Pourquoi les baleines à bosse sauvent-elles des phoques ? Mystère…


Parmi les comportements des animaux, la baleine à bosse est particulièrement étrange, elle semble vouloir sauver des animaux marins en détresse qui sont attaqués par des orques. Pourquoi ? Est-ce vraiment par altruisme ? La haine des orques qui peuvent s’attaquer aussi aux baleineaux ? En fait, les scientifiques ne savent pas vraiment
Nuage

 

Pourquoi les baleines à bosse sauvent-elles des phoques ? Mystère…

 

Jean-Luc Goudet
Journaliste

 

Les baleines à bosse protègent leurs petits des attaques des orques, mais elles interviennent aussi pour sauver des phoques et d’autres cétacés. L’an dernier, des chercheurs avaient étudié 115 cas de ce genre, rapportant même celui d’une baleine secourant… un poisson. Pourquoi font-elles cela ? Mystère.

Spécialiste des oiseaux marins et des cétacés, Robert Pitman est biologiste au Soutwest Fisheries Center, à La Jolla, en Californie. Pour lui, l’affaire a commencé en janvier 2009, au large de la péninsule Antarctique, quand il a été le témoin avec son équipe de l’incroyable sauvetage d’un phoque par des baleines à bosse (Megaptera novaeangliae). L’histoire a été racontée, par lui-même et par un collègue, sur le site Natural History. Elle se déroule en fait en deux épisodes, avec trois observations troublantes.

Ce matin-là, grâce à des images de satellites, les biologistes marins ont repéré un groupe de dix orques et, parvenus sur place, remarquent au milieu d’elles deux baleines à bosse très agitées. Les orques attaquent-elles les baleines ? En principe, elles ne s’en prennent qu’aux petits mais, expliquent les auteurs, agressent parfois des baleines adultes pour, peut-être, tester leur résistance, ou plutôt leur faiblesse. Quand la situation se calme, les orques parties, les chercheurs remarquent, au milieu des baleines, un phoque de Weddell. Était-il la proie convoitée par les orques ? Était-il venu se protéger au milieu des baleines ?

Un quart d’heure plus tard, les orques, suivies par les biologistes marins, dénichent un phoque crabier, qui se réfugie sur un morceau de banquise. C’est alors que surgissent les deux mêmes baleines. Elles foncent sur les orques, qui finissent par fuir. Rien ne prouve que les baleines sont venues sauver le phoque, expliquent les auteurs… qui n’étaient pas au bout de leurs surprises.

L'évènement de janvier 2009, près de la péninsule Antarctique. Retournée, une baleine à bosse est venue sous un phoque pour le porter sur son ventre. Avec l'une de ses nageoires (de plus de 4 m), elle l'empêche basculer dans l'eau, où l'attendent des orques. La photographie a été prise par Robert Pitman, l'un des observateurs et l'un des auteurs de la présente étude. © Robert Pitman, Natural History

L’évènement de janvier 2009, près de la péninsule Antarctique. Retournée, une baleine à bosse est venue sous un phoque pour le porter sur son ventre. Avec l’une de ses nageoires (de plus de 4 m), elle l’empêche basculer dans l’eau, où l’attendent des orques. La photographie a été prise par Robert Pitman, l’un des observateurs et l’un des auteurs de la présente étude. © Robert Pitman, Natural History

Un phoque sauvé par une baleine

Second épisode une semaine plus tard. La scène est semblable : des orques encerclent un phoque de Weddell, réfugié sur un minuscule morceau de glace. Là encore, deux baleines à bosse s’interposent. Ce ne sont pas les vedettes du premier épisode, précisent les auteurs. Cette fois, les grands cétacés parviennent à déstabiliser l’embarcation, précipitant le pinnipède à l’eau. La réaction du phoque est de foncer vers les baleines. Les chercheurs se gardent de conclure que l’animal sait qu’elles vont le protéger. Selon eux, il n’est même pas sûr qu’il les voit comme des êtres vivants, arguant avoir déjà vu des phoques venir chercher refuge derrière leur bateau.

La réaction des baleines est, elle, étonnante. L’une d’elles se retourne, passe sous le phoque, qui se retrouve échoué sur le ventre de l’immense cétacé. Sa position est instable et les mouvements d’eau le font glisser. Robert Pitman voit alors la baleine le retenir avec sa grande nageoire. Il a le temps de prendre une photographie, que nous présentons ici. Peu de temps après, le phoque plonge et grimpe sur la banquise, sain et sauf.

Les baleines à bosse n’aiment vraiment pas les orques

Est-ce un instinct maternel, affûté pour protéger les baleineaux des orques ? Pour mieux comprendre ces comportements, Robert Pitman et ses collègues ont étudié les observations de ce genre et viennent de publier une synthèse répertoriant 115 cas d’interactions entre des baleines à bosse et des orques, publiée dans la revue Marine Mammal Science. Les statistiques esquissent un tableau bien différent de celui d’ordinaire accepté. Alors qu’il était admis que les comportements agressifs des baleines envers les orques étaient surtout défensifs, les auteurs observent l’inverse. Dans la majorité des attaques mutuelles (72 cas sur 115), les baleines sont à l’origine de l’agression. Ces chasseuses de harengs, gobeuses de krill à l’occasion, n’aiment pas les orques…

Dans 87 % des attaques, les baleines s’en prenaient à des orques en train de chasser. Mais alors, plus surprenant encore, dans ces situations, seulement 11 % des proies étaient des baleines à bosse. Dans les autres cas (89 % des attaques d’orques en train de chasser, donc), les baleines sont intervenues pour protéger dix autres espèces : trois cétacés, six pinnipèdes… et un poisson. Les auteurs suggèrent que les baleines réagissent aux vocalisations des orques en train de chasser, qu’elles peuvent détecter jusqu’à un kilomètre de distance.

Comment expliquer ce comportement ? Pitman et ses collègues envisagent l’hypothèse qu’il est une forme de dissuasion, tendant à décourager plus tard les orques de s’en prendre à leurs petits. D’autres mammifères, comme les éléphants, ont été observés en train de charger intentionnellement des prédateurs. Les auteurs posent aussi l’hypothèse de l’altruisme, une notion souvent étudiée en éthologie. Elle serait ici interspécifique, ce qui pose la question de son intérêt. Chez ces animaux au comportement social complexe, les auteurs imaginent que, peut-être, ces attaques (peu risquées) resserreraient les liens familiaux, même quand la proie des orques serait d’une autre espèce. L’altruisme interspécifique serait en quelque sorte accidentel. Mais le mystère demeure…

http://www.futura-sciences.com

Le Saviez-Vous ► Des animaux hybrides


Les animaux hybrides ne sont pas toujours créés par l’homme, s’il le fait, c’est souvent dans un but lucratif. Généralement, chez les animaux hybrides, les femelles sont fécondes, alors que les mâles sont souvent stériles
Nuage

 

Des animaux hybrides

 

1. Le zébrâne (hybride du zèbre et de l’âne).

C’est le résultat du croisement entre un zèbre et un âne, alors que certains y voient une relation digne de la belle et la bête, le résultat est à vous couper le souffle ! Cet être rare court majestueusement dans les déserts de l’Afrique subsaharienne dans lesquels il vit.

2. Le chien-loup (hybride du loup gris et du chien).

Voici le résultat de l’accouplement entre un chien et un loup gris, et il est grandiose ! Voici quelques super-créatures que l’on dirait tout droit sorties d’une bande dessinée Marvel ! Les chiens-loups sortent généralement la nuit pour se nourrir…

3. Le requin à pointes noires (hybride du requin à pointes noires australien et du requin à pointes noires commun).

Il est très courant près des côtes de la Floride. En fait, la plupart des attaques de requins qui s’y déroulent proviennent de ce requin qui est particulièrement agressif. Il s’agit du seul hybride de requin connu et son apparence est vraiment cool, si vous voulez notre avis !

4. Le coyloup (hybride du coyote et du loup).

Le coyloup a une incroyable fourrure grise qu’il tire de ses parents prédateurs ! Il est très rare et on estime sa population à quelques centaines au monde ! Il s’agit d’un grand prédateur et se nourrissent de petits mammifères.

5. Le bengal (hybride du chat-léopard et du chat domestique).

Accouplez un chat domestique avec un chat-léopard du Bengale et vous obtiendrez une boule de poils câline à l’allure très exotique ! Il devient de plus en plus populaire comme animal domestique du fait de son étonnante fourrure et de sa nature enjouée !

6. Le grolar (hybride de l’ours polaire et du grizzli).

L’habitat de l’ours polaire est de plus en plus compromis du fait des effets du réchauffement climatique. La part élevée d’ours polaires mourants les a poussés à s’accoupler avec des grizzlis, et voici l’étonnant résultat ! Regardez juste cette incroyable fourrure !

7. Le cama (hybride du chameau et du lama).

Ce n’est probablement pas l’animal le plus beau, mais regardez ces dents ! Cette créature semble tout droit sortie d’un film de Walt Disney, mais nous vous assurons qu’elle est totalement réelle ! Voici le terrible résultat de l’accouplement d’un chameau et d’un lama.

8. Le wholphin (hybride du grand dauphin et de la fausse orque).

Cette extraordinaire créature marine est si rare que de nombreuses personnes ne l’ont, et ne la verront, jamais en personne. Le wholphin est le résultat unique d’un accouplement de différents cétacés et c’est un être extrêmement intelligent, parmi les plus intelligentes créatures marines.

9. Motty (hybride de l’éléphant d’Afrique et l’éléphant d’Asie).

Cet éléphant s’appelle Motty et c’est actuellement le seul hybride connu entre les éléphants d’Afrique et d’Asie ! Il est aujourd’hui très âgé et reste unique, car il est bien plus adaptable en matière d’habitat que les éléphants non métissés !

10. Le tigron (hybride du tigre et du lion).

Les tigrons sont le résultat de l’accouplement entre des lionnes et des tigres. Ils sont extrêmement forts, rapides et disposent d’excellentes capacités athlétiques ! Cerise sur le gâteau, ils sont particulièrement rusés.

11. Le beefalo (hybride de bison et de vache domestique).

Faisant suite à une rencontre que personne n’attendait, cette créature est le petit d’un bison et d’une vache domestique, et le résultat est plutôt décevant ! Le beefalo a constamment l’air confus et/ou triste !

12. Le chabin (hybride de la chèvre et du mouton).

Les éleveurs adorent leur bétail. Parmi ce dernier, les chèvres et les moutons génèrent la majorité des profits, donc une créature hybride entre ces deux espèces doit constituer un rêve pour un éleveur ! On estime que cet hybride est bien plus intelligent que ses deux parents.

13. Le zébrule (hybride du zèbre et du cheval).

Les zèbres adorent s’accoupler avec d’autres espèces ! Voici un autre hybride impliquant le zèbre, cette fois-ci avec un cheval ! C’est une créature très paisible que l’on peut trouvé en Afrique du Sud, et il est particulièrement friand du climat chaud !

14. Le jaglion (hybride du jaguar et du lion).

Le jaglion est le résultat de l’accouplement d’un jaguar et d’un lion. Il est incroyablement fort et on pense qu’il a l’un des corps les plus puissants du règne animal ! Il s’agit d’un prédateur dangereux et il utilise sa force pour harceler sa proie !

15. Le ligre (hybride du lion et du tigre).

Le ligre est le résultat de l’accouplement d’un lion et d’une tigresse. Cela crée un super félin qui est plus imposant que les deux espèces dont il est issu et qui dispose d’une attitude plus furtive. Le ligre est connu pour briser la nuque de sa proie en un seul coup de mâchoire !

16. Le cochonglier (hybride du sanglier et du cochon domestique).

Ce super cochon est le résultat de l’accouplement d’un sanglier et d’un cochon domestique et il s’agit d’une version moins grossière que les deux espèces dont il est issu ! Il dispose d’une intelligence et de capacités physiques accrues, et est un excellent prédateur.

17. Le dzo (hybride de la vache et du yak).

Une bien étrange combinaison si vous voulez notre avis ! C’est le résultat de l’accouplement d’une vache et d’un yak, et on la croise souvent en Mongolie et au Tibet. Cette créature est prisée dans ces deux pays, car elle produit plus de lait et de viande qu’une vache ordinaire. Ce qui peut s’avérer utile…

18. Le léopon (hybride du léopard et du lion).

Cette magnifique créature est le résultat de l’accouplement d’un léopard et d’un lion ! Il est extrêmement rare et est une merveille de la jungle ! Cette créature hybride est une sorte de super félin, il est extrêmement fort, rapide et est un excellent prédateur ! Faites attention…

19. L’australian kelpie (hybride du dingo et du chien de berger).

Ces chiens sont comme résultant de l’hybridation des dingos avec des chiens de berger anglais. Ils sont excellents pour rassembler le bétail à l’aide de très peu d’indications, et sont donc souvent utilisés comme chiens de ferme.

20. L’hybride du pinson des arbres et du pinson du Nord.

Cet hybride est souvent utilisé comme oiseaux domestiques, en particulier au Royaume-Uni. Il est sage et bien élevé, et présente une longue durée de vie.

21. Le cichlidé Blood Parrot (hybride de l’amphilophus citrinellus et du cichlidé à tête rouge).

Le premier blood parrot a été découvert en 1986 et il est connu pour ses nombreuses malformations physiques ! Cette créature connaît des difficultés à manger et respirer du fait de ses muscles de la gorge étroits, et sa bouche ne peut pas se fermer complètement !

22. Le lépjag (hybride du léopard et du jaguar).

Cette étonnante créature est le résultat de l’accouplement d’un léopard et d’un jaguar ! Ce super-félin est extrêmement puissant, plus que ses parents, et est particulièrement doué pour attraper des prédateurs !

23. Le mulard (hybride du canard domestique et du canard colvert).

Le mulard est un canard qui a connu une rapide évolution au cours des années ! Cette espèce hybride est le meilleur canard de chasse, et on a remarqué que ses dents devenaient de plus en plus effilées avec le temps, alors prenez garde…

http://bridoz.com

Pour les orques, tout n’est pas bon dans le grand requin blanc


Le grand requin blanc est réputé pour être un grand prédateur, mais il arrive que des orques les choisissent comme proie pour déguster leur foie qui est riche en protéine. En Afrique du Sud, les attaques des orques seraient un des causes de la disparition des requins blancs
Nuage

 

Pour les orques, tout n’est pas bon dans le grand requin blanc

 

Orque

Au moins trois requins ont été tués par des orques.

© AP/SIPA

Plusieurs attaques d’orques sur des requins ont été recensées ces derniers jours au large de l’Afrique du Sud. Ces dernière se délectent de leurs foies.

PROIES. Les grands requins blancs (Carcharodon carcharias) sont considérés comme les plus féroces prédateurs des océans. Une réputation largement acquise grâce au film Les dents de la mer réalisé par Steven Spielberg et qui n’est pas tout à fait usurpée. Mais même ces dangereux poissons peuvent devenir des proies. Ils sont par exemple parfois attaqués par des orques (Orcinus orca) comme en témoignent ces cinq cadavres découverts ces derniers jours échoués sur les côtes d’Afrique du Sud.

Le foie, un organe de choix

Repérées par des badauds qui ont alerté des associations locales comme Marine Dynamics et Dyer Island Conservation Trust, les carcasses ont été prises en charge par des scientifiques sous autorité du ministère de l’Environnement pour être autopsiées. Les premiers résultats des examens effectués sur trois d’entre elles révèlent que les requins ont bien subi des attaques d’orques et que ces dernières se nourries de leurs foies et au moins une fois du cœur.

Cette technique de chasse et d’alimentation des orques est mal documentée mais elle n’étonne pas les scientifiques qui rappellent que d’autres mammifères marins comme les lions de mer croquent parfois des requins plus petits que le grand blanc toujours pour déguster le foie. Cet organe est en effet riche en graisses et en éléments nutritifs. Et chez les requins il est très développé car en plus de son rôle dans la circulation sanguine, il est aussi un des éléments qui assurent la flottabilité de ces poissons dépourvus de vessie natatoire, un organe gonflé d’air et qui joue le même rôle pour d’autres espèces marines. Ces attaques d’orques ont provoqué la disparition de la plupart des grands requins blancs près des côtes d’Afrique du Sud, remarquent les membres de Marine Dynamics qui organisent habituellement des « Shark Tours » dans ces eaux connues pour abriter habituellement un grand nombre de requins. 

https://www.sciencesetavenir.fr/

e

L’orque blanche Iceberg a refait surface … et elle n’est pas seule


Être albinos pour un mammifère peut avoir de grands désavantages, alors que l’orque Iceberg, semble bien s’adapter. Il n’est pas exclu du groupe, il vit plus vieux que ceux qui souffrent de l’albinisme et semble en bonne santé
Nuage

 

L’orque blanche Iceberg a refait surface … et elle n’est pas seule

 

Observée pour la première fois en 2012, la belle et rare orque blanche a été de nouveau vue au large de la Russie.

RARE. Cette orque blanche, nommée Iceberg, avait été observée pour la toute première fois en 2010. Alors âgée de 15 à 17 ans, elle était déjà adulte lors des premières prises de vue. Elle a immédiatement suscité un grand engouement chez le public et les scientifiques qui l’avaient même décrite comme l’une des seules représentantes adultes de couleur blanche de son espèce. La couleur et la forme des tâches est pourtant très importante chez les orques. Les orques sont ordinairement noires avec un ventre blanc, ce qui leur permet de se camoufler dans l’eau lors de la chasse; d’au-dessus, les proies ne les voient pas à cause de la couleur sombre et d’en-dessous, le blanc rappelle la lumière de la surface, attirant certains poissons. Les tâches grises qu’elles ont à proximité de leur tête permettent aussi à ces animaux de se reconnaître entre elles.  Lors d’une expédition menée par M. Hoyt, co-directeur du Far East Russia Orca Project (FEROP), cet épaulard est réapparu au large des îles Kouril (Russie) ainsi qu’au Nord du Japon. De nouvelles observations ont été publiées sur le siteAquatic mammals et montrent qu’Iceberg ne serait plus tout seul, mais bien accompagné d’autres orques également albinos.

Une rareté censée être un handicap

Le fait d’être albinos est souvent un désavantage chez ces animaux qui ne peuvent plus se camoufler pour chasser. De plus, les individus albinos sont souvent délaissés par les autres orques. Or, cette espèce est une espèce sociale et chasse en groupe pour survivre. Également plus sensibles aux maladies, ils atteignent rarement l’âge de la maturité (15 ans) et meurent assez tôt. Pourtant, Iceberg aurait aujourd’hui environ 22 ans et aurait donc survécu à tout cela. D’ailleurs, il a été observé accompagné d’autres orques ce qui montre qu’il est totalement sociabilisé.  On compterait environ 1/100 orques de couleur blanche mais il s’agirait surtout de juvéniles mourant assez rapidement. Cependant, Iceberg a été observé avec une femelle albinos, appelée Mama Tanya, et un jeune, appelé Lemon. Les scientifiques de l’expédition affirment même qu’il y aurait 5 à 8 orques blanches dans les eaux russes.

« Tous les grands prédateurs ont des problèmes sur cette planète car, en quelque sorte, nous exerçons sur eux une pression permanente, et ce, sous tous les angles ».

L’augmentation du nombre d’orques blanches n’est pourtant pas un bon présage. Cela signifie que les orques albinos se reproduisent entre elles et cela engendrerait une consanguinité localisée dans de petites populations.

D’après Erich Hoyt, « les orques sont les espèces les plus contaminées sur Terre » et ce phénomène serait probablement dû à la pression exercée par l’Homme : pollution, chasse, captures pour des aquariums … 

http://www.sciencesetavenir.fr/

L’instinct de survie d’un phoque face à des orques décidés à le dévorer


Ce n’est pas la première fois que cela arrive, qu’un phoque se hisse sur une embarcation pour ne pas servir de repas a des épaulards n’étant pas bilingue, je n’ai pas compris les commentaires, mais je redoute un peu ….
Nuage

 

L’instinct de survie d’un phoque face à des orques décidés à le dévorer

 

Une scène surréaliste s’est déroulée la semaine dernière au large de Vancouver. La vidéo de cette course-poursuite entre un phoque et une horde d’orques a été visionnée près de 3 millions de fois sur Youtube.

Des plaisanciers ont vécu une scène surprenante de la vie aquatique lundi dernier, au large de Vancouver. Alors qu’ils observaient le ballet incessant d’orques, ils ont été surpris par l’arrivée impromptue de ce qui semble être un jeune phoque à l’arrière de leur embarcation.

L’animal était en fait poursuivi par les cétacés, visiblement alléchés par cette proie en apparence facile. Malicieux, il est toutefois parvenu à leur échapper en se hissant à la force des membres supérieurs sur le bateau et à se rendre inaccessible pour ses prédateurs.

Bien décidés à ne pas lâcher leur potentiel repas, les épaulards se sont approchés de plus en plus près du bateau sous le regard inquiet de leur cible et devant des témoins incrédules face à cette véritable traque.

La scène, filmée par l’une des personnes à bord, prend une tournure de plus en plus dramatique, en raison notamment des difficultés éprouvées par le phoque à rester à bord. À tel point que l’on se surprend à laisser défiler cette vidéo de plus de quatre minutes, en s’interrogeant sur l’avenir de la pauvre petite bête et sur l’attitude des plaisanciers.

© Youtube.

© Youtube.

http://www.7sur7.be/

Quand des baleines à bosse protègent les autres animaux


 

Parmi les animaux marins, il y a-t-il un héros qui vient à la rescousse des plus faibles ? Ce héros ira-t-il jusqu’à se battre par altruisme ? Est-ce vraiment possible que les baleines à bosse protègeraient les victimes des épaulards, et ce, sans en tirer profit ?
Nuage

Quand des baleines à bosse protègent les autres animaux

Quand des baleines à bosse protègent les autres animaux

Une baleine à bosse.Capture d’écran Gentside Découverte

Avec ses quatorze mètres de long et son poids moyen de 25 tonnes, la baleine à bosse peut être tranquille: elle ne risque pas trop de se faire attaquer par un quelconque prédateur marin. Quand bien même l’animal est intouchable, il ne reste pas passif face au monde qui l’entoure, bien au contraire.

De régulières observations montrent en effet que ces spécimens peuvent s’interposer pour protéger les victimes d’attaques d’orques. Ce comportement a d’ailleurs laissé les scientifiques perplexes et pour cause, il semble que les géants marins ne tirent aucun profit de ces interventions.

UN COMPORTEMENT SANS BÉNÉFICE

En s’entremettant dans les dynamiques de chasse des prédateurs les plus redoutables des océans, les baleines se mettent sérieusement en danger. Cette prise de risque sans bénéfice direct a amené certains chercheurs à penser qu’il s’agirait tout simplement d’un témoignage d’altruisme.

Une équipe de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA) a étudié le phénomène de plus près dans l’espoir de déceler les mécanismes évolutifs pouvant avoir conduit à  ce genre de comportement. Les recherches dirigées par l’écologiste marin Robert Pitman ont consisté à analyser les enregistrements de 115 altercations entre des orques et des baleines.

Les confrontations documentées remontent entre 1951 et 2012 et ont été rapportées par 54 observateurs différents. L’une d’elle a même pu être filmée par des caméras et diffusée dans un documentaire de la BBC (ci-dessus). On peut y voir des baleines à bosse tenter de prendre la défense du petit d’une baleine grise.

UN VÉRITABLE JUSTICIER DES MERS

Les résultats de l’étude des observations, publiés dans la revue scientifiqueMarine Mammal Science, suggèrent que dans 57% des cas, le combat est initié par les baleines à bosse. La plupart du temps (87%), cette prise d’initiative se produit au moment où les épaulards sont en train de chasser leurs proies.

Quant aux victimes de chasse, elles appartiennent en grande majorité (89%) à des espèces différentes. Parmi ces dernières, on retrouve notamment l’otarie de Californie, le poisson lune, le phoque commun ou encore la baleine grise. Pour repousser les orques, les baleines adoptent une variété de stratégies offensives alliant cris et coups de nageoire.

Ces mécanismes ont pour objectif de dissuader les prédateurs à poursuivre leurs victimes et les conduire à rebrousser chemin. Selon les auteurs, la baleine pourrait jouer les justiciers des mers de manière préventive, par peur que les orques ne s’attaquent à ses propres petits. Dans ce contexte, elle interviendrait alors automatiquement, sans vraiment connaître la nature de la proie chassée. 

http://fr.canoe.ca/

Les orques aussi ont de la culture !


Les orques transportent un bagage génétique qui fait que les populations d’orque ont chacune leur propre spécialité pour chasser
Nuage

Les orques aussi ont de la culture !

Chaque population d'orques a ses préférences et ses modes de chasse, transmis de génération en génération. © SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Chaque population d’orques a ses préférences et ses modes de chasse, transmis de génération en génération. © SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Par Félix Gouty

Suite à l’analyse génétique de différentes populations d’orques, des scientifiques ont émis l’hypothèse de l’influence des gènes sur l’établissement d’une véritable culture chez ces animaux.

SAVOIR. Chez les humains, la culture est le résultat de l’accumulation de connaissances communes, inscrites dans notre histoire. Elle peut être partagée, comme elle peut être spécifique : certaines populations, certains pays, certaines villes ou certaines ethnies ont chacun leur propre patrimoine culturel et folklore. Selon une récente étude publiée dans Nature Communications, c’est un phénomène retrouvé, certes dans une moindre mesure, chez d’autres animaux, en particulier les orques (Orcinus orca). Les « baleines tueuses » sont des superprédateurs, sommets de la chaîne alimentaire de multiples régions des océans Pacifique et Atlantique. En conséquence, l’espèce compte plusieurs populations distinctes, aux génomes quelque peu variants d’une à l’autre. En outre, certaines de ces populations ont chacune leur spécialité : il y a celles qui chassent en embuscade d’autres cétacés, d’autres qui encerclent des bains de poissons, et sans compter celles qui attrapent des phoques et lions de mer sur les rives. Des modes de chasse différents, aux techniques particulières, qui forment une sorte de culture de population pour chacune – « enseignée » de générations en générations.

Culture et gènes : qui est l’œuf, qui est la poule ?

En effet, d’après les analyses génomiques (l’ensemble de l’information génétique, constituant l’ADN), chacune de ces populations se démarque des autres génétiquement parlant, ne partageant que des traces de leur ancêtre commun, vivant il y a environ 250.000 ans. La relation gène et culture est donc possible : les scientifiques parlent alors de « culture génomique ». Cependant, reste à savoir qui vient avant l’autre. Sont-ce les gènes qui ont influencé les comportements particuliers des populations de ces cétacés ? Ou leurs cultures respectives ont-elles caractérisé leur patrimoine génétique ? Quoi qu’il en soit, aucun patrimoine culturel spécifique n’aurait pu être acquis sans des capacités cognitives suffisantes et une certaine flexibilité comportementale.

http://www.sciencesetavenir.fr/