VÉRIFIÉ: Ce n’est pas arrivé cette semaine


Tous les sites des nouveaux sérieux devraient faire la même chose et vérifier ce qui circulent sur Internet, et départir ce qui est vrai et faux. Rétablir ainsi la vérité. Cette semaine quelques points qui sont intéressants tirés de sites Internet douteux, mais qui malheureusement peuvent faire boule de neige
Nuage

 

VÉRIFIÉ: Ce n’est pas arrivé cette semaine

 

The Associated Press

NEW YORK — Vérification faite par l’Associated Press, et contrairement à ce que vous pouvez avoir lu ou entendu ailleurs, voici quelques-uns des événements les plus extraordinaires qui ne se sont pas produits cette semaine…

—————

FAUX: La fille de Rosa Parks salue la réponse de Trump aux événements de Charlottesville

EN FAIT: Un canular créé par ourlandofthefree.com prétend que la fille de Rosa Parks a appuyé Donald Trump pendant un discours à Washington, affirmant que sa «mère aurait été fière des mots du président». La célèbre militante des droits de la personne n’a eu aucun enfant. La photo de la fausse Muriel Parks-Rosenberg qui accompagne l’article est en fait celle de la sénatrice démocrate Nina Turner.

—————

FAUX: Un cimetière de l’Ohio commence à exhumer les corps des soldats confédérés

EN FAIT: Un petit cimetière de la ville de Delaware, dans l’Ohio, n’a aucune intention d’exhumer les dépouilles de soldats de la guerre civile pour les lancer dans un ruisseau, quoi qu’en dise un site de canulars maquillé pour ressembler à un site d’informations locales. Un porte-parole de la ville, Lee Yoakam, a dit que l’histoire est «la plus fausse des fausses nouvelles». DelawareOhioNews.com ajoute que le gouverneur de l’Ohio, John Kasich, a autorisé l’exhumation des tombes confédérées, ce qui est également faux.

—————

FAUX: Charles Manson sera libéré sous caution et ira vivre à (insérer le nom d’une ville)

EN FAIT: Le célèbre tueur en série ne sera pas relâché de sitôt, peu importe ce que racontent des histoires qui circulent en ligne. Elles trouvent leur origine en 2014 sur le site de canulars Empire News. Le site breakingnews365.net a récemment repris des histoires similaires en prétendant que Manson irait s’installer au Texas ou au Connecticut. Le prisonnier de 82 ans ne sera admissible à une libération conditionnelle qu’en 2027, après que celui lui eut été refusé pour la 12e fois en 2012.

—————

FAUX: Chester Bennington a été assassiné, selon la police

EN FAIT: YourNewsWire.com et NewsPunch.com, deux sites qui s’inspirent souvent des théories du complot, prétendent que l’ancien chanteur de 41 ans du groupe Linkin Park a été assassiné et que les médias étouffent la vérité. Les sites citent un policier anonyme et un message effacé sur le compte Twitter de la femme du chanteur, qui avait été piraté, en guise de preuves. Bennington s’est pendu chez lui, près de Los Angeles, le mois dernier. Le coroner du comté de Los Angeles a conclu à un suicide.

—————

FAUX: Tous les Américains auront reçu une puce d’ici la fin de 2017, selon NBC News

EN FAIT: NBC n’a jamais rien annoncé de tel, malgré les histoires mises en ligne par des sites comme healthfitpoint.com. L’histoire comprend des images tirées d’un reportage de NBC, en 2007, sur la vie en 2017. NBC n’affirme rien de tel dans son reportage.

http://journalmetro.com

Attaquée par son boa, elle appelle les pompiers, qui décapitent le serpent


Je peux comprendre que des gens ont des passions pour des animaux exotiques, mais par respect pour eux, pourquoi ne pas laisser ces bêtes dans leur environnement. Que ce soit un lion, un singe, un serpent, il y a eu bien des histoires tristes qui ont mal fini pour les « propriétaires » De plus, les maisons, les cages et autres ne sont pas vraiment adaptés pour les bêtes sauvages, car il manque l’essentiel, l’espace, la liberté de mouvement
Nuage

 

Attaquée par son boa, elle appelle les pompiers, qui décapitent le serpent

 

Une femme a appelé les services d'urgence après... (Photo thinkstock)

Une femme a appelé les services d’urgence après qu’un boa d’environ 1,60 m lui ait mordu le nez.

PHOTO THINKSTOCK

 

Agence France-Presse
New York

«J’ai un boa constricteur collé au visage!» Voilà comment une quadragénaire de l’Ohio a présenté son cas aux pompiers de Sheffield Lake, qui ont dû décapiter l’animal pour décoller sa gueule de sa propriétaire.

Passionnée de serpents, la femme de 45 ans a passé un appel désespéré au 911 jeudi en début d’après-midi, selon plusieurs médias locaux.

 

«Je n’ai jamais entendu un truc comme ça», laisse échapper l’opératrice après que l’amatrice de reptile lui a expliqué la situation, d’une voix affolée, selon l’enregistrement de l’appel d’urgence mis en ligne par le journal local The Chronicle Telegram.

La victime explique que le boa, qui mesure environ 1,60 m, lui mord le nez, qu’elle est à terre et qu’il y a «du sang partout». Elle dit l’avoir «secouru» la veille, ainsi qu’un autre boa, et avoir 11 serpents en tout, dont 9 pythons.

«Ne bougez pas madame», lui suggère l’opératrice. «Je ne peux pas!», répond-elle. «J’ai peur! Il a attrapé mon nez et il est autour de ma taille!»

On entend alors au loin des sirènes de véhicules d’urgence, arrivés sur place en moins de 4 minutes.

Incapables de forcer le serpent à lâcher prise, les services de secours se sont résolus à le décapiter avec un couteau de poche, a expliqué le chef des pompiers de Sheffield Lake, Tim Card, au Chronicle Telegram.

La femme a été hospitalisée mais ses jours n’étaient pas en danger, selon la chaîne locale Fox 8 Cleveland.

http://www.lapresse.ca

Le Saviez-Vous ► La bombe «gay»: quand le Pentagone pensait utiliser la puissance de l’amour


Des scientifiques ont des idées parfois bizarres … Faites, l’amour, pas la guerre aurait été d’une certaine façon une idée pour une bombe biologique donnant un comportement homosexuel espérant semble-t-il rendre les soldats ennemis moins disciplinés
Nuage

 

La bombe «gay»: quand le Pentagone pensait utiliser la puissance de l’amour

 

Le laboratoire Wright de l’armée de l’air à Dayton (Ohio, nord) réclamait 7,5 millions de dollars pour développer cette bombe contenant un produit chimique au puissant effet aphrodisiaque qui entraînerait «un comportement homosexuel» censé affecter «le moral et la discipline des unités ennemies».

Le document, déniché en décembre 2004 par le Sunshine Project, une association basée au Texas et en Allemagne qui milite contre les armes biologiques, agite depuis quelques jours la blogosphère et des médias américains.

Le Pentagone a confirmé l’existence de cette proposition mais en a minimisé la portée.

«Le ministère de la Défense n’a jamais +creusé+ un tel concept (…) et aucun financement n’a été fourni par le Pentagone», a affirmé un porte-parole militaire, le lieutenant-colonel Brian Maka.

Il rappelle que l’idée faisait partie d’une série de propositions sur des armes non-mortelles, dont un produit chimique rendant les ennemis très sensibles à la lumière du soleil ou un autre rendant des abeilles agressives et les poussant à attaquer des humains.

Edward Hammond, du Sunshine Project, conteste toutefois les affirmations du Pentagone.

«La proposition n’a pas été rejetée sur le champ. Elle a été examinée par la suite», a-t-il écrit sur le site internet de l’association.

Il affirme ainsi que l’idée a été insérée en 2000 dans un CD-ROM promotionnel sur les armes non-mortelles par un organisme du Pentagone, basé à Quantico (Virginie, est), qui avait à nouveau repris l’idée en 2001 dans une étude soumise à l’Académie nationale des sciences.

Cette histoire de bombe «gay» suscite en tout cas des commentaires moqueurs de bloggeurs.

 «Si nous avions une bombe gay sous la main, pourquoi ne pas la balancer dans les montagnes d’Afghanistan», s’interroge republicoft.com, qui s’identifie comme noir et homosexuel vivant à Washington.

«Les imbéciles qui ont eu cette idée devraient être giflés et contraints à écouter les disques de Judy Garland pour le reste de leur vie», écrit un autre bloggeur, Ed Brayton, sur le site Huffington Post.

Les experts de la question homosexuelle trouvent cela moins drôle.

«Cette histoire montre les idées dépassées du Pentagone sur la sexualité et sur la relation entre la sexualité et la notion d’être un bon soldat», estime Aaron Belkin, professeur à l’Université de Californie (ouest) à Santa Barbara.

«Imaginer que vaporiser un produit chimique sur quelqu’un puisse le rendre homosexuel est grotesque, et imaginer que cet individu transformé en homosexuel devienne alors un mauvais soldat est également grotesque», dit-il.

La polémique intervient alors que le ministre de la Défense, Robert Gates, a décidé de ne pas reconduire à son poste en septembre le chef d’état-major interarmées, le général Peter Pace, en raison de la controverse à Washington sur les opérations américaines en Irak.

En mars, le général Pace avait qualifié l’homosexualité d’«immorale» dans un entretien au quotidien Chicago Tribune, suscitant un véritable tollé et ravivant le débat sur la loi qui autorise les homosexuels à s’engager dans l’armée à condition qu’ils taisent leur orientation sexuelle.

Un projet de loi démocrate propose de réformer cette loi dite «ne demandez pas, ne dites pas» («Don’t Ask, Don’t Tell»), adoptée en 1993 sous le président démocrate Bill Clinton.

http://www.liberation.fr/

Le «meurtrier de Facebook» retrouvé mort après trois jours de traque


Vous avez surement attendu parler du meurtre gratuit d’un pur inconnu, un grand-papa qui rentrait chez lui après un déjeuner en famille et que l’assassin avait publié la vidéo sur Facebook. La chasse à l’homme est terminée. Au moment que la police s’apprêtait à l’arrêter, il s’est suicidé. Sauf qu’on ne sait pas qui sont les autres victimes et la raison pour laquelle il a agi ainsi. Quoiqu’il en soit, les gens qui on partagé le meurtre sur divers réseaux sociaux aurait pu simplement le signalé aux modérateurs. Pour la famille de la victime, c’est un total manque de respect
Nuage

 

Le «meurtrier de Facebook» retrouvé mort après trois jours de traque

 

La Ford Fusion dans laquelle s'est suicidé Steve Stephens... (PHOTO REUTERS)

La Ford Fusion dans laquelle s’est suicidé Steve Stephens est inspectée par la police de la ville d’Erie, en Pennsylvanie.

PHOTO REUTERS

 

CATHERINE TRIOMPHE
Agence France-Presse
New York

Le tueur qui a choqué l’Amérique en diffusant l’assassinat d’un grand-père sur Facebook s’est suicidé mardi, mettant fin à trois jours d’intenses recherches à travers le pays.

Repéré par la police près d’Erie, en Pennsylvanie, Steve Stephens, devenu depuis le meurtre dimanche le suspect numéro un aux États-Unis, «s’est suicidé par balle» après une brève poursuite, a annoncé la police de Pennsylvanie dans un tweet.

La voiture, une Ford Fusion blanche dont la description avait été largement diffusée par les médias, a été signalée à la police vers 11 heures locales sur le stationnement d’un McDonald’s près d’Erie, a précisé le chef de la police de Cleveland, Calvin Williams, lors d’un point de presse dans cette ville de l’Ohio où a eu lieu le meurtre.

Dépêchée sur les lieux, la police a rapidement «arrêté la voiture» du suspect. C’est alors que l’homme, âgé de 37 ans, «s’est donné la mort», a expliqué M. Williams.

Erie se trouve à quelque 160 kilomètres de Cleveland, où Steve Stephens est soupçonné d’avoir tué dimanche un grand-père, Robert Godwin Sr., 74 ans. Il ne connaissait pas cet ancien ouvrier à la retraite, père de neuf enfants, qui rentrait tranquillement d’un déjeuner de Pâques en famille.

Steve Stephens avait enregistré une vidéo de son meurtre, puis l’avait mise en ligne très rapidement sur Facebook.

Steve Stephens... (AFP) - image 4.0

Steve Stephens

AFP

Comprendre les motivations 

On l’y voit sortir de son véhicule et demander au vieil homme de répéter le nom d’une personne. Celui-ci s’exécute avant d’amorcer un mouvement de recul pendant que son meurtrier déclare:

 «elle est la raison pour laquelle cela va vous arriver».

Dans une autre vidéo, Stephens affirmait aussi avoir tué 13 personnes et préparer un quatorzième meurtre.

Une traque avait été lancée d’abord dans quatre États avant d’être élargie à tout le territoire américain. Quelque 50 000 dollars avaient été offerts pour toute information conduisant à son arrestation.

«La priorité numéro un était de s’assurer que M. Stephens ne ferait pas d’autre victime», a expliqué Stephen Anthony, un agent du FBI qui participait à la traque.

«L’autre priorité était bien sur d’attraper Mr. Stephens sain et sauf, malheureusement, il a choisi que ce ne soit pas le cas», a-t-il ajouté.

M. Williams a souligné combien la police aurait voulu l’interroger, pour retracer son parcours depuis dimanche mais aussi et surtout pour comprendre ses motivations.

«Nous aurions vraiment voulu lui parler, pour savoir pourquoi il a fait ce qu’il a fait», car «il pourrait y avoir d’autres personnes dans des situations comparables», a-t-il déclaré.

«S’il y a des gens qui sont en difficulté, ou qui pensent avoir besoin d’aide, il faut qu’ils se signalent et qu’ils appellent. Ils peuvent appeler la police, on peut les renvoyer vers nos spécialistes en psychiatrie», a-t-il expliqué simplement.

La victime, Robert Godwin Sr.

AP

Visible par des enfants 

Le chef de la police a également appelé les dirigeants politiques et les responsables des réseaux sociaux à agir pour éviter que ce genre de contenu se retrouve en ligne, visible «à travers le monde», y compris par des enfants, a-t-il souligné.

«Cela n’aurait jamais dû être partagé dans le monde entier, un point c’est tout», a-t-il souligné.

Un des petits-fils de la victime, Ryan Godwin, avait prié sur Twitter les internautes de cesser de diffuser la vidéo du meurtre, par «respect» pour son grand-père.

Facebook avait publié lundi une chronologie détaillée de la diffusion des deux vidéos par Steve Stephens.

La société avait assuré avoir bloqué le compte de Stephens 23 minutes après avoir été alertée du contenu de la vidéo et promis d’améliorer ses procédures pour empêcher la diffusion de ce type d’images.

Son président Mark Zuckerberg a promis lors d’une conférence en Californie que Facebook ferait «tout (son) possible pour éviter ce genre de tragédie».

Le meurtre de dimanche, qui a suscité beaucoup d’émotion et des milliers de témoignages de solidarité à la famille de la victime, n’est pas le premier diffusé sur les réseaux sociaux.

En février, un double meurtre perpétré à Chicago avait déjà été diffusé en direct sur Facebook.

Un garçonnet de deux ans, Lavontay White, était à l’arrière d’une voiture en compagnie d’une tante de 20 ans qui utilisait Facebook Live et d’un homme de 26 ans, quand ce dernier a été la cible d’un règlement de compte.

En aout 2015, un homme, Vester Flanagan, ancien employé d’une chaîne de télévision de Virginie, avait abattu deux journalistes de la chaîne en direct à la télévision, avant de se suicider.

http://www.lapresse.ca/

A 8 ans, il conduit le van de son père… pour un burger


On peut tout apprendre sur YouTube même si on est un très jeune enfant de 8 ans. Il a appris à conduire sur vidéo et a mit en pratique ce qu’il avait appris en prenant l’auto de ses parents avec sa petite soeur direction McDonalds
Nuage

 

A 8 ans, il conduit le van de son père… pour un burger

 

La « faim » justifie les moyens ! Un petit garçon de 8 ans, qui avait très envie d’un burger, a emprunté le van de son père pour se rendre au McDonald’s le plus proche de chez lui.

Les faits se sont déroulés à East Palestine, petite bourgade de l’est de l’Ohio. Selon le Weirton Daily Times, le jeune Américain, accompagné dans son périple par sa sœur de 4 ans, a conduit pendant plus d’un kilomètre, respectant scrupuleusement les feux de signalisation. Les employés du fast-food ont cru à une blague quand l’équipée sauvage s’est tranquillement présentée au « drive ».

Les parents, eux, étaient endormis à la maison. Ce sont des passants inquiets qui ont alerté la police. Le fugitif s’est mis à pleurer quand les forces de l’ordre sont arrivées, pensant avoir fait quelque chose de mal. Finalement, il n’a pas été sanctionné et est reparti avec son cheeseburger, ses nuggets et ses frites, rapporte le quotidien, qui précise également que le jeune garçon avait appris à conduite en regardant des vidéos sur YouTube !

http://www.ladepeche.fr

Le bâtiment dont personne ne veut


 

32 millions de dollars pour avoir construit un panier comme immeuble de bureaux ! Maintenant que les affaires ne vont pas si bien, impossible de le vendre, personne en veux. Un gaspillage d’argent, de matériaux et d’emplacement
Nuage

Le bâtiment dont personne ne veut

Par Derek Jensen,  via Wikipedia, License CC

Par Derek Jensen, via Wikipedia, License CC

Si vous allez faire un tour sur Google Maps, vous serez sans doute choqué à la vue de ce sinistre immeuble de bureaux en forme de panier, à la couleur chiasse de poule qui s’effrite. Depuis 1997, ce bâtiment situé dans l’Ohio est le siège de la société américaine The Longaberger Company, spécialisée, comme vous en doutiez peut-être, dans la vente de paniers à provision et à pique-niques.

Les affaires de l’entreprise n’allant pas bien ces dernières années, cet immeuble unique en son genre dont la construction a coûté la bagatelle de 32 millions de dollars, est en vente depuis 18 mois, rapporte le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung. Mais la société Longaberger ne trouve aucun acheteur, malgré le prix attractif du bâtiment: 7,5 millions de dollars. Ce dernier a même baissé ces derniers mois face au désintérêt manifeste des repreneurs potentiels, passant à cinq millions de dollars. Mais rien n’y fait: personne ne veut de ce bâtiment.

D’autant plus qu’il se dresse dans la triste banlieue de Newark, petite ville située à 70 kilomètres environ de Colombus, la capitale de l’Ohio, et a pour voisins une gravière et une usine d’écorce de pin.

«Quelle entreprise voudrait prendre pour siège un bâtiment qui ressemble au produit d’une autre entreprise?», se demande le quotidien.

Michael Guagenti, employé de la société immobilière Cushman & Wakefield, assure pourtant qu’«il n’y a rien qui donne l’impression d’être dans un panier. On s’y sent comme dans une belle tour de bureaux.»

Mais même cet argument ne convainc pas, car un repreneur, quand bien même, aurait beaucoup de mal à changer l’aspect extérieur du panier géant:

«L’immeuble est plus étroit en bas qu’en haut. Et il y a aussi les deux anses du panier, qui pèsent chacune 75 tonnes. Il faut les chauffer en hiver pour éviter qu’une couche de glace s’y forme, qui pourrait glisser et blesser les employés.»

Ce panier de béton n’est pas la seule verrue architecturale digne d’être citée. Allez voir les horreurs compilées ici par The Telegraph en 2012, les «30 immeubles les plus laids du monde», dont vous nous parlions également ici sur Slate, à l’instar de la tour de télévision de Prague, la librairie nationale de Biélorussie à Minsk, le bâtiment de la radio pubique slovaque à Bratislava, ou encore The Elephant Building à Bangkok. Et plus près: Les Jetées, à Brest, qui ont décroché en 2016 la «verrue d’or» du bâtiment public le plus moche de France, selon le Télégramme.

http://www.slate.fr/

La police de l’Ohio veut que vous voyiez cette photo sur la toxicomanie


Me semble que c’est clair où tu décides de te droguer ou tu peux fonder une famille, mais les deux. Pour ma part, la drogue l’être humain plus qu’idiot
Nuage

 

La police de l’Ohio veut que vous voyiez cette photo sur la toxicomanie

 

ohio police heroin blur

Cette image choquante a été partagée mercredi sur la page Facebook de la police d’East Liverpool (au sud de Cleveland), jeudi.

 

Un garçon de quatre ans est assis sur le siège arrière d’un VUS. Il porte un chandail coloré orné de dinosaures.

Il fixe la caméra. Les deux adultes devant lui ont la bouche grande ouverte et ne montrent aucun signe de vie.

Ces parents, d’après la police de l’Ohio, font une overdose d’héroïne.

En guise d’avertissement.

«Nous jugeons nécessaire de montrer l’autre côté de cette horrible drogue. Nous voulons donner une voix aux enfants pris dans ces circonstances horribles», a déclaré la police d’East Liverpool sur Facebook.

«L’enfant sur cette photo ne peut parler, mais nous espérons que cette histoire puisse faire en sorte qu’une personne ayant la garde d’un enfant pense deux fois avant de s’injecter ce poison.»

ohio police heroin blur 2

D’après cette même publication Facebook, les autorités auraient aperçu un véhicule qui se déplaçait de manière erratique avant de s’arrêter au milieu de la rue.

L’homme au volant a déclaré aux policiers qu’il amenait sa femme à l’hôpital.

Le couple a finalement repris conscience et a été emmené à l’hôpital. Le garçon est en garde à vue des services aux enfants, selon un affidavit.

«Nous savons que cette photo pourrait offenser certaines personnes, et nous en sommes sincèrement désolés, mais cette image représente ce que voit au quotidien le public qui ne consomme pas», a ajouté le service policier sur Facebook.

Il a rappelé que l’héroïne est à l’origine de nombreux problèmes au sein de sa communauté.

Les deux parents font face à des accusations criminelles.

Ce texte a originalement été publié sur Le Huffington Post Canada, et a été traduit de l’anglais.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Quand de vieux chats de refuge viennent tenir compagnie aux personnes âgées


Très bonne idée d’amener des vieux chats dans des maisons des personnes âgées, cela change la routine. J’irais par contre plus loin, pourquoi pas que ces maisons n’adoptent pas quelques chats ?
Nuage

Quand de vieux chats de refuge viennent tenir compagnie aux personnes âgées

 

Un refuge de l’Ohio, aux Etats-Unis, a pris l’initiative d’emmener ses chats seniors dans une maison de retraite…

Au contact de ces vieux chats, les personnes âgées en maison de retraite voient leur quotidien un peu égayé. Des sourires se dessinent sur leur visage lorsque les félins arrivent. Ces derniers participent au « Pet Adoptions for Loving Seniors », un programme permettant aux chats de plus de 7 ans de connaître de doux moments de tendresse avec des humains. Cela contribue à leur socialisation et leur bien-être. Bénéfique également pour les personnes âgées, il leur permet de profiter des bienfaits de la ronronthérapie.

C’est aussi l’occasion pour ces personnes âgées de se souvenir de leurs animaux disparus, et d’en parler. Souvent, ils demandent aux bénévoles du refuge ou au personnel de la maison de retraite, de se faire prendre en photo avec ces chats. Les photos sont ensuite envoyées à leurs enfants ou petits-enfants. Au-delà d’apporter de la joie dans la maison de retraite, la venue de ces chats met du baume au cœur dans toutes les familles !

©Ohio Alleycat Resource & Spay / Neuter Clinic

Par Elisa Gorins

Crédits photo : Facebook / Ohio Alleycat Resource & Spay / Neuter Clinic

http://wamiz.com/

Ces magnifiques dessins de chiens ultra-réalistes


Que j’aimerais bien dessiner de cette façon, c’est vraiment impressionnant de voir comment il réussit aussi qu’une photo
Nuage

 

Ces magnifiques dessins de chiens ultra-réalistes

 

Des peintures à l’huile, plus exactement, signées James Ruby, un artiste américain.

James Ruby réside à Newburgh Heights, en Ohio, aux Etats-Unis. Ses tableaux représentent des portraits de chiens dans des plans rapprochés. Les détails sont impressionnants, et les effets de lumière parfaitement maîtrisés. Le résultat n’en est que plus réaliste.

1. Un magnifique Braque de Weimar

2. Deux adorables Rottweiler

3. Donnez une balle à un chien et il sera le plus heureux du monde…

4. … ou bien une peluche Mignon !

5. Cet American Staffordshire Terrier est un super-héros !

6. Le regard si expressif de ce Malamute

7. Toute la noblesse du Berger allemand est dans son regard

8. Même avec quelques poils blancs, ce chien a quelque chose de terriblement attendrissant

 

 

9. Du vent dans les oreilles !

10. Un regard irrésistible !

 

http://wamiz.com/

Le Saviez-Vous ► Le premier feu de signalisation électrique a 101 ans


Les feux de circulations électriques ont 101 aujourd’hui. Que seraient nos rues à notre époque si ces feux n’existaient pas ? Après le travail, quand les gens ont hâte de rentrer à la maison, et cela serait une congestion monstre sans feux de signalisation
Nuage

Le premier feu de signalisation électrique a 101 ans

Crédits Photos : Capture écran Google.

Par Jerome Karlen

 

Le 5 août 1914, le premier feu de signalisation électrique faisait son apparition dans une rue de Cleveland, dans l’Ohio. Google choisit de célébrer ce 101ème anniversaire avec un doodle animé.

Il y a de cela 101 ans, le 5 août 1914, le trafic routier encore balbutiant connaissait déjà une avancée majeure : c’est en effet en ce jour précis que le tout premier feu de signalisation électrique du monde prenait place aux Etats-Unis, dans une rue de Cleveland, dans l’Ohio.

Premier feu de signalisation électrique : un doodle spécial

Au tout début de l’histoire de cet outil de régulation de la circulation toujours en vigueur actuellement, seules 2 couleurs sont en fonction, le rouge et le vert. C’est un agent affecté à la circulation qui, depuis une cabine, était en charge d’intervertir les couleurs. A l’aide d’une cloche, il avertissait les automobilistes du changement effectué. Son invention est attribuée à un policier américain, Lester Wire qui le développe en 1912.

Quant aux nouveaux feux tricolores cette fois, ils feront leur apparition en Europe près d’une décennie plus tard. C’est à Paris, au croisement du boulevard de Sébastopol et de la rue de Rivoli, que l’un d’eux apparaît en 1922, soit deux ans après leur inauguration à New York et Detroit.

Des feux tricolores actuels. En fait, beaucoup de feux tricolores.

Des feux tricolores actuels. En fait, beaucoup de feux tricolores.

Et avant l’électricité ?

Ne partez pas, l’histoire n’est pas finie. Ou plutôt, remontons le temps. Avant 1914 et la fée électricité, existait déjà un système de régulation du trafic. Cela se passe alors à Londres, non loin du palais de Westminster en 1868. En journée, pas de problème, un bras mécanique s’acquittait de cette charge. Mais la nuit, c’est un agent de police qui intervertissait les deux couleurs avec une lanterne de gaz. Moins d’un mois après le début de l’expérience, le gaz explosa et le policier fut gravement blessé.

Pour la petite anecdote, zoom sur la Chine alors en pleine Révolution culturelle. Le rouge communiste, associé à l’idée de progrès, ne doit alors pas s’apparenter à un arrêt. On tente alors des inversions de couleurs, mais face au désordre (pour rester poli) occasionné, le rouge reprendra vite sa valeur initiale.

http://www.begeek.fr/