Le mystère enfin résolu Des poulets roses libres en ville


Au moins, la coloration de ses poules n’est pas dommageable aux plumes vues que les ingrédients sont simples. Par contre, je me demande la perception de leurs congénères.
Nuage

 

Le mystère enfin résolu

Des poulets roses libres en ville

 

Deux poulets ont été aperçus sur le bord de l’eau plus tôt cette semaine à Portland, en Oregon. Un coq et une poule qui sont d’ailleurs rapidement devenus des vedettes en raison de leur couleur… rose bonbon.

Un agent de contrôle animal s’est rendu sur place pour les attraper et les conduire dans un refuge pour animaux, pour éviter qu’ils ne se fassent frapper. Mis à part leur couleur inhabituelle, les deux volatiles étaient en parfaite santé.

Les services animaliers sont alors partis à la recherche de leur propriétaire.

Quand ce dernier s’est manifesté, il a dû s’expliquer sur la couleur de ses poules.

«Chaque fois que je pense à teindre un animal, le rose me fait sourire», a d’abord raconté Bruce Whitman à CNN.


Bruce Whitman, le maître des poules (Crédit: capture d’écran, CNN)

Comment a-t-il procédé? Avec du jus de betterave et du colorant alimentaire.

«Et un peu de boisson, aussi, je ne vais pas mentir», a-t-il lancé en riant.

Mais rassurez-vous: l’alcool, ce n’était que pour lui, l’apprenti coloriste.

Quant à la teinture inutilisée, elle a trouvé sa voie jusqu’à son chien.

«Il adore ça! Tout le monde veut caresser un chien rose, et il adore être flatté!» a justifié l’ami des animaux.


Un chien qui a goûté aux plaisirs de la teinture. (Crédit: capture d’écran, CNN)

Pour répandre le plaisir qu’il a avec ses animaux, il a eu l’idée un jour de déposer ses poulets sur le bord de l’eau.

«Je voulais les conduire là, marcher un peu, rire, commencer la journée du bon pied», a-t-il expliqué.

Il savait bien que les oiseaux feraient tourner des têtes. Mais jamais à ce point!

«Oh, ils sont aux nouvelles!» s’est-il exclamé en prenant conscience du phénomène.

L’homme est finalement allé chercher ses poulets roses au refuge pour animaux avant de les ramener chez lui, où ils continuent à susciter des sourires sur leur passage. Sans être conscients de combien ils font fureur sur les médias sociaux.

 

http://tvanouvelles.ca/

Une étrange pluie "laiteuse" à l’origine inexpliquée s’abat sur Washington


Une pluie s’est abattue le 6 février dans quelques états aux États-Unis, de la pluie, c’est normal, mais c’est sa consistance, sa couleur qui fait sourciller les météorologues. Des hypothèses de résidus d’éruptions volcaniques, mais cela reste à confirmer
Nuage

 

Une étrange pluie « laiteuse » à l’origine inexpliquée s’abat sur Washington

 

pluie volcan washington

Crédits : NWS

Par Julie Aram

Une pluie à l’apparence de couleur grisâtre, décrite comme « laiteuse », est tombée le 6 février sur plusieurs villes américaines des états de Washington, de l’Oregon et de l’Idaho. Les météorologues ignorent l’origine de cette pluie, et élaborent plusieurs hypothèses, parmi lesquelles une éruption volcanique récemment survenue en Russie.

EN BREF –

« Alors que de nombreux hypothèses ont été émises sur l’origine de cette pluie, la vérité est que nous ne savons vraiment pas d’où cela provient ».

Telle est la déclaration faite par le National Weather Service (le service américain de météorologie) à propos d’une pluie de couleur laiteuse, contenant une poussière grisâtre, qui s’est abattue le 6 février 2015 sur une quinzaine de villes des états de Washington, de l’Oregon et de l’Idaho.

De nombreuses photos ont été publiées sur Twitter par des habitants, comme celle-ci :

D’où provient cette pluie ? A l’heure actuelle, trois hypothèses principales sont explorées. Selon la première d’entre elle, le contenu de cette pluie aurait été causé par l’éruption du volcan russe Shiveluch, survenue au cours du mois de janvier dernier, au cours de laquelle un panache de cendres de quelques 7000 mètres de hauteur a été dégagé par le volcan.

Deuxième hypothèse : l’aspect de cette pluie s’expliquerait par une nouvelle éruption du volcan mexicain Colima, survenue le 5 février 2015 (nous vous avions parlé le mois dernier de l’activité croissante de ce volcan : « Une webcam filme la spectaculaire éruption du volcan Colima »).

Enfin, un troisième scénario envisage que le contenu grisâtre de cette pluie pourrait avoir été causé par des feux survenus six jours avant la pluie à Brooklyn (New-York, États-Unis).

Nul doute qu’au cours des prochaines semaines, les experts américains en sauront plus sur cette pluie, dont il est avéré qu’elle n’a occasionné aucun danger particulier pour la population.

http://www.journaldelascience.fr/

Un chien vivait avec 43 chaussettes dans l’estomac


Il y a des animaux qui mangent bien n’importe quoi, mais une chose que ce beau Danois a résolue dans cette famille du moins, le mystère des bas perdus
Nuage

 

Un chien vivait avec 43 chaussettes dans l’estomac

 

Chaque famille doit régulièrement faire face au grand mystère de la chaussette disparue, celle qui manque terriblement à sa soeur mais ne répond plus à ses appels. Cette famille de l’Oregon, dont le nom n’a pas été dévoilé, a ainsi perdu bien des chaussettes dans sa vie. Mais elle était bien loin d »imaginer qu’elle les retrouverait un jour, toutes au même endroit… dans l’estomac du chien !

Quelques 43 chaussettes et demi (la moitié manquante demeure introuvable) ont en effet été découvertes dans le ventre du Grand Danois, à la plus grande surprise du Dr Ashley Magee, la vétérinaire qui s’est occupée du chien, rapporte Veterinary Practice News.

Il y a quelques mois, la famille s’est fortement inquiétée pour son compagnon à 4 pattes qui a soudainement perdu l’appétit et était pris de nausées et vomissements. Les propriétaires de l’animal l’ont alors conduit en urgence au DoveLewis Emergency Animal Hospital de Portland. C’est là que les rayons X ont révélé la présence d’une « grande quantité de matière étrangère » dans son estomac sévèrement distendu. Imaginez comment vous vous sentiriez après avoir mangé d’un coup cinq grandes pizzas. C’est l’état sans lequel le chien se trouvait alors.


Le Dr Magee a alors entrepris de débarrasser le pauvre animal de cette masse très dérangeante. A la fin de sa chirurgie, qui a duré près de deux heures, elle avait ôté 43 chaussettes de couleurs et tailles variées du ventre du chien ! Le Dogue allemand a pu rentrer rapidement chez lui et se reposer loin, très loin du panier à linge !

Cette histoire, qui aurait pu se terminer d’une façon beaucoup moins amusante, a valu à l’hôpital qui a soigné le mangeur de chaussettes le second prix du concours « They ate WHAT ? » (Ils ont mangé quoi ?) organisé depuis près de dix ans par Veterinary Practice News. 500 dollars ont été remis au DoveLewis, une somme qui sera utilisée pour aider les propriétaires d’animaux à faibles revenus de payer les soins vétérinaires de leurs compagnons.

Le premier prix a été remis à une grenouille ayant avalé 30 petites roches censée décorer son aquarium et non son estomac. Un chiot raffolant des canards en plastique a obtenu une mention spéciale, de même qu’un Chihuahua qui avait neuf aiguilles à coudre dans son estomac.

Fort heureusement, grâce aux vétérinaires qui les ont soignés, tous ces animaux se sont bien remis de leurs insolites festins.

http://wamiz.com/

Ces chats et chiens qui viennent en aide aux enfants malades


Personnellement, tout endroit de santé, de maison de retraite et pourquoi pas les salles d’urgences ou cliniques médicales et dentaires, devraient avoir plus d’un animal (avec des responsables dépendants du nombre d’animaux)’. Je crois que cela serait très positif point de vue médicale, et même psychologique
Nuage

 

Ces chats et chiens qui viennent en aide aux enfants malades

 

Par Sophie Le Roux

Crédits photo : Cathy Cheney -Portland Business Journal

Ils s’appellent Huck Finn, Parker ou encore Rogan. Ils, ce sont des chats et des chiens absolument merveilleux, qui apportent soutien et réconfort aux enfants malades dans les hôpitaux.

Une bouleversante complicité

Le Portland Business Journal est allé à leur rencontre, dans plusieurs établissements de l’Oregon aux Etats-Unis, capturant de très émouvants moments de complicité entre ces boules de poils si apaisantes et les jeunes malades auxquels ils font tant de bien.

Au Doernbecher Children’s Hospital, la photographe Cathy Cheney et la journaliste Elizabeth Hayes ont fait connaissance avec le chat Huck Finn, que les enfants ne se lassent pas de câliner et d’écouter ronronner paisiblement sur leur lit.

chat de thérapie

chat de thérapie

« Chacun de ces animaux semble comprendre sa mission« 

chat de thérapie

« Chacun de ces animaux semble comprendre sa mission. Ils apportent avec eux une aura de calme, et bien sûr, leur amour inconditionnel«  écrit Elizabeth Hayes.

Par leur seule présence, ces compagnons uniques redonnent le sourire à des enfants dont le quotidien est si difficile.

chien de thérapie

Le Golden retriever Parker illumine la journée de Sammy. Cette jeune fille de 15 ans, qui souffre de diabète, adore les animaux. Son chien, ses chats et ses poules lui manquent énomrmément. Mais la présence de Parker la réconforte.

chien de thérapie

Au Randall Children’s Hospital de Portland, qui participe à une étude visant à prouver scientifiquement les bienfaits de la zoothérapie, la petite Sophia fait de gros câlins à son ami Rogan, un magnifique et adorable Chien de montagne des Pyrénées.

> Voir toutes les photos des enfants et leurs amis à 4 pattes prises par Cathy Cheney

http://wamiz.com/

Le Saviez-vous ► Un bout d’océan retrouvé dans une opale centenaire


C’est je crois l’un des plus beaux joyaux de la Terre. Un morceau d’océan emprisonné a jamais dans une opale translucide C’est de toute beauté.
Nuage

 

Un bout d’océan retrouvé dans une opale centenaire

 

ocean-inside-an-opal-oregon-butte-3

Une opale est un minéral composé de silice hydratée dont la teneur en eau peut atteindre jusqu’à 20% selon les variétés. L’opale est la pierre précieuse nationale de l’Australie , qui produit 97% de l’ approvisionnement mondial.

Trouvée il y a plus de 100 ans dans l’état d’Oregon aux Etats-Unis, cette pierre d’opale, aussi appelée « opale butte », est un véritable joyau unique au monde. Dotée de caractéristiques étonnantes, cette très belle pierre donne l’impression à celui qui l’observe de voir l’océan dès lors que celle-ci se trouve baignée de lumière.

Associée à l’amour, à la passion, au désir et à l’érotisme, la pierre d’opale aurait la vertu de stimuler la créativité… Permettant à chacun de trouver et d’assumer son originalité, cette dernière, comme l’opale verte, semblerait également ralentir le vieillissement.

 

ocean-inside-an-opal-oregon-butte-4

ocean-inside-an-opal-oregon-butte-5

ocean-inside-an-opal-oregon-butte-8

ocean-inside-an-opal-oregon-butte-9

ocean-inside-an-opal-oregon-butte-10

ocean-inside-an-opal-oregon-butte-1

ocean-inside-an-opal-oregon-butte-2

ocean-inside-an-opal-oregon-butte-6

ocean-inside-an-opal-oregon-butte-7

Crédit photos : Inna Gem

 

http://voyagerloin.com/

Dictionnaire parlant L’informatique et l’internet au secours des langues menacées


Quelle belle initiative et un projet qui j’espère aura un grand avenir … Cette conservation des langues pour qu’elles puisse être encore vivante aujourd’hui et demain permet a chaque communauté culturelle de se reconnaitre car par la langue maternelle, on apprendre son histoire, sa science, ses légendes, son identité
Nuage

 

 

Dictionnaire parlant
L’informatique et l’internet au secours des langues menacées

Dictionnaire parlant - L'informatique et l'internet au secours des langues menacées

© Shutterstock

Agence France-Presse 
Jean-Louis SANTINI

 

VANCOUVER – L’informatique et internet sont mobilisés pour sauver des langues menacées de disparition, des équipes de linguistes créant entre autres logiciels et dictionnaires parlant en ligne, selon des projets présentés vendredi lors d’une conférence à Vancouver.

Plus de la moitié des quelque 7 000 langues et dialectes encore parlés sur la planète auront disparu d’ici la fin du siècle, victimes des changements culturels, de répression gouvernementale et d’autres facteurs, estime-t-on dans les milieux scientifiques.

David Harrison, professeur de linguistique à l’Université Swartmore (Pennsylvanie, est), est l’un des principaux responsables de la création de huit dictionnaires spécialisés dans le cadre d’un projet sponsorisé par la Société National Geographic, qui édite le célèbre mensuel.

Il a présenté ses travaux lors de la conférence annuelle de l’Association américaine pour l’avancement de la science (AAAS), qui se tient depuis jeudi à Vancouver (ouest du Canada) et se poursuivra jusqu’à lundi.

«L’effet positif de la mondialisation fait qu’il est possible d’avoir aujourd’hui une langue parlée par peu de personnes et dans quelques lieux très isolés qui puisse, grâce à la technologie numérique, avoir une présence et une audience planétaire», a expliqué David Harrison devant la presse, en marge de la conférence de l’AAAS.

«L’extinction de langues n’est pas inévitable», a-t-il insisté, relevant «une tendance à la revitalisation linguistique depuis ces dix dernières années dans le monde entier».

«De petites communautés linguistiques ont été confrontées à de faux choix lorsqu’on leur disait que leur langue était dépassée et qu’elles devaient y renoncer pour pouvoir embrasser la modernité», a déploré ce linguiste.

Désormais, «ces groupes linguistiques prennent conscience qu’ils peuvent aussi être des citoyens du monde, apprendre des langues globales comme l’anglais, tout en conservant leur langue traditionnelle et les vastes connaissances» ancestrales qui y sont attachées, a souligné M. Harrison.

Les huit dictionnaires créés pour chacune des langues menacées sur lesquelles il a travaillé contiennent plus de 32 000 mots au total.

Ils comptent aussi des photos d’objets culturels et au moins 24 000 enregistrements sonores de phrases et de mots prononcés par des personnes parlant couramment ces langues.

L’une d’elles est le Siletz Dee-ni, parlé uniquement dans une tribu amérindienne d’Oregon (nord-ouest des États-Unis). Un de ses membres, Alfred «Bud» Lane, l’un des derniers à la parler couramment, a vanté les mérites de cette initiative vendredi.

«Le dictionnaire parlant est, et restera, l’un des meilleurs moyens dont nous disposons pour sauver le Siletz», a-t-il expliqué à la presse via une téléconférence.

«Nous enseignons la langue dans l’école de la vallée de Siletz deux jours entiers par semaine et maintenant nos jeunes l’apprennent plus vite que je ne pouvais l’imaginer», a précisé cet Amérindien.

Parmi les autres langues retenues dans le projet de dictionnaire de la Société National Geographic, figure aussi le Matukar Panau de Papouasie Nouvelle Guinée, parlé par 600 personnes dans deux uniques villages, et qui n’avait jamais été écrit ou enregistré.

Au Canada, des efforts sont déployés pour traduire les logiciels de Microsoft dans la langue Inuit, permettant à toutes les générations de cette communauté d’utiliser leur langue via leur ordinateur.

L’informatique a aussi permis aux Canadiens parlant l’Ojibwé d’utiliser Facebook.

«On compte désormais 2 700 utilisateurs de Facebook parmi les 10 à 12 000 personnes parlant cette langue», a précisé Margaret Noori, spécialiste de la culture amérindienne à l’Université du Michigan (nord).

http://fr.canoe.ca