Une Américaine perd ses membres après avoir été léchée par un de ses chiens


Vraiment très rare, mais grave. Une Américaine a subi des amputations de ses membres après que ces chiens on lécher une plaie. Elle fut dans un état lamentable et elle a du être mit dans le coma.
Nuage


Une Américaine perd ses membres après avoir été léchée par un de ses chiens


Un berger allemand, via Pixabay. 

Un berger allemand, via Pixabay.

Repéré par Christophe-Cécil Garnier

Repéré sur The Independent

Elle a eu une réaction très rare.


Marie Trainer s’était faite une égratignure au bras en mai. Rien de grave a priori. Sauf qu’elle a commencé à se sentir malade peu après. Alors qu’elle pensait avoir une grippe, sa température a augmenté de manière alarmante, et elle a été transportée à l’hôpital. Les médecins ont découvert qu’elle avait développé un sepsis – un syndrome d’infection générale et grave de l’organisme par des agents pathogènes – et qu’elle souffrait d’insuffisance hépatique et rénale.

La femme de 54 ans, originaire de l’Ohio, ne cessait de s’évanouir et se plaignait de «douleurs atroces aux mains et aux jambes», raconte The Independent.

Comme elle était incapable de respirer, elle a été placée sous assistance respiratoire et mise dans le coma. Sauf qu’en quelques heures, elle a commencé à souffrir de gangrène et de nécrose au niveau des jambes et des mains

«Il y avait de nouveaux symptômes qui s’aggravaient très rapidement», a déclaré Gina Premier, sa belle-fille qui est infirmière praticienne à l’hôpital.

Des analyses de sang de Marie Trainer ont montré que l’infection venait d’une bactérie nommée capnocytophaga canimorsus, que l’on retrouve couramment dans la salive des chiens. Les médecins pensent qu’un de ses chiens a léché la fameuse plaie qu’elle avait et que ça a causé cette réaction. Selon le média anglais, une réaction aussi grave n’a de «chance» de se produire qu’une fois sur un million lorsqu’une plaie entre en contact avec la salive d’un chien.

Pour lui sauver la vie, les chirurgiens ont dû retirer les membres de la quinquagénaire, alors qu’elle développait une gangrène dans son coma.

«L’organisme peut amener le système immunitaire à faire des choses horribles», a déclaré la docteure Margaret Kobe, directrice médicale des maladies infectieuses à l’hôpital Aultman à Fox 8. Marie

Trainer s’est donc réveillée amputée des mains et des jambes. Une campagne de collecte de fonds en ligne pour l’aider dans cette dure épreuve a collecté plus de 16.000 euros.

http://www.slate.fr/

Les États-Unis face à la «menace» du «terrorisme blanc»


Les États-Unis sont très forts pour parler de terrorisme venant des étrangers et pourtant le terrorisme viens de leur propre pays. Ces tueries de masse sont faites par des blancs nés aux USA. Deux tueries en 2 jours aux États-Unis, cela fait présentement 531 personnes tuées et 2066 blessées en 2019 et l’année n’est pas terminée. Leurs motifs haineux sont par l’origine, la religion, ou encore l’orientation sexuelle des victimes. Et avec l’entêtement des Américains à chérir le droit des armes et de Donald Trump qui prône la haine des immigrés cela n’arrange sûrement pas la baisse du terroriste fait par des Américains.
Nuage


Les États-Unis face à la «menace» du «terrorisme blanc»


CHARLOTTE PLANTIVE
Agence France-Presse
Washington

Plusieurs voix se sont élevées dimanche aux États-Unis, au lendemain de deux tueries sanglantes, pour appeler les autorités à prendre la mesure de la « menace » que représente le « terrorisme blanc », les démocrates accusant Donald Trump de l’alimenter avec ses discours incendiaires.

« Il est clair que les vies perdues à Charleston, San Diego, Pittsburgh et, vraisemblablement désormais aussi à El Paso, sont les conséquences d’un terrorisme nationaliste blanc », a estimé un candidat à la primaire démocrate, Pete Buttigieg, en référence à des attaques menées dans une église noire, deux synagogues et à celle de samedi dans un centre commercial du Texas.

El Paso, située sur la frontière mexicaine, abrite une population à 85 % hispanique. Le tireur, un homme blanc de 21 ans, était venu de la banlieue de Dallas, à neuf heures de route, pour semer le carnage à une heure de grande affluence.

Armé d’un fusil d’assaut, il a tué 20 personnes et fait 26 blessés avant de se rendre à la police, qui soupçonne un motif raciste.

Un manifeste, attribué au tireur et circulant sur l’internet, dénonce notamment « une invasion hispanique du Texas » et fait référence à la tuerie commise par un suprémaciste blanc dans des mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande (51 morts, le 15 mars).

Treize heures plus tard, un autre homme a semé la terreur dans un quartier animé de Dayton, dans l’Ohio, faisant 9 morts en moins d’une minute. Selon un témoin, c’était aussi un homme blanc.

« Diabolique »

« On a ici deux facteurs qui se combinent », a poursuivi Pete Buttigieg sur Fox News : « D’un côté la faiblesse des politiques de régulation du marché des armes, et de l’autre la hausse d’un terrorisme domestique inspiré par le nationalisme blanc. »

« On ne pourra pas protéger les États-Unis de cette menace si on n’est pas prêt à la nommer », a poursuivi le jeune maire de South Bend (Indiana). « L’administration doit arrêter de prétendre que c’est juste du hasard et qu’on ne peut rien faire. »

Le président Trump a qualifié la fusillade d’El Paso d’« acte de lâcheté », sans s’étendre sur les motifs présumés du suspect. Et le maire républicain d’El Paso a réduit la tragédie dans sa ville à l’acte d’un « homme dérangé, purement diabolique ».

Mais, même pour certains républicains, cette explication ne suffit plus.

« La lutte contre le terrorisme est déjà une priorité, je pense qu’elle devrait inclure de s’opposer avec fermeté au terrorisme blanc », a tweeté George P. Bush, le neveu de l’ancien président George W. Bush élu à un poste de responsable au Texas. « C’est une menace réelle et actuelle que nous devons dénoncer et faire disparaître », a-t-il poursuivi.

« Identité blanche »

En 2017 et 2018, selon le centre d’analyse New America, les violences d’extrême droite ont fait plus de victimes aux États-Unis que les attaques djihadistes.

Pourtant les autorités ont tardé à réagir, selon Robert McKenzie, de ce centre de réflexion.

 « Même sous le gouvernement du démocrate Barack Obama, les services de renseignements ont souvent ignoré les menaces d’extrême droite pour des raisons politiques », a-t-il écrit en début d’année.

Ce qui a changé depuis l’élection de Donald Trump en 2016, c’est le ton du débat public.

Le président a repris à son compte l’idée d’une « invasion » de migrants, a refusé de condamner les manifestations d’extrême droite à Charlottesville en août 2017, et a récemment appelé des parlementaires de l’opposition issues des minorités à « retourner » dans leur pays.

« Le président en personne promeut le racisme et la suprématie blanche », a accusé dimanche une autre candidate à la primaire démocrate, Elizabeth Warren.

Un de ses rivaux, Beto O’Rourke, est même allé plus loin, en assurant que Donald Trump « encourage non seulement la rhétorique raciste mais aussi la violence qui suit ».

« Ça ne vient pas seulement de lui », a-t-il toutefois noté, en fustigeant également la chaîne Fox News, la propagande raciste qui circule sur l’internet et « une plus grande tolérance envers le racisme » chez ses concitoyens.

https://www.lapresse.ca/

Un fast-food lance une carotte à base de viande pour trol­ler les végans


Bah, si cela peut amuser la clientèle pourquoi pas. De toute manière dans les fast-food, que la nourriture soit à base de viande ou de plante, ce n’est pas le meilleur endroit pour avoir une alimentation saine.
Nuage


Un fast-food lance une carotte à base de viande pour trol­ler les végans

Crédits : Arby’s / Youtube

par  Suzanne Jovet

Agacée par les « steaks » de plante déve­lop­pés par des entre­prises comme Impos­sible Foods et Beyond Meat, la chaîne de restau­ra­tion rapide améri­caine Arby’s a présenté le 26 juin une carotte faite entiè­re­ment à base de viande de dinde, rapporte Vice. Une réponse d’un goût pour le moins douteux.

Alors que les alter­na­tives végé­ta­riennes ou végé­ta­liennes gagnent du terrain dans la restau­ra­tion rapide, Alby’s a décidé d’al­ler à l’en­contre de cette nouvelle forme de burgers pour lesquels aucun animal n’est mort. La chaîne de sand­wichs a conçu la « Marrot », une saucisse de dinde en forme de carotte.

« S’ils peuvent fabriquer de la viande à base de légumes, nous pouvons fabriquer des légumes à base de viande », annonce la marque dans son spot publi­ci­taire.


Alby’s est une chaîne de fast-food fondée en 1964 dans l’Ohio. L’en­seigne est notam­ment connue pour ses sand­wichs où s’en­tassent d’in­nom­brables couches de viandes.

« Les chances pour que nous servions des plats à base de plantes dans nos restau­rants, main­te­nant ou à l’ave­nir, sont abso­lu­ment nulles », a déclaré le direc­teur de l’en­seigne.

La marque prétend que la Marrot présente la même valeur nutri­tion­nelle qu’une véri­table carotte.

En France, depuis le mois de mai 2018, les alter­na­tives végé­ta­liennes à la viande n’ont plus le droit de s’ap­pe­ler « steak » ou « saucisse », des mots quali­fiants les produits à base de viande animale.

Pour autant, Goliath n’a pas eu chez nous l’iné­lé­gance de trol­ler David. Car si les alter­na­tives à base de plantes sont en plein essor, l’in­dus­trie de la viande animale et ses abat­toirs ont encore de beaux jours devant eux.

Source : Vice

https://www.ulyces.co/

500 tornades en 30 jours aux États-Unis: pourquoi?


En 30 jours, 500 tornades se sont abattues aux États-Unis. Il semble que les contrastes de température entre le nord et le sud donne des courants-jets exceptionnellement forts qui engendre des supercellules qui forment les tornades.
Nuage


500 tornades en 30 jours aux États-Unis: pourquoi?


Au cours des 30 derniers jours, 500 tornades ont frappé le territoire américain, selon le US Storm Prediction Center. Certains états n’ont eu aucun répit et ont été ravagés 14 jours de suite.

Déborah Laurent

Au moins sept tornades ont tué des gens au cours des derniers jours. Les tornades ont surtout touché l’Idaho, le Colorado, le Texas, l’Oklahoma, le Kansas, le Missouri, l’Ohio, l’Indiana et la Pennsylvanie.

Même s’il n’est pas rare de voir des tornades se former plusieurs jours de suite, leur nombre est remarquable cette année. Plusieurs facteurs expliquent cette épidémie de tornades. Une tornade est une colonne d’air en rotation rapide qui s’étend des nuages jusqu’au sol. Les tornades sont alimentées ici par l’air chaud et humide provenant du golfe du Mexique, à l’est des Rocky Mountains.

Embedded video


Si en Floride, l’énergie contenue dans cette humidité se dissipe sous forme d’orages fréquents mais faibles, elle s’accumule dans le centre des Etats-Unis. 

En mars et avril, il existe un gradient de température entre les régions les plus froides du nord des États-Unis et les régions les plus chaudes, au Sud. Ce gradient s’affaiblit normalement à la fin du mois de mai, à mesure que le nord du pays se réchauffe.

Mais si le climat reste très contrasté, comme ce fut le cas cette année, ça génère des courants-jets exceptionnellement forts. Ces courants-jets jouent un rôle déterminant dans la création des supercellules, responsables des tornades.

https://www.7sur7.be/

Un Américain blessé par son arme cachée dans le four de sa cuisine


Vouloir caché une arme à feu en présence d’enfant est une bonne chose, mais le cacher dans un four, c’est carrément irresponsable. En plus, des armes à la maison ne sont pas nécessairement plus sécuritaire, car il est prouvé qu’il y a 3 fois plus d’homicides avec des armes que sans armes .. C’est logique !
Nuage

 

Un Américain blessé par son arme cachée dans le four de sa cuisine

 

Un Américain a été gravement blessé par balle après avoir caché son arme à feu dans le four de sa cuisine, que sa compagne a allumé en ignorant la présence de l’engin, a rapporté un journal de l’Ohio.

Robin Garlock, habitant la ville de Warren, a eu l’idée de dissimuler son revolver dans l’appareil à cuisson car il attendait la visite d’enfants, a expliqué lundi le policier Wayne Mackey au quotidien The Vindicator.

Plus tard, sa compagne a décidé de cuisiner, et a actionné le thermostat du four, a relaté le journal.

Sous l’effet de la chaleur, l’arme à détoné une première fois. M. Garlock s’est alors précipité pour récupérer l’arme brûlante, dont les munitions ont explosé.

L’homme de 44 ans a été blessé aux épaules par deux balles ou deux éclats de balle.

« C’était trop chaud. L’arme a fait une rotation en explosant », a expliqué l’agent Mackey.

Contrairement à l’idée souvent avancée aux Etats-Unis qu’une arme servirait à défendre la vie de son détenteur, il est prouvé que le risque d’homicide est trois fois plus élevé dans les foyers avec une arme que dans les foyers sans.

     Washington (AFP) –          © 2018 AFP

http://www.lepoint.fr/

Une étudiante américaine pose avec un fusil d’assaut pour sa cérémonie de diplôme


C’est triste de voir la jeunesse qui grandit avec une mentalité pareille. Comme si des armes étaient LA solution. Pourtant, il y a plus de fusillades dans les écoles aux États-Unis que partout ailleurs en Occident. Même si elle renie les accusations de privilèges blancs, si cela aurait été une personne noire, il est plus que probable que les autorités auraient réagit
Nuage

 

Une étudiante américaine pose avec un fusil d’assaut pour sa cérémonie de diplôme

 

Capture d’écran du compte Twitter de Kaitlin Marie | @KaitMarieox

Repéré par Claire Levenson

Repéré sur Washington Post

Cette jeune conservatrice de 22 ans voulait protester contre une mesure en vigueur sur son campus, dans l’Ohio.

Comme des milliers de jeunes Américains et Américaines, Kaitlin Bennett a immortalisé l’obtention de son diplôme universitaire avec quelques photos. Pour faire passer un message qui lui tenait à coeur, elle a choisi de personnaliser sa tenue avec un fusil d’assaut AR 10, une arme semi-automatique utilisée pendant la guerre du Vietnam et la guerre civile soudanaise. Quant à son chapeau de diplômée, elle l’a décoré avec un dessin de fusil et un défi lancé aux autorités: «Viens me le prendre».

Elle a posté la photo sur Twitter, et elle est vite devenue virale. Depuis plusieurs années, Bennett se bat pour que les étudiants, étudiantes et le personnel de l’université Kent State soient autorisés à porter des armes sur le campus. Elle explique sur Twitter:

«Maintenant que je suis diplômée de @KentState, je peux enfin venir armée sur le campus. J’aurais dû pouvoir le faire en tant qu’étudiante – particulièrement parce que quatre étudiants non armés ont été tués par le gouvernement sur ce campus.»

View image on Twitter

Elle fait référence à la fusillade qui a eu lieu en mai 1970 à Kent State, lorsque la garde nationale a ouvert le feu et tué quatre manifestants anti-Vietnam non violents.

Il y a quelques semaines, elle avait invité des propriétaires d’armes à feu à venir armé sur le campus (la loi de l’État autorise les personnes armées dans les parties extérieures du campus, mais l’université interdit le port d’arme pour les étudiants et le personnel). Ce n’est pas le cas de l’Ohio, mais de nombreux États américains autorisent le port d’armes dans les universités.

Un privilège blanc?

Plusieurs militants anti-armes ont noté sur Twitter que si Bennett n’avait pas été une jeune femme blanche, son arme aurait probablement posé problème. En effet, dans le même État de l’Ohio, Tamir Rice et John Crawford, tous les deux Afro-Américains, ont été tués par la police parce qu’ils portaient de faux pistolets.

«Tu es toujours vivante…même pas arrêtée – après avoir amené un fusil semi-automatique à l’école. C’est le privilège blanc», a écrit Shannon Watts, la directrice de Moms Demand Action, une association pour le contrôle des armes.

Bennett n’a pas apprécié la référence au «privilège blanc»et lors de son passage sur Fox & Friends, l’émission préférée du président Donald Trump, elle a crié au racisme anti-blanc.

Bennett dit avoir reçu des menaces de mort, mais aussi plusieurs demandes en mariage et une offre d’emploi. Elle a répondu aux demandes en mariage en postant une photo de son petit-ami, également armé d’un fusil automatique.

View image on Twitter

http://www.slate.fr/

Les mystérieux ratons laveurs "zombies" de l’Ohio


Les ratons-laveurs sont des animaux nocturnes, mais en Ohio aux États-Unis, les ratons-laveurs sont étranges, les habitant disent qu’ils sont zombies par leur comportement. Il semble qu’ils soient atteints de la maladie du Carré, une maladie contagieuse pour les canidés et autres animaux.
Nuage

 

Les mystérieux ratons laveurs « zombies » de l’Ohio

 

  • Les mystérieux ratons laveurs

    Les mystérieux ratons laveurs « zombies » de l’Ohio © AFP / JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

    Les ratons laveurs sont normalement des créatures nocturnes et craintives, se déplaçant à quatre pattes. Sauf dans l’Etat américain de l’Ohio, où certains se comportent de façon étrange et menaçante, debout en plein jour, selon la police locale.

    Ces deux dernières semaines, les agents de la ville de Youngstown ont répondu à une quinzaine d’appels d’habitants signalant des ratons laveurs ressemblant à des « zombies », ainsi que l’a rapporté la chaîne locale WKBN.

    Ces témoignages s’accordent à décrire des mammifères adoptant une posture agressive, semblant avoir perdu leur peur des êtres humains. Ni le bruit ni les mouvements ne les font s’écarter.

    Ancien banquier s’adonnant à la photographie naturaliste, Robert Coggeshall a ainsi constaté juste devant sa maison le « comportement extrêmement bizarre » d’un raton laveur, qui a interrompu un moment de jeu qu’il partageait avec ses chiens.

    « Il s’est dressé sur ses pattes de derrière, je n’avais vu auparavant un raton laveur agir ainsi, il montrait ses crocs, puis il est tombé en arrière dans un état quasi-comateux », a-t-il relaté à WKBN.

    Une photo qu’il a prise de l’animal, debout, salivant et les babines retroussées sur ses longues canines, est devenue virale sur internet. Le retraité a été contacté des quatre coins des Etats-Unis.

    Après avoir mis ses chiens à l’abri à l’intérieur, M. Coggeshall a tenté de chasser le raton laveur, en vain.

    « Il marchait là et n’arrêtait pas faire la même chose: se mettre sur ses pattes de derrière et montrer ses crocs ».

    L’animal a finalement été euthanasié, ainsi que d’autres dans les environs.

    Les autorités chargées de la protection de l’environnement de l’Ohio ont écarté a priori l’hypothèse d’une épizootie locale de rage, en pensant plutôt à la maladie de Carré. Cette pathologie virale contagieuse affecte habituellement les canidés mais peut se propager à d’autres bêtes carnivores.

    Washington (AFP) –  

    Note

    La maladie du Carré : Elle affecte habituellement les canidés (loup, chien, renard), certains mustelidés (vison, furet), et peut toucher de nombreux autres carnivores terrestres et marins (phoque)

    http://www.lepoint.fr