La mauvaise hygiène décimait les troupes à l’époque des croisades


 

Le Moyen-âge, une époque ou la salubrité, l’hygiène de vie n’étaient pas vraiment une préoccupation, alors imaginez que cela laisse la porte grande ouverte aux parasites qui ont voulu élire domicile dans le corps humain, C’était une belle époque pour les vers intestinaux, mais pas pour l’être humain
Nuage

 

La mauvaise hygiène décimait les troupes à l’époque des croisades

Au Moyen Age, durant les Croisades en Terre sainte, la déplorable condition sanitaire des Croisés expliquerait pourquoi ils ne supportaient pas les périodes de disette durant un siège.

Les Croisés ne sont pas seulement tombés sous les coups portés par leurs ennemis. Leurs défaites successives seraient aussi dues à des parasites intestinaux, retrouvés dans les excréments des chevaliers, sous forme d’œufs. La matière fécale vieille de 800 ans a été mise à jour dans les égouts du château de Saranda Kolones à Chypres, érigé par les Chrétiens. L’endroit occupé jusqu’en 1222 renseigne beaucoup sur les conditions dans lesquelles devaient vivre les combattants.

Le site chypriote aujourd’hui

L’ancienne forteresse, détruite par un séisme, possède encore un trésor : ses latrines. Elles intéressent les archéologues car ils peuvent obtenir des informations sur le régime alimentaire et les maladies intestinales des personnes passées par là-bas, au Moyen Age. Evilena Anastasiou et Piers Mitchell, spécialistes des parasites intestinaux à l’Université de Cambridge, révèlent dans l’International Journal of Paleopathology que l’hygiène lors de la Troisième croisade (1189 – 1192) laisse plus qu’à désirer. Beaucoup de soldats portaient des vers dans leurs intestins et étaient donc plus sensibles aux épisodes de disette car leurs hôtes prélèvent au passage de la nourriture. Les universitaires affirment que quinze à vingt pour cent des Croisés mourraient de malnutrition.

Le premier  coupable s’appelle Ascaris lumbricoides (vidéo ci-dessus). Pouvant mesurer 30 centimètres de long, on le retrouve dans l’intestin de l’homme et d’autres mammifères. Parmi les excréments des Croisés, le Trichuris trichiura a aussi été relevé.

Ces deux invités indésirables, s’ils sont présents en trop grand nombre dans l’organisme, consomment tellement d’énergie que le porteur peut ne plus récupérer ses forces et décéder en bout de course. Si de nombreux soldats ne sont pas rentrés au bercail, ils pouvaient mourir au combat ou bien, et c’est déjà moins glorieux, à cause d’un parasite.

(Via : Futura-sciences.comet io9.com)

Illustration : Commons.wikimedia.org

Par Guillaume Roche

http://fluctuat.premiere.fr

Quand notre animal de compagnie nous rend malade


Nos animaux peuvent aussi transporter des maladies et les transmettre a l’être humain. Certaines précautions peuvent être pris ainsi qu’une surveillance des symptômes pour que tout le monde s’en porte mieux
Nuage

 

Quand notre animal de compagnie nous rend malade

 

pitou malade-410

MARIE-ÈVE COUSINEAU, COUP DE POUCE

 

Les animaux domestiques nous donnent de l’affection mais ils peuvent parfois transmettre certaines maladies aux humains. Trucs pour éviter que pitou nous rende malade.

Ces maladies, qui se transmettent des animaux aux humains, s’appellent zoonoses. Voici des façons de les éviter.

• Leptospirose. Cette infection bactérienne, qui ressemble à une grippe (fièvre, maux de tête, courbatures, etc.), se transmet par l’urine du chien. Un vaccin la prévient.


• Parasites intestinaux (ex.: vers ronds). Le chat et le chien nous contaminent par le biais de leurs selles. On offre un traitement vermifuge à notre animal et on met un couvercle au carré de sable des enfants pour empêcher les bêtes errantes d’y déféquer.

• Puces. Leurs piqûres provoquent des démangeaisons chez certaines personnes allergiques. Un traitement anti-puces préviendra ce problème.

• Rage. Cette maladie (heureusement rare, car elle est mortelle chez l’humain) se transmet par la salive à la suite d’une morsure. On fait vacciner notre animal.

• Salmonellose. Cette bactérie est transmise par les excréments, l’habitat ou la nourriture (contaminée par leurs selles) des reptiles et des poissons. On ne laisse pas l’animal circuler dans la maison, le cas échéant. On enfile des gants pour nettoyer sa cage ou l’aquarium, et on se lave bien les mains après avoir manipulé la bête.

• Toxoplasmose. Cette maladie parasitaire, qu’on contracte en touchant aux selles du chat, peut causer une fausse couche ou des malformations congénitales. Pendant la grossesse, on demande à notre conjoint de vider la litière.

Merci à Joël Bergeron, président de l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec. MEC

http://www.coupdepouce.com