Les virus géants, inventeurs de leurs gènes?


Les virus géants sont partout sur notre planête autant sur terre que dans les mers. Ils peuvent Selon les formes, ils possèdent 1500 à 2000 gènes environ.
Nuage

 

Les virus géants, inventeurs de leurs gènes?

 

Les pandoravirus, l'une des quatre familles connue des... (Photo Jay Directo, archives Agence France-Presse)

Les pandoravirus, l’une des quatre familles connue des virus géants, sont aussi grands que certaines bactéries. En forme d’amphore, ils ont un génome complexe et ils possèdent 1500 à 2000 gènes environ.

PHOTO JAY DIRECTO, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

 

Agence France-Presse
Paris

Décidément, les virus géants sont partout! Des chercheurs français ont annoncé avoir découvert trois nouveaux pandoravirus en différents endroits du globe, notamment au pied d’un chêne à Marseille.

Cela leur a permis de mener une analyse comparative des génomes des six pandoravirus désormais connus et d’avancer une hypothèse «révolutionnaire»: ces virus géants, visibles au microscope optique, «inventeraient leurs propres gènes».

Cette déduction audacieuse, publiée dans la revue Nature Communications, ne devrait pas manquer de faire débat, reconnaissent les deux microbiologistes Chantal Abergel et Jean-Michel Claverie.

Depuis plusieurs années, ce couple marié se livre à la chasse aux virus géants dont l’existence a été mise en évidence pour la première fois en 2003 avec la découverte de «Mimivirus».

Les deux chercheurs travaillent au laboratoire Information génomique et structurale (CNRS/Aix-Marseille Université) à Marseille.

Le binôme a découvert en 2013 la famille des pandoravirus, les plus grands virus connus.

«Nous ne cherchons que les virus capables d’infecter des amibes, leur cellule hôte, car c’est sans risque pour les humains», précise à l’AFP Chantal Abergel, directrice du laboratoire. «On travaille évidemment dans des conditions de sécurité maximum».

Les pandoravirus, l’une des quatre familles connue des virus géants, sont aussi grands que certaines bactéries. En forme d’amphore, ils ont un génome complexe et ils possèdent 1500 à 2000 gènes environ.

L’équipe décrit dans Nature Communications trois nouveaux membres de la famille, trouvés à Marseille, dans une mangrove près de l’aéroport de Nouméa (Nouvelle-Calédonie) et près de Melbourne (Australie).

Celui de Marseille a été découvert au pied d’un chêne d’une résidence dans le 9earrondissement de la ville. Ce qui lui a valu le nom de Pandoravirus quercus (nom scientifique de cet arbre).

«Les virus géants sont vraiment partout sur la planète, notamment dans les océans, et ce sont réellement des acteurs de l’écologie», souligne Chantal Abergel.

http://www.lapresse.ca/

Deux nouveaux types de virus géants découverts


Des virus géants qui ont été découverts lors de fouilles du sol, mais qui heureusement, ces virus ne rendent pas malade, enfin d’après ce que disent les chercheurs. Ces virus sont particuliers et qui va probablement chambouler les connaissances des savants sur les virus
Nuage

 

Deux nouveaux types de virus géants découverts

 

Ces Pandoravirus sont remarquables du fait de la... (PHOTOTHÈQUE LA PRESSE)

 

Ces Pandoravirus sont remarquables du fait de la grande taille de leur génome, qui contient entre 1900 et 2500 gènes, alors que le virus de la grippe n’en contient que 10. À titre de comparaison, l’être humain dispose d’environ 24 000 gènes.

PHOTOTHÈQUE LA PRESSE

Agence France-Presse
Washington

Ces virus sont si gros qu’ils pourraient bien être nos lointains ancêtres: des chercheurs français ont découvert deux nouveaux virus si grands qu’ils pourraient constituer à eux seuls une nouvelle forme de vie, selon une étude publiée jeudi.

Les chercheurs racontent avoir été «extrêmement surpris» par la découverte de ce qu’ils appellent des «Pandoravirus», des virus qui ne sont pas apparentés à ceux qui rendent les gens malades, ont-ils expliqué dans cette étude publiée dans le journal Science.

Ces Pandoravirus sont remarquables du fait de la grande taille de leur génome, qui contient entre 1900 et 2500 gènes, alors que le virus de la grippe n’en contient que 10. À titre de comparaison, l’être humain dispose d’environ 24 000 gènes.

Le précédent record observé pour un virus était de 1200 gènes.

D’ordinaire les virus ne sont pas considérés comme des formes de vie à proprement parler, mais pour certains chercheurs ces virus géants pourraient être classés comme des organismes vivants

L’un de ces deux virus, Pandoravirus salinus, a été découvert dans une couche sédimentaire au large des côtes chiliennes. L’autre, Pandoravirus dulcis, a été trouvé dans la vase au fond d’une mare à Melbourne, en Australie.

Observés au microscope, ces nouveaux virus semblent beaucoup plus proches de cellules vivantes que les autres virus connus.

Ceci s’explique parce que ces Pandoravirus viennent d’une famille différente de virus que ceux connus jusque-là indiquent Jean-Michel Claverie, professeur à la Faculté de médecine d’Aix-Marseille et Chantal Abergel, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS).

Leur forme et la quantité de gènes qu’ils contiennent «nous ont fait penser à la boîte de Pandore: ouvrir cette boîte va véritablement briser les fondations de ce qu’on savait sur les virus jusqu’à présent», ont ajouté les deux chercheurs dans un email à l’AFP.

«L’absence de similarités de la plupart de leurs gènes avec d’autres formes de vie pourrait indiquer qu’ils viennent d’une lignée de cellules primitives totalement différente», ajoutent-ils.

Pour Gustavo Caetano-Anolles, professeur de bioinformatique à l’Université de l’Illinois qui étudie les virus géants, mais n’a pas pris part à cette étude, ces Pandoravirus «font partie de quelque chose que nous ne comprenons pas très bien, et qui a la même complexité qu’une cellule».

Les scientifiques français espèrent que cette découverte permettra de financer d’autres recherches sur la manière dont ces Pandoravirus opèrent, ce qui pourrait conduire à d’importantes innovations en matière biomédicale et de biotechnologie.

«Notre connaissance globale de la biologie et de l’origine de la vie reste encore très incomplète», ont-ils souligné.

http://www.lapresse.ca