Améliorer les soins aux patients grâce à la technologie


La technologie semble rentré par la grande porte dans les milieux hospitaliers. Cela sera probablement plus facile d’utiliser l’informatisation des dossiers médicaux… Mais comme tout changement, personnellement, je m’inquiète toujours si un jour nous aurons une panne majeur du système informatique, quelles seront les conséquences ainsi sur la confidentialité
Nuage

 

Améliorer les soins aux patients grâce à la technologie

 

PHOTO CAPTURE D’ÉCRAN/TVA NOUVELLES

MONTRÉAL – Un projet-pilote mené par l’Agence de la santé de Montréal permet au personnel traitant de suivre en temps réel l’état de santé de près d’un million de patients qui fréquentent six établissements de santé, dont trois hôpitaux du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM).

Le projet informatique a été baptisé Oacis (Open Architecture Clinical Information System). Pour les spécialistes de la santé, l’informatisation des dossiers des patients permet une économie de temps.

«Cela me permet, sans me déplacer en radiologie, de regarder l’image d’une radiographie des poumons et les notes peuvent apparaître, que ce soit des notes des infirmières ou des notes médicales. Contrairement au dossier papier, on peut être plusieurs cliniciens en même temps et utiliser les mêmes dossiers», a expliqué Luc Valiquette, urologue au CHUM.

À l’Hôpital général de Montréal, une dizaine d’infirmières participent aussi au projet. Elles utilisent un iPhone pour entrer leurs notes. Elles y inscrivent notamment tous les signes vitaux : la pression artérielle, la température, le rythme cardiaque. Les données sont plus précises qu’auparavant, réduisant ainsi les risques d’erreurs médicales.

«Avant ça, tout était écrit sur une feuille de papier puis ce n’était vraiment pas lisible», a expliqué Yawa Sordzi, infirmière à l’Hôpital général.

À l’Hôpital Notre-Dame, quelques médecins, dont l’orthopédiste Frédéric Lavoie, expérimentent les tablettes numériques, fonctionnant sous le même principe.

Tout le système converge vers un même lieu, dans une salle où se trouvent de 700 à 800 serveurs qui stockent les dossiers cliniques informatisés des patients de la région de Montréal, de même que les dossiers d’imageries de 11 régions du Québec.

Le projet devrait continuer de s’étendre dans toutes les institutions de la région de Montréal. Le même système sera aussi installé au Saguenay-Lac-Saint-Jean, dans Lanaudière, à Laval, et dans les Laurentides.

Le projet est évalué à 120 millions $ sur une période de 10 ans.

http://sante.canoe.ca