La dépression post-partum se manifeste aussi chez le père


Quand on parle de dépression post-partum, on fait référence à la maman après un accouchement. Maintenant, on commence a reconnaitre la possibilité que les papas aussi peuvent souffrir de dépression post-partum. Souvent, les hommes vont avoir des symptômes similaires à la maman, mais aussi d’autres symptômes qui ne sont pas reconnu comme tel.
Nuage


La dépression post-partum se manifeste aussi chez le père


La dépression post-partum se manifeste aussi chez le

IMAGE TAKEN BY MAYTE TORRES VIA GETTY IMAGES

Le problème est plus répandu qu’on ne le croit.

  • La Presse Canadienne

La dépression post-partum se manifeste aussi chez le père, mais le problème demeure mal connu et risque de passer sous le radar, prévient une nouvelle étude britannique.

Des chercheurs de l’Université Anglia Ruskin rapportent dans le Journal of Mental Health que seulement 76 pour cent des quelque 400 participants à leur recherche ont réalisé que quelque chose clochait avec le papa après avoir pris connaissance de ses symptômes, contre 97 pour cent pour la maman.

De manière encore plus pointue, 90 pour cent des sujets ont reconnu que la maman souffrait d’une dépression post-partum, mais seulement 46 pour cent d’entre eux en sont venus à cette conclusion dans le cas du papa.Vingt et un pour cent des participants ont estimé que l’homme était simplement fatigué, contre un minime 0,5 pour cent pour la femme.

Le problème est pourtant plus répandu qu’on ne le croit.

«Environ 10 pour cent des papas auront une dépression avant que le bébé ait un an, a rappelé la pédopsychiatre Anabel Carmel, qui rejoindra prochainement l’équipe du CHU Sainte-Justine. Mais quand la maman a une dépression post-partum, le risque du papa augmente de 50 pour cent, selon certaines études.»

Il se pourrait toutefois très bien que ce 10 pour cent ne soit que la pointe de l’iceberg.

«En médecine (…) c’est clair qu’on trouve ce qu’on cherche, a souligné la docteure Carmel. La dépression post-partum chez le papa, c’est quelque chose qu’on commence à reconnaître, qui devient de plus en plus d’actualité, mais qui n’est pas nécessairement un phénomène reconnu pour lequel on fait un dépistage de manière commune.»

Plus connu chez la femme

La mère recevra des soins pendant toute sa grossesse et profitera donc un peu d’un suivi par défaut à ce sujet. Plusieurs questions seront posées au sujet de sa santé mentale, puisque les équipes d’obstétriques sont très sensibilisées au problème de la dépression post-partum chez la femme. Il n’en va pas de même pour le père.

«Dans les études, plusieurs pères mentionnent que leur présence est parfois ignorée quand ils sont aux rendez-vous, ou alors on ne posera pas de questions par rapport au papa en tant que tel, donc c’est facile de passer à côté», a dit la docteure Carmel.

Le père et la mère vivront la transition vers la parentalité de manière bien différente.

La mère a grandi avec le bébé et a vu son corps se transformer. Pour le père, la transition est beaucoup moins concrète. Il devra se forger une nouvelle identité et assumer un nouveau rôle masculin, avec plus ou moins de temps pour se préparer et plus ou moins d’expérience pour le faire.

«Parfois les papas peuvent vivre beaucoup d’impuissance dans cette transition-là, qui peut même être traumatique quand on pense à des grossesses qui sont compliquées, des accouchements qui sont compliqués, a expliqué la docteure Carmel. Ils peuvent être confrontés à leur impuissance, à leur ignorance, ils ont de la misère à communiquer leur vécu à l’équipe (…) ou même à leur partenaire. Ça transforme vraiment leur vie au niveau du couple, au niveau personnel, au niveau professionnel, et les attentes et la réalité ne se rejoignent pas toujours.»

Les symptômes de base de la dépression post-partum chez le père — comme un manque de motivation ou de plaisir — pourront être similaires à ceux de la mère.Mais chez le père, prévient la docteure Carmel, il pourra aussi y avoir des expressions particulières qui ne seront pas nécessairement reconnues comme étant des manifestations de la dépression.

«Dans les études, on voit que plusieurs pères expriment de la fatigue, beaucoup d’irritabilité, de colère… Il y a un risque plus élevé de consommation d’alcool, de drogue. Il peut aussi y avoir un certain évitement sur le plan affectif par le père», a-t-elle dit.

Les premiers mois avec un bébé ne sont souvent pas faciles et sont fréquemment marqués par un manque de sommeil et beaucoup de stress, et il faut en être conscient, a-t-elle ajouté.

«Un autre message important est de valoriser le rôle unique du papa et ne pas l’ignorer quand il est présent», a-t-elle lancé en conclusion.

https://quebec.huffingtonpost.ca

Quand le père voit sa fille, il veut juste s’échapper


Un nouveau papa fait son premier essai de changer la couche de sa petite fille qui est toute mignonne. Pour une première fois, il a droit à la totale, sans compter l’odeur qui se dégage de la couche. L’histoire ne dit pas s’il a passé l’épreuve. Personnellement, je ne connais pas de papa qui ont réagi de façon si extrême
Nuage

 

Quand le père voit sa fille, il veut juste s’échapper

 

"Ça, tu ne le dis pas à ta mère": les secrets des papas et de leurs enfants


Cela fait sourire et je suis sûr que cela est la même chose avec les mamans qui suggère la même chose quand un évènement dérangeant arrive. Mais au bout du compte, ce n’est pas certain que les enfants gardent de tels secrets.
Nuage

 

« Ça, tu ne le dis pas à ta mère »: les secrets des papas et de leurs enfants

 

© thinkstock.

Les papas sont mis à contribution sur Reddit. Ils racontent les choses qu’ils font avec leur(s) enfant(s) en cachette de leur compagne. Les confidences prêtent à sourire et risquent d’effrayer les mamans les plus craintives.

Extraits.

« D’habitude, on donne le bain à notre enfant de 8 mois. Mais quand je suis pressé, je le prends avec moi sous la douche. Il y a quelques jours, il s’est jeté en arrière, il a glissé et j’ai eu le temps de l’attraper juste avant qu’il ne frappe le sol de la baignoire. Elle n’a pas besoin de savoir ça. C’est bien de savoir que j’ai des réflexes de papa. »

« J’avais construit une cabane en bois derrière la maison pour nos aînés. J’ai décidé de sauter sur le sol pour voir si c’était solide. Ça ne l’était pas. Heureusement, j’étais encore jeune et la chute n’était pas très haute. Mes deux aînés étaient morts de rire et j’ai passé plusieurs semaines à essayer de cacher mes bleus et mes petites coupures à ma femme. Vingt ans plus tard, ma femme me parle de cette histoire: apparemment, le plus jeune avait cafté dès son retour à la maison et ma femme m’a laissé souffrir en silence juste pour voir combien de temps on allait garder notre secret, les grands et moi. »

« J’ai perdu mon fils de 5 ans »

« J’avais emmené mes enfants de 6 et 5 à l’époque au Yankee Stadium. Les garçons étaient assis à côté de moi. Quand j’ai voulu prendre la main de mon fils de 5 ans, il n’était plus là. Je suis entré dans une panique totale. Je criais son nom, j’arrêtais des étrangers pour savoir s’ils l’avaient vu. J’ai cru honnêtement que je l’avais perdu. En fait tout allait bien, il cherchait des toilettes mais je me suis senti hyper mal. Je leur ai dit sur le chemin du retour qu’il ne valait mieux pas raconter ça à maman. Ils étaient d’accord jusqu’à ce qu’ils arrivent à la maison et qu’ils balancent à leur mère.

« Tous les matins dans la voiture avant d’aller à l’école, je lui laisse prendre un chewing-gum. Sa mère dit qu’elle n’y a pas droit donc c’est notre petit secret. C’est important d’avoir des choses que vous ne partagez qu’à deux. »

« Je l’ai laissée boire du soda, elle a café directement à sa mère »

« J’avais 10 ans, mon père a eu un PV pour avoir brûlé un feu rouge en me conduisant à l’école. Il m’a demandé de ne rien dire à ma mère. L’après-midi, je l’ai dit à ma mère. Elle m’a dit: ‘Ne dis pas à ton père que je le sais, je veux voir combien de temps il tient avant de cracher le morceau.’ Il a confessé son méfait lors du repas du soir. »

« J’ai laissé ma fille de trois ans boire du soda. Elle a immédiatement café à sa mère. »

« Je me souviens d’un jour, quand mon aîné commençait à marcher. Je le ‘surveillais de près’. À un moment, il s’est approché de moi très fier avec un couteau de cuisine qu’il avait trouvé je ne sais où. »

« Ma mère est très croyante. Tellement qu’elle m’a dit quand j’avais deux ans que le Père Noël n’existait pas mais que c’est Jésus, qui existe vraiment lui, qui m’apportait mes cadeaux. Un jour mon père et moi étions en train de fabriquer quelque chose quand il a hurlé: « Bordel de Dieu! » Nous avons fermé les yeux. J’ai tout de suite que je ne raconterais pas ça à ma mère. »

http://www.7sur7.be/

Un coucou qui devient un cauchemar


Souvenir, souvenir !! Les papas qui habituellement ont une barbe, et se rasent, ne devraient jamais jouer à coucou avec leur jeune enfant pour faire la surprise. Mon fils Alexandre a pleuré plusieurs minutes et ne voulait pas regarder son père pendant plus d’une heure. C’est vraiment un choc pour les bouts choux
Nuage

 

Un coucou qui devient un cauchemar

Quand Maman n’est pas là, les souris dansent.


Je crois que c’est le plus beau Anonymous, mignon comme tout et surtout très souriant
Nuage

 
Quand Maman n’est pas là, les souris dansent.

 

 

Papa est resté quelques heures seul avec son bébé. Il en a profité pour lui faire un nouveau look genre « Anonymous » avec des morceaux de feutrine adhésive.  Depuis la vidéo a été vue 4 000 000 fois . Un joli moment de complicité entre bébé et papa. 

http://famillebonplan.fr/

"La technologie ne remplacera jamais l’amour"


Une publicité pour smartphone très bien faite. Probablement, que cette pub voulait montrer ses atouts, cependant, la vidéo montre bien qu’un moment donné, toute la technologie du monde ne remplace pas l’amour ni les contacts humains
Nuage

 

« La technologie ne remplacera jamais l’amour »

 

Comment ne pas craquer face à cette vidéo ? L’opérateur thaïlandais DTAC a provoqué un véritable buzz avec son nouveau spot publicitaire intitulé « Le pouvoir de l’amour« . On y découvre un jeune papa, plutôt maladroit, qui partage son premier moment de complicité avec sa petite fille.

Seul avec sa fille pour la première fois, ce jeune papa pensait sans doute être tranquille pendant l’absence de sa femme. Partie faire les courses, sa compagne a cru bien faire en laissant sa progéniture auprès de lui. Pourtant, quand le bébé se met à hurler, c’est la panique.

Et avant même de câliner la petite, le papa (un peu pommé) prend son smartphone et s’empresse de téléphoner à son épouse.

Cette dernière lui conseille de montrer un dessin animé à celle qui ne cesse de pleurer. Il s’exécute mais rien n’y fait. Il décide alors d’opter pour l’option Facetime afin que le bébé reconnaisse sa maman à l’écran et puisse se calmer. S’il pensait bien faire, c’est raté. La petite fille n’en veut pas non plus.

Désespéré, l’homme a une révélation. Il pose le téléphone dans le berceau, sans raccrocher avec sa compagne, et prend doucement sa fille dans ses bras. Il n’est pas pressé et semble très ému. Quant à la maman, qui assiste finalement à cette superbe scène grâce au smartphone 4G se trouvant dans le lit, elle ne peut retenir ses larmes. Père et fille partagent alors un câlin incroyable. Comment ne pas trouver cette vidéo trop mignonne ?

 

 

http://www.aufeminin.com