Oiseaux du chagrin


Une belle métaphore, je trouve, nous avons tous des expériences, des souvenirs malheureux. Cela ne doit pas gouverner notre vie. Car nous ne pouvons changer ce qui est passé, alors que nous pouvons nous préoccuper du présent
Nuage

 

Oiseaux du chagrin

 

 

Vous ne pouvez empêcher les oiseaux du chagrin de survoler vos têtes mais vous pouvez les empêcher de construire leur nid

Proverbe chinois

Quand Léonard de Vinci décodait les fossiles


Léonard de Vinci, en plus d’être peintre de grand talent, excellait dans d’autres domaines. Entre autres, il s’intéressait un peu aux fossiles. D’après un des croquis des fossiles marins, il viendrait changer une théorie sur les soins parentaux sur les oeufs des nouveaux nés. Ces soins auraient commencé 200 millions d’années plus tôt
Nuage

 

Quand Léonard de Vinci décodait les fossiles

 

 

Par Delphine Bossy, Futura

 

Un tableau de Léonard de Vinci, Salvator Mundi, s’est vendu aux enchères à un prix record de 382 millions euros le 15 novembre 2017. Mais Léonard de Vinci n’était pas que peintre, c’était aussi un inventeur de génie qui s’intéressait à différents domaines scientifiques. En travaillant brièvement sur des fossiles, il a même soulevé un grand mystère, comme nous l’évoquions dans Futura en 2012. Certains croquis du peintre sont les premières preuves d’observation de terriers hexagonaux fossilisés datant du Cambrien. Une théorie suggère qu’il s’agirait du plus ancien réseau de nids observé, mettant en lumière les premiers signes de soins parentaux.

Article de Delphine Bossy paru le 22 novembre 2012

Le soin parental est un signe de l’évolution. Les plus vieilles traces de comportement parental animal remontent à plus de 200 millions d’années. Défini pour la première fois en 1936, le soin parental caractérise l’ensemble des activités suivantes : l’édification du nid, l’incubation, les conduites alimentaires, la protection contre les prédateurs et l’apprentissage. S’il n’y a, à ce jour, aucune trace antérieure à 280 millions d’années, les paléontologues définissent souvent le Jurassique comme l’ère d’évolution des soins parentaux.

Léonard de Vinci pourrait bien avoir ébranlé cette hypothèse. Il y a 500 ans, l’artiste s’était sommairement intéressé aux fossiles. Une attention qui aura par inadvertance pointé un mystère encore non résolu. La coupable ? Une page manuscrite couverte de croquis de fossiles marins et, entre eux, un schéma de réseau hexagonal. Les paléontologues pensent que le dessin, première trace d’observation de ce type de fossile, représenterait un réseau de protection des œufs d’une espèce animale inconnue datant du début du Cambrien (soit de 542 millions d’années).

 

Le croquis du réseau hexagonal de Léonard de Vinci au milieu d'autres croquis de fossiles marins pourrait bien représenter le fossile du Paleodictyon, issu des sédiments marins du début du Cambrien. © Baucon, 2010

Le croquis du réseau hexagonal de Léonard de Vinci au milieu d’autres croquis de fossiles marins pourrait bien représenter le fossile du Paleodictyon, issu des sédiments marins du début du Cambrien. © Baucon, 2010

Les paléontologues supposent que le fossile appelé Paleodictyon est l’empreinte de terriers creusés par un animal dont l’identité est complètement inconnue. Vivant dans les sédiments du plancher océanique, l’animal n’a jamais été observé fossilisé. En effet, seuls certains exemples de terriers hexagonaux ont été retrouvés et datent du Cambrien. D’après le chercheur Mark McMenamin, cette géométrie pourrait montrer que les organismes ont commencé à s’occuper de leurs nouveau-nés des millions d’années plus tôt qu’on le pensait.

Les soins parentaux dès le début du Cambrien

Le chercheur base sa théorie sur des terriers fossiles trouvés dans l’État du Nevada aux États-Unis et au Mexique. Datés du début du Cambrien, c’est-à-dire la période où les organismes ont commencé à apparaître et à se diversifier, les fossiles ressemblent donc à des terriers hexagonaux d’une dizaine de micromètres de diamètre formant un essaim d’environ 2 cm. En regardant en détail la structure, Mark McMenamin a remarqué que l’essaim était entrecoupé de boulettes organiques de 250 à 500 micromètres, trop larges pour avoir été générées par l’espèce qui aurait aménagé ces hexagones. 

Le Paleodictyon est un réseau de terriers fossilisés provenant des sédiments du plancher des océans du début du Cambrien, voilà 542 millions d'années. D'après Mark McMenamin, ces terriers seraient des nids, ce qui signifierait que les soins parentaux des adultes sur leurs œufs et nouveau-nés auraient commencé 200 millions d'années plus tôt qu'on pensait. La pièce de monnaie de 24 mm (quarter dollar) donne la comparaison de taille. © Rona Peter & Seilacher Adolf, Wikipédia, DP

Le Paleodictyon est un réseau de terriers fossilisés provenant des sédiments du plancher des océans du début du Cambrien, voilà 542 millions d’années. D’après Mark McMenamin, ces terriers seraient des nids, ce qui signifierait que les soins parentaux des adultes sur leurs œufs et nouveau-nés auraient commencé 200 millions d’années plus tôt qu’on pensait. La pièce de monnaie de 24 mm (quarter dollar) donne la comparaison de taille. © Rona Peter & Seilacher Adolf, Wikipédia, DP

La théorie du chercheur est qu’une espèce adulte inconnue a déposé les boulettes pour former un essaim autour du nid de ses œufs.

« Les nouveau-nés se sont nourris de ces pelotes organiques décomposées par les bactéries. »

 Ainsi, malgré leur complexité, Mark McMenamin pense que les terriers sont créés par les nouveau-nés. L’idée est que le nouveau-né se nourrit, grossit et quitte le nid lorsqu’il n’y a plus de nourriture. Le chercheur a en effet remarqué que les nids au centre étaient plus petits qu’en périphérie de l’essaim. Ceci suggère que les terriers sont occupés assez brièvement, et que le juvénile se développe au fur et à mesure.

Toutefois, cette théorie ne fait pas l’unanimité.

« L’idée est certes spectaculaire mais McMenamin est connu pour de telles idées », déclare Gabriela Mangano, spécialiste canadienne des terriers du Cambrien.

Mark McMenamin devrait construire une image 3D des structures hexagonales pour déterminer si ces terriers sont réellement des nids : c’est l’avis de Duncan McIlroy.

« Je chercherais une structure faisant partie d’un grand réseau permanent créé par l’adulte », explique-t-il.

Ainsi, si les Paleodictyons pouvaient bien être des nids, ce qui serait une grande découverte, il sera difficile de le prouver sans trouver d’œufs fossilisés à l’intérieur. 

http://www.futura-sciences.com

Pourquoi ne voit-on jamais de bébés pigeons?


On sait que les oiseaux de villes fondent des nids pour leurs petits et quelque temps après les oeufs éclos, les petits vont vivre leur vie. Le pigeon, c’est différent, quand ils quittent le nid, ils ressemblent beaucoup aux adultes que seul les plus avertis peuvent faire la différence
Nuage

 

Pourquoi ne voit-on jamais de bébés pigeons?

 

Pourquoi ne voit-on jamais de bébés pigeons?

L’amour version pigeon.Capture d’écran Gentside Découverte

Il est très rare d’observer des bébés pigeons tant dans la vie citadine que dans la vie rurale. Et cela pour une très simple raison, le pigeon fait partie des espèces nidicoles. Autrement dit, les jeunes individus sont, à la naissance, incapables de se nourrir et de se déplacer seuls car ils sont en général aveugles et recouverts d’un fin duvet.

Ces caractéristiques les rendent particulièrement vulnérables aux dangers et au froid. Les pigeonneaux restent donc dans leur nid, caché dans les hauteurs des bâtiments, le temps de grandir suffisamment pour pouvoir survivre et se confronter au monde extérieur. Mais le futur pigeon est l’un des volatiles qui restent le plus longtemps dans le nid des parents.

En effet, il reste un mois voire six semaines pour les individus les plus lents alors que certains oiseaux quittent le nid dès la naissance comme le vanneau huppé.

UN LONG DÉVELOPPEMENT

Le développement des jeunes pigeons compte plusieurs phases. La première est la période de lactation où les parents produisent du lait de Jabot pour leur progéniture pendant environ deux semaines. Une période durant laquelle ils grandissent très vite, le lait étant très nourrissant.

Ensuite les jeunes pigeons se nourrissent des graines apportées par leurs parents et restent sous leur garde jusqu’à ce que leur plumage, leurs muscles et leur poids soient proche de ceux d’un adulte. À la sortie du nid, les individus sont donc très semblables à des adultes, au niveau de la taille comme du plumage. C’est pourquoi il est difficile de les identifier.

Cependant, les plus observateurs pourront repérer les jeunes pigeons par la couleur noire de leurs yeux alors que les adultes arborent une teinte plutôt rouge-orangé. Mais aussi par leur couleur de plumes un peu plus terne. La plupart des pigeons des villes appartiennent à  l’espèce du pigeon biset (Columba livia). À l’état sauvage, ils ont une longévité moyenne de 6 ans.

http://fr.canoe.ca/

Truc Express ► Nid douillet


Bientôt le printemps viendra s’installer, les oiseaux vont rechercher des matériaux pour faire leur nid. Pourquoi ne pas rendre l’utile à l’agréable et aider, ces bêtes à plumes de confectionner un nid douillet pour recevoir les oisillons qui naitront
Nuage

 

Nid douillet

 

Quand vous brossez vos chiens/chats/lapins etc … attachez leurs poils tombés à votre fil à linge ou à des branches, pour que les oiseaux les récupèrent et en tapissent leur nid.

Bouches à nourrir


Je présume que ce sont des bébés du printemps. Tout à fait mignon de voir ces petits hurlant de faim au moment que maman viens donner la becquée pour les nourrir. Cela doit être vraiment exigeant d’être parent de plusieurs oisillons
Nuage

 

Bouches à nourrir

 

Un oisillon saute dans le vide à 120 mètres de haut!


Il y a des oiseaux qui commencent leur vie d’une manière dangereuse. Se lancer sans savoir voler du haut d’une falaise, il vraiment que l’instinct soit fort. Aussi petit qu’un oisillon, une falaise c’est pas mal haut
Nuage

 

Un oisillon saute dans le vide à 120 mètres de haut!

 

Seulement quelques heures après la naissance d’une oie bernache nonnette, l’oisillon doit sauter dans le vide depuis le sommet d’une falaise situé à 120 mètres de hauteur, pour manger et retrouver ses parents.

En effet, les bernaches construisent très souvent leur nid sur des falaises afin d’échapper aux prédateurs.

Incapables de voler, les oisillons peuvent tout de même compter sur leur poids léger ainsi que sur leurs plumes pour les protéger des impacts contre les rochers.

http://www.insoliteqc.com/

Truc Express ► Que faire avec les poils de chien?


Ceux qui ont des chiens à poils longs, ils peuvent rendre service aux oiseaux quand le printemps s’en vient pour la construction de leur nid. Il semble aussi qu’on peut faire la même chose avec le poil de chat
Nuage

 

Que faire avec les poils de chien?

Si vous avez le bonheur de posséder un chien à poils longs et doux tel qu’un « Golden Retriever » ou un « Colley »,

j’imagine que comme tout bon maître attentionné et responsable, vous brossez régulièrement votre toutou.

Halte! Ne jetez pas les poils récupérés. Gardez-les précieusement dans un sac de plastique et au printemps, répandez-les finement dans les épinettes.

Savez-vous quoi ? Les oiseaux les utilisent avec bonheur pour la construction finale de leur nid. Quel confort pour des oisillons de dormir dans un nid en véritable poils de chien.

http://www.coupdepouce.com

 

Les oiseaux noirs


Tous, nous avons des moments difficiles à vivre, et cela, il est impossible de tous les éviter. Cependant, c’est l’attitude que nous avons face à ses événements malheureux et le temps que nous leur accordons quand on ne peut pas changer les choses
Nuage

 

Les oiseaux noirs

 

« On ne peut empêcher les oiseaux noirs de voler au-dessus de nos têtes, mais on peut les empêcher d’y faire leur nid. »

Proverbe Chinois

Oiseaux de ville


Comme l’hiver est maintenant installée, dans les quartiers plus calmes, on sent le silence de la saison froide. C’est là que les oiseaux sauvages peuvent égayer les courtes journées avec leurs jacasseries. Aider les oiseaux l’été pour survivre l’hiver ou encore leur donner de bonnes graines, c’est un atout pour eux
Nuage

 

Oiseaux de ville

 

Il faut choisir les bons grains selon les oiseaux que l’on souhaite attirer. Si on ne le fait pas, les oiseaux les jetteront par terre.

PHOTO DIGITAL VISION, THINKSTOCK

STÉPHANIE VALLET
La Presse

Les oiseaux sauvages vivent tout autour de nous. Pourtant, on sait très peu de choses à leur sujet. En plus d’informer les jeunes dans les écoles, Le Nichoir, centre de réadaptation pour volatiles qui a ouvert ses portes en 1994 à Hudson, fournit tous les soins appropriés aux oiseaux sauvages blessés ou orphelins avant de les relâcher dans leur environnement naturel.

Joanie Gagnon, biologiste responsable des soins de l’établissement, a répondu aux questions de La Presse.

Q : Que doit-on faire quand on trouve un oisillon par terre ?

R : Il faut faire très attention. Souvent, on va recevoir des oiseaux qu’on appelle dans le jargon « kidnappés ». Il arrive fréquemment que les oiseaux sortent de leur nid. Si vous voyez qu’un oisillon a toutes ses plumes, qu’il peut marcher mais pas voler, c’est normal. Ça fait partie de son processus de développement : il doit apprendre à voler sur le sol pendant environ deux semaines alors que ses parents vont continuer à le nourrir. N’enlevez donc pas l’oisillon, sinon ses parents vont le chercher.

Q : Que faire dans les autres cas ?

R : Si vous trouvez un oisillon tombé du nid, qui n’a pas encore de plumes, remettez-le dans son nid. On peut le toucher : c’est un mythe de croire que, si on le touche, ses parents vont sentir l’odeur de l’humain et ne plus l’approcher. Les oiseaux ont un odorat très pauvre !

S’il s’agit d’un oiseau blessé, appelez Le Nichoir ! Apportez-le dans une petite boîte, sans le nourrir ni lui donner de l’eau avant de nous avoir parlé auparavant. Avec la mauvaise nourriture, on peut faire plus mal à l’oiseau même si on veut l’aider. C’est un animal sauvage, alors mettez des gants et lavez vos mains.

N’oubliez pas également qu’il est illégal de garder un oiseau sauvage à la maison.

Q : Doit-on nourrir les oiseaux en hiver ?

R : En hiver, plusieurs espèces vont migrer dans le Sud, d’autres vont rester, comme les pics, les geais bleus, les moineaux, les cardinaux, les mésanges, les pigeons, etc. Il y a aussi des oiseaux qui vivent plus au nord qu’ici et qui vont venir passer l’hiver chez nous, car il y a plus de nourriture, comme les petits juncos noir et blanc. Les insectes, même si on ne les voit pas, sont toujours là, en hibernation sous l’écorce ou entre les branches. Souvent, l’alimentation des oiseaux va changer : ceux qui mangent beaucoup d’insectes vont se nourrir de petits fruits et de graines gardés pour l’hiver.

Les oiseaux iront plus vers les mangeoires en hiver, car c’est plus difficile de trouver de la nourriture, mais les graines ne constituent que 25 % de leur alimentation. Alors ce n’est pas parce que vous ne mettez pas de mangeoires que les oiseaux vont mourir de faim !

Q : Qu’est-ce qu’une bonne mangeoire ?

R : Il est interdit, dans certaines municipalités, de nourrir les pigeons. Alors si vous installez une mangeoire et que les graines tombent, c’est illégal. Appelez votre ville pour connaître la réglementation. Même chose pour les écureuils, alors choisissez des mangeoires auxquelles ils n’ont pas accès.

Attention à l’endroit où vous placerez la mangeoire : il est conseillé de la placer à moins de 3 m de votre fenêtre, ainsi, si l’oiseau décolle et frappe la fenêtre, il ne le fera pas à haute vitesse. Sinon, mettez des collants aux fenêtres pour éviter les accidents.

Installer une mangeoire dans un arbre n’est pas idéal puisque les écureuils vont y accéder.

Idéalement, on peut ajouter un petit buisson à environ 10 pi de la mangeoire pour que l’oiseau se sente en sécurité.

Attention de bien laver la mangeoire une fois par semaine avec de l’eau et de l’eau de Javel.

Et assurez-vous que les graines ne soient pas mouillées, car cela pourrait entraîner des problèmes de santé.

En somme, il faut consacrer du temps. C’est une responsabilité qui doit être prise au sérieux pour ne pas transmettre des maladies.

Q : Que peut-on donner à manger aux oiseaux ?

R : Assurez-vous d’avoir de bons grains, sinon, si les oiseaux ne les aiment pas et ils vont les jeter par terre. Le choix de la nourriture dépend du genre d’oiseau qu’on veut attirer.

Surtout, évitez le pain ! C’est un mythe commun. Le pain est extrêmement pauvre en nutriments : il va remplir l’estomac, mais n’apporte rien à l’oiseau. Il devient collant et peut bloquer le réservoir où les oiseaux stockent leur nourriture dans leur oesophage.

Il reste que faire pousser des plantes qui produisent des baies aide beaucoup plus les oiseaux en hiver.

Q : En ville, quel est le principal prédateur des oiseaux ?

R : Les chats. En mai et en juin, gardez votre compagnon le plus près possible de la maison pour protéger les oiseaux qui essaient de se reproduire en ville.

http://www.lapresse.ca/