Santé canine: attention aux parasites printaniers!


On a tous hâte au printemps. Pas seulement nous, les parasites aussi pour s’installer chez des hôtes, comme nos animaux domestiques. Il est donc important de penser aux traitements anti-parasitaires pour éviter bien des maux.
Nuage

 

Santé canine: attention aux parasites printaniers!

Le retour du beau temps est l’occasion de faire de longues promenades à l’extérieur avec votre chien. Mais le réchauffement des températures comporte sa part de risques, puisque toutes sortes de parasites peuvent se tenir dans l’ombre et s’attaquer à votre animal préféré.

Avec l’aide de parasitepolice.ca, nous avons dressé cette liste des parasites canins les plus nuisibles :

Santé canine: attention aux parasites

Personne n’aime penser à ces vilains parasites, mais protéger votre chien est absolument essentiel. Visitez parasitepolice.capour en savoir plus sur les méthodes de lutte antiparasitaire.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Teigne, parasites, arthrose… Comment protéger votre chat des dangers de l’automne ?


L’automne est une belle saison, en préparation pour l’hiver. Pour les chats, il y a des désagréments qu’il est possible d’éviter ou du moins de traiter
Nuage

 

Teigne, parasites, arthrose… Comment protéger votre chat des dangers de l’automne ?

 

L’automne est arrivé, les arbres prennent des teintes cuivrées et les jours raccourcissent. Mais avec cette nouvelle saison arrivent également quelques petits désagréments pour nos chers matous.

En effet, les changements de température et de luminosité ont des conséquences sur votre animal et sur ce qui l’entoure. Voici les principaux dangers de l’automne pour les chats, à bien surveiller pour le bien de votre fidèle compagnon.

Gare à la teigne

Si c’est principalement pendant l’été que se contracte la teigne, ses symptômes n’apparaissent en revanche qu’en automne. A défaut de traitement préventif, il est donc important de bien surveiller votre chat pour vous assurer qu’il ne l’a pas développée.

Les signes distinctifs de la teigne du chat sont des démangeaisons, avec éventuellement des zones sans poils et des lésions cutanées. Cette maladie se transmet de l’animal à l’homme, il est donc conseillé de consulter un vétérinaire si votre chat présente ces symptômes. Heureusement, la teigne se guérit assez facilement.

chat se gratte

© Flickr – jawshouamoua

Le retour en force des parasites

Dehors, les températures baissent : l’heure est déjà venue pour certains de mettre en route les radiateurs, pour réchauffer la maison. C’est alors le moment idéal pour l’éclosion des œufs de puces, qui patientaient jusque-là sous la moquette ou le parquet.

Si votre matou a l’air de se battre contre les parasites, malgré les traitements, il est donc probable que les puces se soient installées chez vous. Un grand nettoyage de fond est alors nécessaire pour s’en débarrasser définitivement ! Attention également aux tiques, qui contrairement aux idées reçues ne sont pas moins actives avec la baisse des températures.

Mue et boules de poils

Qui dit changement de température dit changement de pelage ! Les chats vont bientôt entrer dans une phase de mue afin de retrouver leur épaisse fourrure d’hiver. Mais attention, en faisant leur toilette les chats sont susceptibles d’avaler leurs propres poils, qui s’ils ne sont pas recrachés finiront par obstruer leur système digestif !

chat qui se lèche

© Flickr – Toshihiro Gamo

Il est donc important de bien brosser son chat en période de mue, lorsque leur pelage se renouvelle. Pour l’aider à mieux éliminer les poils avalés, il est également recommandé de lui fournir une alimentation riche en fibres.

Les douleurs articulaires du chat

Avec l’âge, les chats sont comme nous sensibles à des problèmes comme l’arthrose. La vieillesse et le surpoids sont d’ailleurs les deux principales raisons de l’apparition de problèmes articulaires chroniques, qui ne peuvent être soignés définitivement. Le froid et l’humidité de l’automne favorisent malheureusement le réveil de ces douleurs :votre matou peut avoir du mal à se lever, boiter ou sembler un peu moins joyeux. Si c’est le cas, n’hésitez pas à consulter un vétérinaire qui vous guidera sur la meilleure façon de soulager son arthrose.

https://wamiz.com/

Manger des insectes, une pratique à risque?


En Europe, et à mon avis avec raison, on s’inquiète des conséquences de manger des insectes sans encadrement contrôlé. Comment ces insectes sont élevés ? Sont-ils en contact avec des substances nocives, et les insectes qui peuvent provoquer des allergies et autres problèmes de santé ?
Nuage

 

Manger des insectes, une pratique à risque?

 

Manger des insectes, une pratique à risque?

Deux milliards de personnes raffolent de ces petites bêtes.Photo RelaxNews

L’entomophagie ou le fait de se nourrir d’insectes est courant dans certains pays. Pourtant, certains recommandent la vigilance.

Ainsi, dans un avis publié le 9 avril, un organisme français, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses), de l’environnement et du travail, s’est penché sur la question et fait «l’inventaire des dangers potentiels véhiculés par les insectes et des besoins de recherche sur cette question».

Deux milliards de personnes dans de nombreux pays d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie raffolent des criquets, grillons ou autres sauterelles et petites bêtes, aliments principaux au coeur de nombreux plats de leur cuisine traditionnelle.

En Europe, cette alimentation exotique riche en protéines et vitamines, commence à faire des adeptes. Restaurants, cafétérias d’entreprise ou même supermarchés n’hésitent plus à la proposer. De grands chefs tentés par la quête de nouvelles recettes inventives mettent eux aussi les insectes au menu de leur carte.

Pour relever le défi de nourrir la planète, en 2003, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) s’est du reste prononcée en faveur du développement de l’élevage d’insectes à grande échelle.

Après avoir réalisé «un état des lieux des connaissances scientifiques sur les risques liés à la consommation d’insectes», l’Anses s’est intéressée aux dangers qu’entraine cette pratique.

Ils sont avant tout d’ordre allergique et liés à certaines substances chimiques (venin), physiques (dard) des insectes ou allergènes à l’ensemble de ces arthropodes (acariens, crustacés, mollusques).

Des parasites, virus, champignons ou autres substances encore peu explorées sont également susceptibles de «véhiculer certains dangers qui doivent être maitrisés par la fixation de normes spécifiques afin de réduire les risques potentiels liés à la consommation de ces produits», souligne l’Anses.

L’institution indique que les conditions d’élevage et de production devraient également bénéficier «d’un encadrement spécifique».

L’Anses préconise d’établir des listes des différentes espèces et stades de développement d’insectes propres à la consommation, d’explorer «la question du bien-être animal», de «définir un encadrement spécifique des conditions d’élevage et de production» et «de fixer des mesures de prévention du risque allergique».

Elle pointe surtout la prudence et appelle les consommateurs à être vigilants en attendant que des recherches approfondies soient menées.

Les nouveaux aliments doivent normalement faire l’objet d’une autorisation des États membres et de l’Autorité européenne de sécurité des aliments. Or, à ce jour, les insectes ne sont pas officiellement autorisés dans l’Union européenne et aucune demande d’autorisation de mise sur le marché n’a été reçue ni accordée concernant les insectes par la Commission européenne.

http://fr.canoe.ca/