Le Saviez-Vous ► 5 infos à savoir sur le coyote


Le coyote est un animal ressemblant au loup, il est agile, rapide et un très bon chasseur. Malheureusement, il est convoité pour sa fourrure et il est considéré comme nuisible par l’homme. En fait, c’est plutôt l’homme qui est nuisible

Nuage


5 infos à savoir sur le coyote

Par Chloé Gurdjian

Ces canidés d’Amérique du Nord jouissent d’une bien mauvaise réputation. Et pourtant, ils possèdent de nombreuses qualités. Voici de quoi en savoir un peu plus sur eux.

Des parents dévoués

Chez les coyotes, la famille, c’est sacré. Une fois leur couple formé, le mâle et la femelle restent ensemble toute leur vie. Lorsqu’ils ont des portées, les deux parents prennent tous les deux soin de leurs rejetons. Ils les protègent, les nourrissent et les éduquent. Lorsqu’ils ont atteint l’âge, les jeunes coyotes quittent leurs parents pour former un nouveau clan. Mais si la nourriture est suffisante, ils peuvent rester dans leur famille. Dans le cas de grandes familles, les oncles, les tantes et les jeunes des portées précédentes s’occupent alors eux aussi des nouveaux bébés. Ce fonctionnement ressemble beaucoup à celui du loup, un proche cousin (la famille des canidés comprend les loups, les renards, les coyotes et les chiens). Et comme son cousin le chien domestique, le coyote est joueur. On l’a ainsi déjà observer rapportant des jouets, comme des peluches, à ses petits.

Un animal très performant

Faisant preuve d’une grande adaptabilité, le coyote a réussi à étendre son territoire, malgré la chasse dont il est victime. On le trouve ainsi dans les plaines, les forêts, les montagnes, les déserts… et les zones urbaines. Son ouïe et son odorat sont extrêmement développés, il court très vite, avec des pics à 65 km/h, et il est bon nageur. Enfin, intelligent et rusé, il sait adapter ses techniques de chasse en fonction de sa proie et des sources de nourriture disponibles.

Le coyote est-il dangereux ?

Les attaques de coyotes envers l’homme sont très rares, mais elles existent. Selon les spécialistes, elles ont lieu dans des zones où la nourriture se fait très rare. Les animaux sont alors obligés de se rapprocher des villes pour survivre. De plus, le coyote est capable de sauter au dessus des murs des jardins, pour s’en prendre aux animaux de compagnie de petite taille. Mais le canidé est aussi très utile. Comme il se nourrit principalement de petits mammifères comme les rongeurs, il permet de contrôler les populations de souris et de rats dans les villes.

Considéré comme nuisible

Jouissant d’une mauvaise réputation, l’animal est chassé pour sa fourrure. De nombreuses marques proposent ainsi des manteaux d’hiver avec une capuche en poils de coyote. De plus, début décembre 2019, les autorités américaines ont autorisé l’utilisation de pièges très controversés au cyanure de sodium destinés à tuer renards, coyotes et chiens sauvages.

Le coyloup

Il s’agit d’un animal hybride qui prolifère en Amérique du Nord : il serait à 60 % coyote, 25% loup et 15% chien. Le coyloup serait apparu dans les années 1800. A cette époque, les loups, qui manquaient de partenaires pour se reproduire, se sont accouplés avec des chiens et des coyotes. Le coyloup a un corps plus massif et la mâchoire plus large que le coyote. Il possède la grande adaptabilité du coyote et la capacité du loup à chasser de grandes proies.

https://www.geo.fr/

Les appareils auditifs contre la démence, la dépression et les chutes !


Avoir une perte auditive, c’est frustrant ! La plupart des problèmes auditifs peuvent se corriger grâce à une prothèse. Plus qu’on prend de l’âge cette prothèse est un gain pour diminuer certaines maladies comme la démence, la dépression et aussi les chutes
Nuage


Les appareils auditifs contre la démence, la dépression et les chutes !


Erica-Smit/Shutterstock.com

Corriger une perte auditive n’impacte pas seulement l’ouïe mais la santé en générale. Selon des chercheurs américains, s’appareiller contre une surdité nouvellement diagnostiquée réduit les risques de démence, de dépression, d’anxiété et de chutes au cours des 3 années suivantes !

Ce n’est pas la première fois que des scientifiques s’intéressent à la pertinence d’un appareillage auditif. Récemment, des chercheurs britanniques avaient montré que les prothèses réduisaient considérablement le risque de développer une démence. Mais les vertus iraient bien plus loin.

Une équipe de l’Université du Michigan a examiné les données de près de 115 000 personnes âgées de plus de 66 ans souffrant d’une perte auditive. En examinant les parcours de santé suivis par les patients au cours des 3 années suivant le diagnostic, ils ont constaté des différences significatives.

Ainsi, le risque d’être diagnostiqué d’une démence, y compris la maladie d’Alzheimer, dans les trois ans était inférieur de 18% pour les utilisateurs d’appareils auditifs. Le risque de dépression était réduit de 11%, tout comme le risque de chute (-13%).

Côté explications, les auteurs avancent le fait que la surdité favorise « le manque d’interactions sociales, la perte d’autonomie, d’équilibre et le manque de stimulation cérébrale. ».

  • Source : Journal of the American Geriatrics Society, 5 septembre 2019

  • Ecrit par : Vincent Roche – Edité par : Emmanuel Ducreuzet

https://destinationsante.com/

Les aveugles voient avec leurs oreilles


Beaucoup ont sans doute déjà entendu dire que les non-voyants ont une meilleur ouïe, comme s’ils pouvaient voir avec les oreilles. C’est vrai, ils peuvent avoir une ouïe plus aiguisée qui leur permettent de se mouvoir dépendant des informations décodés par le cerveau.
Nuage


Les aveugles voient avec leurs oreilles

La cécité induit une plasticité du cortex auditif. | Jeff Pachoud / AFP

La cécité induit une plasticité du cortex auditif. | Jeff Pachoud / AFP

Repéré par Peggy Sastre

Le cerveau des personnes non voyantes s’adapterait pour développer une ouïe plus fine.

Repéré sur Journal of Neuroscience, PNAS, Université de Washington

Ce n’est pas une idée reçue: une abondante littérature scientifique observe que les personnes aveugles de naissance (et celles qui le sont devenues très tôt dans leur vie) ont une ouïe plus fine que les voyant·es, que cela se traduise sur le plan musical ou par une meilleure aptitude à se repérer dans l’espace.

Deux études publiées au printemps 2019 décryptent ce phénomène intervenant au plus profond du cerveau.

La première, parue dans le Journal of Neuroscience et dirigée par Ione Fine, chercheuse en sciences du comportement, en imagerie médicale et en ophtalmologie à l’université de Washington, relève que le cortex auditif des aveugles traite les sons dans un spectre plus étroit et donc plus précis que celui des personnes malvoyantes.

«Il s’agit de la première étude à montrer que la cécité induit une plasticité du cortex auditif –ce qui est important, car cette zone du cerveau reçoit des informations auditives très similaires que vous soyez aveugle ou non, commente Fine. Les individus aveugles, par contre, doivent extraire davantage d’informations du son, et cette région semble par conséquent développer une meilleure sensibilité.»

Pas besoin de signaux visuels

La seconde étude, publiée dans les PNAS et elle aussi dirigée par Fine, analyse comment les aveugles de naissance se représentent des objets en mouvement dans l’espace. Pour ce faire, l’équipe de recherche s’est penchée sur une zone précise du cerveau, dite hMT+, à la jonction occipito-temporale.

Les scientifiques ont pu montrer que chez les aveugles, cette zone manifeste une activité neuronale liée à la fois à la fréquence auditive et au mouvement des objets (simulé par une modification du volume), alors qu’elle ne répond qu’au mouvement chez les voyant·es.

Cette découverte laisse entendre que le cerveau des personnes atteintes de cécité n’a pas besoin de signaux visuels pour faire jouer un rôle analogue à cette zone et que les aveugles sont assez littéralement capables de voir avec leurs oreilles, comme le formule d’ailleurs un participant de l’étude.

Détail des plus intéressants, l’expérience impliquait deux individus nés aveugles et ayant recouvert la vue à l’âge adulte grâce à une opération neurochirurgicale. Comme les aveugles, leur zone hMT+ semblait servir une double fonction et elle leur permettait de repérer des objets en mouvement à la fois grâce à des informations visuelles et auditives.

Selon Fine, ce résultat indique que l’adaptation cérébrale à la cécité survient très tôt dans le développement et se conserve une fois la vue restaurée. Cette hypothèse aura cependant besoin de recherches supplémentaires pour être confirmée.

http://www.slate.fr/

Le moustique peut vous entendre à 10 mètres !


Aedes aegypti, est le moustique qui transmet la dengue, le virus Zika et le virus Chikungunya. Il a beau être petit, le moustique a une ouïe vraiment impressionnante. Un peu trop malheureusement. Aedes aegypti peut entendre une conversation humaine jusqu’à 10 mètres.
Nuage

 

Le moustique peut vous entendre à 10 mètres !

 

Les moustiques ont en réalité une très bonne audition

Des chercheurs ont étudié l’audition des moustiques Aedes aegypti.

© JIM DAMASKE/AP/SIPA

Par Anne-Sophie Tassart

Les moustiques Aedes aegypti, connus pour être des vecteurs d’agents pathogènes, auraient une ouïe bien plus développée que précédemment cru.

Lors de la recherche d’un partenaire sexuel, l’espèce de moustique Aedes aegypti, tristement célèbre pour être un vecteur de la dengue, du virus Zika et du chikungunya, échange des signaux auditifs à courte portée. C’est à dire de l’ordre du millimètre ou du centimètre. Pour les chercheurs, cela traduisait donc une piètre sensibilité auditive. Mais cette croyance vient d’être remise en question par une équipe composée de chercheurs de l’Université d’État de New York à Bighamton et de l’Université de Cornell (États-Unis).

Une audition testée dans une chambre sourde

Pour tester les capacités auditives réelles de cette espèce – qui utilise ses antennes pour entendre – les chercheurs ont placé plusieurs spécimens dans une chambre anéchoïque aussi appelée « chambre sourde ». « Celle-ci est conçue pour absorber le son de sorte que, lorsque vous menez une étude, aucun bruit de fond et aucune réflexion sonore ne puisse perturber vos résultats », explique dans un communiqué Ronald Miles, co-auteur de l’étude. Pour tester l’ouïe des insectes dans cette pièce si particulière, les chercheurs ont joué dans celle-ci des sons provenant de battements d’ailes durant le vol, de moustiques mâles et de femelles.

Ces insectes peuvent entendre une conversation humaine

Dans le premier cas, les cobayes, eux-même des mâles, n’ont pas réagi. Cependant, quand il s’agissait d’une femelle, ces derniers se sont envolés

« Nous montrons dans cette étude que les moustiques mâles peuvent entendre le son produit par le vol de la femelle à des distances étonnamment longues », notent les chercheurs dans leur étude parue le 7 février 2019 dans la revue Current Biology.

Finalement, ces moustiques pourraient se servir de leurs antennes pour percevoir des sons distants au minimum de 10 mètres ! 

« Nous avons également été capables de mesurer la réponse neuronale de leurs antennes et nous avons constaté qu’ils pouvaient entendre des sons étonnamment éloignés dans les mêmes fréquences que celles utilisées pour la parole humaine », poursuit Ronald Miles. Aedes aegypti serait sensible à des fréquences allant de 150 à 500 Hz, les mêmes pouvant être atteintes lors de nos conversations. Nous nous trouvons donc dans la « zone d’écoute des moustiques »…

https://www.sciencesetavenir.fr/

Ne réchauffez jamais un oeuf dur au micro-ondes


Je n’aurais jamais pensé à faire réchauffer les oeufs durs aux micro-ondes. Je sais par expérience cuire un oeuf plat aux micro-ondes, il faut faire un minuscule trou dans le jaune d’oeuf, sinon cela explose dans l’appareil, mais un oeuf dur, il peut exploser dans l’assiette au moment qu’on met la fourchette et étrange, il pourrait aussi (semble-t-il) émettre assez de décibels pour endommager l’ouïe
Nuage

 

Ne réchauffez jamais un oeuf dur au micro-ondes

 

© thinkstock.

Ce dernier pourrait vous causer des dommages auditifs.

Si vous pensiez réchauffer votre oeuf dur au micro-ondes, sachez qu’il s’agit là d’une très mauvaise idée. Car selon une recherche menée par deux ingénieurs du son, Anthony Nash et Lauren von Blohn, cette manière de faire pourrait être dangereuse.

La raison: lorsque des oeufs sont réchauffés au micro-ondes, ces derniers se gonflent à cause de la chaleur et peuvent finir par exploser une fois qu’on les perce avec une fourchette. Le son produit par cette explosion serait alors si fort qu’il pourrait vous causer des dommages auditifs.

Pour en arriver à une telle conclusion, ces deux chercheurs ont fait cuire 100 oeufs de cette façon. Et le résultat est sans appel: un oeuf sur trois explosait après avoir été réchauffé.

S’il est impossible de prédire lequel ce sera, on sait toutefois que cette explosion est dûe à une réaction aux radiations. Cette dernière crée une poche qui se gonfle dans l’oeuf et qui explose une fois percée par une fourchette.

Le niveau sonore de ce phénomène varie alors entre 86 et 133 décibels.

« C’est comme entendre une moto qui fonce à toute à allure à seulement neuf mètres ou le démarrage d’un avion à plus de 300 mètres de soi » ont-ils expliqué à nos confrères du magasine Live Science.

http://www.7sur7.be/

Ces personnes qui entendent la lumière


Synesthésie, cela doit être assez spécial de voir la musique, goûter aux mots et entendre les images.
Nuage

 

Ces personnes qui entendent la lumière

 

RCQC  |  Par Renaud Manuguerra-Gagné, Radio-

Les chercheurs estiment que de 2 % à 5 % de la population serait synesthète, une particularité qui pourrait permettre à la personne qui la possède de « voir » de la musique, « goûter » des mots ou même « entendre » des images.

Par contre, une véritable estimation reste difficile, car il s’agit d’un fait rare. Et les personnes concernées ne se rendent pas toujours compte de leur particularité.

On ne sait pas non plus ce qui cause la synesthésie, bien qu’on pense qu’elle est le résultat du mélange de plusieurs sensations par le cerveau. On suppose une origine génétique puisqu’il semble y avoir des concentrations plus élevées de ce phénomène chez les femmes et dans certaines familles.

Il existe des centaines de variantes de ce phénomène. Si les effets les plus spectaculaires restent rares – comme avoir une saveur sucrée en bouche en voyant une œuvre d’art – d’autres formes qui impliquent des sens souvent associés, comme la vue et l’audition, pourraient être plus fréquentes.

Une lumière assourdissante

Pour combler le manque d’information que l’on possède sur la synesthésie, des chercheurs britanniques ont voulu vérifier si les cas de personnes synesthètes qui entendent des sons quand ils voient de la lumière sont plus fréquents que les autres types.

Leurs résultats, publiés dans le journal scientifique Counsciousness and Cognition, suggèrent qu’un cinquième de la population pourrait avoir une forme légère de synesthésie.

Ce résultat surprenant a été obtenu lors d’une expérience dans laquelle une quarantaine de participants étaient exposés à des sons et à des lumières. Les chercheurs ont remarqué que 22 % des personnes entendaient des sons lorsqu’ils étaient exposés à des faisceaux lumineux, alors qu’il n’y avait en réalité aucun bruit.

Plus impressionnant encore, ces mêmes 22 % affirmaient être incapables de bien se concentrer sur un son réel lorsqu’elles étaient exposées à des faisceaux lumineux à cause de la superposition entre les sons réels et ces bruits « inexistants ».

La vue et l’ouïe, partenaires indissociables

Un chiffre de 22 % est très étonnant et beaucoup plus élevé que le 2 à 5 % des synesthésies plus « exotiques ».

L’étude montre donc qu’il pourrait y avoir un gradient de synesthésie. Ainsi, certaines variantes du phénomène seraient plus répandues dans la population, et d’autres, plus rares.

Les chercheurs avancent l’hypothèse que la vue et l’ouïe étant plus souvent associées dans la vie de tous les jours, il pourrait y avoir un renforcement entre ces deux sens au niveau du cerveau qui favoriserait des expériences croisées.

Toutefois, ils ne se sont pas penchés sur les causes ou sur les origines biologiques de cette réaction, uniquement sur la prévalence des associations son et lumière.

Savoir que certains types de synesthésies sont plus courants que d’autres pourrait nous aider à mieux comprendre l’univers étrange de ce don, grâce auquel, comme le disait Baudelaire :

 « Les couleurs, les parfums et les sons se répondent. »

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Le Saviez-Vous ► Comment le monde est perçu par nos amis les chats ?


Le seul point qui m’a surprise est la vision du chat, je croyais vraiment qu’ils avaient une supervision
Nuage

 

Comment le monde est perçu par nos amis les chats ?

 

Vous rêvez d’être un chat ? C’est tout à votre honneur. Mais avant, il y a quelques petites choses – du détail – qu’il vous faut impérativement savoir…

«Tout le monde veut devenir un cat parce qu’un chat quand il est cat retombe sur ses pattes.»

Oui, mais attention : être un félin n’est pas si simple. On a beau aimer très fort la boule de poils miaulant qu’il est, il y a fort à parier que nous ne soyons pas prêts à endurer tout ce qu’il endure…

Ce que voient les chats

Première raison : sa vision. Le chat n’est certes pas une taupe, mais quand même ! Bien qu’il soit nyctalope (il parvient à voir dans le noir) grâce au nombre élevés de bâtonnets (cellules capables de réfléchir la lumière) présents au fond de son œil, il est incapable de distinguer ce qui se trouve à moins d’une dizaine de centimètres de son museau… surtout si c’est immobile ! Heureusement que ses vibrisses sont là et que son champ de vision est plus large que le nôtre, hein ?

Par ailleurs, il distingue très mal les couleurs…

Ce qu’entendent les chats

Ensuite, son audition. Rien ne lui échappe. Jamais. Doté d’une importante acuité auditive, il pourrait presque entendre nos pensées puisqu’il peut capter des fréquences allant jusqu’à 60000 Hz. D’autant plus que ses oreilles, toujours en mouvement ou presque, lui permettent de détecter précisément d’où viennent les bruits et… ce sont ses nombreux neurones qui finissent ensuite par devoir tout analyser. D’ailleurs, le saviez-vous ? Le chat perçoit 11 octaves alors que nous, humains, ne dépassons pas les 9…

Ce que sentent les chats

De la même façon qu’aucun bruit n’échappe au chat, il ne loupe aucune odeur ni fragrance ni parfum. Autant dire qu’il se doit donc d’avoir l’estomac solidement accroché ! Son odorat est en effet 100 fois supérieur au nôtre grâce à ses près de200 millions terminaux olfactifs (contre seulement 5 millions pour l’Homme).

Les goûts des chats

Toutefois, gustativement parlant, ce n’est vraiment pas tout à fait ça… Déjà, globalement, les aliments sont moins goûtus pour lui que pour nous. En plus, comme ses cousins tigres et guépards, ce dernier ne dispose pas des gênes pouvant lui permettre de percevoir le goût du sucre. Inutile donc de lui en donner… surtout lorsque l’on sait qu’il a une préférence pour tout ce qui est acide et/ou salé (de toute façon, c’est dangereux pour eux) ! Il ne faut d’ailleurs pas perdre de vue qu’il est un carnivore strict…

http://wamiz.com/