La Russie va ouvrir un centre de clonage pour ramener des espèces éteintes à la vie


Je peux comprendre l’envie de revoir des animaux tels que le mammouth, certains chevaux disparus. Moi-même, je serais ébahi, mais ce n’est vraiment pas une bonne idée. Pourquoi investir de l’argent dans le passé alors que les animaux présents ont vraiment besoin d’aide, que ce soit une meilleure protection, faire revivre leurs habitats naturels, faire des gestes concrets contre la pollution.
Nuage

 

La Russie va ouvrir un centre de clonage pour ramener des espèces éteintes à la vie

 

Crédits : The Siberian Times

par  Malaurie Chokoualé

 

Certains en rêvent depuis des années, cela se précise : des scientifiques russes se rapprochent un peu plus de la résurrection grâce à l’ADN retrouvé piégé durant des dizaines de milliers d’années dans le pergélisol.

Le 30 août dernier, le Siberian Times a annoncé que l’université fédérale du Nord-Est (NEFU) à Iakoutsk fera cette semaine une proposition d’investissement de l’ordre de 400 millions de roubles (soit 4,9 millions d’euros) pour tenter de ramener à la vie des mammouths ou des rhinocéros laineux, des lions des cavernes ou encore des races de chevaux disparus.

Avec le soutien appuyé du gouvernement régional de la Yakoutie, la rectrice de l’université par interim, Evgenia Mikhailova, prévoit déjà de faire construire un « centre scientifique paléo-génétique de classe mondiale ». Il faut dire que la Yakoutie est une zone particulièrement riche en échantillons d’animaux datant du Pléistocène et de l’Holocène, car près de 80 % des échantillons issus de ces époques ont été retrouvés dans la région. Le Siberian Times explique même que des plans des locaux ont déjà été imaginés, et ceux-ci comprendront des laboratoires plongés en plein dans le pergélisol.

L’université travaille en étroite collaboration avec la Fondation de recherche biotechnologique (SOOAM), laboratoire de clonage controversé en Corée du Sud. La proposition d’investissement sera faite officiellement entre les 11 et 13 septembre prochains lors d’un forum (Eastern Economic Forum) qui se tiendra à Vladivostok, afin de débusquer les potentiels business angels intéressés par l’affaire. Avec des avantages fiscaux et un régime administratif simplifié, la Russie tente de créer des industries innovantes et d’attirer des technologies de pointe étrangères dans le pays. Le clonage d’espèces disparues, entre autres.

Source : The Siberian Times

 

https://www.ulyces.co/

La grand-mère de la vache a 10 500 ans


Grand-mère revient de loin, alors les descendants de l’auroch sauvage a suivi une liée pour devenir les vaches domestiques que nous connaissons .. mais Grand-père est-il natif du même endroit, serait-il lui aussi un auroch
Nuage

 

La grand-mère de la vache a 10 500 ans

 

La grand-mère de la vache a 10 500 ans

© Shutterstock

La totalité des bovins modernes descendent de 80 vaches domestiquées il y a 10 500 ans au Proche-Orient à partir de l’aurochs sauvage, affirme une étude internationale à laquelle le CNRS et le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) ont participé.

 

Les chercheurs ont pour la première fois exploité l’ADN trouvé sur des ossements issus de sites archéologiques iraniens, appartenant à 15 bovins domestiques datant du néolithique jusqu’à l’Âge de fer.

«Afin de reconstituer l’histoire des lignées domestiques, les chercheurs ont utilisé les petites variations de séquence observées dans l’ADN des bovins archéologiques tout comme dans celui des vaches modernes» en les comparant, explique le CNRS dans un communiqué.

Les simulations informatiques «ont permis d’établir que les différences observées ne pouvaient résulter que d’un petit nombre initial de vaches, aux alentours de 80», ajoute le CNRS.

«C’est un effectif étonnamment petit lorsqu’on prend en considération l’étendue du Proche-Orient et la répétition probable des événements de domestication durant plusieurs siècles ou millénaires», reconnaît Jean-Denis Vigne, chercheur au CNRS, à l’origine de cette étude publiée dans la revue Molecular Biology and Evolution.

«Ce résultat correspond pourtant assez bien avec l’aire géographique assez réduite pour laquelle l’archéologie a mis en évidence des indices de domestication des bovins, comprise entre les hautes vallées de l’Euphrate et du Tigre. Si les bovins n’ont pas été domestiqués dans une aire géographique plus étendue, comme c’est probablement le cas de la chèvre, c’est peut-être parce que l’élevage des bovins est peu compatible avec le nomadisme, et que seulement une partie des groupes humains était sédentarisée à cette époque», estime-t-il.

On n’avait jusqu’à présent aucune idée du nombre d’animaux capturés pour la domestication, non seulement des bovins mais aussi des chèvres, des moutons et des cochons. L’étude démontre que la paléo-génétique peut aboutir là où butaient les techniques classiques d’archéologie, permettant une meilleure connaissance de chacune de ces espèces.

La trouvaille n’avait pourtant rien d’aisé. «Il est beaucoup plus difficile de trouver de l’ADN dans les régions chaudes, car la température est l’un des principaux facteurs de dégradation de l’ADN», explique Ruth Bollongino (CNRS/MNHN).

L’étude porte uniquement sur l’ADN mitochondrial, transmis exclusivement par la lignée maternelle et plus facile à exploiter, et ne renseigne donc pas sur les lointains «grands-pères» de nos vaches modernes.

http://fr.canoe.ca