Objets perdus : nous gaspillons deux mois de notre vie à les chercher


Je crois que si nous faisons la même étude au Québec, je présume que les résultats seraient similaires. Personnellement, depuis plusieurs années, les seules fois que j’ai perdues du temps à chercher quelque chose, c’est que je ne l’ai pas mis à la place habituelle ne fut que pour quelques instants et donc, cela ne m’arrive pas trop souvent
Nuage

 

Objets perdus : nous gaspillons deux mois de notre vie à les chercher

 

Pas moins de 86% des Français déclarent avoir déjà perdu du temps à chercher leurs affaires.Photo : AIMO/LEHTIKUVA OY/SIPA

LAURENCE VALDÉS

TETE EN L’AIR Nous perdons entre 30 minutes et 2 heures 30 à essayer de retrouver les objets que nous essaimons un peu partout, selon une nouvelle étude Ipsos.

Téléphone, clés, lunettes, doudou, médicaments… la liste des objets qui peuvent cruellement nous faire défaut quand nous les avons égarés est longue. Et l’énergie dépensée à les retrouver est tout aussi démesurée.

En une vie, les Français passent en moyenne deux mois à essayer de mettre la main sur ces choses qui ne sont pas à leur place, selon une enquête Ipsos dévoilée ce jeudi 19 mars 2015 et commandée par Wistiki, une société française qui commercialise un porte-clé qui géolocalise les objets.

A l’échelle de la France, toutes ces minutes mises bout à bout équivalent à 1,2 milliard d’heures sur un année entière, soit 729.000 plein-temps. Si ce temps était passé à travailler, cela générerait tout de même 11,5 milliards d’euros de revenus (au smic).

Retard au travail, voyage raté

Quasiment personne n’est épargné. Pas moins de 86% des Français déclarent avoir déjà perdu du temps à chercher leurs affaires. Et 52% estiment passer entre une demi-heure et deux heures et demie par mois à essayer de les retrouver.

Il semblerait que les femmes soient plus tête en l’air que les hommes. Par exemple, 63% d’entre elles ont déjà passé du temps à chercher leur téléphone contre 59% de leurs homologues masculins. Elles sont aussi 21% à ne pas toujours savoir où est leur parapluie contre 15% chez ces messieurs.

Les conséquences sont fâcheuses : arriver en retard à un rendez-vous professionnel pour cause d’objet perdu (c’est arrivé à 12% des Français), faire attendre à un premier rendez-vous (17% des moins de 25 ans) ou carrément rater un voyage (4%). Rien d’étonnant donc à ce qu’une bonne moitié des Français estime que perdre des affaires est une source de stress.

http://www.metronews.fr/

Un chien préposé aux objets perdus chez KLM


Quelle belle initiative d’utiliser un chien dans les aéroports pour trouver les propriétaires d’objets oubliés. Une belle interaction avec l’animal et les passagers et le chien ne semble pas manqué d’exercice
Nuage

 

Un chien préposé aux objets perdus chez KLM

Un chien préposé aux objets perdus chez KLM

Un voyage commence bien mal lorsqu’on a oublié des effets personnels dans l’avion.

La compagnie aérienne KLM, basée à l’aéroport de Schiphol, à Amsterdam, a eu la bonne idée de formé un membre du personnel qui aurait pour tâche de réunir les effets perdus et leur propriétaire.

Mais cet employé est bien particulier: il se nomme Scherlock et se promène sur quatre pattes!

L’adorable beagle est tellement populaire auprès des passagers, que certains oublieraient intentionnellement des objets dans l’avion pour pouvoir interagir avec lui!

 

http://www.francoischarron.com

Un mouchard pour localiser ses clés, sa voiture ou son chat


Bon, peut-être pour les personnes qui ont tendance à égarer souvent leurs choses, cela pourrait être utile. Pour des personnes confuses, cela serait une bonne solution qui ne coûte pas une fortune et facile a mettre sur eux
Nuage

 

Un mouchard pour localiser ses clés, sa voiture ou son chat

 

Un mouchard pour localiser ses clés, sa voiture ou son chat

Le Wist permet aussi de suivre son animal de compagnie. Photo Wistiki

Wistiki se présente comme une nouvelle solution connectée pour retrouver ses objets perdus. Créée à l’origine pour pouvoir localiser à tout moment sa voiture, cette invention fonctionne tout aussi bien avec ses clés, son sac à main, un animal de compagnie ou n’importe quelle personne.

Le système se présente sous la forme d’une application et de petits accessoires connectés, à découvrir en septembre 2014.

Le wist est un petit accessoire design et léger à coller ou à accrocher à un objet de son choix afin de ne plus perdre sa trace. Il fonctionne avec la technologie Bluetooth Low Energy (BLE) et est ainsi constamment connecté à l’application Wistiki. Une fois le logiciel téléchargé sur son smartphone (disponible gratuitement à partir de septembre 2014), il devient possible de connaitre la localisation GPS précise de son (ses) wist(s), d’en connaitre la distance exacte ou encore de le(s) faire sonner. La pile de chaque wist est remplaçable et a une autonomie d’environ un an.

Les créateurs du projet, développé grâce au financement des internautes (via la plate-forme My Major Company), expliquent que cette solution s’adapte aussi bien aux objets qu’aux êtres humains, comme par exemple les personnes âgées atteintes de troubles de la mémoire ou les malades d’Alzheimer.

Les premières livraisons sont prévues à partir de septembre 2014. Les prix promettent d’être dégressifs selon le nombre de wists commandés, de 30 $ l’unité à 480 $ le lot de 20.

Une solution équivalente, signée de l’américain Tile, doit également être distribuée à l’automne 2014.

http://fr.canoe.ca/