La fin d’un mythe: le personnage du "Cri" de Munch… ne crie pas


Le British Museum donne une interprétation d’une célèbre oeuvre d’art de Munch. Pour se faire, ils se baser sur une inscription du peintre lors d’un évènement qui l’a marqué à Oslo en 1892 . « J’ai senti le grand cri de la nature ». Je trouve leur interprétation très convaincante. Quoi qu’il en soit, aujourd’hui, la nature cri sûrement encore plus fort et nous devrions être comme le personnage de cette oeuvre : être rempli d’effroi
Nuage

 

La fin d’un mythe: le personnage du « Cri » de Munch… ne crie pas

 

© photo news.

Le British Museum propose une nouvelle interprétation du célèbre tableau.

« Le Cri », du peintre norvégien Edvard Munch, est l’un des tableaux les plus connus au monde. Mais si vous pensiez avoir tout compris de la signification de cette œuvre, vous pourriez vous tromper… D’après le British Museum, et contrairement à la croyance populaire, le personnage central ne crie pas, mais serait plutôt effrayé par un hurlement poussé au loin. Une version qui explique notamment pourquoi il se couvre les oreilles et a l’air si effrayé.

Le musée exposera prochainement une copie en noir et blanc du tableau qui appuie cette interprétation.

« Cette version rare du « Cri » que nous exposerons montre clairement que l’œuvre la plus célèbre de Munch représente une personne entendant un cri et non pas, comme beaucoup de gens continuent à le supposer et à en débattre, une personne hurlant », a déclaré Giulia Bartrum, la commissaire de l’exposition.

Cri réel ou imaginaire?

La lithographie, contrairement à l’œuvre colorée, comporte en effet une inscription de Munch qui dit:

« J’ai senti le grand cri de la nature ».

 Cette phrase fait référence à l’événement qui lui a inspiré cette peinture. L’artiste se baladait près d’un fjord surplombant Oslo en 1892 lorsque le ciel est soudainement devenu rouge sang ; un événement qui l’a profondément marqué.

« Il a essayé de capturer une émotion ou un moment dans le temps. Grâce à cette inscription, nous savons ce qu’il a ressenti », a ajouté Giulia Bartrum. « Les gens pensent que c’est une personne qui crie, mais ce n’est pas ce qui se passe. C’est un homme qui entend un cri, qu’il soit dans sa tête ou non. Il sent la nature hurler tout autour de lui ».

https://www.7sur7.be/

Un jeune artiste de 8 ans peint surtout avec ses doigts


Rodrigo Mendes, un jeu artiste brésilien s’est fait connaitre dans le monde alors qu’il n’a que 8 ans grâce à une émission de télé. Il a déjà plus de 200 oeuvres à son actif et se vendent très bien. Grâce à l’argent amasser, il veut payer ses frais de scolarité jusqu’à l’université
Nuage

 

Un jeune artiste de 8 ans peint surtout avec ses doigts

Le Saviez-Vous ► 11 secrets sur les peintres et leurs chefs-d’oeuvre


Un aperçu de quelques points inédits des peintres ou de leurs tableaux.
Nuage

 

11 secrets sur les peintres et leurs chefs-d’oeuvre

 

Les mystères de La Création d’Adam

Plusieurs hypothèses existent autour de La Création d’Adam, cette fresque qui représente la création de l’homme par Dieu sur le plafond de la chapelle Sixtine. Ainsi, certains chercheurs estiment que Michel Ange a voulu représenter la coupe anatomique d’un cerveau humain, ou encore montrer un utérus et un cordon ombilical, ce qui renforcerait encore un peu plus l’idée de naissance proposée par la fresque.

Quelle fierté !

La Pietà est la seule oeuvre signée par Michel Ange. Il en était tellement fier qu’il a apposé sa signature sur un bandereau situé sur la poitrine de la Vierge. Chose amusante à signaler dans cette oeuvre sculptée dans un seul bloc de marbre : si les personnages se mettaient debout, Marie serait plus grande que son fils. Jeu de perspective ou véritable volonté artistique, le mystère reste entier.

Léonard pas si prolixe

Léonard de Vinci n’a peint que très peu de peintures tout au long de sa carrière. Aujourd’hui, on n’en connaît qu’une petite vingtaine.

Quand le radeau sombre

Le célèbre tableau Le Radeau de la Méduse, peint par Géricault, est en train de disparaître. En effet, sous l’effet de l’oxydation du plomb utilisé dans la peinture, la toile noircit de plus en plus…

À l’envers, à l’endroit

Le tableau La Bateau d’Henri Matisse a été exposé dans le mauvais sens pendant plus de quarante-cinq jours lors d’une exposition en 1961. Aussi incroyable que cela puisse paraître, personne ne s’en est rendu compte.

Picasso a été accusé du vol de La Joconde en 1911.

Juste une petite touche

Pierre Bonnard, peintre de la fin du XIXe siècle et du début du XXe, avait une drôle d’habitude. En effet, une fois que ses toiles étaient achetées par des particuliers ou exposées dans des musées, il n’hésitait pas à venir les retoucher pinceau à la main. Le peintre a même donné naissance à une expression, « bonnardiser », qui signifie retoucher une oeuvre après l’avoir terminée.

Épilation définitive

Au départ, la Joconde avait bien des cils et des sourcils. Ils ont en fait disparu au fil du temps, sous l’effet du vieillissement de la peinture à huile.

Le tout premier

En 1961, Georges Braque fut le tout premier artiste à avoir été exposé au musée du Louvre de son vivant.

« La faute à Voltaire »

Contrairement à ce que vous pourriez penser, le tableau La liberté guidant le peuple de Delacroix ne représente pas une scène de la Révolution française de 1789, mais de la révolution de Juillet, en 1830, connue sous le nom des « Trois Glorieuses ».

Le Prénom

Le célèbre peintre néerlandais Rembrandt s’appelle en fait Rembrandt van Rijn. Rambrandt n’est donc pas son nom, mais son prénom.

http://www.lepoint.fr/

Record pour une araignée de Louise Bourgeois aux enchères


Je peux concevoir qu’un artiste puisse vivre de ses oeuvres, et que ce n’est pas toujours facile de se faire reconnaitre, mais quand c’est rendu à des montants aussi exorbitant, je suis un troublé par les priorités de ces personnes
Nuage

 

Record pour une araignée de Louise Bourgeois aux enchères

 

Le montant atteint mardi pour la Spider est le plus... (ARCHIVES REUTERS)

Le montant atteint mardi pour la Spider est le plus élevé jamais vu pour une sculptrice.

Agence France-Presse
New York

Une araignée géante en bronze, intitulée Spider, de Louise Bourgeois, a été vendue mardi pour 28,165 millions de dollars lors d’enchères à New York, soit près du triple de l’ancien record pour une oeuvre de l’artiste franco-américaine.

L’ancien record, 10,7 millions de dollars, avait été établi en 2011 par une autre version de la fameuse araignée.

Celle vendue mardi par la maison Christie’s avait été conçue en 1996 et réalisée en 1997 par l’artiste, décédée en 2010 à 98 ans.

Louise Bourgeois avait décrit l’araignée comme une «ode à (sa) mère», qui était responsable d’un atelier de restauration de tapisseries.

«Comme les araignées, ma mère était très intelligente. Les araignées sont une présence amicale qui mange les moustiques», expliquait-elle.

Son travail aura ainsi notamment été orienté vers la figuration de l’inconscient.

Louise Bourgeois aura dû attendre les dernières années de sa vie pour que son travail soit largement reconnu et que sa cote grimpe en flèche.

Le montant atteint mardi par la Spider est le plus élevé jamais vu pour une sculptrice.

The Brigadier de Lucian Freud.... (PHOTO AP) - image 2.0

The Brigadier de Lucian Freud.

PHOTO AP

Lors de ces enchères, des records ont également été battus pour six autres artistes. Parmi eux, l’Italien Lucio Fontana, dont le Concetto spaziale, La fine di Dio a été adjugé à 29,173 millions de dollars. Il s’agit d’une toile jaune en forme d’oeuf, trouée en plusieurs endroits.

La soirée a également vu un tableau du peintre germano-britannique Lucian Freud, The Brigadier, atteindre 34,885 millions de dollars. Il s’agit d’un portrait d’Andrew Parker Bowles, ancien époux de Camilla Parker Bowles, duchesse de Cornouailles et actuelle épouse du prince Charles.

Le tableau le plus cher de la soirée est une oeuvre d’Andy Warhol, Four Marylins, représentant quatre portraits de l’actrice américaine Marylin Monroe, qui a été adjugée à 36 millions de dollars.

Les enchères d’automne se poursuivent jusqu’à jeudi. Lundi, une toile de Modigliani, Nu Couché, a frôlé le record établi en mai par Les femmes d’Alger de Picasso, à 170,4 millions de dollars contre 179,4 millions pour l’oeuvre du maître espagnol.

http://www.lapresse.ca/

L’oeuvre «My bed» de Tracey Emin vendue pour 4 millions de dollars


Si cela est une oeuvre artistique, alors je ne connais rien en art. On a juste a dire que c’est artistique pour que les gens s’emballe. 4 millions de dollars, c’est effrayant dépenser autant pour un truc de ce genre
Nuage

 

L’oeuvre «My bed» de Tracey Emin vendue pour 4 millions de dollars

 

L’oeuvre controversée « My Bed » de l’artiste britannique Tracey Emin a été vendue aux enchères pour 4 millions de dollars mardi à Londres, a annoncé Christie’s.

Créée en 1998, l’installation, présentant le lit défait de l’artiste entouré de mégots, préservatifs usagés, bouteilles de vodka et test de grossesse, avait fait scandale lors de son exposition l’année suivante à la Tate Gallery à Londres, quand elle avait été retenue parmi les finalistes du prestigieux Prix Turner.

Le lit aux draps tachés est celui dans lequel l’artiste a passé plusieurs jours à un moment de dépression sur fond de rupture sentimentale.

Vendu par le collectionneur Charles Saatchi, qui l’avait acheté pour 260 000$ en 2000, il était estimé entre 1,5 et 2,2 millions de dollars.

Tracey Emin était dans la salle mardi au moment de la vente, conclue sous un tonnerre d’applaudissements.

« Je suis triste car je ne sais pas où il va partir. C’est un peu effrayant. Ce lit me tient à coeur. Je l’aime vraiment », a-t-elle déclaré dans une interview à la BBC en amont de la vente.

Agée de 51 ans, l’artiste, associée au groupe des Young British Artists (Jeunes artistes britanniques), qui ont émergé au début des années 1990 à Londres, est célèbre pour ses oeuvres exposant les détails les plus intimes de sa vie.

Comme la tente (« Everyone I have ever slept with » 1963-1995) sur laquelle étaient inscrits les noms de ses anciens amants, oeuvre qui a été détruite dans un incendie en 2004.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

La nuit


La nuit a toujours eu un petit quelque chose de magique, surtout quand cette grande voute céleste offrent ses étoiles en guise de présent. Les contempler c’est de s’apercevoir notre petitesse devant l’infini
Nuage

La nuit

Jour nuit qui chevauchent le temps
Jouant à cache-cache au fil des ans
Laissant tour à tour le soleil et la lune
Trôner dans ce grand ciel trouver fortune


Dans ce firmament aux millions d’étoiles
Ce peintre à su coloré sur sa toile
Des sentiments d’espoirs qui jaillissent d’un seul regard
Mêlé d’émotion devant cette oeuvre qui n’est point hasard


De cette lune, qui dévoile ses milles promesses
Laissant l’esprit bercé de tendresse
L’âme solitaire trouve refuge
Dans l’obscurité égayer de lumières en déluge


Oh! Toi la nuit qui fait naître tant de poésie
Déclarant amour, prédisant avenir comme par magie
Abreuvant de mots pour avouer toutes passions
Afin que mon coeur trouve asile, en pleine rémission…….

Rachel Hubert (Nuage)
1 er Septembre 2001

Vie nouvelle


A cette époque, je me souviens des hauts et des bas, mais heureusement ayant un tempérament positif malgré certains poèmes, il y a toujours eu une porte qui demandait qu’être ouverte
Nuage

Vie nouvelle

Vie d’hier oubliée dans les abîmes
Vie d’aujourd’hui s’ouvre un espoir ultime
Tant d’images se dessinent dans mon coeur
Tant de sentiments s’installent à mon âme sur l’heure

Nulle n’envie de retourner dans cette tour, cette prison
Tellement de faux bonheurs n’étaient que trahison
Où la nuit noire décriait à mon coeur désabusé
Mon esprit s’échappe pour trouver un refuge, une sérénité

Par les vagues d’espérance, je me laisse bercer doucement
A la quête intérieure d’un apaisement
Ce présent en moi ébauche une saveur recherchée
Un arôme de liberté que nul ne peut extirper

Vie de demain, présage de bonheur inexprimable
De l’oeuvre qui se trace sur ma route sans fable
Vie du futur, qui ne sera point ténèbres
Car cette lumière me fait quitter enfin les ombres

Rachel Hubert (Nuage)
22 juillet 2001

Impôts ► Un batteur à oeufs de 75 000$


Je sais que les gouts ne se discutent pas mais quand même, je trouve qu’on peut faire n’importe quoi en prétextant que c’est de l’art, mais ce qui est plus frustrant c’est l’argent allouer a cette mascarade alors qu’il y a des besoins beaucoup plus criants qu’un batteur a oeuf en sculpture qui ne sert strictement a rien ..
Nuage

 

Impôts  ► Un batteur à oeufs de 75 000$

Impôts - Un batteur à oeufs de 75 000$

L’oeuvre intitulée Mélangez le tout qui est sur le point d’être complétée derrière le Centre Jean-Claude Malépart va coûter près de 75 000$ aux contribuables montréalais.

© Mélanie Colleu/Agence QMI

MONTRÉAL – La collection en art public de la Ville de Montréal ne cesse de s’agrandir. Dernière acquisition: un batteur à œufs géant d’une valeur approchant 75 000$.

L’œuvre, intitulée Mélangez le tout, est en cours d’installation derrière le Centre Jean-Claude Malépart, dans l’arrondissement de Ville-Marie. L’instrument de cuisine de près de cinq mètres de hauteur se dresse devant l’une des entrées du complexe de loisirs sportifs, culturels et communautaires.

Les deux artistes québécois, Jean-François Cooke et Pierre Sasseville, ont remporté cet automne un concours organisé par le bureau d’art public de Montréal qui cherchait un projet artistique reflétant le caractère multidisciplinaire du centre.

« Ce mélangeur nous a séduits, car il renvoie aux nombreuses activités que propose le complexe Jean-Claude Malépart, mais également à la diversité de la population qu’il attire. C’est un objet étonnant », a estimé Francyne Lord, chef de section au bureau d’art public à la Ville de Montréal.

« Il a effectivement une forme particulière, mais comme Philadelphie a son épingle à linge, Paris sa bicyclette ensevelie ou Barcelone son carton d’allumettes, Montréal a maintenant son batteur à œufs », a-t-elle ajouté.

Un budget en expansion

Le budget consacré à l’art public à Montréal est en hausse depuis quelques années, selon Mme Lord.

« L’augmentation des constructions de grands équipements sur l’île de Montréal nous donne accès à des fonds supplémentaires pour commander des œuvres », a-t-elle expliqué.

La loi oblige entre autres les constructeurs d’édifices publics à consacrer 1 % de leur budget à la création d’une œuvre d’art public permanente.

Actuellement, la Ville de Montréal est propriétaire de 307 œuvres. Le plus petit projet a coûté 24 000 $ et le plus coûteux, place Émilie Gamelin, près de 375 000 $. La majorité de ces œuvres sont exposées dans l’espace public (parc, place, rue), tandis que les autres sont intégrées dans l’architecture (verrières, murales, etc.).

Le saviez-vous?

Réévaluée en 2002, la sculpture L’Homme d’Alexandre Calder, installée au parc Jean-Drapeau, a été estimée à 52 millions $ US. C’est l’œuvre la plus chère du Canada.

http://fr.canoe.ca