Étude sur les réseaux sociaux → Les femmes plus enclines à effacer des amis que les hommes


Me semble que c’est moins compliqués de bloqué/supprimer une personne qui nous embête que de tout changer ses paramètres .. d’un autre coté sur Facebook dépendant du sujet on peut personnalisé a chaque fois qu’on met un billet ce qui donne je crois un certain avantage
Nuage

 

Étude sur les réseaux sociaux  → Les femmes plus enclines à effacer des amis que les hommes

 

Étude sur les réseaux sociaux - Les femmes plus enclines à effacer des amis que les hommes

© Shutterstock

WASHINGTON – Les femmes sont plus enclines à supprimer des «amis» sur les réseaux sociaux en ligne que les hommes et elles ont aussi tendance à choisir des paramètres de confidentialité plus restrictifs, selon une étude parue vendredi aux États-Unis.

L’enquête réalisée par l’institut de recherche Pew révèle en outre que les hommes sont deux fois plus nombreux que les femmes à publier des contenus qu’ils regrettent ensuite.

Selon ce sondage réalisé entre avril et mai 2011 auprès de 2277 adultes, 63 % en moyenne des utilisateurs de réseaux sociaux ont effacé des personnes de leur liste d’amis, contre 56 % en 2009. Ce chiffre atteint 67 % chez les femmes contre 58 % chez les hommes.

Sur le plan de la protection de la vie privée, 58 % des utilisateurs de réseaux sociaux sélectionnent des paramètres de confidentialité leur permettant de ne laisser leur profil accessible qu’à leurs « amis ».

Seulement 19 % des utilisateurs autorisent cet accès aux «amis d’amis», tandis que 20 % d’entre eux laissent leur profil accessible au large public.

En la matière, les femmes sont beaucoup plus disposées que les hommes à installer des paramètres de confidentialité plus restrictifs et à n’autoriser l’accès à leur profil qu’à leurs amis. Elles sont ainsi 67 % contre 48 % pour les hommes.

Quelque 93 % des personnes interrogées pour cette enquête de 2011 ont un profil Facebook contre 73 % en 2009. Par ailleurs, 23 % ont un profil Myspace contre 48 % en 2009, et 11 % ont un compte Twitter contre 6 % en 2009.

http://fr.canoe.ca

Si tu m’aimes, donne-moi ton mot de passe!


Je pense pas que ce soit juste les jeunes qui donne leur mot de passe a l’élu de leur coeur, mais bien des adultes d’après ce que j’entends (ou lit) malheureusement cela peut occasionner des problèmes en cas de ruptures
Nuage

Si tu m’aimes, donne-moi ton mot de passe!

image:https://i1.wp.com/assets.branchez-vous.net/admin/images/branchezvous/pew-internet-logo.jpg

On savait que les adolescents ont peu de pudeur en ligne. Mais l’amour à l’ère d’Internet exige une transparence absolue.

«Chéri(e), m’aimes-tu assez pour me donner ton mot de passe?»: la question se pose de plus en plus fréquemment chez les adolescents américains, selon un article du New York Times.

Et de nombreux jeunes répondent: «oui, je le veux».

Ainsi, des ados confient à leur tendre moitié le mot de passe de leur compte Facebook, Twitter et l’accès à leurs courriels.

«C’est un signe de confiance, explique une étudiante du secondaire au NY Times. Je n’ai rien à lui cacher et il n’a rien à me cacher.»

L’article affirme que la pression sociale pour partager son mot de passe avec son amoureux est similaire à celle imposée pour les relations sexuelles: si tu m’aimais vraiment, tu le ferais.

En fait, près d’un jeune sur trois a déjà partagé son mot de passe avec un ami ou un amoureux, selon une étude du Pew Internet American Life Project.

Chez les jeunes filles de 14 à 17 ans, la proportion grimpe à 47%.

Mais, bien sûr, les relations amoureuses et les amitiés se terminent parfois mal.

On imagine facilement qu’un amoureux (ou une amoureuse) blessé puisse changer le mot de passe de son ex pour contrôler sa page Facebook et ses courriels.

Rien ne l’empêche alors d’envoyer des messages calomnieux au nom de son ancienne petite amie.

Si elle peut nous étonner, cette tyrannie de la transparence est l’aboutissement logique d’une volonté des jeunes de tout partager en ligne.

Les jeunes veulent être vus, tout dire, tout montrer (incluant leurs conversations les plus personnelles) que ce soit sur Facebook, les blogues, YouTube, MySpace ou Twitter.

Peut-on les blâmer, quand les émissions de téléréalité les abreuvent de couples qui partagent leurs secrets (et parfois leurs ébats) au petit écran?

Et les vedettes ne sont pas en reste. On a récemment vu Kim Kardashian confier ses doutes à propos de son mariage à sa mère. Kim Kardashian qui est connue, rappelons-le, uniquement pour la diffusion d’une vidéo pornographique la mettant en scène avec le chanteur Ray-J et son émission de télé-réalité où elle dévoile les travers de sa famille.

Avec des exemples comme ceux-là…

Dans un texte très fouillé paru dans New York Magazine il y a quelques années, une journaliste affirmait que le débat vie privée Vs transparence représentait un fossé générationnel aussi important que celui créé par l’arrivée du rock n roll.

«Ils sont fous ces jeunes, avec leur musique du diable et leurs danses dépravées», disaient en substance nos grand-parents.

«Ils sont fous ces jeunes qui mettent leur photo sexy en ligne et qui partagent leurs moindres états d’âmes avec le reste du monde», disent les parents d’aujourd’hui.

En effet, ils sont fous ces jeunes.

Ou est-ce nous qui nous faisons vieux?

http://www.branchez-vous.com