Protection de Meghan et Harry : les Canadiens paieront-ils la facture ?


Vous savez au Québec a comparer au reste du Canada, la monarchie n’a pas d’importance, la majorité en fait, croit que la Reine ne devrait plus avoir un regard sur le Canada et encore moins au Québec. C’est désuet et c’est de l’argent à mon avis gaspillé. Bien que le couple Meghan et Harry veulent se départir de leurs rôles, et parlent de venir rester quelques mois en Amérique du Nord, la question est qui va payer ? Ce n’est plus un séjour, mais des mois qui risquent de coûter des millions. Par exemple, s’ils viennent au Canada et gardent leur titre, c’est la GRC qui doit assurer leur protection, si par contre, ils perdent leurs titres alors c’est eux qui devront faire les frais, ce qui, je crois serait plus juste.
Nuage


Protection de Meghan et Harry : les Canadiens paieront-ils la facture ?

PHOTO DANIEL LEAL-OLIVAS, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Le prince Harry et sa femme, Meghan, ont passé six semaines de vacances au Canada, notamment durant les Fêtes.

La décision du prince Harry et de sa femme, Meghan, de prendre leurs distances de leurs rôles « séniors » dans la famille royale a causé bien des remous. Au Canada, une question demeure : les contribuables paieront-ils le prix de la décision du couple, qui pourrait s’installer une partie de l’année au pays ?

JANIE GOSSELIN
LA PRESSE

« Les coûts pour assurer la protection des membres de la famille royale pendant une visite au Canada sont prévus dans l’actuel budget de fonctionnement [de la Gendarmerie royale du Canada], a indiqué dans un courriel Catherine Fortin, des services nationaux de communication de la GRC. Pour des raisons de sécurité et étant donné que l’élaboration des plans de sécurité n’est pas encore terminée, nous ne pouvons pas divulguer les coûts. »

Or, on ne sait pas quel statut auront le duc et la duchesse de Sussex dans un proche avenir. Si Harry et Meghan ont annoncé vouloir renoncer à leur allocation royale et obtenir leur indépendance financière, ils ont aussi indiqué vouloir conserver leurs titres, l’usage d’une résidence sur les terres du château de Windsor et une protection policière.

Altesses royales, ils jouissent en ce moment de la protection internationale accordée aux personnalités officielles étrangères.

Il reste à voir s’ils seront ici en tant que membres civils ou représentants de la reine. Vali Majd, directeur des services de protection de la firme de sécurité JTFSecurity Group

D’autres membres de la famille royale ont déjà perdu leur protection officielle en la quittant, comme la mère de Harry, la princesse Diana. Elle avait alors dû se tourner vers des gardes du corps privés pour sa protection quotidienne.

Une partie de l’année en Amérique du Nord

Le couple a annoncé son intention de passer une partie de l’année en Amérique du Nord, sans préciser dans quel pays. Bien que Meghan soit d’origine américaine, elle a travaillé à Toronto et le couple vient de passer ses vacances en Colombie-Britannique.

M. Majd doute que Harry et Meghan puissent refuser toute protection pour vivre comme de simples citoyens.

« C’est très peu probable », estime-t-il, les jugeant trop populaires pour renoncer à une garde rapprochée, même privée.

Le couple a passé six semaines de vacances au Canada, notamment durant les Fêtes. La GRC a confirmé à La Presse avoir été appelée à assurer sa sécurité durant cette période, refusant d’en dire plus sur le coût et le nombre d’agents mobilisés.

Harry et Meghan ont annoncé mercredi qu’ils renonçaient à leur rôle de premier plan au sein de la famille royale britannique.

Une porte-parole du couple a confirmé à l’Agence France-Presse le retour de Meghan au Canada, malgré les nombreuses critiques déclenchées par l’annonce. Le fils du couple, Archie, âgé de 8 mois, était resté en Colombie-Britannique.

Un spécialiste new-yorkais de la sécurité, Mike Zimet, a déclaré à Reuters que les frais de protection du couple pourraient s’élever à « des millions de dollars ».

Tempête médiatique

On ne sait pas pour l’instant comment le duc et la duchesse atteindront leur indépendance financière. L’allocation royale à laquelle ils ont renoncé ne représente que 5 % de leurs revenus.

Harry et Meghan ont fait déposer la marque « Sussex Royal », selon un avis publié en décembre par l’organisme britannique chargé de la propriété intellectuelle. Elle couvre des domaines très divers, des calendriers et cartes postales aux vêtements, en passant par les services de consultation ou les campagnes caritatives.

En ce moment, Harry et Meghan sont au cœur d’une tempête médiatique. Selon la presse britannique, la reine Élisabeth II n’a pas été consultée par son petit-fils et sa femme avant l’annonce de leur décision. Elle aurait exhorté des membres de la famille à trouver une solution.

— Avec Louise Leduc, La Presse, l’Agence France-Presse et Reuters

https://www.lapresse.ca/

Quinze ans de prison pour avoir insulté le roi sur Facebook


Une vraie dictature qui va même sur les réseaux sociaux pour éliminer tous ceux qui sont contre la monarchie. La liberté est à ce point fragile
Nuage

 

Quinze ans de prison pour avoir insulté le roi sur Facebook

 

RE_2014_02_05T045028Z_2034137146_GM1EA250ZLL01_RTRMADP_3_SONY_V

Photo Archives / Reuters

BANGKOK – Un musicien a été condamné à quinze ans de prison en Thaïlande pour des propos jugés insultants envers la monarchie, dans un pays doté de l’une des lois de lèse-majesté les plus sévères au monde, a indiqué vendredi une source judiciaire.

Un tribunal de la province de Ubon Ratchathani a reconnu jeudi ce Thaïlandais de 28 ans coupable d’avoir posté plusieurs messages insultants sur Facebook en 2010 et 2011, a précisé à l’AFP un responsable du tribunal.

Il a été condamné à 30 ans de prison, mais la peine a été réduite de moitié parce qu’il a reconnu les charges, a-t-il ajouté.

Le roi Bhumibol, 86 ans, jouit auprès de certains de ses sujets d’un statut de demi-dieu. Et si la famille royale n’a aucun rôle politique officiel, elle est protégée par une des législations les plus sévères du monde, qui prévoit jusqu’à 15 ans de prison par accusation.

N’importe qui peut porter plainte et la police est obligée d’enquêter.

La justice thaïlandaise a multiplié ces dernières années les lourdes peines et les arrestations pour des propos jugés insultants envers la monarchie.

De nombreux intellectuels et organisations jugent que beaucoup de ces dossiers sont politiques, relevant qu’un grand nombre d’accusés ont des liens avec le mouvement des Chemises rouges, partisan de l’ex-premier ministre en exil Thaksin Shinawatra.

Le milliardaire, renversé par un coup d’État en 2006, reste le facteur de division du royaume. Sa soeur Yingluck a été chassée de son poste de premier ministre par la justice en mai, deux semaines avant un nouveau putsch.

Depuis sa prise de pouvoir, la junte fait la chasse à ses opposants, et la lutte contre le crime de lèse-majesté sur internet notamment est devenue une de ses priorités.

Avant le coup d’État, les appels à une réforme de la législation sur le crime de lèse-majesté s’étaient multipliés, mais des universitaires réclamant un vrai débat sur cette question ont fait partie de centaines de personnes convoquées par la junte et détenues plusieurs jours dans des lieux tenus secrets.

http://www.journaldequebec.com