Le parler « miaou », une langue universelle


Ici, ce n’est pas vraiment de décortiquer le cri du chat, mais plutôt de constater que chaque pays ont la façon d’écrire et de prononcer le miaou et que le mot chat a la même racine dans les autres langues ..
Nuage

 

Le parler « miaou », une langue universelle

 

chaton miaulement

Chaque semaine, voici en exclusivité sur Wamiz.com une info extraite de l’Histoire du chat – 100 pages et 100 images qui résument 10 000 ans d’histoire, entre légende et vérité.

Parlez-vous miaou ? Oui, malgré vous et où que vous viviez !

Cette onomatopée, qui a donné le verbe miauler en français, se retrouve dans tous les pays, transcrite en fonction de la prononciation (humaine) : meo – mèu – miamha – miao – miaou – miaow – miau – miauw – miāo miāo (en chinois) – miyau – mjá – mjaou – mjau – mňau – nau – niau… Et meow, en espéranto.

Un cri unique

Rien de tel pour le cri ou le son émis par les autres animaux : braiment de l’âne, beuglement du bœuf, caquet du canard, hennissement du cheval et du zèbre, aboiement du chien, grognement du cochon, coassement du crapaud et de la grenouille, hululement du hibou, rugissement du lion et de la panthère, hurlement du loup, piaillement du moineau, bêlement du mouton, roucoulement du pigeon et de la tourterelle, etc. Chaque langue a sa traduction. Faut-il s’étonner de ces différences… ou de l’universalité du miaou ?

Cela dit, le parler chat présente des variantes ! Selon le rythme et le phrasé félin, le miaulement peut être amical, irrité ou menaçant, inquiet, implorant… Le chat module en virtuose et assortit son miaulement de mimiques lui permettant de se faire comprendre un peu à la manière d’un enfant – comparaison d’autant plus juste que tous les chatons communiquent en miaulant avec leur mère.

Mais entre eux, les chats adultes ne miaulent pas à proprement parler. Ils peuvent quand même crier, hurler très fort – leur amour, leur peur, leur haine.

Les chats les plus bavards

Certaines races sont réputées bavardes et l’amateur de Siamois en sait quelque chose ! Le son émis est aussi insistant que déplaisant, voire exaspérant. À part « cha », le Siamois est un séducteur né.

Autres bavards, presque tous chats orientaux : Angora turc, Balinais, Bobtail japonais, Burmese, Mau égyptien, Oriental shortair, Sibérien, Sphynx, Tonkinois, Turc de Van… et le Devon Rex au poil court et frisé, né en Angleterre (dans le Devon). Vocalises, trilles, petits cris… variations infinies sur la base du Miaou.

Répondre à son chat l’encourage à parler, la conversation s’engage et ça peut durer longtemps ou se répéter souvent, surtout s’il trouve un résultat intéressant dans cet échange – nourriture, jeu, caresse…

Le ronronnement est un autre langage, exclusivité de quelques félins, émission sur basse-fréquence aux pouvoirs avérés – on parle à juste titre de ronron thérapie.

Reste le « cri muet » : le chat entrouvre la gueule, aucun son ne sort… Il émet (sans doute) des ultrasons qui échappent à nos oreilles moins fines que les siennes.

L’universalité du chat vaut également sur la traduction du mot dans toutes les langues. Comme dit le proverbe :

« Un chat s`appelle un chat. »

 De fait, on retrouve la même racine, avec des variantes comme pour le miaou. Cat (anglais, irlandais) – Cath (gallois) – Gato (espagnol) – Gat (catalan) – Gatto (italien) – Gata (grec) – Kat (africain, danois, flamand) – Katt (néerlandais, suédois norvégien) – Katu (basque) – Kazh (breton) – Katze (allemand) – Kaz (luxembourgeois) – Kats (yiddish) – Kass (estonien) – K’at’a (géorgien) – Kakis (Letton) – Katé (lituanien) – Kissa (finnois) – Kot (russe, polonais) – Kotka (bulgare)… Et Kato (espéranto).

https://wamiz.com

Le saviez-vous ► Expression : En avoir sa claque


Tout le monde connait cette expression et la surement dit plus qu’une fois. Cependant au Québec on dit aussi en avoir plein son casque qui veut dire la même chose .. que nous sommes a notre limite du supportable
Nuage

 

 

En avoir sa claque 

 

En avoir assez, ne plus rien pouvoir supporter.

 
Ici, la claque n’est pas simplement la gifle.
Au XIXe siècle, en avoir sa claque, c’était « être rassasié ».

Dans cette expression, la claque a un sens de ‘mesure’ (avoir sa part, avoir son compte, avoir sa dose).

Le dépassement de la mesure est renforcé par l’intensité du geste violent ou du coup qu’on associe généralement à l’onomatopée ‘clac’.

En Picardie, une claque désigne une « bonne mesure de lait » et claquée a le sens d’« abondance ».

http://www.expressio.fr