Le Saviez-Vous ► 20 faits étonnants sur les bananes


Tout le monde connait la banane, mais en plus de ses caractéristiques comme aliment sain, il possède des atouts impressionnants. Comme le pourcentage d’ADN comparable à l’être humain, qu’on mange près de 500 bananes, on peut faire une overdose de potassium et que le bananier est en fait la plus grande herbe au monde pour en savoir plus ici et encore bien des choses à savoir sur ce fruit
Nuage

 

20 faits étonnants sur les bananes

 

1. L’ADN.

Saviez-vous que les humains partagent en réalité la moitié de leur ADN avec les bananes ? Imaginez une banane à moitié humaine.

2. Alerte aux radiations.

Les bananes sont aussi radioactives. Si jamais vous souhaitez manger 50 bananes, sachez qu’elles vous apporteront la même dose de radiation qu’une radiographie dentaire.

3. L’eau.

À l’instar du corps humain, le pourcentage d’eau dans ce fruit est élevé. En fait, les bananes sont composées à 75 % d’eau.

4. Rouge et verte.

Les bananes étaient originellement rouge et verte. Les bananes jaunes que vous pouvez acheter aujourd’hui sont issues d’une souche mutante découverte en 1836.

5. Gueule de bois.

Ce sont des produits très utiles, car elles peuvent prévenir et soigner les gueules de bois.

6. Risques pour la santé.

Le fait de glisser sur une peau de banane a une longue histoire. Au début des 1900, il s’agissait d’un véritable risque sanitaire.

7. Stress.

Si vous devez faire face à beaucoup de stress, consommer plus de bananes peut vraiment vous aider. Elles sont considérées comme un remède naturel pour réduire l’anxiété.

8. Éthylène.

Les bananes sont récoltées vertes et dures. Avant de les mettre en vente, de l’éthylène est utilisé pour les faire murir.

9. Musée de la banane.

Il existe un musée de la banane en Californie, qui renferme 170 000 objets différents ayant un lien avec le fruit.

10. « ‘Because I’m happy’ »

Le fruit contient un type de protéine qui est converti en sérotonine par le corps, celle-ci est connue pour détendre, améliorer votre humeur et vous faire vous sentir plus heureux.

11. Entraînement.

Comme elles contiennent beaucoup de nutriments et de sucre, deux bananes renferment suffisamment d’énergie pour un entraînement intense de 90 minutes.

12. Comment concevoir un garçon ?

Selon une étude, une femme qui mange des bananes durant la conception est plus susceptible d’avoir un garçon.

13. Infarctus.

Parmi ses nombreux bienfaits, les bananes réduisent les risques d’infarctus, d’AVC et de cancer.

14. Overdose.

Mourir d’une overdose de potassium n’est possible que si vous consommez au moins 480 bananes.

15. Origines.

Les bananes proviennent d’Asie du Sud-Est et du Pacifique Sud. Aujourd’hui, elles sont cultivées dans plus de 100 pays.

16. Les herbes les plus grandes du monde.

Les bananiers sont en fait les herbes les plus grandes au monde. Ils peuvent atteindre 6 mètres de haut et ne disposent pas de tige de bois.

17. De grandes grappes.

La plante pousse à partir des tiges principales en larges grappes, qui pèsent souvent plus de 45 kilos.

18. Best seller.

Au sein de la chaine américaine d’hypermarchés Walmart, les bananes ont tendance à être les produits qui se vendent le mieux.

19. Vitamines.

La banane est considérée comme un aliment très sain. Elle ne contient ni graisse, ni cholestérol ni sodium, tout en étant riche en vitamine C et B6, ainsi qu’en potassium et manganèse.

20.

Au cas où vous vous posiez la question, une grappe de bananes s’appelle une main, et qu’une seule banane est appelée un doigt.

https://bridoz.com

Le Saviez-Vous ► Quel est le meuble le plus cher du monde ?


C’est grâce aux enchères que ce meuble est considéré comme le plus cher au monde. Faut dire que c’est un travail titanesque pour construire cet oeuvre d’art
Nuage

 

Quel est le meuble le plus cher du monde ?

 

capture 2017-08-22 à 15.29.45

Le musée Liechtenstein situé à Vienne, en Autriche, expose depuis mars 2004, les collections des princes de Liechtenstein. Parmi elles se trouve le Badminton Cabinet, meuble le plus cher du monde. 

Le Badminton Cabinet est un meuble authentique et unique réalisé au XVIIe siècle à Florence. Spécialement conçue pour répondre à la demande de Henri Somerset, 3ème Duc de Beaufort, la pièce tire son nom de la demeure du noble : la Badminton House. Mesurant 3.86 mètres de haut et 2.32 mètres de large, elle est ornée de différentes gemmes et combine plusieurs matériaux : du bois d’ébène à la pierre dure sans oublier le bronze doré et l’ivoire. Parmi les pierres fines qui l’agrémentent, on distingue notamment le Lapis Lazuli, l’Agate, le Jaspe vert, la Calcédoine de Volterra et même l’Améthyste. Pour créer ce cabinet, le savoir-faire de 30 hommes a été nécessaire faisant ainsi de lui l’un des plus grands chefs-d’œuvre florentins de l’époque. On est donc loin de nos meubles à bas coûts car fabriqués à la chaîne, comme on peut en trouver sur Livingo.

En 1990, les héritiers du Duc avaient mis le meuble aux enchères chez Christie’s, une société londonienne de renommée mondiale ; il avait été acquis une première fois par une grande collectionneuse Américaine et héritière de l’empire industriel Johnston and Johnston, Barbara Piasecka Johnson, pour la somme de 8,5 millions de livres, soit l’équivalent aujourd’hui de 11,4 millions d’euros.

14 ans plus tard, l’oeuvre a été de nouveau proposée aux enchères chez Christie’s. Le prix a alors été fixé à 19 millions de livres, soit plus du double du prix auquel il avait été acquis une décennie plus tôt. Le 6 décembre 2004, c’est donc le Prince Hans-Adam II du Liechtenstein qui, par l’intermédiaire du Docteur Johan Kreftner, directeur du Musée de Liechtenstein de Vienne, a fait l’acquisition de l’oeuvre d’art pour 27,5 millions d’euros. Le Badminton Cabinet n’est donc plus seulement l’une des plus fines pièces florentines du XVII, mais également le meuble désormais répertorié comme le plus cher du monde. 

http://lesavaistu.fr

Le musée de Londres veut exposer l’énorme monstre gluant et puant qui obstrue les égouts de la ville


Une montagne de graisse de 250 mètres et pèse 130 tonnes mêlées à des lingettes, couches, préservatifs et autres matières graisseuses bloquent les égouts de Londres. Pourquoi veut-on exposer une partie de ce monstre dans un musée ? Pour sensibiliser que les égouts ne sont pas des poubelles, que la graisse des aliments ne devraient ne pas passer la route des tuyaux pour se rendre aux égouts. Je passe aux travailleurs qui doivent patauger dans ces immondices nauséabondes.
Nuage

 

Le musée de Londres veut exposer l’énorme monstre gluant et puant qui obstrue les égouts de la ville

 

Un technicien de Thames Water travaille dans les égouts après la découverte d'un fatberg en décembre 2014 à Londres | ADRIAN DENNIS / AFP

Un technicien de Thames Water travaille dans les égouts après la découverte d’un fatberg en décembre 2014 à Londres | ADRIAN DENNIS / AFP

Repéré par Diane Frances

Repéré sur Associated Press

Son directeur y voit une manière de sensibiliser la population aux problématiques de gaspillage et de tri des déchets.

Voilà deux jours qu’un énorme monstre gluant et puant obstrue les égouts de la capitale britannique. La présence indésirable d’un «fatberg» –néologisme formé à partir des mots «fat» (graisse ou gras en français) et «iceberg»– a été découverte mardi 12 septembre par la compagnie des eaux londonienne.

«Ce “fatberg” est le plus gros que nous ayons jamais vu», a expliqué Matt Rimmer, responsable du réseau de déchets de Thames Water.

Le spécimen mesure 250 mètres (deux fois la longueur du Stade de France) et pèse 130 tonnes (le poids de onze bus à impériale), agglutinant lingettes, couches, poils, préservatifs et autres matières graisseuses en un gigantesque amas composite. Un protagoniste idéal pour un film d’horreur:

Le musée de Londres a d’autres ambitions pour cette créature.

Sharon Ament, son directeur, a déclaré mercredi que l’ajouter à la collection «soulèverait des questions sur la façon dont on vit aujourd’hui et inciterait nos visiteurs à envisager des solutions au problème des métropoles en pleine expansion», rapporte Associated Press.

Il espère ainsi obtenir un échantillon du «fatberg» afin de l’exposer, bien qu’il ne sache encore pas de quelle façon sera présenté cet énergumène pour le moins atypique.

 

Voir l'image sur Twitter

Encore faut-il que les ingénieurs de la Thames Water remportent ce qu’ils ont nommé la «guerre des égouts», à savoir la désagrégation de chaque millimètre de l’«iceberg de graisse», qui devrait durer au moins trois semaines. Cette procédure existe déjà: si ce «fatberg» bat tous les records en termes de poids et de taille, ce n’est pas la première fois que ce genre de phénomène se produit dans les canalisations du pays.

En avril 2015, un monticule de déchets ménagers de quarante mètres de long avait cassé un égout de Londres datant des années 1940, tant il était lourd. Celui de Manchester en septembre 2014 pesait cent tonnes et celui de Kingston en août 2013, plus de quinze tonnes.

http://www.slate.fr

Londres : un garçon de 10 ans corrige le Musée d’histoire naturelle


Un jeune garçon de 10 ans atteint du syndrome d’Asperger a une passion pour les dinosaures, tellement qu’il a su détecter une erreur dans un musée de Londres lors d’une exposition d’animaux préhistoriques
Nuage

 

Londres : un garçon de 10 ans corrige le Musée d’histoire naturelle

 

PAR 6MEDIAS

 

La BBC raconte comment un jeune garçon passionné de dinosaures a signalé au célèbre musée londonien une erreur sur la désignation de l’un des animaux.

C’est lors d’une visite du Musée d’histoire naturelle de Londres le 21 juillet dernier, en compagnie de son frère et de ses parents, que Charlie Edwards a pu mettre en application ses nombreuses connaissances concernant les dinosaures. Le garçon de 10 ans a en effet repéré une erreur de dénomination de l’un des animaux préhistoriques sur un schéma exposé dans l’une des galeries du musée. Alors que la silhouette du dinosaure en question était accompagnée de la légende « Oviraptor », Charlie a vite identifié à la place un « Protoceratops », comme le raconte la BBC.

Après que le paléontologue en herbe a fait part de sa découverte à ses parents, ceux-ci ont dans un premier temps fait preuve de circonspection, estimant difficile à croire qu’un musée aussi prestigieux et renommé ait pu commettre une bourde comme celle-ci. Finalement alertés, les responsables du musée ont reconnu leur erreur, félicitant Charlie Edwards de façon très officielle, par un courrier le remerciant et lui conseillant de « garder son enthousiasme pour la paléontologie ».

Atteint du syndrome d’Asperger

Les parents du jeune garçon, interrogés par la BBC, ont confirmé que Charlie se passionnait pour ce sujet depuis sa plus tendre enfance et qu’il avait « commencé à lire des encyclopédies dès l’âge de trois ans ». Souffrant du syndrome d’Asperger, une forme d’autisme qui se caractérise souvent par un intérêt poussé pour un sujet bien défini, Charlie Edwards ne se fatigue jamais d’apprendre de nouvelles choses sur les dinosaures, comme le raconte sa mère.

« Nous aurions dû réaliser tout de suite qu’il avait raison, il adore vraiment les dinosaures », a-t-elle confié au Telegraph, fière de son fils et ravie de le voir mettre en pratique son immense savoir en la matière.

http://www.lepoint.fr/

Une brouette pour voler la pièce d’or de 100 kg


Me semble comme vol, ce n’a pas du être facile à déplacé une pièce de monnaie en or de 100 kg,(près de 220.500 livres), qui vaut plus de 6 millions $ Cad et en plus dans un musée. Ils vont sûrement revoir leur système de sécurité.
Nuage

 

Une brouette pour voler la pièce d’or de 100 kg

 

Une pièce identique à celle-ci, exposée à Vancouver... (Chris Helgren, archives REUTERS)

Une pièce identique à celle-ci, exposée à Vancouver en 2010, a été volée dans un musée de Berlin.

CHRIS HELGREN, ARCHIVES REUTERS

 

La Presse Canadienne

Les voleurs qui se sont introduits dans un musée de Berlin ont utilisé une brouette pour repartir avec une imposante pièce d’or de 100 kg frappée par la Monnaie royale canadienne et qui vaut des millions de dollars, a révélé mardi la police de la capitale allemande.

Les policiers ont expliqué qu’au moins deux malfaiteurs sont entrés dans le musée de Bode, tôt lundi matin. Ils auraient utilisé une échelle pour atteindre une fenêtre depuis une voie ferrée surélevée qui longe l’édifice.

Les voleurs se sont ensuite emparés du «Big Maple Leaf Coin», qui était prêté au musée pour sa collection de monnaie depuis 2010, et l’ont placé dans la brouette. Ils sont ensuite ressortis du musée, ont suivi la voie ferrée pour traverser la rivière Spree, puis sont descendus dans un parc à l’aide d’une corde avant de s’enfuir en voiture.

La pièce, d’une épaisseur de trois centimètres et d’un diamètre de 53 centimètres, a une valeur nominale d’un million de dollars, mais son poids lui confère une valeur de 4,5 millions $ US (plus de 6 millions $ CAN) sur le marché.

Les policiers disent qu’elle a probablement été endommagée pendant le cambriolage.

Le porte-parole de la Monnaie royale canadienne, Alex Reeves, a précisé que la pièce n’appartenait pas à la société d’État et que son propriétaire était inconnu.

La Monnaie royale est toujours en possession du «Big Maple Leaf Coin» original, qui a été fabriqué il y a 10 ans lorsqu’elle a lancé sa nouvelle gamme de pièces en or.

Selon M. Reeves, lorsque la pièce originale a été dévoilée, plusieurs personnes ont exprimé le souhait d’en acheter une.

«C’est alors devenu un produit qui était fabriqué sur demande, et les clients qui versaient un acompte non remboursable s’en faisaient fabriquer une», a-t-il expliqué.

Au total, cinq pièces ont été produites et vendues de cette façon, a-t-il ajouté. Celle qui a été volée en Allemagne en fait partie.

http://www.lapresse.ca/

Il détruit une oeuvre d’art à 1 million d’euros en voulant prendre un selfie


Que cette oeuvre d’art vaut 1 million de dollars, bon … Mais détruire une oeuvre pour un égoportrait, c’est d’être vraiment imprudent
Nuage

 

 

Il détruit une oeuvre d’art à 1 million d’euros en voulant prendre un selfie

 

« La pièce aux multiples miroirs – Tout l’amour éternel que j’ai pour les citrouilles » de Yayoi Kusama. - Instagram @hirshhorn

« La pièce aux multiples miroirs – Tout l’amour éternel que j’ai pour les citrouilles » de Yayoi Kusama.Instagram @hirshhorn

Perdre l’équilibre peut s’avérer fatal lorsqu’on est près d’une œuvre d’art très précieuse.

Un touriste en a fait l’expérience en détruisant en partie « La pièce aux multiples miroirs – Tout l’amour éternel que j’ai pour les citrouilles » de Yayoi Kusama. Exposée au musée d’Hishhorn à Washington (États-Unis), c’est une salle dont le sol est recouvert de citrouilles jaunes à points noirs et le mur de grands miroirs.

S’enfermer dans la pièce sans surveillance

Le concept assez risqué de cette exposition est de permettre aux visiteurs de s’enfermer seul ou par groupes de 4 personnes maximum dans la pièce pour y prendre une photo. Le 25 février dernier, un touriste qui s’est trop penché en voulant prendre un selfie a malencontreusement écrasé une des citrouilles, d’une valeur d’un million de dollars… Suite à cette bévue, l’installation a été fermée au public pendant trois jours le temps de réparer les dégâts. Toutefois, l’artiste a affirmé ne pas en tenir rigueur au visiteur maladroit, ni au musée qui n’avait pas installé de dispositif de surveillance.

http://www.ladepeche.fr

Le Saviez-Vous L’art de restaurer des tableaux avec de la salive


Comment faire pour nettoyer des vieilles peintures dans un musée ? Il faut quelque chose d’assez puissant pour enlever la moisissure et la salive serait un produit naturel apte a faire ce travail.
Nuage

 

L’art de restaurer des tableaux avec de la salive

 

Comment s’y prend-on pour nettoyer une peinture à l’huile vieille de 140 ans? Si vous êtes Carolyn Sirett, conservatrice du Musée du Manitoba, vous vous retroussez les manches et vous vous préparez à saliver.

« Je ne suis pas en train de cracher sur les tableaux ou de lécher la moisissure », rassure Mme Sirett, qui est responsable de la préservation de 2,9 millions d’artéfacts.

Elle se sert toutefois de sa propre salive pour décrasser certains artéfacts de la collection. La technique a notamment permis la restauration d’un tableau créé par Lionel Stephenson en 1869.

Il s’avère que l’amylase dans la salive humaine, une enzyme qui aide la digestion de la nourriture, est aussi très efficace pour décaper les moisissures et autres saletés.

Carolyn Sirett se sert d’un coton-tige qu’elle humecte dans sa bouche – « préférablement avant le dîner » – et qu’elle roule doucement sur la surface qu’elle désire nettoyer. Elle répète le processus jusqu’à ce qu’elle obtienne le résultat escompté.

Mme Sirett prévient toutefois que la méthode de la salive ne peut pas être utilisée dans toutes les circonstances.

« Nous effectuons toujours des tests avant d’entamer un nettoyage [à la salive] pour nous assurer que les matériaux solubles que nous voulons conserver restent en place », explique-t-elle.

Néanmoins, la salive humaine se prête bien au nettoyage d’une multitude de matériaux : notamment le cuir, les perles, le bois et la peinture à l’huile.

Selon un texte de Darren Bernhardt, CBC News.

http://quebec.huffingtonpost.ca

Une nouvelle vie pour le cheval gris de Napoléon


On entend souvent les histoires des hommes ou femmes qui ont fait l’histoire, et rarement des animaux qui les accompagnaient. Napoléon ne fait pas d’exception ou presque, car on sait l’histoire de son cheval Marengo
Nuage

 

Une nouvelle vie pour le cheval gris de Napoléon

 

© National Army Museum.

Le squelette du cheval Marengo, cheval arabe baptisé d’après la victoire française à Marengo en 1800 et abandonné par Napoléon lors de la bataille de Waterloo en 1815, va bénéficier d’un travail de conservation et d’un nouvel assemblage en vue de son exposition au National Army Museum à Londres pour sa réouverture au printemps prochain, ont rapporté lundi The Guardian et la VRT.

© National Army Museum.

« L’une des raisons principales pour remonter le squelette est de faire ressembler le pauvre Marengo un peu plus à un cheval. La tête baissée et la position rigide des pattes le faisaient plus ressembler à une mule », explique Sophie Stathie, curatrice citée lundi par le Guardian. « C’était un animal remarquable et il mérite un meilleur sort », a-t-elle ajouté.

Le cheval, mort en 1831, a initialement été remonté -tant bien que mal- au London Hospital par un certain Willmott, à en croire une petite plaque en argent sur l’un de ses os.

Dans sa nouvelle posture, Marengo trouvera sa place parmi d’autres reliques de Waterloo, comme des armes et des uniformes.

 

http://www.7sur7.be/

La police de New York apprend à observer… dans les musées


C’est intéressant comme initiative d’amener des personnes pour leur future profession d’analyser selon les critères de l’emploi. Cependant, certaines réflexions portent a rire
Nuage

 

La police de New York apprend à observer… dans les musées

 

Vue partielle du tableau du Greco «La Purification du Temple» exposé à  la Frick Collection, à New York | via Wikimedia Commons (domaine public)

Vue partielle du tableau du Greco «La Purification du Temple» exposé à la Frick Collection, à New York | via Wikimedia Commons (domaine public)

Repéré par Anne de Coninck

Les policiers peuvent aiguiser leur sens de l’observation au travers de l’étude d’œuvres d’art.

Quand la police de New York entre dans un musée, ce n’est pas uniquement pour enquêter sur un vol spectaculaire. Les meilleurs policiers de la police fréquentent les musées pour apprendre à observer, à distinguer, à enquêter. Le New York Times a suivi une spécialiste de la perception et de l’histoire de l’art, Amy Herman, qui enseigne, au travers de l’étude d’œuvres d’art, l’observation minutieuse à la future élite de la police de la ville. Elle propose aux policiers d’acquérir et plus encore d’aiguiser leur sens de l’observation, en apprenant à percevoir et étudier les détails.

Apres plusieurs années à s’occuper des programmes éducatifs de la Frick Collection (musée d’art new-yorkais), l’historienne s’est rendu compte qu’apprendre à observer des œuvres pouvait être utile non seulement aux spécialistes de l’art mais à d’autres professions. Après avoir proposé des classes aux étudiants en médecine, elle permet désormais aux forces de l’ordre d’affûter la perception de leur environnement et leur capacité à récolter un maximum d’informations pour leurs enquêtes. Cela nécessite de fréquentes visites dans des musées, où Amy Herman montre des peintures aux policiers et ensuite leur demande de détailler ce qu’ils voient.

Évidemment les enquêteurs n’ont pas la même vision des œuvres que les historiens et les spécialistes de l’art. Ils ont tendance, et c’est logique, à les voir au travers de leur prisme, qui est celui de la loi et de l’ordre. Cela aboutit parfois à des scènes cocasses. Lors de l’étude de La Purification du Temple du Greco qui se trouve dans la Frick Collection et représente Jésus chassant les marchands du temple, un policier a regardé la toile qui dépeint une scène chaotique et s’est exclamé

«j’aurais interpellé le gars en rose, car il est clair qu’il est à l’origine de tout le mal». 

Le «gars en rose» dans la toile du Greco… c’est Jésus.

http://www.slate.fr/

Dans les collections du Smithsonian’s Museum of Natural History


Une seule journée, ne serait pas suffisant pour tout voir ce que contient ce musée d’histoire naturelle
Nuage

Dans les collections du Smithsonian’s Museum of Natural History

 

RESERVE-SMITHONIAN-01

Le photographe Chip Clark a eu l’opportunité de documenter les réserves des collections du Smithsonian National Museum of Natural History à Washington qui est un des plus grands musée d’histoire naturelle du monde avec ses 126 millions de spécimens de fossiles, d’animaux et de plantes qui servent à la fois à l’éducation du public et à la recherche scientifique.

 

RESERVE-SMITHONIAN-02

 

RESERVE-SMITHONIAN-03

 

RESERVE-SMITHONIAN-04

 

RESERVE-SMITHONIAN-05

 

RESERVE-SMITHONIAN-06

 

RESERVE-SMITHONIAN-07

 

RESERVE-SMITHONIAN-08

 

RESERVE-SMITHONIAN-09

 

RESERVE-SMITHONIAN-10

 

RESERVE-SMITHONIAN-11

 

RESERVE-SMITHONIAN-12

http://www.laboiteverte.fr/