Quand les oiseaux citadins recyclent les vieux mégots


Est-ce une bonne ou une mauvaise chose que des filtres de cigarettes soient utilisé comme matériaux lors de la constructions de nids de certains oiseaux .. d’un coté, les filtres agit comme répulsifs, mais de l’autre coté, des produits toxiques sont présent …
Nuage

 

Quand les oiseaux citadins recyclent les vieux mégots

 

La cellulose de filtres de cigarettes était présente... (Robert Morin, alias Monsieur Moineau)

La cellulose de filtres de cigarettes était présente dans plus de 89% des nids de moineaux et plus de 86% des nids de roselins.

ROBERT MORIN, ALIAS MONSIEUR MOINEAU

Agence France-Presse
Paris

Une équipe de chercheurs mexicains a montré que des oiseaux des villes utilisent la cellulose des filtres de mégots de cigarettes pour construire leur nid, un matériau qui réduit le nombre de parasites infestant leur logis.

«Nous apportons pour la première fois la preuve que les filtres de mégots peuvent fonctionner comme répulsif contre les parasites», ont déclaré les chercheurs, dont les travaux sont publiés mercredi par la revue Biology Letters de la Royal Society britannique.

Les parasites qui cohabitent avec les oiseaux peuvent avoir un impact négatif sur leur hôte, ses capacités de reproduction et sa survie.

L’équipe de Monserrat Suarez-Rodriguez (Institut d’Écologie de l’Université nationale autonome du Mexique, Mexico) a étudié une population urbaine de moineaux (Passer domesticus) et de roselins familiers (Carpodacus mexicanus) durant leur période de reproduction.

La cellulose de filtres de cigarettes était présente dans plus de 89% des nids de moineaux et plus de 86% des nids de roselins. Les nids de moineaux contenaient huit vieux mégots en moyenne et ceux des roselins dix.

Les chercheurs ont observé chez les deux espèces que plus le poids de cellulose était important dans le nid, moins il y avait de parasites.

Selon les chercheurs, cela «peut être dû au fait que les acariens sont repoussés par la nicotine, peut-être en combinaison avec d’autres substances».

Cependant, pour déterminer si ce comportement des oiseaux «relève de l’auto-médication», il faudrait démontrer que les mégots sont collectés délibérément en raison de leur effet néfaste sur les parasites.

Par ailleurs, les nombreuses substances chimiques contenues dans les mégots, y compris des traces de pesticides, sont en contact avec les oiseaux dans le nid, et leur toxicité pourrait «contrebalancer» le bénéfice en termes de réduction des parasites.

http://www.lapresse.ca

L’orang-outan, cet ingénieur


De plus en plus on s’aperçoit que l’être humain n’est pas le seul a savoir utiliser son environnement pour s’abriter. Des animaux savent faire la différence entre les matériaux disponible et construire selon un plan élaboré. Les orang-outang, font parti de ces animaux …
Nuage

 

L’orang-outan, cet ingénieur

 

Un orang-outan  © iStockphoto

Les orangs-outans utilisent des techniques sophistiquées pour construire leurs nids, ont observé des primatologues britanniques.

Le biologiste Roland Ennos et ses collègues de l’Université de Manchester ont suivi et filmé un groupe de ces grands singes dans les forêts de Sumatra pour constater qu’ils avaient des talents d’ingénierie. Les chercheurs ont même décroché certains nids des arbres afin de les analyser dans le détail.

Selon eux, ces singes ont développé des techniques de construction assez compliquées qui demandent l’utilisation d’outils et la connaissance de certaines compétences. Par exemple, ils choisissent des branches plus robustes pour la structure et l’échafaudage et gardent les plus minces, plus élastiques, pour le fond, qui sert de matelas.

Le détail de ces travaux est publié dans les annales de l’académie des sciences américaine (PNAS).

Le saviez-vous?

En 2009, des chercheurs avaient montré que, lorsqu’ils se sentent traqués par un prédateur, les orangs-outangs sauvages apposent une feuille d’arbre contre leurs lèvres, puis émettent un baiser sonore sur celle-ci.

De cette façon, leur voix paraît plus grave qu’elle ne l’est en réalité.

 

http://www.radio-canada.ca