Le Saviez-Vous ► Photo : Dites « ouistiti » et vous aurez le plus beau sourire !


Le fameux cheese pour afficher des sourires pour les photos n’est pas idéal. Il est temps de changer pour Ouistitiiiiii
Nuage

 

Photo : Dites « ouistiti » et vous aurez le plus beau sourire !

 

Selon une étude réalisée par le fabricant d’appareils photo Nikon, le « ouistiti » utilisé en France au moment de se faire prendre en photo est le petit mot le plus efficace pour s’assurer un joli sourire.

« Ouistiti !!! ». Avec ce petit mot couramment utilisé en France devant l’objectif, vous êtes assurée d’avoir le plus joli sourire.

C’est le résultat d’une étude réalisée par Nikon dans le cadre du lancement de sa nouvelle gamme d’appareils photo. En compétition :26 locutions utilisées en Europe testées par des mannequins sous contrôle d’un linguiste.

Après analyse des photos issues de l’expérience, il ressort que le « ouistiti » français remporte la palme du plus beau sourire. Sur la seconde marche du podium, on retrouve le « famiglia » (« famille ») italien, suivi du « patatas » (« pommes de terre ») espagnol, puis du « marmolada » (« marmelade ») polonais et du « Zaag Eens Kaas » (« fromage ») des Pays-Bas. Le fameux « cheese » britannique (qui signifie également « fromage ») finit quant à lui dans les choux.

http://www.terrafemina.com/

Chez le Ouistiti, la parole est d’argent et le silence est…réprobateur !


L’art de parler au bon moment, n’est pas seulement pour l’être humain. Il semble que les jeunes ouistitis apprennent très tôt le bon usage de la parole
Nuage

 

Chez le Ouistiti, la parole est d’argent et le silence est…réprobateur !

 

 

Le Ouistiti commun vit dans les forêts du nord-est du Brésil, en petits groupes familiaux de 4 ou 5. © Gerard Lacz/Rex Featu/REX/SIPA

Le Ouistiti commun vit dans les forêts du nord-est du Brésil, en petits groupes familiaux de 4 ou 5. © Gerard Lacz/Rex Featu/REX/SIPA

Par Louise Horvath

Les règles du langage du petit singe sont strictes : on ne coupe pas la parole et on émet le cri approprié. Que le jeune ouistiti ne s’y plie pas et la réaction est immédiate…

RÈGLEMENT. « On ne coupe pas la parole !« . La phrase peut vous paraître familière, vos parents vous l’ayant déjà scander dans votre enfance. Un point commun que vous partagez avec… le Ouistiti commun (Callithrix jacchus) ! Les scientifiques se sont en effet aperçus que la prise de parole chez l’Homme se plie à certaines règles qui régissent aussi celle du petit animal d’une vingtaine de centimètres. Arrêter la conversation quand un bruit extérieur la masque, ne pas couper la parole et utiliser le cri approprié dans une situation donnée sont au nombre de celles-ci. Cecilia P. Chow et ses collègues de l’université de Californie (USA) se sont penchés sur cette ressemblance avec pour objectif de comprendre un peu mieux l’apprentissage des règles encadrant la prise de parole chez l’Homme.

Conventions sociales et erreurs de jeunesse

Quatre cris composent le répertoire du  Ouistiti :  « Phee »(prononcer fii), le « gazouillis », « trille » et « trillePhee ». Ceux-ci peuvent être mélangés, mis bout à bout, combinés… Au sein du groupe de ouistitis, constitué d’un couple et de leurs enfants, le « Phee » est utilisé pour communiquer avec un membre hors de vue. Un cri « Phee » appelle à une réponse par un autre « Phee », donnant un échange similaire à un dialogue. Entre chaque cri, les adultes laissent une pause de 4 à 5 secondes. Un blanc que les petits ne marquent pas, enchaînant par une autre exclamation après celle émise par leurs parents, voire… les interrompant. Pour les jeunes, une autre difficulté est de comprendre quel cri utiliser à quel moment. En enregistrant et en étudiant les vocalises de 10 ouistiti juvéniles âgés de 4 à 10 mois, les chercheurs ont remarqué que l’une ou l’autre de ces erreurs était souvent gratifiée… d’une réprimande !

Et le silence se « Phee »…

Le plus souvent, le jeune ouistiti interrompt son père, aux cris duquel il est très réactif. Plus rarement, il coupe la parole à sa mère, et plus sporadiquement encore à son jumeau. Face à une interruption, la réaction des parents ne se fait pas attendre : un silence réprobateur de 7 secondes au moins suit le cri du jeune. Parfois, celui-ci dure 10 secondes, mettant fin définitivement à la conversation. Quant à l’émission d’une réponse inappropriée  – notamment si le petit ouistiti répond à un « Phee » par autre chose –, les parents interrompent généralement le mauvais parleur. Progressivement, les ouistitis apprennent de leurs erreurs et commettent de moins en moins d’impairs. À 8-9 mois, les interruptions deviennent rares et le temps entre les cris plus long, pour finalement devenir polis comme un vieux ouistiti !

http://www.sciencesetavenir.fr/

Poli comme un ouistiti


Bien des gens pourraient prendre l’exemple des Ouistitis quand ils communiquent entre-eux. Ces singes connaissent donc l’art des bases même de la politesse
Nuage

 

Poli comme un ouistiti

 

Ouistiti à toupets blancs[

Ouistiti à toupets blancs[ Photo :  iStockphoto

La plupart des espèces animales produisent des sons, parfois pour attirer un partenaire, alerter le groupe d’un danger ou encore pour défendre un territoire.

Des chercheurs de l’Université de Princeton ont établi que certains singes avaient des échanges plutôt respectueux.

Le Pr Asif Ghazanfar et ses collègues ont observé que les ouistitis ne se coupent pas la parole entre eux.

Ces singes attendent cinq secondes après que l’un d’entre eux a terminé ses vocalises avant de répondre, et ce, même s’ils ne se voient pas.

Cette découverte améliore notre compréhension de l’apparition du langage chez l’homme, affirment les auteurs.

Le détail de cette étude est publié dans la revue Current Biology.

Le saviez-vous?
Le terme ouistiti est utilisé pour désigner plusieurs espèces de singes d’Amérique. Le ouistiti est également appelé marmouset. Il en existe au moins 22 espèces, mais il pourrait en exister davantage.

http://www.radio-canada.ca

Certains singes communiquent par ultrasons


Nous savons que certains animaux perçoivent des sons que nous ne pouvons pas entendre, pour certains cela est un mode de communication, dont donner l’alarme silencieusement quand un intrus potentiellement dangereux se présente dans leur territoire
Nuage

 

Certains singes communiquent par ultrasons

Un tarsier Un tarsier © iStockphoto

 

Le plus petit primate de la planète communique avec ses congénères par ultrasons, a découvert une équipe internationale de biologistes.

Cette particularité permet aux tarsiers des Philippines (Tarsius syrichta) de donner l’alarme sans se faire repérer par un prédateur.

Les mammifères qui peuvent émettre et percevoir des signaux dans les ultrasons ne sont pas nombreux. Ce sont notamment :

  • les baleines
  • les chats
  • certaines chauves-souris
  • certains rongeurs

Les biologistes étaient intrigués par les cris stridents de ces primates d’environ 15 cm, qui évoquent ceux d’une chauve-souris, alors qu’ils sont décrits comme étant habituellement silencieux.

Certains des chercheurs avaient déjà émis l’hypothèse que des ultrasons se cachaient derrière cet apparent silence, mais aucune recherche ne l’avait démontré formellement.

Pour l’établir, l’équipe a capturé six de ces mammifères pour évaluer l’acuité de leur ouïe. Les données montrent que ces animaux perçoivent des sons jusqu’à 90 000 Hz, ce qui représente un record chez les primates, qui n’est égalé que par très peu d’autres animaux.

 

Le saviez-vous?

L’ouïe humaine ne parvient pas à percevoir les sons au-delà de 20 000 Hz (ce qui définit la fréquence à partir de laquelle on commence à parler d’ultrasons). De petits primates, tels les ouistitis ou les lémuriens, émettent et réagissent parfois à des ultrasons, mais l’essentiel des fréquences qu’ils émettent se situe dans le domaine audible par l’oreille humaine.

 

Les vocalises de 35 tarsiers ont ensuite été enregistrées dans leur milieu sauvage. Ces cris se situent uniquement dans la fréquence des ultrasons, autour de 70 000 Hz.

Pour les chercheurs, cet « exemple extrême de communication acoustique dans les ultrasons purs » présente vraisemblablement de multiples avantages pour le tarsier.

Communications privées

Les ultrasons permettent aux tarsiers de communiquer entre eux sans être détectés par leurs prédateurs et leurs proies.

L’étude a d’ailleurs constaté qu’ils émettaient leur signal ultrasonique lorsqu’un humain approchait, ce qui laisse supposer un rôle d’alarme.

Ces primates ont les plus gros yeux de tous les mammifères proportionnellement à leur taille. Pourtant, leur rétine n’est pas adaptée à une vision nocturne. Les ultrasons pourraient donc les aider à capter les bruits des papillons de nuit ou des sauterelles.

Les détails de ces travaux sont publiés dans la revue Biology Letters de l’Académie des sciences britannique.

 

http://www.radio-canada.ca/