Un vaste réseau de braconnage d’ours noirs démantelé dans le nord-est du Québec


Faut-tu être stupide ! La médecine traditionnelle d’Asie, cherche partout dans le monde les ingrédients nécessaires a leurs supposés remèdes.Le Québec ne fait pas exception pour le braconnage. Ici, c’est l’ours noir qui est en danger. Ces gens vont tuer ni pour la peau et la viande, mais uniquement la vésicule biliaire, c’est la bile l’ingrédient recherché.
Nuage

 

Un vaste réseau de braconnage d’ours noirs démantelé dans le nord-est du Québec

 

GAIL SHOTLANDER VIA GETTY IMAGES

Ils étaient convoités pour leur vésicule biliaire.

  • La Presse Canadienne

Un vaste réseau de braconnage d’ours noirs, convoités pour leur vésicule biliaire, a été démantelé dans le nord-est du Québec.

Le ministère des Forêts a dévoilé mercredi les résultats de l’opération «Pochette», lancée en 2015.

Le directeur de la protection de la faune du Saguenay—Lac-Saint-Jean, Jasmin Larouche, explique que l’enquête a abouti à un total de 16 perquisitions, dont certaines réalisées jusque sur la Côte-Nord.

Selon le ministère des Forêts, les tentacules de ce réseau d’une soixantaine de personnes s’étendaient jusqu’à Laval et en Mauricie.

En entrevue avec La Presse canadienne, le commandant Larouche a expliqué que les vésicules biliaires, dont la quantité saisie reste à être déterminée, étaient destinées «en grande majorité» à l’exportation vers l’Asie.

Ce petit organe de l’appareil digestif est surtout recherché pour la bile qu’il renferme.

«C’est convoité parce qu’il y a des propriétés médicinales qui sont attribuées à sa consommation sous différentes formes», a précisé le commandant Larouche, qui situe la valeur d’une vésicule biliaire de taille moyenne entre 100 et 250 $.

Aucune arrestation n’a été effectuée jusqu’à présent, a-t-il ajouté. Les autorités de juridiction fédérale reprendront l’enquête sur l’exportation de cette partie très recherchée de l’animal.

Si les personnes visées sont reconnues coupables des 121 chefs d’accusation comptabilisés à ce jour, elles pourraient écoper d’amendes de plus de 325 000 $.

Les ours noirs sont «très sensibles» à de telles activités, a souligné le commandant, se désolant qu’une «bonne quantité» de bêtes ont été abattues seulement pour leur vésicule — dont la simple possession est d’ailleurs interdite dans la province.

«S’il y a un commerce relié (aux ours) qui peut être très lucratif, ça met une pression sur une population qui est à la base fragile», a-t-il fait valoir.

Un tel réseau de braconnage n’avait pas été démantelé depuis 2002 au Québec, lors de l’opération «América».

L’enquête «Pochette» a mobilisé plus de 150 agents, de même que l’escouade canine de la protection de la faune. Plusieurs citoyens ont aussi offert leur collaboration, dont des trappeurs et chasseurs.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Un ours noir victime d’une infection rarissime


Une infection sur un ours noir d’Asie et prise en charge par un vétérinaire aurait doublement sauvé sa vie, et même celle de son frère. Avec une telle langue de 3 kilos, il était probablement difficile de se nourrir, mais en plus, lui et son frère devait être vendu illégalement en Chine .. C’est donc un mal pour un bien pour ses ours
Nuage

 

Un ours noir victime d’une infection rarissime

 

Christophe Da Silva
25/10/17 – 11h37  Source: The Guardian

La langue de Nyan Htoo pesait 3 kilos.

Nyan Htoo est un ours noir d’Asie. Victime d’une infection rarissime, ce plantigrade de 2 ans présentait une langue démesurée de 3 kilos. Il a été retrouvé dans cet état par des moines bouddhistes en Birmanie.

« Je n’avais jamais vu chez un ours », a reconnu Caroline Nelson, vétérinaire au centre « Animals Asia’s Vietnam Bear Rescue », dans le Guardian. « Mais nous ne voulions pas abandonner Nyan Htoo ».

Un parasite

Nyan Htoo, dont le nom veut dire « brillant » en birman, a finalement été opéré avec succès. Une intervention chirurgicale qui aura duré plus de quatre heures. Son infection a sans aucun doute été provoquée par un parasite.

Toujours selon le Guardian, Nyan Htoo et son frère s’apprêtaient à être vendus illégalement en Chine. « Maintenant, il pourra manger, dormir et se déplacer plus confortablement », a conclu Caroline Nelson.

http://www.7sur7.be

Ours endormi au sommet d’un poteau Prière de ne pas déranger


Un ours qui se prends peut-être pour un oiseau. En tout cas, malgré sa position précaire, il semble bien en hauteur pour faire un petit roupillon
Nuage

 

Ours endormi au sommet d’un poteau

Prière de ne pas déranger

 

 

Prière de ne pas déranger

Crédit photo : Agence QMI

 

Un ours noir a créé toute une commotion près de Shellbrook, en Saskatchewan, vendredi, quand il a grimpé au sommet d’un poteau électrique et s’y est confortablement installé pour piquer un petit somme.

Selon la page Facebook de SaskPower, l’équivalent d’Hydro-Québec, les équipes au sol se sont bien demandé comment le tirer de là sans le blesser, et sans provoquer de panne de courant.

Mais finalement, l’ours est descendu de lui-même après sa sieste

http://tvanouvelles.ca

Une amitié insolite entre un ours, un lion et un tigre


Un tigre et un lion ça peut aller, même si a l’état sauvage, ils ne se côtoient pas, ils sont quand même des félins, mais l’ours qui serait plus un appât pour ces gros chats est assez inusité.
Nuage

 

Une amitié insolite entre un ours, un lion et un tigre

ANIMAUX – Voilà une histoire qui finit bien. Selon Imgur, un ours noir d’Amérique, un tigre du Bengale et un lion d’Afrique, ont été victimes de maltraitance… avant d’être recueillis et de devenir trois amis inséparables.

Baloo l’ours, Léo le lion, et Shere Khan le tigre avaient été réunis alors qu’ils n’avaient que deux mois chacun, et ont grandi comme une famille. Le trio – baptisé « BLT » pour bear, lion, tiger – était détenu par un vendeur de drogue qui négligeait gravement leur santé et leur causait de nombreuses blessures.

L’association Noah’s Ark Animal Sanctuary, qui s’est donné pour mission de sauver des animaux maltraités, est venue à leur secours en 2001. Les trois petits avaient alors été soignés dans le refuge, situé en Géorgie, aux États-Unis. Le personnel n’a jamais pu se résoudre à les séparer. Résultat : Baloo, Léo et Shere Khan ont toujours partagé le même enclos.

Entre mars et octobre 2013, Noah’s Ark Animal Sanctuary avait mobilisé les réseaux sociaux et les plateformes de donation pour collecter avec succès la somme de 500.000 dollars (environ 370.000 euros). Un montant qui a permis de mettre les barrières de l’enclos aux normes d’une nouvelle loi fédérale sur les grands félins, qui menaçait la cohabitation des trois compagnons.

http://www.huffingtonpost.fr/

Vivre en sécurité avec l’ours noir? Une question de responsabilité


A cette période de l’année, des animaux comme l’ours cherchent de la nourriture pour se préparer a l’hibernation. Il arrive que ces belles bêtes sont attiré par les demeures humaines .. pour éviter un conflit entre l’homme et la bêtes certaines consignes devraient être respecté
Nuage

 

Vivre en sécurité avec l’ours noir? Une question de responsabilité


Qui suis-je?

Je partage mon territoire

Je suis l’un des quelque 800 000 ours noirs qui habitent les forêts de l’Amérique du Nord. Je vis plus particulièrement au Québec, territoire que je partage avec 70 000 de mes semblables. Nous représentons la seule espèce d’ours qui a choisi de s’établir dans cette province, l’ours blanc ne faisant que quelques brèves apparitions dans le Grand-Nord

J’ai l’odorat très développé et je suis très glouton

J’ai une grande préoccupation : trouver de la nourriture pour me constituer une réserve de graisse en prévision de l’hiver. Lorsque la nourriture se fait rare ou lorsqu’on me facilite l’accès aux sources de nourriture d’origine humaine, je m’approche des terrains de camping, des champs de maïs, des vergers, des mangeoires d’oiseaux et même des poubelles et des dépotoirs.

J’ai besoin qu’on me respecte

Je crains la présence des humains : lorsque je les détecte par des bruits et des odeurs, je m’enfonce habituellement dans la forêt. Je n’aime pas me faire surprendre, et encore moins me faire approcher. J’ai besoin d’espace, de sécurité pour mes petits et, surtout, de nourriture. En de rares occasions, sans raison apparente, l’un des nôtres peut devenir agressif et même dangereux envers les humains.

Soyez prévoyant

  • Ne nourrissez jamais les ours.
  • Entreposez la nourriture et les ordures hors de leur portée.
  • Diminuez les odeurs associées à la nourriture et aux ordures.

Vivre en sécurité avec l’ours noir

L’ours ne doit pas croire que la nourriture provenant de l’activité humaine est de la nourriture facile à obtenir. Si cela devient le cas, l’ours perd sa peur des humains et devient rapidement un animal à craindre.

Respecter les consignes précédentes, c’est accroître votre sécurité et la sécurité de ceux et celles qui fréquentent les secteurs boisés!

Réagissez correctement

Les ours noirs ont des personnalités bien différentes : chaque rencontre avec cet animal est unique. En tout temps, rappelez-vous que l’ours est un animal sauvage au comportement imprévisible, ne vous approchez jamais de lui et encore moins de ses petits. Rappelez-vous également que l’ours noir peut parfois se dresser sur ses pattes arrière. En agissant ainsi, il ne cherche généralement qu’à mieux identifier une odeur ou une source de bruit.

Que faire en présence d’un ours noir

Voici quelques recommandations importantes à respecter si vous rencontrez un ours :

  • Restez calme et évaluez la situation.
  • Si l’animal est loin et qu’il ne vous a pas encore vu, parlez-lui doucement pour qu’il vous identifie en tant qu’humain. Retournez d’où vous venez et attendez qu’il soit parti ou prenez un autre chemin pour le contourner. En tout temps, gardez le contact visuel avec lui pour voir sa réaction.
  • Si vous surprenez un ours et que celui-ci se montre agressif, reculez lentement tout en lui parlant. Mettez de la distance entre lui et vous. Ne le quittez pas des yeux. Le fait de s’éloigner de lui peut le rassurer et le calmer.
  • Évitez de crier et de courir car cela l’encouragera à vous poursuivre, sauf si vous pouvez très rapidement gagner un lieu sûr.
  • Si votre éloignement ne calme pas l’animal et que celui-ci manifeste une grande agitation, c’est qu’il s’agit probablement d’une femelle qui craint pour la sécurité de ses petits. Dans une telle situation, continuez de vous éloigner d’elle sans courir, tout en gardant un contact visuel avec l’animal.
  • Si un ours vous suit de façon insistante, faites-lui face et montrez-vous imposant. Agitez les bras au-dessus de votre tête. Parlez fort. Tentez de l’impressionner. Avec un bâton, tapez sur les arbres ou au sol. Cela devrait suffire à le faire fuir.
  • En cas d’attaque :
    • Utilisez une bonbonne de poivre de Cayenne si vous en avez une en votre possession. Visez les yeux. Profitez de son inconfort pour quitter les lieux rapidement.
    • Défendez-vous avec tout ce que vous avez sous la main (roche, bâton, hache, rame, etc.).

Au service de la faune et du citoyen

Le ministère des Ressources naturelles et de la Faune assure la conservation et la mise en valeur de la faune québécoise, tout en veillant à la sécurité des citoyens. En plus d’augmenter les quotas et les périodes de chasse et de piégeage dans les régions aux prises avec des ours importuns, le Ministère peut intervenir au besoin pour accroître la sécurité du public, notamment en capturant ou en relocalisant certains d’entre eux.

Saviez-vous que…

En 1999, une année typique, 5 millions de personnes au Québec ont participé à des activités liées à la nature et y ont consacré 395 millions de jours, soit 79 jours par personne? Au Québec, six décès causés par l’ours noir ont été rapportés depuis 30 ans.

http://www.mrnf.gouv.qc.ca