On passe la porte et on oublie…


Cela arrive a tout le monde, de penser de faire quelque chose par exemple dans le salon et aller dans une autre pièce et oublier complétement ce que nous devions faire. Et bien, c’est comme si les portes sont des fichiers de la mémoire dont les pièces stockent les souvenirs
Nuage

 

On passe la porte et on oublie…

Chacun d’entre nous a déjà vécu cela, passer une porte, entre dans une autre pièce et … oublier ce que nous venons y faire.

Cette étude de l’Université de Notre Dame montre que franchir des portes peut réellement causer ces fameux trous de mémoire. Car le passage de la porte servirait de frontière entre les différents événements, dans notre cerveau, segmentant ainsi dans notre mémoire, les épisodes de notre activité quotidienne. Des conclusions surprenantes publiées dans le Journal of Experimental Psychology. Bref, si vous avez un trou de mémoire une fois parvenu(e) dans la pièce voisine, ne vous inquiétez pas, c’est « normal ».

Gabriel Radvansky, professeur de psychologie à l’Université de Notre Dame, s’explique : « Se rappeler la décision ou l’activité à accomplir dans l’autre pièce est difficile parce nos décisions sont compartimentées. »

Le chercheur a mené 3 expériences dans des environnements réels et virtuels, avec des participants étudiants en leur demandant d’accomplir des efforts de mémoire lors de la traversée d’une salle et en franchissant une porte.

· Dans la première expérience, les sujets placés dans un environnement virtuel devaient passer d’une pièce à l’autre, en sélectionnant un objet sur une table puis l’échanger contre un autre objet placé sur une table différente, dans une autre pièce. Les participants devaient faire ensuite la même chose en se déplaçant à travers la pièce, mais sans franchir de porte. L’auteur constate que les sujets oublient bien plus fréquemment ce qu’ils ont à faire s’ils doivent passer une porte que s’ils doivent simplement se déplacer dans la pièce. Cela suggère que la porte ou «limite de l’événement » entrave la capacité d’une personne à suivre le fil de ses pensées ou à garder en mémoire les décisions prises dans une pièce différente.

· La deuxième expérience se déroulait dans le monde réel, dans le laboratoire du chercheur .

      Il s’agissait de dissimuler dans des boîtes des objets choisis sur une table et de se déplacer soit à travers une pièce, soit de parcourir la même distance mais en franchissant la porte. Les résultats sont identiques à ceux de la précédente expérience, en environnement virtuel. Franchir la porte diminue la mémoire des sujets.

· La dernière expérience a été conçue pour tester si les portes servent de limites réelles aux différents événements ou si notre capacité de mémoire immédiate est liée à l’environnement dans lequel la décision a été conçue et prise. Des recherches antérieures ont montré que les facteurs environnementaux peuvent en effet affecter la mémoire et que l’information mémorisée dans un environnement donnée est mieux retranscrite dans le même contexte. Dans cette expérience, les sujets ont dû passer plusieurs portes pour se retrouver dans la pièce de départ où leur décision avait été conçue.

Mais, là encore, les résultats ne montrent aucune amélioration de la mémoire, ce qui suggère que l’acte de passage d’une porte est un moyen pour l’esprit, de segmenter les « fichiers de nos souvenirs».

Source : Quarterly Journal of Experimental Psychology, 64, 1632-1645 Walking through doorways causes

http://www.digeorge.net

Qui va se rappeler


On se souviens beaucoup plus des gens qui nous ont fait un grand bien, ceux qui nous ont traumatisé, ceux qui nous ont fait pleurer ou ceux qui nous ont fait sentir que nous étions spécial
Nuage

 

Qui va se rappeler

 

 

«Les gens oublieront ce que tu as dit, ils oublieront ce que tu as fait, mais ils n’oublieront jamais ce que tu leur as fait ressentir»

Maya Angelou

La vie, un jardin


La vie comme un jardin et nous en sommes les jardiniers .. savoir cultiver ce qui nous fait du bien et délaissé ce qui nous rend triste permet de mieux vivre
Nuage

La vie, un jardin

 

« La vie s’apparente à un jardin.
 
Les feuilles flétrissent et les fleurs se fanent naturellement. C’est seulement si nous éliminons les déchets que nous profiterons pleinement de la beauté des nouvelles feuilles et  fleurs.
 
De même, nous devons éliminer de notre esprit les expériences mauvaises, sombres du passé.
 
Vivre, c’est se souvenir d’oublier.
Pardonne ce qui doit être pardonné.
Oublie ce qui doit être oublié
.
 
Embrasse la vie avec une vigueur renouvelée. Nous devrions pouvoir accueillir chaque instant de la vie avec un regard neuf, telle une  fleur fraîchement éclose. »

 
 
Mata Amritanandamay.

Les rêves oubliés


Nous avons tous des choses, des souvenirs qu’on enfouie quelque part dans nos placard mais dans notre subconscient ils demeurent
Nuage

Les rêves oubliés

 

Il y a des choses qu’on range, qu’on colle au fond d’un placard, qu’on pense ne plus revoir – mais qu’on ne se résout pas à mettre à la poubelle. Un peu comme les rêves, quoi.

Harlan Coben

La vieille charrue


Il y a des fois que les personnes âgées se sentent oublier, mit au rancart, car parait-il, ils ne sont pas vraiment utile .. un peu comme une vieille charrue .. alors ont les mets dans les maisons de retraites allant les voir de temps a autres ..
Nuage

La vieille charrue

 

Sur son socle de bois verni
une vieille charrue abandonnée
s’apitoie sur son sort et se rouille d’ennui.

Elle se souvient des belles années
où, de sillon en sillon et sans bruit,
elle allait dans la plaine à tous vents
et préparait la terre aux semis.

Sur ses manchons de bois, elle aimait
sentir les mains rugueuses du laboureur.
puis se reposer en attendant les blés à venir.
Enfin, être témoin des fruits de son labeur !

Sur son socle de bois verni,
une vieille charrue dans son musée,
s’apitoie sur son sort et se rouille d’ennui.

Par des monstres d’acier, on l’a remplacée.
Les fiers destriers sont devenus poupées.
Le laboureur s’est changé en faiseur de bruit.

Plus jamais elle ne reverra sa plaine,
ni le sillon, ni la naissance des graines.
Autour d’elle les gens se pressent, drôles,
se disant: à quoi cette étrange chose
pouvait-elle être utile à nos parents?

Cruel est l’oubli, quand s’impose le présent.

Martial Noureau

Agonie de mes rêves


Quelques semaines sont passés après mon retour au Maroc,je crois que cela a influencer ma façon d’écrire,  je devais commencer a amadouer ma solitude, a en faire une amie plutôt qu’une ennemie .. Rassurez-vous, ma solitude, sans être une ermite, est devenue une très bonne alliée, ce qui m’a même permis de prendre la vie d’une façon positive, mais j’ai toujours aimer mieux les poèmes tristes, voir dramatique .. Ah c’est beau la contradiction non ??? !
Nuage

Agonie de mes rêves

Petite je rêvassais à un monde lointain de l’autre côté de l’océan
A des êtres différents sortis tout droit des contes d’antan
A des images des milles et une nuit, tapis volant à la lampe magique
A un décor d’Orient, à toute cette fascination de mes rêves féériques

Mais.. les jours, les années ont éteint ces songes
Laissant place aux déceptions remplies de mensonges
La douleur, le rejet ne cessent de me harceler sans regret
Moi, qui n’est qu’un grain de sable dans cette immensité aux cent reflets

Tous mes rêves reviens à un moment de la vie
Taquiner un épisode difficile de solitude et d’envie
Me laissant sur ma faim sans l’assouvir ni la réaliser pleinement
Blessée dans mon intérieur pour mourir dans l’oubli de mon effondrement

Cette autre étape s’achève immolant tous ces songes à jamais
Pour continuer errante dans un monde sans relais
Cherchant malgré moi, un bonheur caché au fond des mers
Aveuglé par la noirceur des ténèbres pour quémander une vie sans revers

Il me reste que des souvenirs vaguant dans mon esprit agité
Ma solitude devrait devenir mon amie, la prière mon alliée
La vie, mon expérience doivent remonter les marches effaçant mes désirs
Ainsi attendre en silence la fin de la dernière escale, du dernier soupir

Rachel Hubert (Nuage)
18 mai 2002