Un camion pris d’assaut par des milliers d’abeilles


Pourquoi une colonie d’abeille s’installe sur camion a cette époque de l’année en France ? Des frelons qui mettaient en danger la colonie ?
Nuage

 

Un camion pris d’assaut par des milliers d’abeilles


 

 

  Source: France Bleu Loire Océan

L’incroyable mésaventure d’un pizzaïolo ambulant.

Un essaim de plusieurs milliers d’abeilles a fait escale sur… le camion d’un pizzaïolo dans le centre de Nantes mardi dernier. Un « nuage d’abeilles » qui s’est agglutiné sur le véhicule pendant plusieurs heures:

« Elles sont arrivées vers 16h et à 22h, on les a poussées gentiment avec un petit balai », confie-t-il à France Bleu Loire Océan, photos à l’appui.

Un phénomène qui rappelle un événement similaire récent dont a été victime un vendeur de hot-dogs à New York.

À cause des frelons?

Selon les experts, les abeilles étaient en transit entre deux ruches. Mais il s’agit néanmoins d’un essaimage tardif, selon l’apiculteur Loïc Leray.

En effet, il se « fait habituellement de mai à août ». « Stressée par les attaques de frelons », la colonie d’abeilles aurait tout simplement été contrainte de quitter sa ruche pour « sauver sa peau ». 

Coup de fatigue de la reine

Mais cette fuite improvisée ne se déroule pas toujours comme prévu.

Ainsi, « si la reine est épuisée, elle fait une escale », ajoute-t-il. Là, elle a fait escale sur un véhicule ».

Et quand la reine se pose, les autres abeilles s’agglutinent autour d’elle pour la protéger.

https://www.7sur7.be/

Pour uriner proprement dans la rue, des bacs à fleurs spéciaux seront installés à Paris et à Nantes


Alors que nous les femmes, nous allons dans les toilettes publiques malgré des envies pressantes, les hommes vont directement dans la rue. Pour essayer de modérer ces mauvaises habitudes, on songe à des urinoirs (Uritrottoir) pour rendre cela écologique
Nuage

 

Pour uriner proprement dans la rue, des bacs à fleurs spéciaux seront installés à Paris et à Nantes

 

Le HuffPost avec AFP

Satisfaire une envie pressante tout en faisant du compost. Conçu par une agence de design nantaise, « l’Uritrottoir », mi-pissotière de rue, mi-jardinière, doit s’installer début janvier à Paris et au printemps à Nantes dans des lieux à risques d’épanchements urinaires, sauvages et nauséabonds.

« Les pipis partout, les mercredis, jeudis, vendredis et samedis soirs, sont une problématique majeure des centres-villes, souligne Laurent Lebot, l’un des cogérants de l’agence Faltazi. Et les services de propreté de la ville passent un temps fou à les nettoyer, avec des produits et des détergents agressifs et une quantité d’eau importante ».

Déjà conceptrice d’un urinoir sec champêtre à destination des festivals, qui se présentait sous la forme d’un entonnoir, l’agence nantaise a imaginé une mini-vespasienne citadine « écologique et économique » pour « civiliser les pipis » sauvages de rue.

Le pipi et la paille

Composé de deux bacs en aluminium, l’un rempli de paille ou de sciure de bois, l’autre de fleurs, l’Uritrottoir « est l’association de deux déchets, l’urine et la paille. Le mélange de carbone et d’azote donne du fumier qui, une fois composté, sera utilisé comme engrais pour l’horticulture », décrit son associé, Victor Massip.

La SNCF et la ville de Nantes ont déjà passé commande, et deux premiers modèles expérimentaux seront installés tout début janvier aux abords de la gare de Lyon à Paris, puis trois au printemps dans des « rues à pipi » de la cité des ducs de Bretagne, sur des sites qui doivent encore être définis par la municipalité, en concertation avec les riverains.

Toilettes connectées pour ne pas déborder

Ces toilettes sèches de rue seront par ailleurs connectées, la présence de capteurs permettant de contrôler à distance le niveau d’urine dans la caisse et éviter ainsi tout débordement, tout en épargnant aux prestataires chargés de la collecte de l’urine des déplacements inutiles si les bacs ne sont pas pleins.

« On va solutionner le pipi sauvage, mais derrière il y a une dimension écologique. Le type qui a une envie pressante et qui cherche un recoin pour ses petites commissions, maintenant va uriner utile », se réjouit Laurent Lebot.

L’Uritrottoir existe en « version XXL pour 600 pipis », haute de 1,20 mètre, en version « 300 pipis », ou encore en format triangulaire adapté aux recoins, selon ses concepteurs.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Nantes : la police retrouve les voleurs de paella en suivant les grains de riz


Un vol digne des contes pour enfants ! Celui du Petit Poucet. Les policiers ont eu une enquête très facile
Nuage

 

Nantes : la police retrouve les voleurs de paella en suivant les grains de riz

 

Huit kilos de paella d'une valeur de 150€ ont été dérobés./Photo DDM

Huit kilos de paella d’une valeur de 150€ ont été dérobés./Photo DDM

Les trois Nantais qui ont volé une paella dans un supermarché auraient été bien inspirés de lire Le Petit Poucet avant de commettre leur larcin. Ils ont été retrouvés grâce aux grains de riz semés dans leur fuite.

Les faits remontent à cette fin de semaine.

À l’heure de la fermeture de l’établissement, une employée d’un supermarché du boulevard du Général-Buat voit un homme quitter le magasin en courant. À son bras, un plat de 8 kg de paella, d’une valeur de 150 €. L’homme, accompagné de deux complices, disparaît dans la nuit.

Placés en garde à vue

Avertis, les policiers se mettent alors à la recherche des malfaiteurs dans la direction prise par les fuyards. Au cours de leurs patrouilles, ils trouvent des grains de riz devant l’entrée d’un immeuble. Ils n’ont plus qu’à suivre ces indices égarés avant de se retrouver devant le paillasson d’un appartement.

Une fois à l’intérieur, les policiers retrouvent le plat espagnol. Interpellés en état d’ébriété, les trois voleurs présumés ont été placés en garde à vue pour «vol en réunion».

Le principal suspect n’a eu d’autre choix que de reconnaître sa faute. Il a toutefois tenu à mettre hors de cause ses deux amis, qui selon lui n’avaient rien à voir dans ce vol. Une enquête est néanmoins en cours pour déterminer le rôle et les responsabilités de chacun.

http://www.ladepeche.fr/