Deux espèces de ver mangeur d’os découvertes en Antarctique


La nature est étonnante quand on y pense !! Elle ne s’encombre pas de ce qu’elle n’a pas besoin .. Ceux qui vivent sont essentiels a l’environnement
Nuage

 

Deux espèces de ver mangeur d’os découvertes en Antarctique

 

Dans la plupart des océans, les débris de... (Photo Reuters)

Dans la plupart des océans, les débris de bois et les ossements de baleines sont la proie d’un large éventail de micro-organismes marins qui s’en nourrissent. Une équipe de biologistes européens et américains a voulu savoir ce qu’il en était dans les eaux de l’Antarctique.

PHOTO REUTERS

Agence France-Presse
Paris

Alors que le bois immergé dans l’Antarctique reste intact, faute de micro-organismes capables de le dégrader dans ces eaux glaciales, les ossements de baleine y sont rapidement dévorés, révèle une étude, qui a identifié deux nouvelles espèces de vers nécrophages.

L’Antarctique est complètement dépourvu d’arbres depuis au moins 30 millions d’années, ce qui signifie qu’hormis des épaves de navire échouées relativement récemment, aucun élément en bois n’a été introduit dans l’écosystème marin. À l’inverse, cette région du monde connaît l’une des plus fortes concentrations saisonnières en cétacés, particulièrement de diverses espèces de baleines qui viennent s’y nourrir.

Différentes études ont montré que, dans la plupart des océans, les débris de bois et les ossements de baleines étaient la proie d’un large éventail de micro-organismes marins qui s’en nourrissent, des mollusques xylophages s’attaquant aux coques des navires et des vers nécrophages de la famille des Osedax qui percent des trous dans les os des vertébrés.

Une équipe de biologistes européens et américains a voulu savoir ce qu’il en était dans les eaux de l’Antarctique. Ils ont donc immergé durant plus d’un an, en trois lieux distincts, des planches de pin et de chêne et des os de baleine, puis les ont remontés pour les analyser.

Les échantillons de bois, demeurés à plus de 500 mètres de fond, sont ressortis quasiment intacts, sans aucun signe de pourrissement ou de dégradation causée par des mollusques de type Xylophaga.

À l’inverse, les os de baleine ont été «sérieusement infestés» par des vers mangeurs d’os, identifiés comme appartenant à une nouvelle espèce baptisée Osedax antarcticus.

«Chaque os de baleine était recouvert d’une épaisse « peau » rosée composée d’Osedax. Sur une côte, une densité de 202 spécimens pour 100 cm2 a même été observée», souligne l’étude, publiée par la revue britannique Proceedings of the Royal Society B.

Inconnu avant 1996

Une vertèbre de baleine immergée dans un troisième site, plus proche des côtes antarctiques et situé à seulement vingt mètres de profondeur, ne laissait initialement pas apparaître de tels signes.

«Mais après plusieurs jours passés dans un aquarium, un petit tube de mucus a été observé au fond d’un trou dans l’os et s’est avéré être un spécimen extrêmement petit d’Osedax», une autre espèce de ver jusqu’alors inconnue (Osedax deceptionensis).

Avant cela, les scientifiques ne connaissaient que cinq espèces d’Osedax, dont la première a été identifié très récemment, en 1996. Et toutes vivent dans des eaux beaucoup plus chaudes et généralement à grande profondeur.

Ces trouvailles confirment que «les larves d’Osedax ont réussi à coloniser les os en l’espace de moins d’un an, alors que les larves de Xylophaga n’y sont pas parvenues», écrivent Adrian Glover, du Muséum national d’Histoire naturelle de Londres, et son équipe.

«Il est possible que nos expériences n’aient pas été laissées assez longtemps, ou que la taille des lots de bois, ou la présence d’os de baleine, ait inhibé le développement des larves» de xylophages, reconnaissent les chercheurs. Mais des expériences similaires menées sous d’autres latitudes ont montré que les espèces xylophages «infestaient le bois au bout de trois mois, et dans certains cas, suffisaient à le détruire totalement en un an», soulignent-ils.

Par contraste, la colonisation rapide et massive des vers nécrophages est particulièrement saisissante. Étant donné que baleines et autres cétacés abondent dans les eaux de l’Antarctique, les chercheurs soupçonnent que la population d’Osedax y est beaucoup plus importante et diversifiée qu’envisagé jusqu’à présent.

http://www.lapresse.ca

Des vers zombies dévorent les squelettes de baleine


Une curiosité de la nature, des vers zombies !! N’ayant ni bouche, ni estomac, ils réussissent à se nourrir des os des animaux marins.
Nuage

 

Des vers zombies dévorent les squelettes de baleine

 

SCIENCE –

Vers zombies, mangeurs d’os ou encore osedax. Une étude publiée parthe Proceedings of the Royal Society B a révélé le 1er mai que ces drôles de vers, sans bouche ni estomac, utilisaient un acide pour percer les os et se nourrir des restes d’animaux marins.

Selon les chercheurs du Scripps Institution of Oceanography de l’université de Sand Diego (Californie), il s’agit en effet d’un acide puissant qui pénètre l’os de la baleine et leur permet d’ingurgiter les nutriments qui s’y trouvent.

Les scientifiques sont toujours incertains sur la façon dont ils se nourrissent, puisqu’ils ne possèdent pas de bouche. Mais cela pourrait être possible grâce aux bactéries symbiotiques, qui aident à la digestion des aliments.

On les trouve principalement dans les os des baleines et certains scientifiques affirment qu’ils sont une spécificité des baleines. Toutefois, les vers ont également été observés dans les restes de requins et d’autres poissons, selon le rapport deLiveScience. Ceci expliquerait qu’en dépit de la rareté et de l’irrégularité des morts de baleines, ils se retrouvent aux quatre coins de la planète.

Ces vers-zombies ont été découverts par des chercheurs de l’Institut Monterey Bay Aquarium Research en 2002 et ils sont d’autant plus intéressants qu’ils ont recours au même procédé pour briser les os que le corps humain pour réparer les fractures.

http://www.huffingtonpost.fr