Un chat accroché sur le toit d’une voiture roulant à 100 km/h,


Au Nebraska, une femme et sa fille ont vu sur la route sur un chat sur le toit d’une automobile roulant 100 km/h. Pauvre chat, il secouait la tête et le vent le frappait en plein visage, il semble miauler de désespoir. Il a dû ajuster sa posture pour rester le stable possible. La dame a klaxonné la voiture pour demander s’arrêter tout en criant qu’il avait un chat sur le toit. C’est ce qu’ils ont fait, le chat n’a pas été blessé, mais sûrement qu’il aura une grande peur des automobiles.
Nuage

 

Un chat accroché sur le toit d’une voiture roulant à 100 km/h,

 

Au Nebraska, six bébés écureuils avec leurs queues désespérément emmêlées ont été sauvés


Pauvres petits ! 6 bébés écureuils avaient leur queue emmêlée, ils ne pouvant plus se dégager à cause de la sève gluante qui avait collé sur les poils. Heureusement pour eux, ils ont été pris en charge. Cela a pris une heure pour réussir à les séparer !
Nuage

 

Au Nebraska, six bébés écureuils avec leurs queues désespérément emmêlées ont été sauvés

 

Six bébés écureuils avec leurs queues emmêlés, à Elkhorn, Nebraska. Photo: Craig Luttman

par Brice Louvet

Avez-vous déjà entendu parler d’un roi de rats ? C’est un regroupement de rats dont les queues sont entrelacées les unes avec les autres. Il semblerait que la même chose soit arrivée il y a quelques jours à six bébés écureuils, aujourd’hui sains et saufs.

« J’ai entendu un cri aigu, un bruit que je n’avais jamais entendu auparavant », explique à Gizmodo Craig Luttman, un habitant du Nebraska aux États-Unis, qui tombait il y a quelques jours sur ces six petits écureuils maintenus ensemble par la queue. « Il était clair qu’ils étaient très stressés ».

 L’homme explique avoir repéré les sextuplés sur un grand pin couvert de sève dans la cour de son voisin. Les bébés écureuils de huit semaines avaient effectivement réussi à nouer leurs queues entre elles – et ils avaient de gros problèmes.

« Les écureuils ne bougeaient pas à l’unisson, ils voulaient tous aller dans des directions opposées », poursuit Craig Luttman. « C’était comme un jeu de tir à la corde. Ils avaient l’air fatigués et stressés, et j’ai pensé qu’ils allaient mourir si on ne faisait rien ».

En effet, laissés dans un tel état, les écureuils seraient probablement morts de faim, ou auraient été repérés tôt ou tard par un prédateur. Inquiets, Luttman et son voisin ont donc appelé la Nebraska Humane Society, qui à son tour a contacté le Nebraska Wildlife Rehab pour obtenir de l’aide. Une fois sur les lieux, les experts n’ont pas pu démêler les écureuils. Ils ont donc été retirés du tronc et transportés dans une installation spéciale à Fort Calhoun.

Laura Stastny, la directrice du Nebraska Wildlife Rehab, a expliqué que son équipe avait déjà vu ce genre de chose auparavant. Selon elle, les malheureux écureuils se sont probablement retrouvés pris au piège à cause de la sève tombant de l’arbre. Agissant comme de la colle, la sève gluante aurait alors collé la queue des écureuils qui, alors qu’ils se débattaient dans le nid, auraient ensuite aggravé la situation. L’intervention humaine semble ici inespérée : leur nid était situé près du sommet d’un arbre 10 mètres de haut, qui se trouvait sur une propriété privée.

Avant de démêler les queues, Laura Stastny explique avoir administré aux écureuils un antidouleur léger. Elle les a également couverts avec une serviette, l’obscurité rassurant les animaux. La première étape consistait à enlever les quantités abondantes de sève qui s’étaient accumulées, pour ensuite tenter de démêler les poils. L’opération a pris environ une heure. Les écureuils sont aujourd’hui encore au refuge, mais ils devraient être relâchés dans la nature dans quelques semaines.

Source

http://sciencepost.fr/

Le « nez qui coule » de cette femme était en fait une fuite de liquide cérébral


Assez curieux comme problème de santé. Suite à un accident, cette dame avait une fuite par les narines du liquide céphalo-rachidien. Les mots choisis pour l’opération me font penser une réparation de plomberie. Ce qui compte, c’est que la dame va mieux
Nuage

 

Le « nez qui coule » de cette femme était en fait une fuite de liquide cérébral

 

Crédits : U.S. Air Force photo illustration / Senior Airman Benjamin Stratton

par Brice Louvet

Pendant des années, Kendra Jackson a lutté contre un nez qui coulait sans arrêt – elle reniflait et éternuait constamment, au point d’en perdre le sommeil. Il s’avère que ce n’était pas un rhume persistant, mais une fuite de liquide céphalo-rachidien.

En 2013, Kendra Jackson, 52 ans, originaire du Nebraska, était victime d’un accident de voiture, durant lequel son visage s’était cogné sur le tableau de bord de son véhicule. Plusieurs années après, des symptômes ont commencé à apparaître : un écoulement nasal sans fin, des maux de tête douloureux et des troubles du sommeil. Pendant des années, Kendra a lutté contre ce nez qui coulait sans arrêt. Elle pensait initialement qu’il s’agissait d’un simple rhume, mais les symptômes persistaient. Les médecins ont alors suggéré qu’il s’agissait probablement d’allergies saisonnières. C’était en fait bien pire que cela.

Il y a quelques semaines, des médecins lui ont finalement diagnostiqué une fuite de liquide céphalo-rachidien : le liquide aqueux entourant le cerveau déborde en effet par une déchirure dans le crâne, pour se déverser ensuite pas le nez ou les oreilles. Ici le nez, donc. Dans ce cas, la patiente perdait environ 0,25 litre de liquide par jour par le nez, selon les spécialistes. Elle a été opérée le 23 avril dernier par le neurochirurgien Dan Surdell, du centre médical de l’Université du Nebraska.

« Nous sommes passés par les narines », explique le médecin. « Nous utilisons pour cela des caméras et des instruments inclinés, pour nous amener là où nous devons aller ».

L’idée était ici de prélever un morceau de tissu du corps de la patiente et de l’utiliser pour boucher un petit trou repéré dans la plaque cribriforme, un os très mince entre les cavités crâniennes et nasales.

« J’ai utilisé du tissu de l’intérieur de son nez pour colmater la fuite », poursuit le médecin. « J’ai aussi emprunté de la graisse abdominale, un excellent agent de colmatage. Avec un peu de graisse, j’ai réussi à colmater la fuite ».

Kendra Jackson se sent aujourd’hui beaucoup mieux :

« Je n’ai plus le nez qui coule, mais j’ai encore quelques maux de tête », a-t-elle déclaré à CNN. « Je me sens vraiment bien, et je suis capable de dormir un peu ».

Source

http://sciencepost.fr/

Disqualifiée parce qu’elle a « l’air d’un garçon »


Expulsée parce que la jeune fille de 8 ans d’une finale d’un tournoi de soccer parce qu’ils trouvent qu’elle ressemble à un garçon. Pour se rendre à un tournoi, il a fallu bien qu’elles jouent plusieurs fois et n’a jamais eu de problème alors pourquoi maintenant
Nuage

 

Disqualifiée parce qu’elle a « l’air d’un garçon »

 

Mili Hernandez

Mili Hernandez Photo : La Presse canadienne/WOWT TV

La famille d’une joueuse de soccer de 8 ans affirme que son équipe a été disqualifiée d’un tournoi au Nebraska parce que les organisateurs croyaient qu’elle était un garçon.

Mili Hernandez, l’une des meilleures joueuses des Azzuri Cachorros d’Omaha, allait disputer la finale du tournoi de Springfield quand on lui a appris la nouvelle.

« Même si j’ai l’air d’un garçon, ça ne veut pas dire que j’en suis un, a-t-elle déclaré à une station de télé d’Omaha. Ils n’ont aucune raison d’expulser toute l’équipe. »

Son père, Gerardo Hernandez, prétend avoir montré la carte d’assurance de Mili aux organisateurs pour prouver qu’elle est bel et bien une fille.

« Ils n’ont même pas voulu la prendre. J’étais fâché, a poursuivi M. Hernandez. Je n’ai jamais eu ce problème auparavant. Elle joue depuis si longtemps dans différents tournois. Ce n’est pas une bonne façon de traiter les gens. »

Appui de taille

Après avoir eu vent de la mésaventure de Mili, les légendes du soccer américain Mia Hamm et Abby Wambach lui ont offert leur soutien sur Twitter. Hamm a invité la jeune fille à son académie de soccer.

Wambach lui a adressé un message dans lequel elle lui mentionne de ne jamais se laisser dire qu’elle n’est pas parfaite comme elle est.

 

Les organisateurs ont annoncé à la famille Hernandez qu’elle pouvait porter sa cause en appel auprès de l’association de soccer du Nebraska (NSS), ce que celle-ci a refusé de commenter.

Dans un communiqué publié lundi soir, la NSS a toutefois condamné la décision des organisateurs à l’endroit de Mili et de son équipe.

« Même si nous ne supervisions pas le tournoi de Springfield, peut-on lire dans le communiqué, nous reconnaissons que nos principales valeurs n’ont pas été respectées en fin de semaine passée et nous nous excusons auprès de cette jeune fille, de sa famille et de son équipe pour ce déplorable malentendu. »

Les Cachorros ont déposé une plainte de discrimination sexuelle et raciale auprès de la NSS.

http://ici.radio-canada.ca