Il ne voit pas son chat entrer dans la machine à laver, l’allume et 40 minutes plus tard…


Ce chat est chanceux dans sa malchance, sortir sonné, mais indemne d’un cycle d’une machine à laver. Je crois qu’il n’ira plus jamais dans cette machine
Nuage

 

Il ne voit pas son chat entrer dans la machine à laver, l’allume et 40 minutes plus tard…

 

Voilà pourquoi il faut toujours se montrer très vigilant…

C’est dans la belle ville d’Oslo qu’un chat prénommé Zéro a eu la peur de sa vie. Tandis que son humain était en train de trier le linge avant de le placer dans le tambour de la machine, le matou s’est discrètement introduit dans la machine. Sans faire attention, l’homme lance un programme de 40 minutes et s’éloigne pour faire autre chose.

C’est seulement lorsque la machine s’arrête que l’adolescent de la famille trouve son chat. Evidemment, l’animal est terrorisé, mais aussi complètement trempé et sonné. Selon ses maîtres, il semblait ratatiné et n’arrivait pas à retrouver ses esprits.

Voyant l’état du chat, toute la famille l’accompagne dans une clinique vétérinaire afin qu’il soit pris en charge et puisse s’en sortir. Zéro y passera deux longues journées sous surveillance pour reprendre ses esprits et vérifier qu’il n’avait pas de séquelles.

Par chance, au bout de deux jours Zéro a pu rentrer chez lui sain et sauf. Une excellente nouvelle pour sa famille qui était très inquiète et qui fera désormais plus attention au moment de faire tourner une machine. Car les choses auraient pu très mal se finir pour ce matou…

Par Elise PetterCrédits photo :

Twitter

https://wamiz.com/

Rappelez-vous


Il y a des gens qui aurait intérêt à s’inspirer de cette citation, autant ceux qui se sentent supérieur que ceux qui se sentent inférieur. Nous avons tous les mêmes besoins fondamentaux
Nuage

 

Rappelez-vous

 

 

 

Rappelez-vous que vous êtes nécessaires, Personne n’est supérieur et personne n’est inférieur. Personne n’est plus haut, personne n’est plus bas. Tous se complète

Oslo

Norvège: l’estomac d’une baleine échouée contenait 30 sacs de plastique


Une baleine est victime de notre inconscience des matières plastiques. Elle s’est échouée et les zoologistes ne pouvaient pas la sauver, et ils ont vu l’horreur dans son intestin
Triste sort pour de nombreux animaux qui vivent grâce à la mer
Nuage

 

Norvège: l’estomac d’une baleine échouée contenait 30 sacs de plastique

 

PC  |  Par La Presse canadienne

Des zoologistes norvégiens ont retrouvé une trentaine de sacs et d’autres objets de plastique dans l’estomac d’une baleine à bec qui s’était échouée sur une plage du sud-ouest du pays.

La baleine de deux tonnes était visiblement malade et a dû être euthanasiée.

Un expert, Terje Lislevand, a révélé que son estomac était rempli de plastique et que son intestin ne contenait que les restes de la tête d’un calmar. La baleine n’avait plus qu’une mince couche de gras.

M. Lislevand a dit que cela explique probablement pourquoi elle s’est échouée à répétition samedi dernier dans les eaux peu profondes au large de Sotra, une île à l’ouest de Bergen, à 200 kilomètres au nord-ouest de la capitale, Oslo.

La baleine de six mètres était une adulte.

L’ONU estime qu’environ huit millions de tonnes de déchets de plastique sont jetées dans les océans chaque année.

 

http://quebec.huffingtonpost.ca/

On a trouvé de la poussière interstellaire sur les toits de Paris


Les scientifiques ont pu faire la différence entre la poussière terrestre et celle venue de l’espace. Ils savent aussi depuis combien de temps que cette poussière interstellaire s’est déposé sur les toits Paris
Nuage

 

On a trouvé de la poussière interstellaire sur les toits de Paris

 

Le HufffPost  |  Par Grégory Rozières

Dans le ciel de Paris, il n’y a pas que les tristement célèbres particules fines qui polluent la capitale. Il y en a également d’autres, bien plus rares et difficiles à détecter, qui viennent de l’espace. Pour la première fois, des chercheurs ont détecté des grains de poussière interstellaire sur les toits de Paris, Oslo et Berlin, rapporte le New Scientist.

Ces petites particules sont très anciennes et datent de la création du système solaire, il y a quelque 4,6 milliards d’années. Les scientifiques savent depuis des décennies que ces petits grains retombent régulièrement dans notre atmosphère. Mais jusqu’alors, ils n’avaient pas réussi à en trouver, sauf en Antarctique.

Pourquoi? Car il est difficile de faire le tri entre la poussière interstellaire et celle, plus classique, qui provient de la Terre. Pour réussir cet exploit, les chercheurs de l’Imperial College London ont « tamisé » quelque 300 kg de détritus qui pourrissent sur les toits de ces trois villes. Ils n’ont pas utilisé un tamis classique, mais des aimants pour attirer les particules métalliques. Ils ont ainsi découvert 500 grains venus de l’espace.

« L’avantage évident de cette nouvelle approche est qu’il est plus facile de trouver de la poussière stellaire si elle se trouve dans votre jardin », explique Matthew Genge, auteur de l’étude, au magazine américain.

De plus, les grains trouvés sont trente fois plus gros que ceux que l’on peut observer en Antarctique. Même s’ils restent tout de même minuscule: 0,3 mm.

La poussière découverte sur les toits de Paris est tombée sur Terre il y a 6 ans, à quelque 12 km/s. Cela en fait les plus jeunes et les plus rapides de ces particules jamais trouvées ayant traversé l’atmosphère de la Terre.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Breivik, nazi jusqu’à la mort, accuse la Norvège de vouloir le «tuer»


Ouf ! Ces revendications sont extravagantes. Lui a prône le nazisme et a tuer des adolescents en Norvège se plaint de torture .. Oui pauvre lui, il a 3 cellules avec télé, journaux livres, casse-tête, appareils de musculation et bien sûr, des jeux vidéos … Quelle humiliation … et ces adolescents n’avaient-ils pas toute la vie devant eux ? Ah oui, pour la cause ! Décidément, ces extrémistes peu importe leur idéologie, je ne les comprendrais jamais
Nuage

 

Breivik, nazi jusqu’à la mort, accuse la Norvège de vouloir le «tuer»

 

Anders Behring Breivik... (PHOTO LISE ASERUD, AGENCE FRANCE-PRESSE)

Anders Behring Breivik

PHOTO LISE ASERUD, AGENCE FRANCE-PRESSE

PIERRE-HENRY DESHAYES
Agence France-Presse
PRISON DE SKIEN

 

La Norvège, l’un des pays les plus sûrs au monde, a été frappée le 22 juillet par ses plus lourdes attaques depuis la Seconde Guerre mondiale. Une bombe a d’abord explosé au centre-ville d’Oslo, puis une fusillade a tourné au carnage, sur l’île d’Utoya, près d’Oslo. »

L’extrémiste de droite Anders Behring Breivik, qui a tué 77 personnes en Norvège en 2011, a transformé mercredi son procès contre l’État en tribune politique, jurant de «combattre» pour le nazisme «jusqu’à (sa) mort».

Au deuxième jour de son procès contre l’État sur ses conditions de détention, qui se tient dans le gymnase de la prison de Skien (sud) où il est détenu, Breivik est violemment passé à l’attaque, comme le redoutaient les victimes et leurs familles.

Mêlant l’anecdotique et le plus fondamental comme il en a l’habitude, il a accusé l’État de vouloir le «tuer» grâce à l’isolement carcéral, qu’il a qualifié de «torture» et «enfer».

Il a tout fait pour donner de l’écho à ses opinions racistes.

«Je lutte pour le national-socialisme depuis 25 ans et je vais lutter pour lui jusqu’à ma mort», a déclaré l’extrémiste de 37 ans. Car «je suis national-socialiste depuis que j’ai 12 ans», a-t-il précisé, allégeance qu’il raconte avoir dissimulée jusqu’en 2014.

Il s’agissait de ses premières déclarations publiques depuis le procès de 2012 qui a abouti à sa condamnation à 21 ans de prison, peine susceptible d’être prolongée s’il reste considéré comme dangereux.

Lorsqu’il s’est présenté comme «secrétaire du parti politique État nordique», formation extrémiste qu’il essaie de monter depuis sa prison, la juge a souligné qu’il lui fallait s’en tenir à ses conditions de détention. Elle a dû abréger par la suite des digressions sur son idéologie et l’actualité, alors que la veille, elle l’avait rappelé à l’ordre après un salut nazi.

Se disant en guerre contre le multiculturalisme, Breivik avait le 22 juillet 2011 tué 77 personnes, huit en faisant exploser une bombe près du siège du gouvernement à Oslo et 69 autres en ouvrant le feu sur un camp d’été de la Jeunesse travailliste.

Pendant plus d’une heure, il avait traqué près de 600 adolescents piégés sur l’île d’Utoya et terrifiés, achevant la plupart de ses victimes d’une balle dans la tête.

Par égard pour les familles et les survivants, mais aussi pour l’empêcher d’envoyer des signaux codés à ses sympathisants, la justice norvégienne interdit de diffuser tout extrait vidéo des propos du tueur. Mais la presse peut les retranscrire.

Ils ont ravivé des blessures, a écrit sur Twitter un survivant du massacre, Viljar Hanssen.

«Il peut sembler rigolo d’écrire qu’il se plaint du café froid et des Fjordland «marque de plats cuisinés, mais je ne sais pas si c’est aussi rigolo pour les proches» des victimes.

Détenu qui se dit «exemplaire»

Seul représentant des familles à s’être déplacé, Freddy Lie peine à entendre les «plaintes» de l’assassin de sa fille Elisabeth, 16 ans, abattue sur Utoya.

Mais «c’est l’État de droit. Tout le monde a le droit d’être entendu», a-t-il déclaré à l’AFP.

Au sujet des conditions carcérales du tueur, «toujours aussi fou» selon lui, M. Lie estime que celui-ci «a tout ce dont il a besoin. En fait, il en a déjà trop».

Breivik dispose de trois cellules, soit plus de 31 m2 répartis entre espace de vie, d’études et d’exercices physiques, avec télé et lecteur DVD, console de jeux, livres et journaux, puzzles, machine à écrire et appareils de musculation, ont fait valoir les représentants de l’État.

Conditions plutôt confortables donc, à l’écart des autres détenus, mais qui selon lui ont altéré sa santé.

Breivik accuse la Norvège de violer deux dispositions de la Convention européenne des droits de l’Homme, l’une interdisant les «peines ou traitements inhumains ou dégradants», l’autre garantissant le «droit au respect de sa vie privée (…) et de sa correspondance».

Il a réclamé la fin de la censure sur son courrier, «des relations humaines», des droits de visite pour «au moins cinq amis et sympathisants», et la possibilité de faire publier ses écrits politiques. Il menace de «désobéissance civile» s’il n’obtient pas satisfaction.

Le détenu a mimé, accroupi et debout, les inspections corporelles (885 selon son décompte) qu’il juge «humiliantes» et «insensées».

«C’est compréhensible quand c’est justifié, par exemple quand il s’agit de personnes qui ont un passé violent ou quelque chose du genre, mais je me comporte de manière exemplaire depuis cinq ans», a-t-il dit. «Personne, je crois, ne sera surpris que je sois torturé. Il n’y a qu’à voir Guantanamo», prison américaine sur l’île de Cuba.

«J’ai commencé à adorer Paradise Hotel (émission de téléréalité), ce qui constitue une preuve évidente que je suis gravement atteint au cerveau», a-t-il raconté.

http://www.lapresse.ca/

Rencontre d’un autre type: un morceau de météorite tombe en plein coeur d’Oslo


On dit que l’argent ne viens pas du ciel …. Bien cela dépends .. !!!  Déjà qu’un météorite qui tombent dans un endroit habité est rare, il est possible que cette petite roche puisse payer vos dettes, maison, bouffe. Sa provenance pourrait faire aussi monter les prix … Intéressant non .. Assez pour oublier les dégâts que cela peut causer sur une maison ..
Nuage

 

Rencontre d’un autre type: un morceau de météorite tombe en plein coeur d’Oslo

Rencontre d'un autre type - Un morceau de météorite tombe en plein coeur d'Oslo

© AFP

OSLO – Une famille norvégienne est tombée des nues en découvrant ce qui semble être un morceau de météorite qui a traversé le toit de son cabanon en plein coeur d’Oslo, ont rapporté lundi les médias norvégiens.

Scindée en deux, la pierre de 585 grammes s’est vraisemblablement détachée d’une météorite observée au-dessus de la Norvège le 1er mars dernier, selon les spécialistes, et a atterri sur le chalet, alors inoccupé, du jardin familial des Thomassen dans un quartier populaire de la capitale norvégienne.

L’objet a été identifié comme étant une brèche, une pierre formée par divers fragments de roches, par l’astrophysicien Knut Joergen Roed Oedegaard, et son épouse Anne Mette Sannes, une passionnée de météorites.

«C’est une sensation à plus d’un titre. D’une part parce que c’est rarissime qu’un morceau de météorite traverse un toit et d’autre part parce qu’il s’agit d’une brèche, ce qui est encore plus difficile à trouver», a déclaré Anne Mette Sannes à l’AFP.

Se déplaçant très rapidement, les météorites se morcellent quand elles entrent dans l’atmosphère mais il est extrêmement rare que les débris retombent sur des zones habitées, selon Serge Koutchmy, chercheur à l’Institut de géophysique de Paris.

«Cette famille a eu beaucoup de chance», a dit M. Koutchmy à l’AFP. «D’abord parce le morceau de météorite n’a pas causé de gros dégâts mais aussi parce que ça représente une petite fortune», a-t-il expliqué.

À titre d’exemple, le gramme d’une météorite venant de Mars peut se vendre pour environ 5 000 couronnes (près de 670 euros, 871,00 dollars canadien), selon un géophysicien cité sur le site du tabloïde Verdens Gang (VG).

http://fr.canoe.ca