Le changement climatique a transformé certains Néandertaliens en cannibales


Certains Néandertalien ont eu un passage de cannibalisme. L’étude d’une grotte située en France démontre que des hommes de Néandertal ont effectivement été cannibale. Les paléontologues ont aussi étudié le climat. Il semble donc que les changements climatiques ont fait d’eux des cannibales pour une question de survie.
Nuage

 

Le changement climatique a transformé certains Néandertaliens en cannibales

 

Des preuves de cannibalisme chez les Néandertaliens ont déjà été découvertes, à l'instar de ces os déchirés découverts dans une grotte à Goyet, en Belgique.

Des preuves de cannibalisme chez les Néandertaliens ont déjà été découvertes, à l’instar de ces os déchirés découverts dans une grotte à Goyet, en Belgique.Image: Asier Gómez-Olivencia et al.

par Brice Louvet, rédacteur scientifique

Une récente étude suggère que certains néandertaliens ont dû se tourner vers le cannibalisme pour survivre à une période de réchauffement, il y a entre 128 000 et 114 000 ans.

L’Homme de Néandertal est connu pour sa résistance au froid. Notre ancien cousin se plaisait en effet dans les steppes, chassant mammouths, rhinocéros et autres mégalocéros pour survivre. Parfaitement adaptés à ces conditions, certains néandertaliens ne devaient pas voir d’un très bon œil les évolutions climatiques. Comme ce réchauffement – une période interglaciaire – opéré il y a entre 128 000 et 114 000 ans.

Une mauvaise passe

Car qui dit réchauffement climatique dit également évolution de l’environnement, et donc de la faune qui va avec. Si durant les périodes glaciaires les grosses proies abondaient dans la région, un réchauffement survenu durant la période éemienne a en revanche mené certaines espèces à migrer, laissant place à d’autres espèces plus petites, moins en chair. Il y avait du coup moins à manger. Une période de “disette” qui mena certains Néandertaliens à se livrer au cannibalisme. C’est du moins ce que suggère récente étude publiée dans le Journal of Archaeological Science.

Alban Defleur et Emmanuel Desclaux, du CNRS, ont en effet examiné les restes de Néandertal rassemblés sur le site de Baume Moula-Guercy. La grotte est située près de Soyons, dans le sud-est de la France. Au moins six Néandertaliens ont été trouvés ici – deux adultes, deux adolescents et deux enfants. Et tous les ossements semblent présenter des marques de cannibalisme. Certains os ont été démembrés intentionnellement, d’autres présentaient des marques de coupes faites à l’aide d’outils de pierre, et des marques de mâchonnement faites par des dents de Néandertal.

Stress nutritionnel

Ces preuves de cannibalisme ne sont pas nouvelles. Mais jusqu’à présent, beaucoup les associaient à d’anciennes pratiques rituelles. Pour tenter de replacer cet épisode anthropophage, les chercheurs ont également examiné les données climatiques de la région correspondantes à la période éemienne. On estime qu’à cette époque, la température mondiale était environ d’environ 2 degrés Celsius plus élevée que la température mondiale moyenne du 20e siècle. Il semblerait alors que ce réchauffement ait effectivement été la cause d’un important stress nutritionnel pour nos anciens cousins.

Cette période de réchauffement climatique fut en effet extrêmement rapide : en seulement 500 ans, soit 25 à 30 générations, les Néandertaliens sont passés d’un environnement boréal à un climat méditerranéen, avec la faune qui va avec. De nombreux reptiles ont été retrouvés dans les sédiments. Des restes de poissons également, preuve que Néandertal a tenté de s’adapter. Mais les proies étaient plus petites, plus furtives, bref, plus difficiles à attraper. Un besoin nutritionnel s’est alors manifesté, poussant certains individus à se tourner vers leurs défunts pour survivre.

Survivre à tout prix

« Les schémas de traumatismes décrits dans la nouvelle étude sont plus compatibles avec le cannibalisme nutritionnel, explique Danielle Kurin, anthropologue américaine à l’Université de Californie à Santa Barbara. Les os comme le fémur et le crâne montrent des signes de rupture intentionnelle [peu de temps après la mort], ce qui suggère un effort pour atteindre les tissus à haute teneur calorique tels que la moelle osseuse et même le cerveau dans certains cas ».

Les chercheurs savaient déjà que les Néandertaliens du Baume Moula-Guercy pratiquaient le cannibalisme, mais ce lien avec le changement climatique est tout nouveau.

« Le cannibalisme mis en évidence à Baume Moula-Guercy n’est pas une marque de bestialité ou de sous-humanité, notent les auteurs. Les données indiquent plutôt un épisode de survie court et unique [cannibalisme] en réponse au stress nutritionnel induit par des changements environnementaux rapides et radicaux ».

Source

Notes : Période Éemienne : L’Éémien, parfois Éemien ou Eémien, est une subdivision de l’époque géologique du Pléistocène utilisée en Europe du Nord et définie aux Pays-Bas. Il correspond à l’avant-dernière période interglaciaire du Quaternaire.

https://fr.wikipedia.org/wiki/E%C3%A9mien

https://sciencepost.fr/

Néandertal était un homme droit


Plus on étudie les hommes du Neandertal, plus on comprend qu’ils n’étaient pas si bêtes, ni si violents que les gens les présumaient. Dernièrement, avec l’étude d’un squelette bien conservé d’un homme Neandertal, viens démontrer qu’il n’a pas vraiment de différence avec un squelette d’un homme moderne. Ils conclurent qu’ils se tenaient droit.
Nuage

 

Néandertal était un homme droit

 

Deux hommes de Néandertal regardent une lance.

Des hommes de Néandertal Photo: Université de l’Utah

Alain Labelle

    Contrairement aux idées reçues qui les dépeignent souvent dans une posture penchée, les Néandertaliens marchaient en position debout comme les humains actuels, montrent les récentes analyses d’anthropologues suisses.

    Des travaux qui mettent encore une fois à mal le fameux portrait peu flatteur apparu dans les années 1950 de cet humain préhistorique souvent présenté comme une créature mi-homme mi-bête qui ne sortait que rarement des cavernes.

    Le saviez-vous?

  • Les Homo neanderthalensis ont disparu de la surface terrestre il y a 30 000 à 40 000 ans. Ils ont toutefois vécu en même temps que nos ancêtres Homo sapiens pendant plusieurs milliers d’années en Eurasie.

  • Les premiers ossements retrouvés associés à l’espèce ont été découverts en 1856 dans une carrière du vallon de Neander en Allemagne (Neandertal en allemand). Ce n’est que plus tard que d’autres restes fossilisés mis au jour plus tôt lui ont été associés.

Si, dans les dernières décennies, des similitudes sociales et intellectuelles avec l’Homo sapiens sont apparues au gré de l’avancement de nos connaissances, l’analyse de quelques vertèbres isolées tendait il y a quelques années à montrer une grande différence sur le plan de l’anatomie.

Squelettes d’un néandertalien et d’un humain.

Squelettes d’un néandertalien (à gauche) et d’un humain (à droite). Photo : Musée américain d’histoire naturelle/Ian Tattersall

Selon ces investigations, les Néandertaliens ne possédaient pas encore une colonne vertébrale en forme de double S bien développée comme leurs cousins Homo sapiens.

Les présents travaux contredisent cette théorie.

L’expert en médecine évolutionniste Martin Haeusler et ses collègues de l’Université de Zurich ont reconstruit virtuellement le bassin et la colonne vertébrale d’un homme de Néandertal à partir d’un squelette très bien préservé mis au jour en 1908 à La Chapelle-aux-Saints, en France.

Ce modèle anatomique généré par ordinateur montre que l’individu en question présentait une région lombaire et un cou courbés, tout comme les humains d’aujourd’hui.

Illustration de l'ancienne reconstitution (à gauche) et la nouvelle.

lL’ancienne reconstitution (à gauche) du bassin et de la colonne vertébrale et la nouvelle. Photo : Université de Zurich

C’est en reconstruisant son bassin que les chercheurs ont découvert que son sacrum était positionné de la même manière que chez l’humain moderne, une réalité qui montre qu’il possédait une courbure bien développée de la région lombaire.

En outre, des marques d’usure proéminentes montrent qu’elles étaient en partie causées par la courbure de la colonne.

Dans l’ensemble, il n’y a pratiquement aucune preuve que les Néandertaliens avaient une anatomie fondamentalement différente. Martin Haeusler, expert en médecine évolutionniste

« Le moment est venu de reconnaître les similitudes fondamentales entre les Néandertaliens et les humains modernes et de mettre l’accent sur les changements biologiques et comportementaux subtils qui se sont produits chez les humains à la fin du Pléistocène », conclut Martin Haeusler.

Reconstruction virtuelle du squelette de La Chapelle-aux-Saints, basée sur des imageries 3D haute résolution de la colonne vertébrale et du bassin.

Agrandir l’imageReconstruction virtuelle du squelette de La Chapelle-aux-Saints, basée sur des imageries 3D haute résolution de la colonne vertébrale et du bassin. Photo : Université de Zurich

En novembre dernier, une étude des crânes de plus de 200 néandertaliens et humains qui vivaient au paléolithique supérieur avait permis d’établir que les deux espèces présentaient des taux similaires de lésions, ce qui laisse à penser que leurs vies n’étaient pas plus violentes que celles de nos ancêtres.

Le détail de ces travaux est publié dans les Annales de l’académie américaine des sciences

https://ici.radio-canada.ca/

Néandertal pouvait tuer à distance avec des lances


Encore une fois, l’homme de Neandertal prouve qu’il était beaucoup agile que l’on croyait auparavant. Les scientifiques ont fabriqués des lances similaires a celles qui date de 300 000 ans, utilisés l’homme de Neandertal. Ils ont ainsi démontré qu’ils pouvaient utiliser leur lance à distance pour atteindre leur proie.
Nuage

 

Néandertal pouvait tuer à distance avec des lances

 

par Brice Louvet, rédacteur scientifique

De nouvelles recherches suggèrent pour la première fois que Néandertal produisait des armes suffisamment avancées pour pouvoir tuer à distance. Les détails de cette étude sont publiés dans Scientific Reports.

Les Néandertaliens ont souvent été dépeints comme des êtres un peu primaires. Ils étaient en revanche beaucoup plus proches d’Homo Sapiens que nous le pensions il y a quelques années. Et non pas seulement parce qu’il y a eu coït entre les deux espèces. Nous savons que Néandertal prenait soin de ses blessés, ou qu’ils n’étaient pas plus violents que les humains modernes, finalement. Mais une autre étiquette collait encore il y a peu à notre ancien cousin : il privilégiait les combats rapprochés, faute de pouvoir faire autrement. Une récente étude suggère pourtant que ce n’était pas le cas. Encore une fois.

Tuer à distance

Il semblerait en effet que l’homme de Néandertal pouvait tuer de loin. C’est du moins ce que proposent des tests effectués avec des reliques d’anciennes lances appartenant à nos cousins. Ces armes en bois (une dizaine au total), ont été retrouvées entre 1994 et 1999 dans une mine de lignite à Schöningen, en Allemagne, avec plusieurs milliers d’os d’animaux. Ces “lances de Schöningen” – comme on les appelle aujourd’hui – sont datées à environ 300 000 ans. Elles représentent ainsi les plus anciennes armes de chasse entièrement préservées de l’Europe du Paléolithique.

Mais ces lances pouvaient-elles réellement permettre de tuer à distance ? C’est la question que ce sont posé des chercheurs de l’University College London (Royaume-Uni). Pour tenter d’y répondre, ils ont embauché six lanceurs de javelot professionnels. Des répliques de ces lances – en bois d’épicéa – ont également été fabriquées à la main, au moyen d’outils en pierre. Deux modèles ont été utilisés, l’un pesant 760 g et l’autre 800 g. Le but était ici de se rapprocher le plus possible des véritables armes utilisées par Néandertal.

Neandertal lance

 

Une réplique des anciennes lances utilisées par Neandertal. Crédits : Annemieke Milks – UCL

20 mètres de distance, maximum

Après plusieurs tests, il ressort alors de cette étude que le poids de ces lances, combiné à la vitesse à laquelle elles pouvaient être projetées, pouvait effectivement permettre de tuer une proie à 20 mètres de distance maximum.

« Cette étude est importante car elle ajoute à un nombre croissant de preuves montrant que les Néandertaliens avaient une connaissance approfondie des technologies, et qu’ils étaient capables de chasser le gros gibier de diverses manières, explique Annemieke Milks, de l’Institut d’archéologie de l’UCL. Nous pensions auparavant qu’ils n’étaient capables que de rencontres rapprochées risquées ».

De son côté, le docteur Matt Pope, co-auteur de l’étude, note l’importance de pouvoir dater cette capacité à pouvoir tuer de loin.

« L’émergence de l’armement – une technologie conçue pour tuer – est un seuil critique mais mal établi dans l’évolution humaine, explique-t-il. Nous avons toujours eu recours à des outils et avons étendu nos capacités par le biais d’innovations techniques. Comprendre quand nous avons développé les capacités de tuer à distance est donc un moment sombre mais important de notre histoire ».

Source

https://sciencepost.fr/

Néandertaliens et humains ont eu plus de rapports sexuels que prévu


Existe-t-il une race pure ? Depuis des milliers d’années, l’humain a subi plusieurs métissages et ce même avec l’homme de Néandertal
Nuage

 

Néandertaliens et humains ont eu plus de rapports sexuels que prévu

 

 

Crédits : Film Néandertal

par Brice Louvet

Néandertaliens et humains modernes se sont croisés géographiquement pendant plus de 30 000 ans suite à la migration humaine hors d’Afrique. Une cohabitation qui amena les deux espèces à se reproduire. Une récente étude suggère d’ailleurs que ces rapports étaient plus fréquents qu’on ne le pensait.

Il y a environ 50 000 ans, l’Homme moderne quittait l’Afrique pour l’Europe, puis l’Asie. Il tomba alors sur les Néandertaliens, présents en Europe depuis au moins 200 000 ans. Une cohabitation s’est donc installée, et nous savons aujourd’hui qu’il y a eu des rapports sexuels entre les deux espèces. En témoigne cette “petite part de Néandertal” – environ 2 % – présente dans notre ADN. Mais si l’on pensait au départ ces rapports bien réels mais plutôt rares, une récente étude propose aujourd’hui que ces rapprochements étaient en fait beaucoup plus fréquents que supposé.

De multiples “chevauchements”

Deux espèces sexuellement compatibles vivant l’une à côté de l’autre pendant environ 30 000 ans, cela entraîne forcément des rencontres intimes. Mais dans quelle mesure ? C’est la question posée par Fernando A. Villanea et Joshua G. Schraiber, de la Washington State University (États-Unis). En s’appuyant sur un vaste ensemble de données sur le génome humain moderne, les chercheurs ont comparé les modèles d’ADN de Néandertal chez des personnes d’ascendance asiatique et européenne.

Les chercheurs ont ensuite utilisé un algorithme d’apprentissage automatique pour évaluer tous les événements de croisements susceptibles d’avoir conduit aux modèles d’ADN de Néandertal observés. Il en est alors ressorti une relation plus complexe que supposée jusqu’alors. Il y aurait eu de multiples interactions entre les deux groupes, et probablement de nombreuses relations sexuelles entre les deux espèces, menant à des progénitures croisées.

Neandertal

Crédits : Wikipedia

« Nous pensons qu’une explication probable de nos résultats est que le flux de gènes entre l’Homme moderne et l’Homme de Néandertal était continu, et dans une région quelque peu restreinte géographiquement », notent les chercheurs les auteurs Nature Ecologie & Evolution.

Une histoire pleine de métissages

Rappelons par ailleurs qu’Homo Sapiens n’est pas la seule espèce avec laquelle Néandertal s’est accouplé. Un fragment d’os retrouvé dans une grotte de Sibérie il y a quelques mois – celui d’une adolescente – suggère que nos anciens cousins se sont également “entretenus” avec les Dénisoviens, engendrant des descendances.

Ainsi, le métissage semblait déjà être la norme il y a plusieurs dizaines de milliers d’années. Les relations sexuelles étaient en effet possibles à chaque fois que ces groupes interagissaient (Homo Sapiens et Dénisoviens se sont aussi accouplés). Et forcément, ça laisse des traces. Ces deux espèces hantent aujourd’hui toujours notre ADN.

Source

https://sciencepost.fr/

Ces outils vieux de 90 000 ans n’ont pas été fabriqués par des Homo sapiens


Les homos sapiens fabriquaient des outils que les archéologues ont trouvé dans plusieurs sites. Dernièrement en Espagne, ils ont trouvé des outils en bois qui daterait 90 000 qui ne peuvent pas avoir été faites par les hommes modernes, mais bien par les hommes du Neandertal. Il faut vraiment un terrain soit propice pour conserver aussi longtemps des outils en bois aussi bien conservés
Nuage

 

Ces outils vieux de 90 000 ans n’ont pas été fabriqués par des Homo sapiens

 

Rios-Garaizar et al./PLOS One

par Brice Louvet

Des fouilles archéologiques dans le nord de l’Espagne révélaient il y a quelques semaines deux outils en bois vieux d’environ 90 000 ans. Chose intéressante : ces outils n’ont pas été fabriqués et utilisés par Homo sapiens, mais par nos cousins ​​plus âgés, les Néandertaliens.

Le site d’Aranbaltza, en Espagne, fut occupé par plusieurs générations néandertaliennes au cours des millénaires, selon des chercheurs du Centre espagnol de recherche sur l’évolution humaine (CENIEH). Dans les sédiments étaient retrouvés il y a quelques semaines deux nouveaux outils en bois, datés à environ 90 000 ans (Paléolithique moyen), époque à laquelle les Néandertaliens habitaient l’Europe. Ces outils sont très rares. Le bois est en effet une matière organique qui se décompose, ainsi les outils en bois liés aux débuts de l’histoire humaine sont souvent perdus.

Ces outils ne peuvent se préserver que dans des environnements très spécifiques – tels que les sédiments gorgés d’eau d’Aranbaltza. Un seul des deux outils récupérés a pour l’heure fait l’objet d’une analyse et d’une étude, et il a été pris en charge par une équipe du CENIEH dirigée par l’archéologue Joseba Rios-Garaizar. L’usure de sa pointe produite par des contraintes mécaniques répétées indique qu’elle a été utilisée pour déterrer de la nourriture comme les tubercules et les palourdes, pour creuser à la recherche de pierres ou encore pour faire des fosses pour les incendies, notent les chercheurs.

« Les quelques preuves directes et indirectes disponibles suggèrent que le bois a joué un rôle important dans les adaptations technologiques de Néandertal », peut-on lire dans l’article.

Le bois fournit en effet assez de plasticité pour former une gamme variée d’outils impossibles à obtenir avec la pierre, et très difficiles à créer à partir d’os, qui ont des tailles limitées et qui sont plus difficiles à travailler. D’après les analyses, cet outil aurait été produit à partir d’un tronc d’if coupé en deux de façon longitudinale.

L’une de ces moitiés semble avoir été carbonisée et durcie en utilisant le feu, et raclée avec un outil en pierre pour obtenir la forme pointue de l’outil d’excavation, pense l’équipe. Bien que les instruments en bois utilisés par les Néandertaliens soient rares, ils ne sont pas entièrement inconnus. Des armes en bois datant d’il y a 300 000 ans ont été découvertes en Allemagne en 1995. Un article publié plus tôt cette année suggérait également la présence d’outils en Toscane, en Italie, remontant à 171 000 ans.

S’ils ne sont pas aussi anciens, ces nouveaux outils contribuent néanmoins à la théorie selon laquelle l’utilisation d’outils en bois était répandue dans toute l’Europe paléolithique.

« Le paléolithique moyen précoce et tardif de la région se caractérise par une grande variabilité comportementale », expliquent les chercheurs, notant à titre d’exemples, « le transport sur de longues distances des matières premières lithiques [l’ensemble des objets en pierre transformés intentionnellement par les humains], l’utilisation de technologies de chasse complexes, le contrôle et l’utilisation du feu, l’utilisation d’outils osseux et un certain degré d’exploitation des ressources marines ».

Vous retrouverez tous les détails de cette étude dans la revue PLOS One.

http://sciencepost.fr/

L’homme de Neandertal aurait disparu à cause de la fumée


Une hypothèse que les Hommes du Neandertal auraient disparu à cause de la fumée utilisée pour cuire leurs aliments ce qui a occasionné des maladies pulmonaires et qu’une mutation a eue lieu chez l’Homo Sapiens
Nuage

 

L’homme de Neandertal aurait disparu à cause de la fumée

 

L'homme

Selon l’équipe de recherche de l’Université de Pennsylvanie, une mutation génétique a permis aux humains de s’adapter à l’exposition à la fumée. Ce qui leur aurait donné par la même occasion un avantage sélectif par rapport à leur rival préhistorique : l’Homme de Neandertal.

Notre espèce est ainsi la seule parmi les primates à  être porteuse de cette mutation génétique qui permettrait d’augmenter la tolérance à certains composés carbonés issus de la combustion du bois et du charbon. Un net avantage quand le quotidien repose sur l’utilisation du feu pour cuire sa nourriture, se réchauffer ou encore se protéger.

Selon Gary Perdew, co-auteur de l’étude : «Si vous respirez de la fumée, vous métabolisez le composé et vous vous en débarrassez. Cependant, si vous le métabolisez trop rapidement, il sature votre système et cause une toxicité cellulaire.»

Or, c’est exactement ce qui serait arrivé aux Hommes de Néandertal selon les auteurs. Trop «sensibles», ils auraient pu être exposés à un haut niveau de toxines, développant ainsi des problèmes respiratoires, réduisant les capacités de reproduction chez les femmes et augmentant les risques de contracter des virus pulmonaires avant la pré-adolescence.

A l’inverse, l’Homo Sapiens, plus tolérant, aurait été capable de métaboliser plus lentement ces composés, évitant ainsi une surcharge dans ses cellules pulmonaires des composés toxiques issus de leur dégradation.

Le feu : facteur d’une diversification alimentaire

Vu le rôle important que le feu a dû jouer pour les humains et les Hommes de Neandertal, cette petite mutation aurait pu être l’un des nombreux facteurs expliquant la disparition progressive de ces derniers suggère l’étude.

«Cuisiner avec du feu a permis à nos ancêtres d’incorporer une plus grande variété de nourriture dans notre régime alimentaire, par exemple, en ramollissant les racines et les tubercules qui auraient été difficiles à mâcher» explique George Perry, anthropologue et biologiste qui a participé aux travaux.

Ainsi, c’est toute la digestion des aliments qui est améliorée par la cuisson : elle réduit le temps passé à  mastiquer, ainsi que l’investissement énergétique de notre corps pendant la digestion.

Si cette mutation donne aux humains une meilleure tolérance à  la fumée, elle «nous a permis de prendre de mauvaises habitudes» déclare Gary Perdew.

A commencer par la consommation de tabac. En effet, si les effets toxiques liés à la fumée sont moins prononcés que chez les Néandertaliens, ils n’en restent pas moins bien présents et surtout mortels, comme l’attestent ce fléau qu’est la cigarette. 

http://fr.canoe.ca/

L’homme de Néandertal explorait déjà des grottes il y a 176 500 ans


L’homme de Néandertal n’était pas dépourvu de ressources pour s’abriter. En effet, il semble que bien avant l’homo, le Néandertalien érigeaient des structures dans des grottes
Nuage

L’homme de Néandertal explorait déjà des grottes il y a 176 500 ans

 

L'homme du Néandertal est disparu depuis près de... (PHOTO ARCHIVES ASSOCIATED PRESS)

L’homme du Néandertal est disparu depuis près de 30 000 ans.

PHOTO ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Agence France-Presse
Paris

Des chercheurs ont découvert que d’étranges structures circulaires en stalagmites repérées dans une grotte du sud-ouest de la France avaient très probablement été construites par l’homme de Néandertal il y a 176 500 ans, révèle une étude publiée mercredi dans la revue Nature.

«Cela recule considérablement la date de fréquentation des grottes» par le genre Homo, la plus ancienne preuve formelle datant jusqu’ici de 38 000 ans (grotte Chauvet en Ardèche), a estimé le CNRS, dont l’un des chercheurs a participé à l’étude. «Cela change également notre vision de l’homme de Néandertal».

Surplombant la vallée de l’Aveyron, la grotte de Bruniquel (Tarn-et-Garonne) a été découverte en 1990 par des spéléologues.

Très difficile d’accès, elle conserve à plus de 330 mètres de l’entrée d’étonnantes structures composées d’environ 400 stalagmites ou tronçons de stalagmites accumulés et agencés, pour deux d’entre elles, de façon circulaire.

les structures de la grotte de Bruniquel

Cette restitution 3D des structures de la grotte de Bruniquel après suppression de la repousse de stalagmites révèle l’allure de ce que les Néandertaliens ont réalisé il y a 176 500 ans. Pour cela, ils ont dû déplacer 2,2 tonnes et 112 mètres de tronçons de stalagmites ! On note la présence de deux amas annulaires, dont le plus grand contient deux tas supplémentaires. L’ensemble est parsemé de huit foyers, dont deux sur les tas.

Elle recèle aussi des preuves de l’utilisation du feu (calcite rougie, noircie par la suie) et des vestiges d’os calcinés.

En 2013, un trio de chercheurs a décidé d’entreprendre une série d’études pour cartographier les structures. Ils ont fait dater les stalagmites par la méthode uranium-thorium qui permet de remonter à des périodes très anciennes.

Verdict: les agencements ont environ 176 500 ans. Et un vestige d’os brûlé a lui aussi cet âge vénérable.

Les scientifiques ont vérifié que ces structures ne pouvaient pas être d’origine naturelle ou bien être liées à la circulation des ours dans la caverne.

«Nous avons démontré de manière incontestable que ces structures sont bien d’origine humaine», déclare à l’AFP Jacques Jaubert, professeur de préhistoire à l’Université de Bordeaux.

À l’époque, l’Homo Sapiens (l’homme moderne) n’était pas encore arrivé en Europe. Donc il ne peut s’agir que de l’homme de Néandertal, explique-t-il.

http://www.lapresse.ca/