Fonte accélérée d’un important glacier du Groenland depuis 2012


Même si l’on croit que ce n’est pas pour demain, il faut penser aux générations avenir qui eux devront y faire face. Si l’eau continue à se réchauffer, c’est l’Antarctique le suivra et l’eau continua à monter au cours des années. Même si l’on croit que ce n’est pas pour demain, il faut penser aux générations avenir qui eux devront y faire face. En attendant, nous subissons quand même les conséquences des changements climatiques
Nuage

 

Fonte accélérée d’un important glacier du Groenland depuis 2012

 

Le glacier Zachariae Isstrom est situé au nord-est... (Capture d'écran sur Google Earth)

Le glacier Zachariae Isstrom est situé au nord-est du Groenland (photo).

CAPTURE D’ÉCRAN SUR GOOGLE EARTH

JEAN-LOUIS SANTINI
Agence France-Presse
WASHINGTON

Un vaste glacier du nord-est du Groenland avec assez d’eau pour faire monter les océans d’un demi-mètre connaît une fonte accélérée ces dernières années sous l’effet du réchauffement climatique et risque de déstabiliser une autre grande calotte glaciaire voisine, révèle une étude jeudi.

Ce glacier, le Zachariae Isstrom, était stable jusqu’au début des années 2000 mais perd depuis cinq milliards de tonnes de glace par an, entraînant une disparition de sa partie qui flotte sur l’océan dont le rythme a triplé depuis 2012, précisent ces scientifiques. Leur recherche paraît dans la revue américaineScience.

Ainsi de 2002 à 2014, la plateforme flottante du glacier s’est réduite de 95 %.

Ce recul rapide menace aussi de déstabiliser un autre grand glacier plus au nord, le Nioghalvfjerdsfjorden, encore protégé par une colline.

« C’est la première fois qu’on voit un énorme glacier dans le nord du Groenland, une région froide, qui jusque-là ne montrait pas de changement, qui se met à perdre de sa masse de manière accélérée », souligne Jérémie Mouginot, chercheur au département de géophysique de l’Université de Californie à Irvine, principal auteur de cette étude.

« Le glacier se désintègre et lâche de nombreux icebergs qui en fondant vont faire monter le niveau des océans au cours des prochaines décennies », ajoute-t-il dans un entretien avec l’AFP, soulignant qu’il s’agit « juste du début ».

« Il a perdu 40 milliards de tonnes de glace depuis 2003 à raison de 5 milliards de tonnes par an et il pourrait doubler cette perte, voire davantage », estime ce scientifique, précisant que 40 milliards de tonnes équivaut déjà à une montée du niveau de la mer de 0,1 millimètre.

Mais, « si les deux glaciers étudiés dans cette étude, qui représentent ensemble 12 % des glaces du Groenland, fondaient complètement, cela ferait monter les océans d’un mètre. Avec de la chance cela prendra plusieurs siècles », ajoute le glaciologue.

Utilisant des mesures obtenues avec des observations aériennes et par satellites fournies par plusieurs agences spatiales dont la Nasa, ces chercheurs ont pu déterminer que le socle du glacier Zachariae Isstrom s’érode rapidement au contact des eaux plus chaudes de l’océan. La température de l’eau a augmenté de plus d’un degré Celsius entre 1997 et 2010.

« Le réchauffement de l’océan a probablement joué un rôle majeur pour déclencher le recul de ce glacier », pointe Jérémie Mouginot.

Scénario préoccupant

Toutefois, « nous avons besoin de davantage d’observations et de mesures océanographiques dans ces zones sensibles du Groenland pour pouvoir faire des projections », estime-t-il.

« Le dessus du glacier fond sous l’effet d’une augmentation régulière des températures de l’air depuis des décennies tandis que sa base est affaiblie par des courants marins transportant des eaux plus chaudes. Cela a pour résultat de le désintégrer morceau par morceau et de provoquer sa retraite plus en profondeur à l’intérieur du Groenland », résume Eric Rignot, professeur de géophysique à l’Université de Californie à Irvine, principal co-auteur de la recherche.

Selon lui, « il ne fait plus aucun doute après des observations directes pendant plusieurs décennies des résultats du réchauffement sur les glaciers polaires, et les changements sont stupéfiants, affectant les quatre coins du Groenland ».

Comme le montre cette nouvelle étude, le changement climatique érode de plus en plus des glaciers situés près du pôle Nord où il fait le plus froid, relève Jérémie Mouginot.

« Si les températures du globe continuent à grimper il y a un risque que des régions encore plus froides comme l’Antarctique de l’est se mettent aussi à fondre », craint-il.

Un tel scénario serait encore plus préoccupant car l’Antarctique contient beaucoup plus de glace, avec la capacité de faire monter le niveau des océans de plusieurs mètres au cours des prochains siècles, dit-il.

Selon une autre recherche publiée la semaine dernière aux États-Unis, les grands glaciers de l’ouest de l’Antarctique s’effondreraient si ceux du bassin Amundsen, plus petits, étaient totalement déstabilisés sous l’effet du réchauffement.

Or ces chercheurs de l’Institut Potsdam en Allemagne estiment que les glaciers de l’Amundsen perdent déjà de leur stabilité.

Ils seraient le premier « verrou » à sauter dans le système climatique de l’Antarctique, ont-il expliqué montrant pour la première fois les conséquences inévitables d’un tel effondrement.

http://www.lapresse.ca/

Le Saviez-Vous ► En 1965, un rapport alertait déjà sur les dangers du réchauffement climatique


En 1965, le danger des changements climatiques n’était pas connu pour le commun des mortels et pourtant, déjà à cette époque, des scientifiques avaient sonné l’alarme.
Nuage

 

En 1965, un rapport alertait déjà sur les dangers du réchauffement climatique

 

La couverture du rapport «Restoring the Quality of Our Environment» | via Standord.edu

La couverture du rapport «Restoring the Quality of Our Environment» | via Standord.edu

Repéré par Robin Panfili

Un rapport scientifique remis au président Lyndon B. Johnson prônait une véritable prise de conscience écologique.

Alors que les pays du monde entier tentent de trouver un accord pour réduire les émissions de gaz à effet de serre dans le cadre de la COP21, il est utile de se souvenir que les inquiétudes autour du réchauffement climatique ne datent pas d’hier. Il y a cinquante ans, le 5 novembre 1965, un rapport alertait déjà le président américain Lyndon B. Johnson, des risques encourus rappelle le Guardian.

Le rapport, rédigé par des scientifiques spécialistes du climat (Roger Revelle, Wallace Broecker, Charles Keeling et Harmon Craig), montre que les effets du changement climatiques étaient déjà clairement identifiés en 1965.

«À l’échelle mondiale, les polluants ont modifié la teneur en dioxyde de carbone de l’air et la concentration de plomb dans les océans», peut-on lire dans l’introduction.

Les scientifiques pointaient également la responsabilité de l’homme dans les émissions de CO2 et en prévoyaient l’augmentation dans les décennies à venir.

Fonte des glaciers, montée des eaux

Au-delà de la hausse des températures, le rapport listait d’autres conséquences: la fonte des glaciers, la hausse du niveau des mers et de leur température, le danger de l’acidification des océans et de l’utilisation des hydrocarbures à cause de leur l’émission accrue de gaz carbonique dans l’atmosphère.

Mais les scientifiques ne se contentaient pas seulement d’alerter sur les dangers du changement climatique, ils suggéraient également des pistes pour lutter contre le phénomène, comme la géo-ingénierie, une technique qui consiste à contrôler le climat à l’aide de la physique et de la chimie.

Après la publication du rapport, le 8 février 1965, le président Johnson s’était exprimé devant le Congrès américain pour partager son inquiétude. Voici ce qu’il disait:

«Notre génération a altéré la composition de l’atmosphère à l’échelle globale […] en augmentant de façon régulière la concentration en dioxyde de carbone par l’utilisation des combustibles fossiles.» 

http://www.slate.fr/