Du Pacifique à l’Arctique, les jeunes marchent pour le climat


Greta Thumberg a réussi à rassembler des millions de jeunes et moins jeunes ainsi que des entreprises pour une grève mondiale pour le climat. Partout, dans le monde, Pacifique à l’Arctique des jeunes veut réveiller le monde pour agir face aux changements climatiques. C’est leur avenir qu’il est question. Tout le monde doit se sentir concerner en temps qu’individu qu’entreprise, que les gouvernements.Il est plus que temps qu’on écoute les jeunes.
Nuage


Du Pacifique à l’Arctique, les jeunes marchent pour le climat


Du Pacifique à l’Arctique, les jeunes marchent pour le climatPhoto: MARTIN OUELLET-DIOTTE / AFPUne grande marche contre les changements climatiques est prévue à Montréal le 27 septembre.

Plus d’hésitations, des actions! Du Pacifique à l’Arctique, en Ouganda comme à Tokyo, Hambourg, Bruxelles ou Peshawar, des foules immenses de jeunes ont rejoint vendredi la «grève mondiale pour le climat» afin d’exiger des générations au pouvoir des actions contre la catastrophe climatique annoncée.

S’il n’y a encore aucun chiffre officiel sur le nombre de jeunes participants à ces manifestations, la jeune Suédoise Greta Thunberg qui a pris l’initiative à l’été 2018 de ce mouvement, s’est réjouie qu’ils soient «des millions», dans un entretien avec l’AFP.

«J’espère que cela marquera un tournant pour la société, en montrant combien de personnes s’investissent là-dedans, combien de personnes mettent la pression sur les dirigeants, surtout avant le sommet de l’ONU sur le climat» lundi prochain à New York, a-t-elle ajouté.

A cette occasion, les jeunes boycottent les salles de classe pour faire pression sur leurs aînés afin qu’ils prennent des mesures drastiques pour enrayer l’envol des températures provoqué par les activités humaines.

La journée doit culminer avec une manifestation monstre à New York.

«Nous ne coulons pas, nous nous battons!»

C’est par ce cri que des élèves d’atolls du Pacifique — Vanuatu, Salomon, Kiribati — dont l’existence même est menacée par la montée des eaux ont inauguré la journée de protestation, au moment où le soleil se levait sur l’océan.

Sydney, Séoul, Manille, Bali, Jakarta, Tokyo, Bombay, New Delhi, Peshawar, toute l’Asie-Pacifique s’est mobilisée pour ce «Friday for Future» planétaire.

Ils étaient plus de 300 000 en Australie, plus du double qu’en mars, au cours d’un premier mouvement similaire.

«C’est notre avenir qui est en jeu», a lancé à Sydney Will Connor, 16 ans. «Nous sommes l’avenir et nous méritons mieux», a renchéri à Bangkok Lilly Satidtanasarn, 12 ans, surnommée la Greta Thunberg de Thaïlande pour son combat contre le plastique. Les adultes «ne font que parler, mais ils ne font rien. Nous ne voulons pas d’excuses».

Ils étaient des milliers aux Philippines, un archipel également gravement menacé par l’élévation du niveau des océans.

«Beaucoup de gens ressentent déjà ici les effets du réchauffement climatique et notamment des typhons», a dit Yanna Palo, 23 ans, dans le défilé de Manille.

Du Pacifique à l’Arctique en passant par l’Afrique

La multiplication des phénomène extrêmes liés au réchauffement renforce le sentiment d’urgence.

«Je suis sûr que les dinosaures pensaient aussi qu’ils avaient le temps», a proclamé une pancarte à Islamabad.

A Kampala, la capitale de l’Ouganda qui borde le lac Victoria, le plus grand d’Afrique, touché de plein fouet par les effets du changement climatique, plusieurs centaines de jeunes ont défilé, comme Cissy Mukasa, 12 ans, dont la pancarte accuse:

«Combien de personnes doivent mourir avant que vous n’agissiez?»

D’autres manifestation, assez petites il est vrai, ont eu lieu en Afrique, souvent restée à l’écart des mobilisations, à Nairobi, Johannesburg ou Accra.

«Si nous n’agissons pas, nous n’aurons plus de planète», s’est alarmée Ellen Lindsey Awuku, 26 ans, jeune organisatrice du défilé ghanéen.

Le mouvement s’est propagé jusqu’aux tréfonds de l’Arctique, une région qui se réchauffe deux fois plus rapidement que le reste de la planète. A Longyearbyen, le chef-lieu de l’archipel norvégien du Svalbard, à un gros millier de kilomètres du pôle Nord, environ 80 personnes chaudement emmitouflées ont sillonné les rues derrière des pancartes proclamant «ça chauffe ici» ou «pas cool sans glace».

Au total, plus de 5000 événements étaient prévus sur toute la planète et Greta Thunberg, qui défilera à New York, s’est adressée par lien vidéo, en suédois, aux milliers de manifestants (8000 selon la police) rassemblés sur une place de Stockholm.

«Nous allons faire pression sur eux, tellement de pression qu’ils ne pourront pas faillir. Nous avons montré ce que nous voulions et c’est maintenant à eux de prouver qu’ils nous écoutent vraiment».

L’Europe n’est pas en reste

Plus d’un million de personnes, selon les organisateurs, sont descendues dans les rues pour la défense du climat en Allemagne, où les partis de la fragile coalition gouvernementale d’Angela Merkel ont accouché au forceps d’une stratégie pour le climat représentant 100 milliards d’euros d’investissements d’ici à 2030.

A Bruxelles, 15 000 personnes ont défilé, comme Tom Baguette, un étudiant pour qui les politiques «font semblant d’entendre». Elles étaient des milliers aussi au Royaume-Uni, comme Laura-Louise Fairley, qui a manifesté à Londres «au nom de (sa) fille», âgée de quatre ans, face à la «perspective assez terrifiante» des effets du réchauffement climatique.

A Paris, Jeannette, 12 ans, est allée, comme un peu moins de 10 000 personnes, manifester accompagnée de son père Fabrice.

«C’est mon anniversaire et j’ai demandé à venir, la situation me rend triste, on est dans le caca et on fait n’importe quoi», a lancé la collégienne.

Des entreprises se mobilisaient aussi, certaines donnant congé à leurs salariés, voire fermant des magasins «On se voit dans la rue», a ainsi lancé le fonds de pension australien Future Super, qui a rallié 2000 entreprises à une initiative favorable à ce mouvement.

Cette journée doit donner à New York le coup d’envoi de deux semaines d’actions, avec notamment samedi le premier sommet de la jeunesse sur le climat organisé par l’ONU. Outre Greta Thunberg, 500 jeunes Sud-Américains, Européens, Asiatiques et Africains y sont attendus.

Et vendredi 27 septembre, pendant l’Assemblée générale de l’ONU, aura lieu une autre grève mondiale coordonnée. Le sommet spécial sur le climat lundi à l’ONU doit réunir une centaine de chefs d’Etat et de gouvernement, dont Emmanuel Macron et Angela Merkel.

A quelques exceptions notables, comme le président américain Donald Trump et son homologue brésilien Jair Bolsonaro, nombre de dirigeants internationaux souscrivent à l’idée d’une urgence climatique. Mais ils sont attendus sur les détails concrets de leurs plans.

Pour avoir une chance de stopper le réchauffement du globe à +1,5°C (par rapport au XIXe siècle), il faudrait que le monde soit neutre en carbone en 2050, selon le dernier consensus de scientifiques mandatés par l’ONU.

https://journalmetro.com/

Un trésor du XVIIIe siècle retrouvé dans le Danube


Le Danube a connu une grande sécheresse que son niveau d’eau est très bas, ce qui a causé des problèmes de navigations. Cependant, ils ont découvert un trésor dans une épave, ils se dépêchent à remonter le tout avant une montée des eaux prévus.
Nuage

 

Un trésor du XVIIIe siècle retrouvé dans le Danube

© afp.

Des archéologues ont découvert un trésor de quelque 2.000 pièces d’or et d’argent à bord d’une épave gisant au fond du Danube depuis le 18e siècle et révélée par le niveau exceptionnellement bas des eaux du fleuve, ont-ils annoncé jeudi.

« Environ 2.000 pièces de monnaie ont été trouvées, ainsi que des armes, piques, boulets de canon, épées et autres sabres », a confié à l’agence MTI Katalin Kovacs, archéologue au Centre du musée Ferenczy de Szentendre, près de Budapest.

Les archéologues sur place

La découverte s’est produite cette semaine à Erd, au sud de Budapest, où les archéologues travaillaient jeudi d’arrache-pied pour extraire un maximum d’éléments avant une imminente remontée des eaux, a constaté un photographe de l’AFP.

Sécheresse

Comme plusieurs autres cours d’eau d’Europe, le Danube est au plus bas après un long épisode de sécheresse. Son niveau est tombé à 38 cm à Budapest, un record historique qui affecte la navigation fluviale.

Pièces d’or et d’argent

Le trésor d’Erd a été trouvé à bord de l’épave d’un navire commercial dont la nationalité doit encore être déterminée, on indiqué les archéologues. Il comprend des pièces d’or et d’argent, dont des ducas et des pennies.

Pièces étrangères

« Les pièces sont à 90% étrangères et datent de 1630 à 1743 », a précisé l’archéologue Balazs Nagy à la radio privée Klub, soulignant qu’elles avaient été frappées aux « Pays-Bas, en France, à Zurich, ou encore au Vatican ».

Remontée des eaux

Les archéologues sont assistés dans leur travail par des plongeurs et des drones afin d’extraire le plus de matériaux possible alors qu’une forte remontée du niveau des eaux est attendue à partir de samedi.

Pont François-Joseph

Le niveau bas du fleuve a déjà mené à la mise au jour de débris de l’ancien pont François-Joseph de Budapest, détruit pendant la Seconde guerre mondiale, ainsi que d’une bombe américaine de la même époque.

https://www.7sur7.be/

Les changements climatiques pourrait transformer la planète en «étuve»


Nous sommes devant les conséquences de notre inaction face aux changements climatiques. Cet été, on entend parler presqu’à tous les jours de feux de forêts, inondations, fonte des glaces, chaleurs intenses, animaux en danger, la liste est longue. Et cela est un non-retour. Cependant, pour nos enfants et petits enfants, nous devrions faire des efforts pour que cela arrive trop vite.
Nuage

 

Les changements climatiques pourrait transformer la planète en «étuve»

GETTY IMAGES/ISTOCKPHOTO

On n’aurait pas fini d’avoir chaud

La transition vers une économie verte est plus que jamais urgente pour la Terre, la pollution due aux énergies fossiles risquant de pousser la planète Bleue dans un état durable et dangereux « d’étuve », ont alerté lundi des chercheurs internationaux.

Si les calottes polaires continuent de fondre, les forêts d’être décimées et les émissions de gaz à effet de serre de battre chaque année des records, la Terre va franchir un point de rupture.

Un basculement qui pourrait intervenir « dans quelques décennies seulement », ont prévenu des scientifiques dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

Passer ce seuil signifie, selon eux, « une température de 4 à 5 degrés Celsius plus élevée qu’à la période préindustrielle et un niveau de la mer 10 à 60 mètres plus haut qu’aujourd’hui. »

«Terre étuve»?

« Une Terre étuve est probablement incontrôlable et dangereuse pour beaucoup », selon les conclusions de scientifiques de l’université de Copenhague, de l’Université nationale australienne et de l’Institut de recherche de Potsdam sur les effets du changement climatique en Allemagne.

Les rivières déborderaient, les ouragans feraient des ravages sur les côtes et les récifs de corail disparaîtraient –le tout avant la fin de ce siècle, voire plus tôt.

Les températures moyennes mondiales dépasseraient celles de toute période interglaciaire –ces cycles séparant deux glaciations– depuis 1,2 million d’années.

La fonte des calottes polaires provoquerait à elle seule une hausse très importante du niveau des océans, engloutissant des régions côtières où habitent des centaines de millions de personnes.

« Des endroits sur Terre deviendront inhabitables si la +Terre étuve+ devient une réalité », met en garde Johan Rockström, directeur du Stockholm Resilience Centre.

Point de rupture

Les chercheurs suggèrent que le point de rupture pourrait être atteint lorsque la température de la Terre sera supérieure de 2 degrés à celle de l’ère préindustrielle. Elle l’est déjà d’un degré et continue d’augmenter à un rythme de 0,17 degré par décennie.

« Un réchauffement de 2 degrés pourrait activer d’importants éléments de rupture, augmentant ainsi encore davantage la température ce qui pourrait activer d’autres éléments de rupture par un effet domino qui pourrait entraîner la Terre vers des températures encore plus élevées », prévient le rapport.

Les experts s’inquiètent également de phénomènes comme les feux de forêts qui se multiplieraient à mesure que la planète se réchauffe et s’assèche.

La méthode

Cette étude a exploité de précédents travaux scientifiques sur les points de rupture de la Terre.

Les scientifiques ont également examiné des périodes lointaines, comme l’ère du Pliocène il y a cinq millions d’années quand le niveau de CO2 dans l’atmosphère était de 400 parties par million (ppm), comme aujourd’hui.

Durant la période du Crétacé –l’ère des dinosaures– il y a quelque 100 millions d’années, le CO2 a même atteint 1 000 ppm en grande partie à cause de l’activité volcanique.

Déterminer qu’une hausse de 2 degrés est un point de non-retour « est nouveau », selon Martin Siegert, co-directeur du Grantham Research Institute on Climate Change de Londres, qui n’était pas impliqué dans l’étude.

Comment l’empêcher?

Il est nécessaire de changer immédiatement de mode de vie pour protéger la Terre, ont averti les chercheurs, expliquant que les énergies fossiles devaient être remplacées par des sources à faibles, voire sans, émissions de CO2.

Ils ont notamment préconisé une meilleure gestion des sols, de meilleures pratiques agricoles, la protection des terres et des côtes ou encore le développement de techniques de capture du CO2, planter des arbres et arrêter la déforestation.

Mais, même en cas d’arrêt des émissions de gaz à effet de serre, la tendance actuelle de réchauffement pourrait déclencher d’autres processus du système terrestre –appelés rétroactions–, faisant davantage monter les températures.

Parmi ces processus: fonte du pergélisol, déforestation, absence de couverture neigeuse dans l’hémisphère nord, de banquise et de calottes polaires.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Les squelettes sortent littéralement de terre sur l’île des Morts de New York


C’est digne d’un film d’horreur ! À cause de la montée des eaux, des tempêtes à répétitions, l’érosion a gagnée une l’Ile des morts à New York. Des ossements sortent de la terre pour réapparaître à la surface, et même se jeter à l’eau. Ce cimetière existe depuis la guerre de session et beaucoup sont des morts inconnus qui n’ont pas été réclamés par la famille.
Nuage

 

Les squelettes sortent littéralement de terre sur l’île des Morts de New York

 

Crédits : Hart Island archives

par  Clara Lalanne

D’après CBS News, l’érosion qui gagne déjà les côtes de New York a des conséquences tout à fait sinistres. Hart Island, un îlot situé à l’ouest de la ville qui abrite un gigantesque cimetière, voit depuis quelques jours des ossements humains ressortir de ses profondeurs vers la surface.

L’île Hart se situe à l’extrémité est du Bronx. Ses 53 hectares accueillent le plus grand cimetière de toute la ville, dans lequel des corps sont enterrés depuis l’époque de la guerre de Sécession. Ancien camp de prisonniers pour les soldats confédérés, elle accueille toujours 1 500 dépouilles par an, mises en terre par les prisonniers du pénitencier de Rikers Island. Il s’agit généralement d’inconnus, dont les corps n’ont pas été réclamés par les familles. Aujourd’hui, plus d’un million de New-Yorkais sans identité seraient ainsi enterrés sur cette « Île des Morts ».

Sauf qu’aujourd’hui, cette île macabre fait également les frais de l’érosion. La montée des eaux et la multiplication des tempêtes sur la ville ces dernières années ont gagné ses côtes, et fait remonter aujourd’hui de nombreux ossements à la surface. L’artiste Melinda Hunt, qui mène un projet d’identification des corps sur Hart Island depuis 1994, a repéré ce phénomène alors qu’elle longeait l’île depuis un bateau.

« Des restes de squelettes sortent littéralement de terre », a-t-elle expliqué à WCBS, « et ce sont des corps entiers […] qui sont emportés par la marée. »

Pas moins de 174 os humains ont ainsi été retrouvés, provenant des multiples fosses communes présentes sur l’île – et selon Melinda Hunt, les autorités n’ont encore rien fait pour y remédier.

Crédits : DR

Pour lutter contre la dégradation de cette île négligée, Melinda Hunt a créé le Hart Island Project au début dans années 1990. C’est également cette New-Yorkaise engagée qui a demandé à WCBS-TV de filmer l’île depuis un hélicoptère, afin de révéler au grand jour sa situation catastrophique. Elle dénonce notamment le fait que le cimetière de Hart Island est géré par le Département des services correctionnels et non pas par la mairie. Avec d’autres membres du Conseil municipal, elle plaide ainsi pour que sa gestion passe sous contrôle du Département des Parcs et des loisirs de New York, et que ce cimetière soit enfin entretenu et encadré par les autorités.

Suite à sa mobilisation, l’Agence fédérale de gestion des urgences (FEMA) a donné 13 millions de dollars à la ville pour lancer des réparations d’ici à 2019.

« Il n’est pas juste que des personnes marginalisées dans leur vie reçoivent maintenant le même traitement dans ce cimetière », a déclaré le conseiller municipal Mark Levine.

Avec ces nouveaux financements, Hunt espère identifier d’autres corps enterrés sur l’île des Morts – mais aussi, éviter la création d’une nouvelle « plage des os » sur son rivage. Sans quoi les squelettes risquent de continuer à émerger des profondeurs de cette sinistre île des Morts.

Source : CBS News, WCBS

http://www.ulyces.co//

Les villes flottantes ne relèveront bientôt plus de la science-fiction


C’est peut-être une des solutions en autant que cela ne pollue pas plus l’océan. Pour ce qui est de se libérer des politiciens cela relève vraiment de la science-fiction. Il y aura toujours une forme de gouvernement qui ne plairait pas a tout le monde
Nuage

 

Les villes flottantes ne relèveront bientôt plus de la science-fiction

 

Sarah Winkel
Source: The New York Times, The Seasteading Institute

 La toute première ville flottante devrait voir le jour en 2020 dans l’Océan Pacifique. L’organisation américaine Seasteading Institute a signé un accord avec la Polynésie française pour tester ce projet dans ses eaux. Le but?

« Libérer l’humanité des politiciens » et « réécrire les règles qui régissent la société ».

L’ONG Seasteading Institue, basée à San Franscisco, aux Etats-Unis, développe l’idée de villes flottantes depuis 2008. Aujourd’hui, un accord a été conclu avec le gouvernement de la Polynésie française. L’organisation va pouvoir tester son idée dans les eaux de l’Océan Pacifique dès 2020.

« Le projet consiste à construire des plateformes flottantes écologiques dans un lagon de la Polynésie française, qui pourrait offrir une réponse aux défis liés à la montée des eaux et au développement durable », explique le Seasteading Insititue sur son site internet.

La première ville flottante devrait se composer de onze plateformes différentes abritant des habitations, mais aussi des bureaux, des entreprises et même des hôtels. Construites à l’aide de béton armé, et mesurant environ cinquante mètres de large, les plateformes seront en mesure de résister aux conditions météorologiques les plus difficiles.

Les bâtiments seront quant à eux construits à l’aide de bois, de bambou, de fibre de noix de coco, et de métaux et plastiques recyclés. Les toits seront également recouverts de végétation.

Les ville flottantes accueillont des habitations, des entreprises ou encore des hôtels. Elles auront une durabilité évaluée à une centaine d’années. © Seasteading Institute.

 

Libérer l’humanité

« Si vous pouviez avoir une ville flottante, il s’agirait essentiellement d’un pays ‘start-up' » a expliqué Joe Quirk, le président du Seasteading Institue au New York Times. « Nous pouvons créer une grande diversité de gouvernements pour une grande diversité de personnes« . Pour lui, le concept de villes flottantes permettrait même de « libérer l’humanité des politiciens ».

Mais un tel projet demande beaucoup d’argent. Selon Quirk, la construction de cette ville utopique coutera environ 167 millions de dollars, soit un peu moins de 142 millions d’euros. L’ONG a déjà rassemblé des fonds pour démarrer son projet de la part de Peter Thiel, le fondateur de Paypal, mais espère encore récolter de l’argent via une campagne de crowfunding.

Paix, prospérité et innovation

« Je veux voir des villes flottantes d’ici à 2050, des milliers d’entre elles, espérons-le, chacune d’elles offrant différentes manières de gouverner », a encore expliqué Quirk. « Plus il y aura de gens parmi eux, plus nous aurons de choix et plus nous pourrons avoir la paix, la prospérité et l’innovation ».

© The Seasteading Institute.

http://www.7sur7.be

8 îles du Pacifique déjà englouties à cause du réchauffement climatique


Un chercheur a recensé 8 îles et peut-être plus qui serait disparus entre 2007 et 2014. Avec les changements climatiques, cela ne s’arrêtera pas là et c’est dans le Pacifique que les risques sont plus grands
Nuage

 

8 îles du Pacifique déjà englouties à cause du réchauffement climatique

 

Xavier Demeersman

Journaliste

 

Dans l’ouest du Pacifique, où la montée des eaux est plus rapide qu’ailleurs, huit petites îles ont été englouties ces dernières années. Elles s’ajoutent aux cinq autres identifiées comme déjà disparues. Cela donne un aperçu de ce qui va advenir aux territoires situés aux plus basses altitudes dans le monde au cours du XXIe siècle.

CE QU’IL FAUT RETENIR

  • La montée des eaux atteint 12 mm par an dans l’ouest du Pacifique.
  • Au moins huit petites îles ont été englouties.
  • Les îles du Pacifique vont être les plus frappées par les effets du changement climatique.

En 2016, des recherches avaient révélé que cinq des îles Salomon avaient disparu dans le Pacifique au cours de la deuxième moitié du XXe siècle. Patrick Nunn, de l’université de la Sunshine Coast, en Australie, s’est rendu en Micronésie, sur l’île de Pohnpei, pour mener à son tour une enquête. Il y a rassemblé des témoignages des habitants et consulté minutieusement les images satellite, à la recherche d’îles submergées.

Il en a recensé huit (mais, selon lui, il y en a probablement d’autres). Il s’agit de Kepidau en Pehleng et Nahlapenlohd, ainsi que de six autres, d’environ 100 m2 chacune, dans les archipels de Laiap, Nahtik et Ros. Elles ont vraisemblablement été englouties entre 2007 et 2014.

Plusieurs îles de Micronésie ont disparu sous les eaux du Pacifique. © Peter Hermes Furian, Fotolia

Plusieurs îles de Micronésie ont disparu sous les eaux du Pacifique. © Peter Hermes Furian, Fotolia

Certaines îles du Pacifique résistent mieux grâce aux mangroves

À l’origine de leur disparition, il y a, bien sûr, la montée des eaux provoquée par le changement climatique en cours. Dans le monde, celle-ci est actuellement de 3 mm par an en moyenne — les prévisions les plus optimistes du Giec tablent sur 40 cm d’ici 2100 et 126 cm pour les plus pessimistes, si rien n’est fait — mais, dans le Pacifique ouest, principalement en raison d’un cycle naturel des alizés accumulant plus l’eau dans cette région, l’élévation y est plus importante et rapide qu’ailleurs : 12 mm par an depuis les années 1990. Tempêtes et typhons ont achevé de les rayer de la carte…

Pour le chercheur, ces changements en Micronésie sont un aperçu de ce qui va arriver à d’autres territoires à faible altitude au cours du XXIe siècle. Car cette menace est devenue très sérieuse pour plusieurs îles peuplées, comme les îles Carteret, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, ou Kiribati (110.000 habitants) et Tuvalu (12.000 habitants). 

« Ce sont les premiers endroits sur Terre à connaître des taux vraiment importants d’élévation du niveau de la mer […] et ils donnent une excellente idée de ce qui peut arriver, commente Simon Albert, de l’université du Queensland, qui a signé l’étude de 2016. Mais nous constatons qu’il existe une grande diversité de réponses, et toutes les îles ne vont pas s’éroder ».

En effet, le point positif constaté par chacun des deux chercheurs est que plusieurs îles de faible altitude résistent bien à l’érosion, notamment celles entourées de mangroves et, pour dans certains cas, celles qui sont protégées des vents, des grandes vagues ou lorsque les sédiments sont piégés par les barrières de corail. 

« Les mangroves agissent comme un tampon en absorbant l’énergie des vagues et en piégeant les sédiments. »

http://www.futura-sciences.com

Les aires marines protégées atténuent les effets du changement climatique


Probablement que nous ne pouvons rien pour les changements climatiques, cependant, il est primordial d’agir pour protéger si ont peu au moins atténuer ou ralentir ces changements, si ce n’est pas pour nous, faisons-le pour nos enfants et petits enfants.
Nuage

 

Les aires marines protégées atténuent les effets du changement climatique

 

Les groupes de protection de l'environnement cherchent à... (ARCHIVES PC)

 

Les groupes de protection de l’environnement cherchent à étendre ces sanctuaires marins à au moins 10% de la superficie totale des océans d’ici 2020.

JEAN-LOUIS SANTINI, CÉLINE SERRAT
Agence France-Presse
Chicago et Paris

Les aires marines protégées peuvent contribuer à atténuer l’impact du changement climatique en aidant les écosystèmes et les populations à s’adapter aux effets les plus néfastes du réchauffement, conclut une équipe scientifique internationale.

Selon cette recherche – une synthèse de plus de 140 études -, publiée lundi dans Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), ces réserves naturelles peuvent minimiser l’acidification des océans, la montée du niveaux des eaux océaniques, la diminution de l’oxygène et l’intensité accrue des tempêtes et autres phénomènes météorologiques extrêmes ainsi qu’un bouleversement des espèces animales.

Ces aires protégées peuvent aussi accroître et préserver les capacités des océans à stocker le dioxyde de carbone (CO2) provenant des activités humaines, surtout dans les régions côtières où se trouvent des mangroves, des herbiers marins, des vasières ou des marais salants.

Ces écosystèmes stockent le carbone organique avec la photosynthèse.

En agissant comme un puits de carbone, les océans jouent un rôle clé dans la régulation du climat terrestre, soulignent ces chercheurs.

Actuellement, seulement 3,5% de la superficie des mers et océans sont protégées dont 1,6% de toute forme d’exploitation.

Bienfaits plus grands

Les groupes de protection de l’environnement cherchent à étendre ces sanctuaires marins à au moins 10% de la superficie totale des océans d’ici 2020, tandis que les délégués de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) se sont accordés lors de leur Congrès mondial en 2016, sur la nécessité d’étendre ces aires sanctuarisées à au moins 30% des océans d’ici 2030.

«De nombreuses études montrent que des réserves marines bien gérées peuvent protéger la faune et la flore sauvage et préserver des activités de pêche productives», relève le professeur Callum Roberts, un biologiste du département de l’environnement de l’Université d’York au Royaume Uni qui a mené cette recherche.

«Mais nous voulions aussi explorer ce corps de recherches dans la perspective du changement climatique et voir si ces bienfaits pourraient aussi contribuer à améliorer les choses ou à minimiser ses impacts», explique-t-il.

«Et nous avons rapidement vu que ces sanctuaires procuraient des effets protecteurs importants pour les écosystèmes et les populations contre l’impact du changement climatique rapide», ajoute le professeur Roberts.

De précédentes recherches ont montré que ces réserves marines peuvent promouvoir un rétablissement rapide des espèces sur-exploitées et des habitats dégradés tout en préservant les écosystèmes.

Ces bienfaits sont plus grands dans des réserves marines établies de longue date, bien gérées et offrant une protection totale contre des activités humaines comme la pêche et l’exploitation pétrolière et minière, soulignent ces scientifiques.

Stratégie peu coûteuse 

La capacité de ces sanctuaires marins à offrir de solides amortisseurs aux effets du changement climatique dépend probablement de ces caractéristiques, font-ils valoir.

Cela conforte l’argument selon lequel les Nations Unies devraient étendre leur objectif d’étendue des zones protégées des océans de 10 à 30%, ce qui nécessitera de nombreux autres sanctuaires marins et des zones protégées au-delà des juridictions nationales.

«Notre analyse montre que ces réserves marines représentent une stratégie low-tech et peu coûteuse d’adaptation au changement climatique et procurent de multiples autres bienfaits à l’échelle locale et mondiale tout en améliorant les perspectives pour l’environnement et les populations à  l’avenir», souligne Beth O’Leary, un chercheur à l’Université d’York.

«Ces aires marines protégées pourraient faire partie des engagements nationaux et internationaux d’atténuation du changement climatique», fait valoir Philippe Cury, un biologiste marin de l’Institut français de recherche pour le développement, un des co-auteurs de ces travaux.

Cette recherche sera l’objet d’une présentation à la conférence de l’ONU sur les océans qui s’ouvre lundi à New York.

http://www.lapresse.ca/