Le Saviez-vous ► Canicule : 10 conséquences inattendues


    Avec les changements climatiques, les experts en environnement peuvent donner un aperçu de ce que l’on doit s’attendre. Il y aussi des conséquences que l’on ne sait pas et voici quelques-unes qui étaient imprévues. C’est surtout en Europe, mais on peut sûrement voir des phénomènes similaires en Amérique.
    Nuage

     

    Canicule : 10 conséquences inattendues

    Céline Deluzarche

    Journaliste

    Les températures relevées ces dernières semaines en Europe et dans plusieurs autres régions du monde battent des records : 33 °C en Laponie norvégienne, 46 °C au Portugal, et même 51,3 °C dans le Sahara australien. Sous l’effet de la chaleur, on observe des phénomènes bien étranges.

    Des températures exceptionnellement élevées sont relevées dans plusieurs pays du monde. Elles ont des conséquences sur la santé humaine mais aussi d’autres, plus inattendues. En voici quelques-unes.

    Les rennes envahissent les tunnels en Norvège

    Avec des températures dépassant les 30 °C dans le nord de la Norvège, les rennes plutôt habitués aux grands froids ont bien du mal à trouver un peu de fraîcheur. Alors, pour se trouver une place à l’ombre, ils se réfugient… dans les tunnels. Les responsables de la sécurité routière appellent donc les automobilistes à la vigilance, même si aucun accident grave n’a encore été signalé. En Finlande voisine, 4.000 accidents impliquant une collision avec un renne sont à déplorer chaque année.

    Pour se protéger de la chaleur, les rennes se mettent à l’ombre dans les tunnels. © Jon, Flickr CC BY 2.0

    Pour se protéger de la chaleur, les rennes se mettent à l’ombre dans les tunnels. © Jon, Flickr CC BY 2.0

    Le plus haut sommet suédois perd son statut de point culminant

    Les chaleurs exceptionnelles enregistrées ces derniers jours en Suède ont fait fondre le glacier recouvrant le sommet sud du massif du Kebnekaise de quatre mètres au cours du seul mois de juillet, rapporte Gunhild Ninis Rosqvist, professeur de géographie à l’université de Stockholm. Son altitude est désormais inférieure à celle du sommet nord (2.096,8 mètres) alors qu’en 2017, il le dépassait de deux mètres. Pour autant, la canicule de cette année ne fait qu’accentuer la tendance, puisque le sommet fond déjà d’un mètre par an depuis les années 1980.

    Le sommet sud du massif Kebnekaise en Suède a perdu quatre mètres de neige au cours du seul mois de juillet 2018. © Lukáš Poláček, Flickr CC BY-NC 2.0

    Le sommet sud du massif Kebnekaise en Suède a perdu quatre mètres de neige au cours du seul mois de juillet 2018. © Lukáš Poláček, Flickr CC BY-NC 2.0

    Une hausse de 15 % des accidents de la route

    Le nombre d’accidents les jours de canicule est 15 % plus élevé que la moyenne, indique l’Institut belge pour la sécurité routière. Plusieurs explications sont avancées : d’abord, les piétons et cyclistes plus nombreux sur les routes ; deuxièmement, la diminution de la concentration des conducteurs et, troisièmement, la fatigue due à des nuits peu reposantes et au report des trajets à des heures plus fraîches. En 2016, une étude avait montré une augmentation de 9 % du nombre d’accidents lorsque les températures dépassent les 27 °C.

    De moins bons résultats aux examens

    La chaleur ramollit-elle le cerveau ? D’après une étude de l’université de Harvard, les étudiants qui passent un examen par des températures supérieures à 32 °C ont 12 % de chances en moins de l’obtenir par rapport à ceux qui passent les mêmes épreuves à 22 °C. Une précédente étude de 2016 avait déjà montré une réduction de 10 % des capacités cognitives chez les personnes habitant des logements sans air conditionné. Faut-il alors relever artificiellement les notes des étudiants n’ayant pas bénéficié de la climatisation, comme le suggèrent les auteurs de la première étude ?

    Le prix des céréales explose

    La situation est « catastrophique », s’affole Andrée Defois, une analyste de Stratégie Grains, un cabinet d’études spécialisé dans les marchés des céréaleset oléagineux.

    La récolte de blé dans l’UE ne dépassera pas les 130 millions de tonnes cette année, soit la production la plus faible depuis six ans, estime le consultant. La sècheresse et la chaleur ont dévasté le blé, l’orge et le colza dans les grands pays producteurs comme l’Allemagne, les pays baltes, la Pologne et la Suède. De quoi provoquer une flambée des prix : le blé a dépassé les 200 euros la tonne fin juillet.

    La récolte de blé européenne est au plus bas depuis six ans. © USDA NRCS South Dakota, Flickr CC BY-SA 2.0

    La récolte de blé européenne est au plus bas depuis six ans. © USDA NRCS South Dakota, Flickr CC BY-SA 2.0

    Les routes et les immeubles fondent

    À Glasgow, en Écosse, les températures ont dépassé les 32 °C ces derniers jours. Trop chaud pour le centre des Sciences, dont les jointures en goudron ont commencé à fondre, laissant des traînées noires sur le dôme. Le centre s’est voulu rassurant, expliquant qu’il n’y avait aucun risque sur la solidité de la structure. Aux Pays-Bas, certaines sections d’autoroutes ont dû être fermées car l’asphalte a commencé à fondre sous le soleil écrasant. Il faut dire qu’en plein soleil, la surface de la route peut facilement s’échauffer jusqu’à 60 °C ou 70 °C.

    À Glasgow en Écosse, les jointures du toit fondent sous l’effet de la chaleur. © BBC Scotland News, Twitter

    À Glasgow en Écosse, les jointures du toit fondent sous l’effet de la chaleur. © BBC Scotland News, Twitter

    Des munitions de la seconde guerre mondiale mises au jour

    Vingt-quatre grenades, des mines et autres engins explosifs ont été retrouvés à plusieurs endroits la semaine dernière sur les rives de l’Elbe, en Saxe-Anhalt (Allemagne). Un arsenal découvert par des promeneurs à des endroits généralement recouverts d’eau, mais mis à nu en raison de la sécheresse qui sévit cette année dans la région : à certains endroits, la hauteur de l’Elbe ne dépasse pas les 46 centimètres. 

    « Même après des décennies passées au fond de l’eau, les munitions peuvent encore être dangereuses », a averti le Bureau de la police technique (TPA).

    Les piscines virent au vert

    Dans de nombreux jardins, l’eau des piscines devient soudainement verte. En cause, la hausse de la température de l’eau. Lorsqu’elle dépasse 28 °C, le pH augmente, ce qui favorise la prolifération d’algues et réduit l’efficacité du chlore, utilisé comme désinfectant contre les micro-organismes. En plus, le chlore libre de l’eau a tendance à s’évaporer sous l’effet des rayons ultraviolets. Mais attention, jeter des dizaines de pastilles de chlore dans la piscine peut provoquer des irritations des yeux et de la peau, mettent en garde les professionnels.

    Sous l’effet de la chaleur et des rayons ultraviolets, les algues prolifèrent dans les piscines. © Laura Thorne, Flickr CC BY-NC-ND 2.0

    Sous l’effet de la chaleur et des rayons ultraviolets, les algues prolifèrent dans les piscines. © Laura Thorne, Flickr CC BY-NC-ND 2.0

    Les trains arrivent en retard

    En Bretagne, plusieurs trains ont accusé entre cinq et trente minutes de retard ces derniers jours. Et cette fois, ce ne sont ni la grève ni un incendie qui sont responsables, mais la canicule. À partir de 45 °C, les rails se dilatent et se déforment, obligeant la SNCF à réduire la vitesse pour éviter tout risque de déraillement. Les caténaires aussi s’allongent et se détendent. Si les contrepoids chargés de garder le fil bien tendu atteignent le sol, la caténaire risque de toucher le toit du train et d’être arrachée par le pantographe.

    Lors des fortes chaleurs, les rails se dilatent et les trains doivent circuler à vitesse réduite. © Tara R, Flickr CC BY-NC-ND 2.0

    Lors des fortes chaleurs, les rails se dilatent et les trains doivent circuler à vitesse réduite. © Tara R, Flickr CC BY-NC-ND 2.0

    Les centrales nucléaires au ralenti

    Malgré les besoins en énergie pour alimenter les climatiseurs, EDF a dû mettre à l’arrêt un réacteur nucléaire et en ralentir deux autres pour respecter les normes environnementales de température de l’eau. Les centrales se servent en effet de l’eau des fleuves pour refroidir les turbines et la rejettent dans l’environnement. Or, avec les fortes chaleurs, l’eau est déjà trop chaude : plus de 28 °C dans le Rhône. Pour autant, EDF assure qu’il n’y aura aucun problème d’approvisionnement, d’autant que la production solaire est elle à son zénith : elle a battu un record en juin, à 1.284 GWh.

    CE QU’IL FAUT RETENIR

  • Le plus haut sommet de Suède a fondu de quatre mètres en juillet.

  • Les rennes se réfugient dans les tunnels pour se mettre à l’ombre.

  • La sécheresse et la chaleur dévastent les récoltes de céréales.

  • Température de l’eau trop élevée : les piscines virent au vert et des réacteurs nucléaires sont à l’arrêt.

    https://www.futura-sciences.com/

Comment Stephen Paddock a-t-il pu acquérir plus de 40 armes à feu?


Le massacre des Las Vegas a été la pire tuerie des États-Unis fait par un seul tireur. Personne ne comprend ce qui a pu se passer dans sa tête, même si l’organisation Etat islamique a revendiqué cette tuerie, il peut probable, car rien ne relie le tireur à eux. Reste à savoir pourquoi et comment un seul homme a pu avoir autant d’armement en sa possession
Nuage

 

Comment Stephen Paddock a-t-il pu acquérir plus de 40 armes à feu?

 

© AP Boston25/Twitter.

Stephen Paddock, le « malade » ayant commis le massacre de Las Vegas, selon les mots de Donald Trump, restait mardi une énigme nationale aux Etats-Unis où enquêteurs et médias s’employaient à comprendre ce qui a pu faire basculer ce discret retraité, jusque-là sans histoire.

Agé de 64 ans, ce comptable à la retraite était un joueur invétéré, habitué des hôtels-casinos où il pariait des sommes très importantes et où il pouvait vivre pendant des mois consécutifs, selon son frère. Etrange et reclus, selon ses voisins, il était devenu millionnaire grâce à des investissements immobiliers, a dit son frère Eric. Il était propriétaire de plusieurs maisons, dans plusieurs Etats.

Père braqueur de banques

Inconnu des services de police, il a accumulé dans la plus grande discrétion un arsenal de 42 fusils et armes de poing, des explosifs et des milliers de munitions, et assassiné 59 personnes dimanche soir, plus qu’aucun tireur dans l’histoire des Etats-Unis. Plus de 500 personnes ont aussi été blessées. Il avait une petite amie, Marilou Danley, une Australienne de 62 ans d’origine philippine, ancienne employée de casinos, qui se trouvait lundi à Tokyo. Son père était un braqueur de banques qui s’est évadé de prison dans les années 1960 avant d’être rattrapé.

La police de Las Vegas l’a qualifié de « loup solitaire », martelant qu’il a agi seul. L’organisation Etat islamique a affirmé qu’il était l’un de ses « soldats », converti à l’islam, mais le FBI a dit lundi n’avoir absolument rien trouvé liant Stephen Paddock au groupe djihadiste.

« Nous fouillons tout son passé et explorons chaque indice », a déclaré le shérif adjoint de Las Vegas Todd Fasulo lundi soir aux journalistes. « S’il vous plaît, soyez patients », a-t-il imploré.

Le président américain, lui, s’est gardé d’utiliser le terme de terroriste.

« C’est un malade, un fou », a déclaré Donald Trump mardi matin, avant de s’envoler pour Porto Rico, sinistré par l’ouragan Maria. « Nous avons affaire à un individu très très malade ».

Stephen Paddock était arrivé à l’hôtel Mandalay Bay jeudi dernier, où il avait réservé une suite au 32e étage, surplombant le grand festival de musique country en plein air Route 91 Harvest, à quelques centaines de mètres de distance.

Il y a discrètement apporté 23 armes à feu, dont l’inventaire n’a pas été détaillé par les forces de l’ordre mais dont on sait qu’elles incluaient des fusils d’assaut, dont certains probablement automatiques. Les armes automatiques, de type militaire, permettent de tirer des rafales en gardant le doigt sur la détente, à la différence des semi-automatiques, où il faut constamment réappuyer. Les policiers ont également découvert 19 armes à feu à son domicile de Mesquite, ainsi que des explosifs et des milliers de balles. Dans son véhicule, ils ont trouvé du nitrate d’ammonium, un engrais qui peut servir à fabriquer des explosifs.

Commerce réglementé des armes automatiques

Une autre propriété, à Reno, toujours dans le Nevada, a été perquisitionnée par les forces de l’ordre, avec l’aide de démineurs par précaution. On ne savait pas encore mardi en fin de matinée ce qui y a été trouvé. Les conclusions des investigations sur la personnalité et le mobile du tueur auront des conséquences très politiques. Comme lors de précédentes fusillades, mais avec une intensité accentuée par l’horreur du bilan humain, le débat sur la législation sur les ventes d’armes a été relancé par les démocrates.

Comment un homme peut-il acquérir en toute légalité plus de 40 armes à feu? Comment a-t-il pu obtenir des fusils automatiques, interdits à la vente sauf pour ceux datant d’avant 1986, dont le commerce est extrêmement réglementé? Au Congrès, les chefs de la majorité républicaine ont rejeté l’appel des démocrates. Mais ils ont annoncé mardi qu’une proposition de loi devant faciliter l’achat de silencieux, et qui devait être bientôt examinée à la Chambre des représentants, était repoussée sine die.

http://www.7sur7.be

Tuerie d’Aurora: armes à feu à profusion


300 maillons d’armes au USA, c’est insensé et épouvantable! De plus comment un magasin peut vendre des fusils d’assauts ?? Il est certain qu’on ne pourrait faire disparaitre des tueries comme a Toronto ou a Aurora mais au moins ne pas facilité la tâche serait mieux que se croisé les bras !!!! Comment les responsables de la vente des armes a feu peuvent prétendre que la vente d’un fusil d’assaut ou tout autre arme peut être acceptable pour une personne ? Ceci est un non sens et je suis certaine que le fait que le marché est très enrichissant pour les marchands d’arme il sera plus difficile d’y changer la loi
Nuage

 

Tuerie d’Aurora: armes à feu à profusion

 

Le 28 mai, James Holmes a acheté un fusil Remington 870 Express Tactical de calibre 12 au magasin Bass Pro Shops, de Denver. Il est revenu le vendredi 6 juillet pour acheter un revolver Glock.

PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Nicolas Bérubé
La Presse

(Denver, Colorado) Le magasin Bass Pro Shops, à Denver, est plus vaste qu’un entrepôt Costco. Il possède son propre restaurant, sa galerie de tir et ses bureaux feutrés pour accueillir les clients VIP.

Les armes de chasse et les fusils d’assaut sont alignés derrière un comptoir long comme une allée de quilles. Des centaines de boîtes de munitions sont empilées sur des étagères, à la portée des clients.

Les enfants qui passent la porte du magasin avec leurs parents ont les yeux grands comme dans un parc d’attractions.

James Holmes est entré ici le lundi 28 mai et y a acheté un fusil Remington 870 Express Tactical de calibre 12, à 319$. Il est revenu le vendredi 6 juillet pour acheter un revolver Glock (600$).

Entre-temps, il a fait l’acquisition d’un autre Glock, d’un fusil d’assaut semi-automatique Smith&Wesson M&P15T et de plus de 6000 balles, achetées sur l’internet.

Ces achats légaux ont servi à perpétrer l’une des plus importantes tueries de l’histoire récente des États-Unis. Samedi, le siège social de Bass Pro Shops, au Missouri, a affirmé que le dossier de Holmes avait été «dûment analysé au moment des achats, et qu’il a été approuvé».

Des clients interviewés par La Presse devant le Bass Pro Shops, la fin de semaine dernière, se sont dits mal à l’aise devant l’abondance d’armes offertes par le magasin, le plus grand fournisseur de matériel de camping de Denver.

«Je n’aime pas emmener mes enfants ici, a dit Karla Keller. Ils vendent même des allume-barbecue en forme de revolver… Je comprends qu’ils tiennent des armes de chasse, mais les fusils d’assaut, ça donne froid dans le dos.»

Un autre client, qui a dit s’appeler Jake, trouve cependant normal que le magasin vende des armes semi-automatiques, légales pour la chasse au Colorado.

«Elles seraient disponibles sur le marché noir de toute façon, dit-il. Les cartels mexicains ont des armes, et je ne pense pas qu’ils les achètent en magasin.»

Changer la loi?

Hier, le représentant démocrate du district qui englobe Aurora, Ed Perlmutter, a dit qu’il est temps de réinstaurer la loi fédérale interdisant la vente de fusils d’assaut, en application de 1994 à 2004.

«Je crois que c’est un enjeu qui peut être réglé au Congrès», a-t-il affirmé sur les ondes de CBS.

En 2004, le Congrès, alors dirigé par les républicains, avait laissé expirer la loi, adoptée sous Bill Clinton.

En entrevue avec La Presse, Dave Kopel, professeur de droit constitutionnel à l’Université de Denver et directeur à l’Independence Institute, note que les armes utilisées par Holmes comptent parmi les plus populaires aux États-Unis.

«Ce qui s’est passé vendredi à Aurora est horrible. Mais je ne crois pas que l’on puisse empêcher cela en limitant l’accès aux armes de chasse», dit-il.

Les débats sur les armes surviennent toujours après les tueries, mais la réalité, c’est que Washington n’a pas l’appétit pour légiférer sur la question.

«Il y a 300 millions d’armes à feu aux États-Unis, explique M. Kopel. On fait quoi? On les interdit?»

http://www.lapresse.ca

Tuerie d’Aurora → Un appartement fait pour tuer


L’appartement de l’étudiant était piégé et semble t’il qu’une femme avait été a l’appartement avant le drame, la porte débarrée mais elle n’est pas entrée, une chance pour elle … car c’était bourrée de d’explosif Mais qu’est ce qui s’est passé dans sa tête pour avoir préméditer tout ce carnage ?
Nuage

 

Tuerie d’Aurora → Un appartement fait pour tuer

 


(Crédit photo: Reuters)

Jim Yacone, agent spécial du FBI, a expliqué lors du point presse, que des experts, chimistes et techniciens spécialisés dans les explosifs, ont été appelés sur les lieux. Un robot a également été utilisé pour désamorcer certains engins explosifs, situés à l’intérieur de l’appartement du suspect.

«L’entrée dans l’appartement était piégée par un fil, relié à des substances explosives, a expliqué Jim Yacone. Les spécialistes ont dû neutraliser un mélange explosif, ils ont trouvé sur place des mécanismes de déclenchement et des accélérateurs ainsi que des substances inconnues qui devront être analysées dans les laboratoires du FBI».

L’agent spécial du FBI s’est montré très prudent lors de son intervention face aux médias afin de ne pas donner d’éléments qui pourraient nuire à l’enquête. Il a cependant affirmé que tout avait été mis en œuvre afin de protéger les preuves à chaque moment, mais n’a pas voulu révéler les techniques et procédures utilisées par les équipes présentes sur les lieux.

Jim Yacone a précisé que «l’environnement était très dangereux et que si un civil était entré, il aurait été gravement blessé ou aurait perdu la vie. Le dispositif était très sophistiqué. La menace n’a pas été complètement éliminée mais elle a été significativement réduite».


(Crédit photo: Reuters)

«Nous avons réussi à désactiver un deuxième dispositif de déclenchement, a déclaré la porte-parole de la police la sergente Cassidee Carlson. Bien que nous ne soyons pas certains, nous sommes confiants, d’avoir éliminé la majorité des menaces restantes. Cependant, nous ne le saurons pas jusqu’au moment où nous entrerons dans l’appartement.»

Il n’y a pas eu d’incendie à la suite de la détonation. Les autorités l’espéraient pour préserver les indices dans l’appartement du suspect.


(Crédit photo: Reuters)

L’appartement était rempli de fils électrique, de fils de détente, des contenants remplis de munitions et de liquides, ont indiqué les policiers. Au moins cinq bâtiments à proximité ont été évacués, par précaution.

Lorsqu’il a été arrêté, James Holmes avait en sa possession plus de 6000 munitions qu’il avait achetées sur internet, dont 3000 balles de fusil d’assaut, 3000 balles de pistolet Glock et 300 cartouches de fusil à pompe. Il avait sur lui un fusil d’assaut et un fusil à pompe et deux pistolets. Une de ses armes pouvait tirer entre 50 et 60 balles par minutes, a indiqué le chef de police d’Aurora.

C’est le suspect qui aurait averti les policiers que son appartement était truffé d’explosifs.

Les armes ont été achetées légalement, selon les autorités.

L’équipe antibombe devait quitter les lieux samedi soir à partir de 19h. Les habitants des quatre édifices voisins, évacués par précaution, devaient ensuite réintégrer leurs logements.

Les habitants de l’édifice principal devaient, quant à eux, attendre dimanche pour regagner leurs domiciles.

http://tvanouvelles.ca