, le lieu du drame.

«Ces 17 personnes ne sont pas mortes pour rien», a affirmé Casey Sherman, 17 ans.

«Nous voterons en 2020», a prévenu la lycéenne Lauren Tilley. «Notre génération veut du changement».

http://www.tvanouvelles.ca/

Trump recule sur l’idée d’interdire la vente de fusils d’assaut aux moins de 21 ans


Je suis certaine que les étudiants qui ont vécu le drame de la tuerie le 14 février dernier en Floride ne sont pas surpris de voir le recul de Donald Trump, de ne pas interdire les armes semi-automatiques aux 18 ans et plus. Ce Président est une vraie girouette, mais voit d’abord a ses propres intérêts que l’intérêt de l’ensemble des Américains. C’est la NRA qui doit être contente en armant du personnel enseignant, plus d’arme en circulation en milieu scolaire et ce n’est pas cela que les jeunes veulent. D’ailleurs, il y a eu un professeur dans une école aux USA qui a perdu les pédales et était armé
Nuage

 

Trump recule sur l’idée d’interdire la vente de fusils d’assaut aux moins de 21 ans

 

Donald Trump, les yeux mi-clos, a les mains levées à la hauteur de ses épaules de part et d'autre de son corps.

Donald Trump, lors d’une rencontre avec des élus des deux partis à la Maison-Blanche, le 28 février. À cette occasion, il s’était montré intéressé par l’idée d’interdire la vente de fusils d’assaut aux moins de 21 ans. Photo : Reuters/Kevin Lamarque

Le président américain Donald Trump a confirmé lundi matin que son administration ne défendait plus l’idée d’interdire la vente de fusils semi-automatiques aux citoyens de moins de 21 ans, comme il l’avait pourtant avancé il y a une dizaine de jours.

RADIO-CANADA AVEC ASSOCIATED PRESS, WASHINGTON POST, CNN ET POLITICO

L’abandon de cette mesure réclamée par les étudiants de l’école secondaire de Parkland, en Floride, où un tireur de 19 ans a tué 17 personnes avec un fusil d’assaut le 14 février, était apparu au grand jour dimanche, lorsque la Maison-Blanche a publié une liste de propositions pour empêcher que de telles tragédies se reproduisent.

Dans une série de tweets publiés lundi matin, le président américain a évoqué plusieurs raisons pour expliquer cette volte-face, vivement critiquée par de nombreux élus démocrates et des défenseurs d’un meilleur contrôle des armes à feu.

« Sur l’âge limite de 18 à 21 ans, il faut surveiller les cas devant les tribunaux et les jugements avant d’agir. Les États prennent ce type de décision. Les choses bougent rapidement à ce sujet, mais il n’y a pas beaucoup de soutien politique (C’est le moins qu’on puisse dire) », a-t-il fait valoir.

Dix minutes plus tôt, il avait défendu les propositions publiées dimanche soir par la Maison-Blanche.

« De fortes améliorations et le renforcement des vérifications de sécurité auront l’appui total de la Maison-Blanche. Des projets de loi avancent », avait-il indiqué.

« Les crosses avec accélérateurs de tirs (bump stocks), ce sera bientôt fini. Des professeurs experts hautement entraînés seront autorisés à porter des armes dissimulées (conceal carry), assujettis aux lois des États. Des gardiens armés sont OK. Dissuasif », a-t-il ajouté.

Deux semaines après la tuerie de Parkland, le président Trump avait pourtant déclaré publiquement qu’il était ouvert à l’idée de rehausser l’âge minimum requis pour se procurer un fusil d’assaut aux États-Unis, lors d’une rencontre avec des élus du Congrès à la Maison-Blanche.

« Vous ne pouvez pas acheter une arme de poing si vous avez 18, 19, 20 ans. Vous devez attendre d’avoir 21 ans. Vous pouvez acheter l’arme utilisée dans cette terrible tuerie à 18 ans. Vous allez pour l’essentiel décider, vous qui êtes présent dans cette pièce. J’y réfléchirais sérieusement. »

« La NRA [National Rifle Association, puissant lobby américain des armes à feu] s’oppose à ça, et je suis un partisan de la NRA », avait-il ajouté du même souffle. « De grands patriotes. Ils aiment notre pays, mais ça ne veut pas dire que nous devons être d’accord sur tout. Ça n’a aucun sens que je doive attendre d’avoir 21 ans pour avoir une arme de poing, mais 18 pour cette arme » d’assaut.

L’interdiction de vendre des armes d’assaut à des citoyens de moins de 21 ans a été décidée la semaine dernière par le Congrès de la Floride, pourtant dominé par les républicains. La NRA a annoncé qu’elle allait contester cette mesure devant les tribunaux à peine une heure après que le gouverneur Rick Scott eut promulgué la nouvelle loi.

Les propositions publiées dimanche soir par la Maison-Blanche seront étudiées par une commission fédérale chargée d’accroître la sécurité dans les écoles, qui sera présidée par la secrétaire à l’Éducation, Betsy DeVos.

Elle doit notamment se pencher sur une série de mesures, dont des moyens d’armer certains professeurs, de mieux traiter les problèmes de santé mentale et d’améliorer l’efficacité des vérifications de sécurité pour les acheteurs d’armes à feu. Elle pourrait aussi se pencher sur l’âge minimal requis pour se procurer certains types d’armes à feu.

Interrogée à ce sujet et sur le recul de Donald Trump lundi matin lors d’une entrevue accordée à NBC, Mme DeVos s’est contentée de dire que « tout est sur la table » en vue des travaux de la commission, mais sans se commettre davantage.

http://ici.radio-canada.ca

Des entreprises américaines abandonnent la NRA


Depuis que les adolescents ont décidé de prendre en main des protestations contre le gouvernement américain et la NRA, on voit certaines choses bougés. Cela sera t’il suffisant pour qu’il y a un meilleur contrôle des armes ? En tout cas, pour le moment, et pour la première fois, la NRA perd des plumes
Nuage

 

Des entreprises américaines abandonnent la NRA

 

NEW YORK — Dans la foulée de la récente tuerie survenue dans un établissement scolaire de la Floride, certaines entreprises américaines remettent en question leurs investissements, partenariats et autres ententes avec l’industrie des armes à feu et sa porte-parole sur la scène publique, la National Rifle Association (NRA).

Des pétitions en ligne s’en prenant aux compagnies qui proposent des réductions aux membres de la NRA ont commencé à circuler et le mot-clic #BoycottNRA a la cote sur Twitter.

Pour une deuxième journée consécutive vendredi, certaines de ces sociétés, dont les noms apparaissent sur le site de la NRA, ont coupé les ponts avec l’organisation, qui continue à s’opposer farouchement à tout resserrement des règles régissant les armes à feu aux États-Unis.

Parmi ces entreprises figurent la compagnie de location d’automobile Hertz, qui a annoncé sur Twitter qu’elle mettait fin à son programme de réduction pour les membres de la NRA, la compagnie d’assurance MetLife et la société informatique Symantec, qui fabrique notamment l’antivirus Norton.

Les défections se sont produites un jour après que l’entreprise de location de voiture Enterprise, qui possède aussi Alamo et National, eut révélé qu’elle cesserait dorénavant d’offrir des réductions aux membres de la NRA et que la First National Bank of Omaha, l’une des plus importantes banques privées du pays, eut signalé qu’elle ne renouvellerait pas son entente de carte de crédit Visa avec la NRA.

La fusillade survenue le 14 février à l’école secondaire Marjory Stoneman Douglas à Parkland, au nord de Miami, a coûté la vie à 17 élèves et membres du personnel.

http://journalmetro.com/