Un bébé dévoré par des rats en Afrique du Sud


Qu’est-ce qui est pire un enfant laissé exprès dans une auto dans des conditions extrêmes volontairement ou un bébé mangé par les rats ? C’est tout aussi épouvantable, ce sont des morts inutiles et qui aurait pu être évités
Nuage

 

Un bébé dévoré par des rats en Afrique du Sud

 

Illustration. Un township en Afrique du Sud. © thinkstock.

En Afrique du Sud, une fillette de trois mois a été dévorée vivante par des rats après que sa mère l’a laissé seule pour sortir s’amuser, détaille le Daily Mail.

La mère de 26 ans avait laissé l’enfant seul dans son lit dans leur maison du township de Katlehong dans la banlieue sud de Johannesburg. A son retour, elle a découvert son bébé dévoré vivant par des rats. Son frère jumeau, Lucky, qui accompagnait la mère dans sa nuit de beuverie, a échappé à ce triste sort.

Couverte de morsures

Des voisins ont témoigné de la scène d’horreur:

« Le bébé a dû subir une mort atroce. Sa langue, ses yeux et ses doigts ont été dévorés. Le reste de son corps était couvert de morsures. Cette femme doit moisir en prison. Elle ne mérite pas d’être mère ».

Selon Noluthando Mtshali, fille de la propriétaire de la maison:

« La seule chose qu’aimait cette femme, c’était sortir faire la fête ».

« Elle est rentrée aux petites heures avec un nouveau petit ami et a essayé de défoncer la porte car elle avait perdu ses clés. Ils ont découvert l’enfant mort et ont prétendu que l’enfait était brulé », poursuit-elle.

D’après des voisins, ce n’était pas la première fois qu’elle laissait ses jumeaux seuls à la maison. Par contre, c’était la première fois qu’elle n’en laissait qu’un des deux. Le petit garçon a été confié à son père et sa petite amie.

« Quand Lucky est arrivé, il avait l’air de ne pas avoir mangé depuis plusieurs jours mais il va bien maintenant », indique-t-elle.

Le capitaine Mega Ndobe, de la police de Katkehong, a confirmé que la mère avait été arrêtée et qu’elle s’était en effet absentée pour aller boire.

« Je peux confirmer que la fillette est décédée après avoir été mangée par des rats. La mère a été arrêtée et elle devra répondre de négligence d’enfant, elle sera présentée à un juge l’an prochain », a-t-elle déclaré.

Précédents

Ce n’est pas la première fois qu’un enfant est dévoré par les rats dans un township sud-africain. En 2011, Lunathi Dwadwa, trois ans, avait été tuée dans une cabane des environs de Cape Town alors qu’elle dormait par terre à côté de ses parents.

La même année, un autre enfant a connu un sort similaire à Soweto alors que sa mère était sortie avec des amis. Et avant cela, c’est Nomathemba Joyi, 77 ans, qui avait été dévoré par des rats dans son sommeil.

http://www.7sur7.be/7

Les États-Unis champions des morts violentes


Je pense que les américains auront tout intérêt a avoir des règles sévères autant pour ceux qui ont présentement des armes mais aussi les prochains acheteurs .. car avoir une arme ne garanti pas du tout qu’une personne sera plus en sécurité a voir cette étude
Nuage

 

Les États-Unis champions des morts violentes

 

Aux États-Unis, avec Daniel Marien

La possession d’armes à feu aux États-Unis expliquerait le nombre de morts violentes.

Le nombre de morts violentes aux États-Unis est plus élevé que dans tous les autres pays développés, en partie à cause de la possession répandue d’armes à feu et de l’habitude de les entreposer à la maison dans des lieux non verrouillés. C’est ce qu’affirme un rapport publié mercredi par deux grandes organisations américaines de recherche sur la santé.

La violence causée par les armes à feu est l’un des nombreux facteurs qui contribuent au fait que l’espérance de vie est moins longue aux États-Unis que dans les autres pays riches, mais ces données prennent un sens particulier après la fusillade dans une école primaire du Connecticut, qui a fait 26 morts en décembre.

Les États-Unis comptent environ 6 morts violentes par tranche de 100 000 habitants. Dans aucun des 16 autres pays figurant dans l’étude, la proportion n’est aussi élevée. La Finlande est le pays qui se rapproche le plus des États-Unis, avec un peu plus de 2 morts violentes pour 100 000 habitants.

Le Canada se classe au troisième rang, avec 1,6 pour 100 000 habitants.

Mourir plus jeune

Depuis des années, les Américains meurent plus jeunes que la plupart des citoyens des autres pays développés. En plus de la violence causée par les armes, ce pays est celui qui consomme le plus de calories parmi les pays évalués et où il y a le plus d’accidents impliquant de l’alcool. Les États-Unis ont aussi un taux élevé de morts liées aux drogues, de mortalité infantile et de sida.

Les résultats de l’étude montrent que l’espérance de vie des hommes américains est la plus basse parmi les 17 pays analysés pour l’étude. Les hommes américains vivent en moyenne 75,6 ans, les femmes, en moyenne 80,7 ans.

Parmi les pays analysés figurent le Canada, le Japon, l’Australie et la plupart des pays d’Europe de l’Ouest. L’étude a été réalisée par le National Research Council et l’Institute of Medicine.

Autant d’actes criminels, mais plus meurtriers

Selon les chercheurs, rien n’indique que les actes violents soient plus fréquents aux États-Unis qu’ailleurs. C’est le caractère létal de ces actes qui se démarque, soulignent-ils.

« Un des comportements qui expliquent probablement l’excès de létalité de la violence et des blessures involontaires aux États-Unis est la possession répandue d’armes à feu et l’habitude de les entreposer à la maison, souvent dans un endroit non verrouillé. Les statistiques sont alarmantes », affirme le rapport.

Les États-Unis comptent la plus grande proportion d’armes par habitant parmi les pays évalués, soit 89 appartenant à des civils par tranche de 100 habitants. De 35 à 50 % de toutes les armes possédées par des civils dans le monde se trouvent aux États-Unis, souligne le rapport.

Associated Press

http://www.radio-canada.ca