Le Saviez-Vous ► Pourquoi les blouses des chirurgiens sont-elles vertes ou bleues ?


Quand les chirurgiens ont commencé à porter un uniforme pour la chirurgie, les vêtements étaient blancs. Imaginer le sang sur un vêtement blanc, c’est une image beaucoup plus saisissante Depuis, le personnel en chirurgie porte des uniformes bleu ou vert, cela a régler bien des problèmes comme des illusions d’optique et moins de déconcentration lors d’une opération
Nuage

 

Pourquoi les blouses des chirurgiens sont-elles vertes ou bleues ?

 

Pourquoi les chirurgiens portent-ils des blouses vertes ou bleues ?

Les teintes vert/bleu des blouses présentent un intérêt de taille en salle d’opération : elles sont complémentaires aux teintes rouges des organes et du sang humain.

© AMELIE-BENOIST / BSIP / AFP

Si malheureusement, vous vous êtes déjà retrouvé dans une salle d’opération, peut-être vous êtes vous demandé, comme , pourquoi les chirurgiens portent des blouses vertes ou bleues, et non blanches. C’est la question de la semaine de Sciences et Avenir. Un grand merci pour toutes vos interrogations, vos discussions et votre curiosité.

Vert et rouge, des couleurs complémentaires

La couleur actuelle des blouses des chirurgiens n’a pas été choisie au hasard. Avant 1914, elle était blanche, symbole de propreté. Mais un médecin influent a suggéré un changement de couleur en vert ou bleu, pour un meilleur confort des yeux des chirurgiens, et surtout, éviter l’éblouissement en salle d’opération. C’est une anecdote relatée par le médecin américain Nathan Belkin, spécialiste de l’étude du matériel de protection médicale, dans une étude publiée en 1998. Selon ce dernier, il est fort probable que ce changement se soit généralisé par la suite à cause de cette suggestion, mais il est impossible d’en être certain.

Mais les teintes vertes ou bleues des blouses ont pu être expérimentées et adoptées facilement des chirurgiens car elles présentent un intérêt de taille en salle d’opération : elles sont complémentaires aux teintes rouges des organes et du sang humain… Des couleurs complémentaires ? L’idée a été théorisée il y a longtemps, notamment à travers la fameuse « roue des couleurs » (voir image ci-dessous), tirée du traité scientifique écrit par Johann Wolfgang von Goethe et publié au 19e siècle. Sur cette roue, disposant les couleurs selon l’ordre de celles de l’arc-en-ciel, la propriété suivante s’applique : la complémentaire d’une couleur lui est diamétralement opposée. Cette représentation ordonnée des couleurs est utilisée dans de nombreux domaines : peinture, teinturerie, arts graphiques, design industriel… Et s’applique à notre système visuel.

Aquarelle originale de Goethe (1809), Musée Goethe de Frankfort.

Le blanc, source d’illusions d’optique déconcertantes

En effet, notre cerveau interprète les couleurs les unes par rapport aux autres. Saturé par une couleur, il est davantage réceptif à sa complémentaire. En jetant des coups d’œil au champ opératoire vert, à la blouse verte de ses collègues, aux murs verts de la salle d’opération, le chirurgien devient plus attentif aux nuances du corps humain, dans des teintes de rouge, durant l’opération. Le blanc est donc à éviter. Non seulement il peut provoquer un éblouissement, mais aussi… des illusions d’optique. Forcé de se concentrer sur des organes et sang humains aux tons rouges, le chirurgien qui dirige ensuite son regard vers la blouse de ses collègues ou les murs de la pièce peut voir apparaître des teintes vertes « fantomatiques », sources de distraction dans un contexte où il n’y a aucun droit à l’erreur… Concrètement, imaginez une illusion verte des entrailles d’un patient apparaissant sur la blouse blanche de votre voisin… (Vous pouvez tester l’illusion chez vous en fixant pendant plusieurs dizaines de secondes une image rouge – à défaut d’avoir un corps sous la main -, puis en détournant votre regard vers une surface blanche). L’image distrayante suit le regard pendant plusieurs secondes, comme les points noirs qui brouillent la vue après un flash d’appareil photo.

Pourquoi ces illusions d’optique surviennent-elles uniquement sur fond blanc ? Comme la lumière blanche contient toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, dont le rouge et le vert, le cerveau concentré sur les tons rouges fixe soudainement son attention sur les teintes complémentaires. Un phénomène qui ne se produit donc pas sur des blouses vertes ou bleues. Face à toutes ces constatations, pas sûr que les couleurs dominantes dans les salles opératoires risquent de changer de si tôt. 

https://www.sciencesetavenir.fr/

Avant l’opération, le frère jumeau du garçon sortait de son ventre


Ce jeune garçon, Deepak Paswan qui vit en Inde n’a pas eu une enfance facile. Il est né avec « jumeau parasite » Ce jumeau a développé des bras et des jambes et sa croissance à arrêter dans le ventre de son frère qui a donc 4 jambes et 4 bras. Les parents ont hésité pour qu’il puisse subir une opération, car les médecins voyaient mal combien d’organes étaient partagés. Ils ont finalement dit oui. L’opération fut réussie et il a pu vivre une enfance comme les autres
Nuage

 

Avant l’opération, le frère jumeau du garçon sortait de son ventre

MOLDAVIE : Opération chirurgicale à la perceuse


Les chirurgiens disent qu’ils n’ont pas accès aux outils nécessaires tels que des perceuses spécialisées pour les chirurgies et le gouvernement dit qu’il ont au moins 3 perceuses utilisées pour ce type d’opération et entre eux le patient qui lui risque plus qu’ailleurs faute de stérilisation adéquate
Nuage

MOLDAVIE : Opération chirurgicale à la perceuse

CHISINAU – Une vidéo placée sur Internet, montrant une équipe chirurgicale en Moldavie utilisant une perceuse de bricolage pour une intervention, fait scandale dans ce pays parmi les plus pauvres de l’ex-URSS.

Selon les explications fournies par le chirurgien Nikolaï Kourka, qui effectuait l’opération sur un adolescent dans un hôpital pédiatrique de la capitale, Chisinau, le personnel médical est obligé d’utiliser ce type de matériel faute de perceuses spécifiques, plus onéreuses.

«Nous devions percer le coude de l’adolescent, ce qui a été fait. Ce type de perceuse et de pinces (également utilisées, ndlr) n’a qu’un seul inconvénient, elles sont difficiles à stériliser», a-t-il déclaré à la presse.

Il affirme que lui et ses 16 collègues utilisent ces perceuses, l’hôpital n’achetant pas le matériel adéquat.

La vidéo, apparue cette semaine sur l’internet, a ensuite été diffusée par toutes les télévisions du pays, suscitant une réaction du gouvernement.

«L’hôpital a reçu trois perceuses médicales neuves, je ne comprend pas pourquoi ils utilisent de tels instruments», a déclaré le ministre de la Santé Andrei Ussatii.

Le premier ministre Iurie Leanca a ordonné de procéder à l’inventaire des équipements de tous les hôpitaux, et de procéder aux achats nécessaires si besoin est. Il a aussi demandé de sanctionner les coupables si nécessaire.

Le médecin-chef de l’hôpital concerné a de son côté affirmé que l’équipe médicale avait essayé de le discréditer en réalisant cette vidéo.

Merci  Jack pour cette vidéo (http://jack35.wordpress.com)

http://www.journaldequebec.com

Le bistouri réinventé


Une avancée en salle d’opération qui pourrait changer le temps sur la table ainsi que la façon d’opérer ..
Nuage

 

Le bistouri réinventé

 

Le iKnife 

Photo :  Imperial College London

Un bistouri qui peut faire la différence entre un tissu sain et une tumeur cancéreuse a été mis au point par des médecins européens.

Baptisé iKnife, l’instrument utilise un spectromètre de masse pour analyser la vapeur qui s’échappe du tissu découpé et informe le chirurgien en trois secondes sur la nature du tissu qu’il est en train de sectionner.

L’inventeur du couteau chirurgical, le Dr Zoltan Takats de l’Imperial College London, affirme que son iKnife permettra une meilleure efficacité lors de l’ablation des tumeurs cancéreuses par les chirurgiens.

« Le iKnife peut améliorer les diagnostics sur les tumeurs et peut influencer la prise de décision en cours d’opération, pour au final améliorer les résultats dans le domaine oncologique. »— Dr Zoltan Takats

Selon les essais menés à ce jour sur 91 personnes, le diagnostic de l’iKnife est très précis et serait assez fiable pour permettre une grande utilisation dans les salles d’opération.

Des tests à plus grande échelle sont maintenant au programme. Si le couteau passe ses examens de chirurgie, il pourrait se retrouver dans les salles d’opération dans un peu plus d’un an.

Cette invention est décrite dans le journal Science Translational Medecine.

Le saviez-vous?
Actuellement, les chirurgiens doivent envoyer un échantillon de tissu en laboratoire pour être analysé. Ces procédures peuvent prendre de 20 à 30 minutes. Les carences technologiques actuelles conduisent souvent les patients à devoir subir plusieurs interventions chirurgicales.

http://www.radio-canada.ca

Une opération de 20 heures Les siamoises chiliennes séparées avec succès


Sans les avancées de la médecine séparer des soeurs siamoises auraient été tout a fait impossible et encore moins dans un pays comme le Chili. C’est une bonne nouvelles, malgré qu’elles peuvent rencontrés encore quelques problèmes sans compter qu’elles devraient retourner au bistouri
Nuage

 

Une opération de 20 heures

Les siamoises chiliennes séparées avec succès

 

Les siamoises chiliennes séparées avec succès

Crédit photo : APTN

TVA Nouvelles d’après AFP

Les deux sœurs siamoises de 10 mois qui étaient reliées par le thorax et le bassin ont été séparées avec succès mercredi à Santiago au Chili lors d’une opération de 20 heures, la plus complexe jamais réalisée au pays.

Le chirurgien responsable a expliqué que le degré de difficulté de l’opération était élevé :

«Nous avons eu pas mal de difficultés, quelques surprises, mais cela a pu être résolu sans problèmes», a souligné Francisco Ossandon, chef d’équipe chirurgicale à l’hôpital Luis Calvo Mackenna, centre pédiatrique public de référence au Chili.

L’intervention qui a débuté mardi matin s’est terminée mercredi à 7h GMT. Vingt-cinq professionnels de la santé ont travaillé à séparer les jumelles Maria Jose et Maria Paz.

(photo: APTN)

La chirurgie impliquait une séparation du corps des filles au niveau du thorax, du bassin, des intestins et du foie. Les chirurgiens ont dû s’attaquer à reconstruire les tissus. Cette opération est jugée comme étant l’une des plus complexes jamais réalisée au Chili.

Une opération semblable s’était déroulée en 1993 alors que deux frères siamois avaient été séparés. Cette opération avait duré plus de 10 heures.

«Jamais dans l’histoire nous n’avions eu de chirurgie de séparation avec un tel degré de complexité. Jamais nous n’avions été confrontés à un tel niveau de risque (…) mais sans autre option du point de vue de la qualité et de l’espérance de vie de Maria Jose et Maria Paz», avait déclaré avant l’opération le directeur de l’hôpital, Osvaldo Artaza.

Les sœurs ont survécu à l’opération et sont en «bonne condition». Elles sont tout de même fragiles et peuvent être exposées à de possibles complications comme des infections.

Les fillettes n’en ont pas fini avec le bistouri, elles avaient déjà subi sept opérations et devront en subir plusieurs autres à l’avenir.

http://tvanouvelles.ca