Armer des enseignants? Donald Trump persiste et signe


« Une école « sans armes » attire les méchants », Je sais, je reviens souvent sur le sujet des armes aux États-Unis depuis la tuerie de la Floride, mais je ne peux pas comprendre la mentalité des pro-armes que Donald Trump ne fait que dire des ânerie et celle-là est d’une idiotie incompréhensible«Une école « sans armes » attire les méchants ». Dans tout les pays développés, ce sont les États-Unis qui ont le plus de fusillades dans les écoles, un pays hyper armé. Comment au Canada, on a fait pour survivre sans arme dans nos écoles ou ailleurs d’autres pays ?
Nuage

Armer des enseignants? Donald Trump persiste et signe

 

Donald Trump a abordé la question des armes... (PHOTO AP)

 

Donald Trump a abordé la question des armes à feu avec des responsables fédéraux et régionaux lors d’un rendez-vous ouvert aux médias à la Maison-Blanche, jeudi.

PHOTO AP

JEROME CARTILLIER
Agence France-Presse
Washington

Le président américain Donald Trump a martelé jeudi sa conviction qu’armer certains enseignants permettrait de riposter face aux tireurs qui ciblent les écoles et aurait un effet dissuasif sur ces «lâches».

Dans une rafale matinale de tweets, le locataire de la Maison-Blanche a défendu cette mesure très controversée et catégoriquement rejetée par nombre d’élus du Congrès, démocrates comme républicains.

«Une école « sans armes » attire les méchants», a-t-il lâché, sans oublier de redire son soutien à la National Rifle Association (NRA) qui l’a soutenu sans réserve tout au long de sa campagne.

Peu après, le chef de ce puissant lobby des armes, Wayne LaPierre, a, dans un discours virulent dont il est coutumier, dénoncé la «politisation honteuse» de la tragédie de Floride, accusant ses détracteurs de vouloir «éradiquer toutes les libertés individuelles» en Amérique.

Après un échange poignant mercredi avec des rescapés de la fusillade qui a fait 17 morts il y une semaine dans une école secondaire de Floride, M. Trump devait rencontrer jeudi à la Maison-Blanche des élus locaux, parmi lesquels Christine Hunschofsky, mairesse démocrate de Parkland, ville meurtrie par ce carnage.

«Des enseignants/entraîneurs très bien formés et adeptes des armes résoudraient le problème instantanément avant que la police arrive. GRAND POUVOIR DE DISSUASION!» a-t-il écrit, affirmant que les fusillades duraient en moyenne «trois minutes» et qu’il fallait «cinq à huit minutes» à la police pour se rendre sur les lieux.

Reprenant son argument avancé la veille, il a estimé qu’environ 20% des enseignants, ceux ayant «une expérience militaire ou entraînement spécial» pourraient porter une arme de façon dissimulée, ce qui leur permettrait de «riposter immédiatement».

«Des enseignants bien formés serviraient aussi de dissuasion face aux lâches qui font ça. Beaucoup plus efficace à un coût bien moindre que des vigiles»,  a-t-il encore dit, évoquant pour la première fois l’argument économique

S’ils savent qu’une école a un «grand nombre d’enseignants très doués avec les armes (…) les lâches n’iront pas là-bas…problème réglé».

«Je ne pense pas que les enseignants doivent être armés. Je pense qu’ils doivent enseigner», a affirmé le shérif Scott Israel, qui est intervenu sur le lieu de la tuerie de Parkland.

«Formée comme une policière?» 

Pour le sénateur démocrate Richard Blumenthal, il s’agit d’une idée «abjecte» et «dangereuse» qui a été rejetée «avec force par l’ensemble de la communauté éducative»

Lors d’un débat organisé mercredi soir6 près de Miami par la chaîne CNN, de nombreuses voix se sont élevées pour mettre en garde contre un tel scénario.

«Vais-je devoir être formée comme une policière en plus d’éduquer ces enfants?» a demandé Ashley Kurth, une enseignante de l’école secondaire de Parkland où 17 personnes ont perdu la vie. «Vais-je devoir porter un gilet en kevlar?».

«Je ne pense pas que les enseignants doivent être armés. Je pense qu’ils doivent enseigner», a de son côté réagi le shérif Scott Israel, qui est intervenu sur le lieu du carnage perpétré il y a une semaine par un jeune homme de 19 ans qui avait acheté légalement son fusil semi-automatique.

Le sénateur républicain Marco Rubio a lui aussi fait entendre sa différence avec le président américain, affirmant être opposé à cette idée.

Dans sa séries de tweets, M. Trump a réaffirmé également qu’il était favorable à l’idée de relever de 18 à 21 ans l’âge auquel il est possible d’acheter une arme.

De nombreuses personnes ont souligné que Nikolas Cruz, le tueur de Floride, avait pu acquérir à 18 ans un fusil semi-automatique, alors qu’il faut avoir au moins 21 ans pour acheter de l’alcool aux États-Unis.

La NRA a immédiatement fait savoir son opposition à tout relèvement de l’âge légal pour acheter une arme, en estimant que cela reviendrait à «faire payer à des citoyens respectueux de la loi les actes malfaisants de criminels».

Les élèves de Stoneman Douglas, qui prévoient un grand rassemblement le 24 mars à Washington, reçoivent chaque jour des encouragements marqués de personnalités de premier plan.

Barack Obama, plutôt discret depuis son départ de la Maison-Blanche, leur a apporté jeudi matin un soutien appuyé.

«Quelle inspiration de voir une nouvelle fois tant d’élèves intelligents et courageux se battre pour leur droit à grandir en sécurité», a-t-il écrit sur Twitter. «Nous vous attendions. Et nous vous soutenons», a ajouté l’ancien président démocrate.

 

 

http://www.lapresse.ca/

On ne bullshit pas les ados!


Je suis d’accord avec l’auteur de ce billet que Donald Trump et NRA viennent de frapper un mur avec la porte-parole de la dernière tuerie en Floride. Quand j’ai vu aux nouvelles, cette adolescence Emma Gonzalez confrontée Donald Trump, (chapeau à cette jeune femme) je me suis dit qu’enfin les jeunes prennent les choses en main vue que les adultes ne font rien pour la sécurité des écoles. Elle parle crument avec force, et dénonce l’hypocrisie du gouvernement et  maintenant d’autres jeunes et adultes aux États-Unis s’unissent pour un contrôle des armes. L’argent ne pourra jamais acheter la mort de leur famille, de leurs amis
Nuage

 

On ne bullshit pas les ados!

RHONA WISE VIA GETTY IMAGES

Emma Gonzalez est devenue instantanément la porte-étendard du mouvement anti-armes aux États-Unis.

Donald Trump n’a jamais eu d’adversaire aussi dangereuse que Emma Gonzalez. Jamais.

Vous l’avez sans doute tous vue, cette ado au crâne rasé en train, entre larmes et tremblements, de vilipender Donald Trump. Elle s’appelle Emma Gonzalez et a échappé à la tuerie de Parkland en Floride qui a fait 17 victimes parmi les élèves de son High school. Elle est devenue instantanément la porte-étendard du mouvement anti-armes aux É.-U.. Depuis son intervention s’organise une journée de protestation qui rassemblera les citoyens dans tous les coins des É.-U. le 24 mars prochain.

Trump n’a jamais eu d’adversaire aussi dangereuse que Emma Gonzalez. Jamais.

L’intervention de Gonzalez est extrêmement inquiétante pour Trump et la National Rifle Association (NRA). Pourquoi? Tout simplement parce qu’elle vise non pas les armes à feu directement, mais avant tout la malhonnêteté cryptique et l’hypocrisie des politiciens à la solde de l’industrie américaine des armes à feu. Gonzalez confronte Trump :

« Si le président me dit en face que c’était une terrible tragédie et qu’on ne peut rien y faire, je lui demanderai combien il a touché de la NRA. Je le sais : 30 millions de dollars !»

Et elle ajoute:

« Ils disent que nous, les élèves, nous ne savons pas de quoi nous parlons, que nous sommes trop jeunes pour comprendre comment le gouvernement fonctionne. Nous répondons : connerie !»

Et voilà, elle venait de démasquer Trump et tous les politiciens à la solde de ce puissant lobby en répétant avec cette voix de l’indignation sincère qui n’appartient qu’aux adolescents ce que tout le monde se tue à dire depuis longtemps. Et elle affirme qu’eux, les adolescents, ne se laisseront pas berner davantage.

Cela rappelle une campagne antitabac orchestrée par et pour des élèves du secondaire de la Floride en 1998. Cette campagne connue sous le nom de The Truth a eu un retentissement énorme. Le groupe financé par un fonds spécial de 23 M$ du gouvernement de la Floride avait imaginé, entre autres tactiques, une campagne de publicité dans laquelle on pouvait voir des dirigeants de compagnie de tabac témoigner devant le Congrès et jurer la main sur le coeur que leur produit était inoffensif. Et à chacun de ces énoncés on entendait un immense rire de dérision qui signifiait:

«Eh les cons, ça ne passe pas. Vous n’allez pas nous avoir. On sait que vous mentez comme vous respirez. Et ça nous fait chier».

Toute leur campagne était fondée sur un constat : les adolescents ne tolèrent pas l’hypocrisie, la fourberie des adultes contre lesquels ils en ont en partant et dont ils veulent se démarquer. Cela les hérisse. Résultat: après 6 mois, 92% des élèves visés par la campagne de publicité l’avaient effectivement vu et s’en rappelaient, et après 12 mois le taux de tabagisme chez les ados du premier et deuxième cycle de High school chutait de 19,4% et de 9% respectivement. Alors que le taux de tabagisme se situait autour de 23% chez les élèves du secondaire aux É.-U. en 1998, il est maintenant de 6%. Difficile d’affirmer que ces résultats ne tiennent qu’à cette campagne, mais elle y a certainement largement contribué. Et l’action de ces adolescents n’a pas été que la saveur du mois. Elle se manifeste encore à travers une puissante organisation nationale de mobilisation des élèves contre la tabac: Finish It.

Les semaines qui viennent seront dures pour Donald Trump et la NRA: les adolescents ne lâcheront pas. Heureusement que nous les avons, non

http://quebec.huffingtonpost.ca/

États-Unis: la NRA mène une «guerre culturelle»


On a vraiment l’impression que les pro-arme font du bourrage de crâne et ferme, les yeux sur l’évidence même des tragédies qu’on vécut diverses villes des États-Unis. Quelle solution pour éviter des tueries dans les écoles ? Tu parles d’une solution : armer les adultes et protéger comme une bijouterie et quoi encore ??? Si le président des États-Unis et les anti NRA se servent de la tuerie de l’école élémentaire Sandy Hook de Newtown, c’est bien pour démontrer les conséquences, Des personnes qui sont mentalement inaptes d’avoir une arme a feu et sans compter l’exemple de cette semaine cet enfant qui a tué sa petite soeur avec son arme a lui .. En fait la NRA se fou bien des conséquences, ce qui compte c’est les profits
Nuage

 

États-Unis: la NRA mène une «guerre culturelle»

 

Le thème du congrès est «Stand and Fight»... (Photo Reuters)

Le thème du congrès est «Stand and Fight» (Debouts et au combat).

PHOTO REUTERS

Associated Press
Houston, Texas

La plus grande association du lobby des armes, la National Rifle Association (NRA), galvanisée par sa victoire au Congrès américain, a lancé vendredi sa convention annuelle à Houston, au Texas, en se faisant le champion de la liberté individuelle.

Plus de 70 000 amateurs d’armes à feu ont commencé à se rassembler à Houston pour trois jours de convention, l’humeur toujours combattive deux semaines après l’échec de mesures antiarmes au Congrès.

En donnant le ton du week-end à venir, le directeur général de la NRA Chris Cox a accusé le président Barack Obama d’exploiter politiquement la fusillade de l’école élémentaire Sandy Hook de Newtown, au Connecticut, en décembre dernier, au cours de laquelle 20 écoliers et six adultes ont été tués.

«Nous sommes des mères, des pères, des fils et des filles dans la National Rifle Association, et nous voulons empêcher Newtown, pas l’exploiter», a-t-il lancé, déclenchant une ovation de 30 secondes.

«C’est ce que font nos opposants. Ils utilisent la tragédie pour restreindre la liberté, et il nous revient de les arrêter. Nous sommes le plus grand espoir de la liberté, sa plus grande armée et son avenir le plus éclatant», a-t-il ajouté.

En préambule à son grand discours de samedi, le vice-président à la direction du lobby Wayne LaPierre, s’exprimant sur une scène décorée de drapeaux américains, a dénoncé

«les vicieux efforts pour attaquer le Deuxième amendement (qui donne aux citoyens américains le droit de posséder des armes) et diaboliser les possesseurs américains d’armes respectueux des lois».

«Et c’est la NRA qui est allée de l’avant, en proposant des solutions qui peuvent améliorer la sécurité des gens», dont des solutions pour protéger les écoles «comme nous protégeons les bijouteries et les stades» avec des gardes armés.

«Ils insultent les possesseurs d’armes de tous les mots les plus malveillants possible, et la plupart des Américains le ressentent», a ajouté M. LaPierre.

«Les gens comme vous se sont élevés contre ces inepties, et les membres de la NRA leur ont fait baisser les yeux», a-t-il affirmé.

Des opposants de la NRA sont eux aussi arrivés en force à Houston pour attirer l’attention sur la violence générée par les armes, qui provoquent la mort de quelque 30 000 personnes chaque année dans le pays.

Ils ont commencé vendredi une lecture ininterrompue des quelque 4000 victimes des armes depuis la fusillade de Newtown et devraient organiser pendant le week-end une conférence avec des anciens combattants (vétérans) anti-NRA.

http://www.lapresse.ca

Le George R. Brown Convention Center, où a lieu le congrèsLe George R. Brown Convention Center, où a lieu le congrès  Photo :  AFP/JUSTIN SULLIVAN

Les organisateurs prévoyaient d’une part célébrer leur succès dans la défaite de l’initiative du président Obama et d’autre part motiver leurs troupes pour d’autres combats politiques au niveau des États. L’événement comprend une foire d’armes à feu, un rassemblement politique et une réunion stratégique.

Le fougueux dirigeant de l’organisation, Wayne LaPierre, devrait s’adresser aux participants samedi. D’autres leaders conservateurs prendront la parole, dont l’ancienne candidate républicaine à la vice-présidence des États-Unis Sarah Palin, le sénateur texan Ted Cruz, ainsi que Rick Santorum et Rick Perry, d’anciens candidats à l’investiture républicaine lors de la dernière élection présidentielle.

« Combattre la tyrannie »

Pour les membres de la NRA, le contrôle des armes est un débat idéologique.

« Il ne s’agit pas d’un combat pour le droit aux armes », a déclaré James Porter, le nouveau président de l’organisation – qui entrera officiellement en fonction lundi.

Il a fait plutôt référence à une « guerre culturelle », lançant aux participants :

« Vous qui êtes dans cette pièce, vous êtes des combattants pour la liberté. Nous sommes les protecteurs ».

Debbie et Daniel Ferris, des participants au Congrès, étaient d’accord avec les propos de M. Porter, Debbie soutenant que l’on devait « combattre la tyrannie ».

Le directeur général de la NRA, Chris Cox, a loué les efforts de l’organisation dans la défaite de la loi sur le contrôle des armes à feu.

La conférence se tient au Texas, l’un des États américains où le droit d’avoir des armes à feu est le plus protégé.

À titre d’exemple, le gouverneur Rick Perry s’est déjà vanté d’avoir tiré sur un coyote pendant son jogging matinal, et les armes de poing camouflées sont autorisées dans l’Assemblée législative de l’État.

Les militants pour un contrôle accru des armes à feu prévoyaient avoir une présence pendant le congrès, en tenant notamment une vigile commémorative pour les victimes de crimes perpétrés avec des armes à feu et en manifestant samedi.

 

http://www.radio-canada.ca