10 chats qui ont un pelage absolument incroyable


     

    Parmi les millions de chats sur terre, certain on un pelage différent que ce soit une forme inusité, un mélange de couleur donnant un aspect particulier font des chats uniques.
    Nuage

     

    10 chats qui ont un pelage absolument incroyable

    chat masqué héros

    Le moins que l’on puisse dire, c’est que certains chats ont un look vraiment à part. Du genre sur lequel tout le monde se retourne en souriant.

    On vous présente BatCat

chat cinnamon

laurasiaaa

Un nez en coeur

_Affexion_

Chat double face

VenusTheAmazingChimeraCat

Le chat toujours étonné

Duitang

Une belle moustache !

Un point (d’exclamation) c’est tout !

slayrgerlReport

Un pelage magnifique

Facebook

Vous avez vu ces sourcils ?

samhaseyebrows.nyc

https://wamiz.com

Puis-je couper les moustaches de mon chat ?


À vrai dire, la question m’a fait sursauter ! Comment peut-on penser de couper les poils de moustache (vibrisse) à un chat ? Ils sont très importants pour le matou, c’est une mine d’information pour le félin
Nuage

 

Puis-je couper les moustaches de mon chat ?

 

chat moustaches

Les moutaches, ou vibrisses, sont indispensables au chat. Mais à quoi lui servent-elles, et peut-on les lui couper ?

La Dr Hélène Gateau, vétérinaire, chroniqueuse animalière et animatrice télé, répond à ces questions dans cet extrait de son livre Tout sur votre chat !

Les moustaches de votre chat sont vitales et incroyablement fonctionnelles. Le nom scientifique pour les moustaches du chat est « vibrisses ». Ce sont des poils longs, durs, trois fois plus épais que les autres poils, et que l’on retrouve à différents endroits du corps de l’animal : autour du museau, au-dessus des yeux, sur le menton, mais également à l’arrière des pattes antérieures, juste au-dessus des coussinets.

Les moustaches permettent au chat d’éviter les obstacles

Comme pour les autres poils, chaque vibrisse prend naissance dans un follicule pileux présent dans l’épaisseur de la peau, plus gros, et aussi beaucoup plus innervé et vascularisé que les autres follicules. C’est ce qui confère aux moustaches une sensibilité exceptionnelle aux objets ou obstacles qui entourent le chat, aux variations de pression atmosphérique et aux vibrations. Ce sont en quelque sorte des antennes dont il va se servir pour mieux se repérer dans l’espace, surtout dans l’obscurité.

Ainsi, lorsque le chat a besoin de se faufiler quelque part, les vibrisses vont lui indiquer s’il peut s’y risquer, la largeur des moustaches correspondant à la largeur du corps du chat. Attention, ceci n’est pas valable si votre matou est en surpoids ! Les vibrisses sur les sourcils capteront la présence d’un obstacle (une branche d’arbre par exemple) et le chat fermera ses yeux pour ne pas se blesser. Ces antennes sont donc très utiles pour un chasseur, nocturne de surcroît, qui a besoin de rester le plus discret possible.

Les vibrisses situées à l’arrière des pattes sont caractéristiques des animaux grimpeurs et sauteurs. Le chat ayant une vision de près assez mauvaise, elles servent aussi à mieux juger de l’état d’une proie  : est-elle morte ? Cherche-t-elle à s’enfuir ? Faut-il la mordre à nouveau dans le cou ?

Les moustaches ont également un rôle dans le langage corporel. Si votre matou les plaque en arrière, il est sur la défensive ou inquiet ; s’il les dirige vers l’avant, le petit félin manifeste de la curiosité, il est en mode exploratoire. 

Il ne faut donc absolument pas couper les moustaches de votre chat, même si elles repousseront. Elles lui sont indispensables pour bien évoluer sans se blesser dans son environnement.

Le saviez-vous ?

Les vibrisses du chat tombent naturellement car, comme les poils, elles se renouvellent ; le cycle de pousse et de repousse est cependant plus long, car leur taille et leur diamètre sont supérieurs. Un chat qui n’est pas en bonne santé perd ses poils, mais aussi ses vibrisses. Inquiétez-vous si votre chat n’a plus ses belles moustaches autour de sa bouche et de son museau.

Dr Hélène Gateau
Vétérinaire

https://wamiz.com/

Découvrez les meilleurs participants du championnat de barbes et moustaches 2017


J’aime les barbes bien entretenues et courtes, alors les barbes et moustaches dans cette compétition, n’est pas vraiment dans mes goûts, la pire est la photo en 9 positions, c’est horrible. Le côté que je pourrais trouver, c’est la patience de faire pousser sa barbe et moustache et la patience de la travailler
Nuage

 

Découvrez les meilleurs participants du championnat de barbes et moustaches 2017

 

Crédit photo : Le Bien Public

Par Timothé G.

Une fois encore, le championnat de barbes et de moustaches a donné lieu à de belles pilosités. La compétition, qui se déroulait ce week-end à Austin, aux États-Unis. existe depuis 1990, et remporte à chaque fois un succès fou. Il y a un an, nous vous avions parlé des 15 plus belles photos de l’année 2016.

Les participants de cette nouvelle édition ont été, une fois de plus, très inventifs, et les personnes présentes ont pu découvrir de véritables œuvres d’art. Le concours est divisé en 17 catégories et ouvert à tous et à toutes. On peut donc retrouver la moustache à l’anglaise, à la Dali ou encore à la mousquetaire

La minutie et l’imagination sont des qualités indéniables pour espérer gagner. Mais pour certaines catégories, il est nécessaire d’avoir une barbe prépondérante afin de créer de somptueuses sculptures de poils !

Et cette année, le photographe Greg Anderson, qui était sur présent, a pu capturer ces merveilleux portraits ! Découvrez 22 candidats avec une imagination débordante qui ne manquent pas de poils :

1.

Crédit photo : Greg Anderson

2.

Crédit photo : Greg Anderson

3.

Crédit photo : Greg Anderson

4.

Crédit photo : Greg Anderson

5.

Crédit photo : Greg Anderson

6.

Crédit photo : Greg Anderson

7.

Crédit photo : Greg Anderson

8.

Crédit photo : Greg Anderson

9.

Crédit photo : Greg Anderson

10.

Crédit photo : Greg Anderson

11.

Crédit photo : Greg Anderson

12.

Crédit photo : Greg Anderson

13.

Crédit photo : Greg Anderson

14.

Crédit photo : Greg Anderson

15.

Crédit photo : Greg Anderson

16.

Crédit photo : Greg Anderson

17.

Crédit photo : Greg Anderson

18.

Crédit photo : Greg Anderson

19.

Crédit photo : Greg Anderson

20.

Crédit photo : Greg Anderson

21.

Crédit photo : Greg Anderson

22.

Crédit photo : Greg Anderson

Source : Greg Anderson

http://www.demotivateur.fr/

Le Saviez-Vous ► 5 choses à savoir sur les moustaches du chat


Les moustaches de chat appelés aussi vibrisses ne sont pas juste esthétique. Ils sont nécessaires au repérage, à mesurer l’espace, le vent et à la communication
Nuage

 

5 choses à savoir sur les moustaches du chat

 

Les moustaches du chat, appelées vibrisses, ne sont pas seulement là pour faire joli, loin de là ! Situées aussi sur les paupières et à l’arrière des pattes avant, elles ont en effet de nombreuses fonctions tant en matière de communication que de repérage.

1. Un organe très utile pendant la nuit

La nuit, le chat utilise ses moustaches pour se repérer et détecter les variations de l’air. Il peut ainsi détecter la présence de proies et tout autre présence en mouvement dans l’obscurité.chat moustaches vibrisses

Le chat utilise ses moustaches pour se repérer. © Flickr – Dave Young

2. Encore mieux qu’un mètre

Les vibrisses permettent également au chat de mesurer la largeur d’un passage.

‘En effet les vibrisses représentent la largeur totale du chat, elles servent de « gabarit » » nous explique Marie-Hélène Bonnet, comportementaliste du chat.

Ces poils très épais mesurent aussi la vitesse du vent et sont donc très utiles quand le chat bondit car il sait ainsi quelle force il doit mettre exactement dans son saut.

3. Les vibrisses coupées repoussent

Certains pensent à tort que si l’on coupe les moustaches du chat, elles ne repousseront jamais. C’est bien heureusement faux. Cependant, durant le temps de la repousse, le chat se montrera plus maladroit, et donc moins téméraire.

D’ailleurs, « une chatte coupera les moustaches de ses chatons pour éviter qu’ils ne partent trop loin du nid familial » souligne Marie-Hélène Bonnet.

photo moustaches chat vibrisses

Les vibrisses du chat lui permettent aussi de communiquer © Flckr – Steve Koukoulas

4. Un moyen de communication

Observer les moustaches du chat peut permettre de comprendre ses émotions. Un félin inquiet ou effrayé les dirigera vers l’arrière, tandis qu’un matou curieux ou agressif les dirigera droit devant lui.

5. Des différences selon les races de chat

Si les vibirisses ont toujours les mêmes fonctions, elles ne sont pas identiques en matière d’esthétique. Celles du Devon Rex par exemple, sont ondulés et courtes tandis que celles de l’American Wirehair sont plus rêches et frisées

https://wamiz.com/

La moustache de Salvador Dali est intacte, 28 ans après sa mort!


L’excentrique Salvador Dali, 28 ans après sa mort, a gardé sa moustache intacte ainsi que son corps est bien conserver par l’embaumement. L’ouverture de la tombe a pour but de prendre des échantillons et d’examiner les preuves grâce à l’ADN  que le peintre est le père ou non d’une cartomancienne. J’avoue avoir bien hâte d’avoir les réponses, à savoir si cette saga en valait la peine
Nuage

 

La moustache de Salvador Dali est intacte, 28 ans après sa mort!

 

HULTON DEUTSCH VIA GETTY IMAGES

Elle était dans sa position classique, à dix heures dix!

Les experts judiciaires chargés des prélèvements d’ADN sur la dépouille du peintre surréaliste espagnol Salvador Dali, mort il y a 28 ans, ont constaté que ses restes embaumés étaient bien conservés à commencer par sa célèbre moustache relevée, a annoncé la fondation Dali vendredi.

« Comme vous le savez, le corps de Dali avait été embaumé, il était momifié et la moustache a été préservée, comme l’a dit le médecin légiste (Narcís) Bardalet, elle était dans sa position classique, à dix heures dix », a déclaré le secrétaire général de la Fondation Dali Lluis Peñuelas Reixach vendredi lors d’une conférence de presse.

« C’était un moment émouvant pour lui et pour nous aussi », a-t-il ajouté en évoquant cette moustache noire relevée « en croc », si caractéristique de Dali, qui aimait s’en amuser en écarquillant les yeux.

Comme pour prolonger la rocambolesque vie du peintre surréaliste espagnol, une cartomancienne de 61 ans, Pilar Abel, née comme lui à Figueras, une petite ville du nord de la Catalogne, a déposé devant la justice une demande de reconnaissance de paternité, presque trente ans après la mort de Salvador Dali.

Malgré les efforts de la fondation qui gère son patrimoine et veille sur sa dépouille pour l’arrêter, la procédure judiciaire a suivi son cours, et la juge en charge du dossier a ordonné l’exhumation.

Celle-ci a été menée à bien pendant près de quatre heures jeudi à l’abri des regards dans le Théâtre-Musée Dali où l’excentrique artiste était enterré, après le départ des visiteurs.

Une lourde dalle de plus d’une tonne posée recouvrant sa tombe a dû être soulevée et le cercueil en bois massif a dû être ouvert.

Les experts ont prélevé des échantillons de « cheveu, d’ongle, et deux os longs », a encore dit Lluis Peñuelas aux journalistes.

Ils doivent désormais être analysés par l’Institut toxicologique de Madrid et comparés à l’ADN de la plaignante, ce qui prendra plusieurs semaines.

Si la filiation était démontrée, Pilar Abel, une femme aux yeux noirs et aux cheveux sombres, serait la seule descendance de Salvador Dali et pourrait prétendre à un quart de son héritage.

http://quebec.huffingtonpost.ca

November avec les chats


Des chats portant fièrement la moustache. En novembre, les moustaches sont à l’honneur afin de sensibiliser l’opinion publique aux maladies masculine. En moyenne, les hommes meurent 6 ans plus jeunes suite a des cancers de la prostate et des testicules. La fondation Movember est en période de soutien pour faire avancer la recherche
Nuage

 

November avec les chats

1. Hamilton le chat hipster

Movember cats

© Instagram – hamilton_the_hipster_cat

2. Citroneko et ses jolies moustaches blanches

Movember cats

© Instagram – citroneko

3. Stanler, le magnifique matou aux moustaches immaculées

Movember cats

© Instagram – stanler_cat

4. Même Miss Mustachio porte des moustaches !

Movember cats

© Instagram – miss.mustachio

5. Uta ? Il porte deux paires de moustaches pour le prix d’une !

Movember cats

© Instagram – hanautachop

6. Pas de doute possible : Erynnis est vraiment adorable !

Movember cats

© Instagram – umbrellaofhope

7. Scout ? C’est le chat à moustaches le plus joueur du monde !

Movember cats

© Instagram – theadventuresofscoutandharper

8. Les incroyables moustaches blanches de Teddy

Movember cats

© Instagram – moustache.cat

9. Les chats moustachus ont un charme fou, non ?

Movember cats

© Flickr

10. Les magnifiques moustaches noires de Cândida

Movember cats

© Instagram – uniao.zoofila

11. Stache a la méga classe

 

Movember cats

© Instagram – mrstache_thecat

12. De parfaites petites moustaches bien placées

 

Movember cats

© Instagram – arimiulovelovecat

13. Rufio, le chaton aux moustaches « Batman »

Movember cats

© Imgur

http://wamiz.com/

Mérovingiens : quand le poil était roi


Il y avait une croyance médiévale dont les rois francs authentifiaient les parchemins par des sceaux auxquels ils ajoutaient quelques poils de cheveux, moustache ou barbe. Aujourd’hui, ce n’est plus une croyance, mais un fait avéré. La pilosité était donc un signe de pouvoir
Nuage

 

Mérovingiens : quand le poil était roi

 

Charlemagne (742-814), Roi des Francs, petit fils de Charles Martel, dynastie des Carolingiens. Gravure de la fin du 19e, debut du 20e. © ABECASIS/SIPA

Charlemagne (742-814), Roi des Francs, petit fils de Charles Martel, dynastie des Carolingiens. Gravure de la fin du 19e, debut du 20e. © ABECASIS/SIPA

Par Bernadette Arnaud

Pépin le Bref, Charlemagne… Des chercheurs ont récemment découvert des poils humains incrustés dans des sceaux royaux. Remettant au jour une croyance médiévale sur la puissance liée à la pilosité

POUVOIR. Les chevelures semblent avoir exercé un incroyable pouvoir chez les souverains mérovingiens et carolingiens. Les rois francs, connus sous le nom de “rois chevelus”, n’étaient-ils pas allés jusqu’à déposer quelques-uns de leurs précieux capilli dans leurs sceaux royaux ? Dans un article publié ce mois-ci dans la revue Forensic Science, Medecine and Pathology sous la direction de Philippe Charlier, le paléoanthropologue revient en détail sur une étude que nous avions publiée dans Sciences et Avenir en septembre 2013

À la suite d’analyses réalisées sur des sceaux royaux conservés aux Archives nationales de France, à Paris, des chercheurs avaient eu en effet la très grande surprise de découvrir que des cheveux humains se trouvaient pris dans les sceaux de cire de plusieurs souverains carolingiens et mérovingiens, à commencer par Childebert III, Chilpéric II, Pépin le Bref, ou encore Charlemagne. Déposés dans la cire, il semble que la fonction de ces poils et cheveux ait été de renforcer et consolider le pouvoir exécutif des actes juridiques au bas desquels ils étaient placés, matérialisant ainsi la présence du roi. Cette pratique semble avoir perduré plusieurs décennies. De nombreux parchemins royaux ont en effet été scellés avec ces cachets de cire garnis de cheveux. Une découverte qui avait beaucoup surpris les chercheurs.

Jugement de 751 signé par Pépin le Bref ordonnant la restitution à l’abbaye de Saint-Denis de terres dont elle avait été spoliée. Le sceau renferme des cheveux. © Agnès Prévost/Archives nationales

Paris, 2007, atelier de restauration des sceaux des Archives nationales. Agnès Prévost, responsable des lieux, marque un temps d’arrêt. Alors qu’elle s’apprête à manipuler avec précaution un sceau royal de Childebert III (683-711) destiné à l’exposition “Rome et les Barbares” à Venise, un détail l’intrigue. Des fibres semblent affleurer de l’empreinte de cire, où se dessine encore en léger relief le visage du monarque mérovingien. Est-ce de l’étoupe ? De la filasse provenant des sachets de protection qui enveloppent les précieux objets ? Elle examine alors un sceau de Charlemagne (742-814), également sur le point d’être expédié en Italie. Par transparence, elle observe là aussi la présence de nombreux filaments enroulés dans la cire. La curiosité de la chercheuse est piquée au vif. Pour en avoir le cœur net, la jeune femme décide alors de passer les précieuses reliques au microscope électronique. Et la surprise est totale ! Ces fils sont de la matière organique, autrement dit… des cheveux et des poils de moustache ou de barbe ! Se sont-ils accidentellement trouvés mêlés à la cire au moment de l’impression du sceau ?

“Il y en avait trop pour qu’ils se soient retrouvés là par hasard ! Il fallait bien l’admettre : ces cheveux avaient été incorporés volontairement”, raconte Agnès Prévost.

Depuis, des analyses menées avec l’historienne Marie-Adélaïde Nielen sur 50 parchemins mérovingiens et carolingiens conservés aux Archives nationales, et encore pourvus de leurs sceaux, ont montré que onze d’entre eux présentaient cette particularité. Blonds ou bruns, ces capilli clandestins sont pour les chercheurs un éclatant rappel d’une histoire oubliée.

Celle du pouvoir exercé par la chevelure chez les rois francs, justement nommés“reges criniti”, “rois chevelus” : Thierry III, Chilpéric II, Pépin le Bref, Charlemagne, Louis II le Bègue… Pour s’assurer de l’origine humaine de ces composants et entrer dans la matière sans briser les sceaux, les chercheurs ont fait appel au médecin légiste Philippe Charlier, de l’hôpital universitaire de Garches, ainsi qu’au Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF). Celui-ci a confirmé l’origine organique et précisé que les cheveux avaient été arrachés, et non coupés, comme le prouve la présence de bulbes. Reste à confirmer, par des tests ADN, qu’ils appartiennent à une seule et même personne et s’ils sont bien de provenance royale… Autant d’analyses à effectuer. Pour l’historien Ghislain Brunel, conservateur en chef des Archives nationales, l’origine royale de ces pilosités ne fait aucun doute.

“Du Ve au Xe siècle, sous les Mérovingiens et les Carolingiens, apposer son sceau au bas d’un parchemin était un privilège exclusif du souverain.”

Impossible d’imaginer un tiers venant déposer ses cheveux sur le sceau du roi ! À l’époque, seul ce dernier peut manipuler les scellés sur lesquels figure son effigie. Ce sont eux qui valident et authentifient les documents royaux.

“L’introduction dans le sceau d’une parcelle du corps royal, cheveux ou poils, devait renforcer le pouvoir du document”, estime Marie-Adélaïde Nielen.

S’ils sont frappés par ces découvertes inédites, les chercheurs connaissaient déjà bien l’importance accordée à la chevelure par les Mérovingiens et les Carolingiens. L’évêque gallo-romain Grégoire de Tours (539-594) est le premier à qualifier ces chefs “barbares” — ainsi nommés car non- Romains — de “rois chevelus”. En particulier lorsqu’il évoque ces souverains issus de l’aristocratie de peuples germaniques venus des bouches du Rhin. Clovis (466- 511), vainqueur du Romain Syagrius à Soissons (486) et premier roi de tous les Francs, est présenté porteur de cheveux longs.

“Dans la tombe de Childéric, son père, l’anneau sigillaire sur lequel était gravé son visage le montre aussi auréolé de longs cheveux”, ajoute Ghislain Brunel.

Rien d’étonnant donc à ce que les représentations figurant sur les sceaux se réfèrent à cette pilosité.

Celle-ci revêtait d’ailleurs une telle importance qu’elle faisait partie de rituels : ainsi, en 509, le Wisigoth Alaric vient toucher la barbe de Clovis en signe de soumission. Thierry III (654-691), roi de Neustrie, est quant à lui tondu lorsqu’il est destitué en 673, de même que le Mérovingien Childéric III (?-754), qui sera enfermé dans un monastère par Pépin le Bref en 751.

Le Mérovingien Childéric III, déposé par Pépin le Bref en 751, est tonsuré avant d’être enfermé dans un monastère. © Musée de Carcassonne

Chez les derniers Mérovingiens, les célèbres “rois fainéants” cité par le biographe de Charlemagne Éginhard, les cheveux longs sont aussi une façon de légitimer sa progéniture parmi la nuée d’enfants nés de multiples lits. On comprend mieux alors les paroles de la reine Clotilde (475-545) qui, à la mort de son fils Clodomir en 524, s’était opposée à la tonsure de ses trois petits-fils avec un “plutôt morts que tondus”. Leur couper les cheveux équivalait en effet à leur retirer toute reconnaissance d’appartenance à la lignée royale. À l’inverse, quand les Francs se cherchent un nouveau roi en 715, ils font sortir du couvent le clerc Daniel (670-721), le rebaptisent Chilpéric, puis attendent patiemment que ses cheveux repoussent pour le placer sur le trône ! Au début de la période carolingienne, aux alentours de 750, des documents font aussi état d’adoptions rituelles d’enfants par échange de cheveux ou de barbes.

“C’est ce que fait Liutprand, roi des Lombards, avec le jeune Pépin le Bref, fils de Charles Martel”, explique Ghislain Brunel.

En contrepartie, Pépin fera don de sa chevelure à son père adoptif. Selon le bénédictin Paul Diacre, au VIIIe siècle, couper la barbe ou les cheveux d’un autre était également une façon d’en devenir le père

La chevelure est associée à la puissance militaire

À quoi donc rattacher ces coutumes ? Impossible de ne pas imaginer que ces chefs christianisés depuis le Ve siècle ne se réfèrent pas aux coiffures des rois de l’Ancien Testament et à la force symbolique qu’ils pouvaient en retirer, à l’instar d’un Samson. La puissance prodigieuse de ce héros de la Bible résidait en effet dans ses cheveux, que sa femme, Dalila, lui coupera par traîtrise.

“Il ne faut pas non plus écarter, de la part de ces chefs francs fortement romanisés, la volonté de s’approprier pour mieux s’assimiler la mode qui avait cours dans les légions au Ve siècle, quand les cheveux étaient portés longs et non plus courts comme au temps de la République”, explique Ghislain Brunel.

Les Francs n’auraient d’ailleurs pas été les seuls à associer la chevelure à la puissance militaire :

“Chez les barbares, les Ostrogoths auraient aussi été porteurs de cette coutume. Tacite l’évoque dans Germanie, et Sénèque également”, conclut le médiéviste.

Légende ? Réalité ? Cette coutume aurait perduré au XVe siècle :

“À un document découvert au XIXe siècle dans les archives de Riom, censé être une lettre que Jeanne d’Arc aurait adressée aux habitants de la ville en 1429, était suspendu un cachet rouge où l’on voyait la marque d’un doigt et le reste d’un cheveu…”, ajoute Agnès Prévost.

Celui de la Pucelle d’Orléans ?

http://www.sciencesetavenir.fr/