Chez les moules, le cancer est contagieux


Des moules du Canada peuvent transmettre le cancer à d’autres moules du bout du monde. Les scientifiques ont constaté que les cellules cancéreuses semblent être en mesure de flotter dans les courants pour contaminer d’autres animaux. D’après un chercheur, ce serait les bateaux la cause de cette propagation du Canada, vers l’Europe et en Amérique du Sud
Nuage


Chez les moules, le cancer est contagieux

Du Canada à la France et à l'Amérique du Sud, les cellules cancéreuses des mollusques ont traversé plusieurs océans. | Peter Secan via Unsplah

Du Canada à la France et à l’Amérique du Sud, les cellules cancéreuses des mollusques ont traversé plusieurs océans. | Peter Secan via Unsplah

Repéré par Odile Romelot

Repéré sur The New York Times

La maladie peut même se transmettre d’un bout à l’autre de la planète.

Des scientifiques ont découvert que des moules contaminées par un cancer sur la côte pacifique du Canada avaient transmis leur maladie à leurs consœurs d’Amérique latine et d’Europe.

«Il n’y a pas d’explication naturelle à la façon dont cela s’est produit sans aide humaine», rapporte Michael Metzger, biologiste au Pacific Northwest Research Institute à Seattle et coauteur d’une étude sur le sujet, publiée dans la revue eLife.

Un cancer se développe généralement lorsque des cellules acquièrent de nouvelles mutations puis se démultiplient. Seuls le système immunitaire ou les médicaments sont capable d’arrêter le processus. Lorsque c’est impossible, l’hôte du cancer meurt et emporte la maladie avec lui.

À partir de 1990, cette perception de la maladie a néanmoins évolué. Les diables de Tasmanie ont commencé à développer des tumeurs sur leur visage, mais l’ADN des tumeurs était différent de celui des animaux atteints.

Une seule possibilité: les cancers avaient été transmis par d’autres diables de Tasmanie. Lorsqu’ils se battent, ces animaux se passent des cellules tumorales qui migrent jusqu’au visage et se transforment alors en tumeur.

Il semblerait que le cancer soit également transmissible chez les animaux aquatiques, comme l’a découvert le docteur Metzger lorsqu’il travaillait à l’université Columbia. Les mollusques malades libèreraient des cellules cancéreuses, qui flotteraient dans les courants jusqu’à atteindre d’autres animaux.

Voyage en bateau

Cette découverte a permis à Nicolas Bierne, de l’Institut des sciences de l’évolution de Montpellier, de résoudre un mystère concernant les moules communes.

Le chercheur ne parvenait pas à déterminer pourquoi des marqueurs génétiques de Mytilus trossulus (qui n’existent pas en Europe mais que l’on pourrait appeler «moules de baie») se retrouvaient dans les moules françaises, alors que les deux espèces vivent dans des eaux différentes et sont incapables de s’accoupler.

Le cancer semble être une explication plausible. Les moules communes pourraient avoir été infectées par le même cancer qui avait touché les moules de la côte pacifique du Canada –ce que confirme l’ADN prélevé sur les cellules cancéreuses des moules française, qui était plus proche de l’ADN des moules canadiennes infectées que de celui des moules saines.

Dans le même temps, des scientifiques sud-américain·es, dont Nuria Vázquez, ont découvert sur leurs côtes des bancs de moules contaminés par une maladie. Les mollusques présentaient les mêmes caractéristiques que les moules malades du Canada et les moules françaises.

Reste à savoir comment les cellules cancéreuses ont réussi à traverser plusieurs océans. Selon le docteur Metzger, les êtres humains sont à l’origine du déplacement de la maladie. Les moules s’accrochent facilement à la coque des bateaux et voyagent de cette manière; elles arrivent ensuite dans de nouvelles eaux et infectent les espèces locales.

Si cette découverte chez les moules peut sembler anecdotique, elle en dit long sur le caractère transmissible du cancer et ouvre de nouvelles perspectives pour la recherche sur cette maladie. Soyez néanmoins rassuré·e, ce cancer ne peut pas être transmis à l’être humain, précise Antonio Villalba, chercheur au Centre de recherche marine de la Junte de Galice.

http://www.slate.fr

L’incroyable découverte d’une carcasse de baleine qui abrite des centaines d’espèces sous-marines


Une carcasse de baleine de 5 a 6 mètres de long, réussit à nourrir pleins d’animaux marins pendant des années. Rien n’est gaspillé. Jusqu’environ 2 ans, elle nourrit des poissons et mollusques. Ensuite, c’est la surface des os qui nourrit des vers marins pour une autre 2 ans. Il reste à dissoudre les os par les bactéries, vers, mollusques etc, vont profiter des nutriments qui dura plusieurs décennies.
Nuage


L’incroyable découverte d’une carcasse de baleine qui abrite des centaines d’espèces sous-marines


L’équipe du Nautilus n’a pas caché son enthousiasme devant cette incroyable découverte, par plus de 3000 mètres de fond.

  • Par Matthieu Balu, HuffPost France

Même mortes, les baleines nous étonnent. Lors d’un tournage près des côtes californiennes par 3200 mètres de fond, l’équipe de biologistes du bateau américain Nautilus a découvert mercredi 16 octobre un trésor: le cadavre, échoué sur le sol marin, d’une baleine d’une longueur de 4 à 5 mètres. Une carcasse qui, loin d’être une vision tragique, s’accompagne d’une véritable profusion de vie marine, comme vous pouvez le découvrir dans la vidéo en tête de cet article.

Les cétacés sont en effet une source inespérée de nourriture pour de nombreuses espèces qui, comme dans le cas d’un corps en décomposition sur la terre ferme, ont chacun leur moment pour satisfaire leur appétit. Ce sont d’abord les myxines, les lamproies, les crabes en tous genres qui s’attaquent à la chair tendre de l’animal mort, avant de laisser leur place à table.

Ensuite, les os sont soigneusement nettoyés par les mollusques, les escargots, mais aussi les vers marins: ils sont des milliers à venir coloniser le squelette de la baleine, attaquant lentement la surface des os. 

Des mois se sont écoulés, mais la phase la plus longue est encore à venir: celle de la longue réduction en poussière des restes osseux qui n’ont pas été digérés par les centaines d’animaux venus chercher leur part. C’est alors l’action des bactéries sous-marines qui va lentement faire son oeuvre, fournissant la nourriture d’innombrables petits organismes pendant parfois des décennies.

Un véritable ballet de la faune sous-marine, qui assure non seulement le couvert, mais aussi le gîte: telle une petite oasis sous-marine, les restes de baleines sont effet un relief bienvenu pour toutes sortes de poissons et d’invertébrés qui y font leur nid.

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Le sable de chaque plage a sa propre signature sonore, ce qui permet de déterminer sa provenance exacte


Grâce à la technologie, il est possible de détecter la signature sonore du sable de chaque plage à travers le monde. Cela peut donc aider a trouver du sable vendu illégalement. Car le sable, est rendu un matériau qui sera bientôt en pénurie. En plus, cela pourrait être utile en médico-légales.
Nuage


Le sable de chaque plage a sa propre signature sonore, ce qui permet de déterminer sa provenance exacte


Jonathan Paiano

Pour un oeil non entraîné, tous les sables de plage (pour autant que ce soit le même type, par exemple du sable fin) se ressemblent fortement, mais ils contiennent pourtant des produits chimiques carbonatés différents dans chaque cas, laissés par les coquilles de créatures marines mortes depuis longtemps, comme les mollusques.

Après l’eau, le sable et le gravier sont les matériaux naturels les plus utilisés dans le monde. Mais une pénurie mondiale imminente a conduit à une forte augmentation de l’extraction clandestine de sable, et même au vol. En Inde notamment, les autorités se battent contre une “mafia du sable” qui approvisionne l’industrie de la construction par le dragage illégal des rives.

Grâce à cette nouvelle méthode de détection, il est possible de faire la distinction entre des échantillons de sable prélevés (légalement) sur neuf sites en bord de mer le long de la côte néerlandaise. Grâce à ces informations comme outil de référence, les chercheurs ont pu déterminer de quelle plage un échantillon de sable donné provenait. De la même manière, la méthode rend donc possible la détection de sable illégalement extrait, selon sa provenance.

Méthode et technique de mesure

La concentration en carbonate varie en fonction de la géologie locale.

Saskia van Ruth, chercheuse à l’Université de Wageningen aux Pays-Bas, et ses collègues, expliquent que cela donne à chaque lot de sable son propre “son” distinctif unique.

Pour déterminer d’où provient un échantillon de sable, les chercheurs le déposent dans un acide qui décompose les produits chimiques carbonatés du sable (provenant des coquilles d’animaux marins) en bulles de dioxyde carbone. À l’aide d’un dispositif d’écoute sensible, ils mesurent ensuite la manière dont ces bulles modifient la façon dont le son se déplace dans le mélange, produisant une fréquence unique.

Les scientifiques ont utilisé une technique appelée Broad Acoustic Dissolution Spectroscopy analysis (BARDS). Elle consiste en un dispositif d’écoute sensible qui détecte les changements de propriétés acoustiques. Les changements chimiques, y compris la décomposition des carbonates en dioxyde de carbone, libèrent des bulles qui augmentent la compressibilité du liquide et ralentissent ainsi le passage du son à travers celui-ci. Après quelques minutes, tout le carbonate est décomposé, la production de gaz ralentit et s’arrête. En réponse, la fréquence du son traversant le liquide revient à la normale. Cela donne à chaque échantillon de sable deux mesures distinctes : la vitesse à laquelle le son change de hauteur, et la mesure dans laquelle il change de hauteur.

Dara Fitzpatrick, chimiste à l’University College Cork, qui a mis au point la technique BARDS, explique que le passage des notes aiguës aux notes graves et inversement, peut être entendu lorsque de nombreux éléments se dissolvent, un phénomène connu par les physiciens sous le nom “d’effet chocolat chaud” ou “effet allassonic”.

Son équipe vend un kit de mesure aux laboratoires pharmaceutiques pour une analyse plus rapide et moins coûteuse des poudres. Il a également été utilisé pour distinguer le sel de table himalayen de haute qualité des contrefaçons de qualité inférieure.

Dans le cas du sable, plus il y a de carbonate pour produire du dioxyde de carbone gazeux, plus le décalage acoustique est important. C’est ce qui permet aux scientifiques d’en localiser la source. Ils peuvent également capter des influences plus subtiles, y compris l’effet des restes de coquilles de formes différentes, en raison des variations d’épaisseur et de vitesse de surface, ou de la lenteur de la libération du gaz.

Lorsque des scientifiques ont écouté des échantillons de sable provenant de plusieurs plages différentes aux Pays-Bas, ils ont constaté que chacun avait une signature unique, ont-ils rapporté dans la revue Applied Acoustics. Les résultats de l’étude pourraient étendre certaines techniques médico-légales et fournir un moyen rapide de déterminer la source d’un sable impliqué.

https://trustmyscience.com//

Le Saviez-Vous ► Quelles sont les différentes couleurs du sang dans le règne animal ?


Généralement, quand on voit du sang, il est rouge, c’est vrai pour l’être humain, mais pas pour tous les animaux. Il y a du sang rose, violet, vert, bleu … Et ils ne sont pas des extraterrestres.
Nuage


Quelles sont les différentes couleurs du sang dans le règne animal ?


couleurs sang

Thomas Boisson

Fluide biologique parcourant inlassablement nos artères et nos veines, nous sommes habitués à la couleur symbolique du sang : le rouge. C’est la couleur du sang chez l’Homme et chez les vertébrés, tant et si bien que nous serions tentés de croire qu’il s’agirait de la seule couleur qu’il puisse revêtir. Cependant, ce n’est pas le cas ; sur Terre, le sang se décline en réalité en cinq couleurs différentes.

Environ 6 litres pour un homme et 5 litres pour une femme : c’est la quantité de sang qui parcourt notre organisme en permanence dans un réseau de vaisseaux sanguins d’une longueur de 100’000 km. Il perfuse tous les tissus organiques afin de leur apporter de l’oxygène. Il est constitué des globules rouges (ou érythrocytes, du grec erythros pour rouge) qui transportent une protéine bien particulière : l’hémoglobine.

L’hémoglobine est plus précisément une métalloprotéine car elle contient du fer. Les atomes de fer sont capables de fixer l’oxygène, et cette liaison entre fer et oxygène donne l’oxyhémoglobine. L’oxyhémoglobine apparaît ainsi rouge sous l’oxydation du fer contenu dans l’hémoglobine. C’est pourquoi le sang de la plupart des vertébrés est de couleur rouge. Toutefois, tous les animaux ne possèdent pas un sang reposant sur l’hémoglobine.

structure hemoglobine

L’hémoglobine est une métalloprotéine contenant quatre atomes de fer permettant de fixer l’oxygène. L’oxydation du fer lui confère sa couleur rouge. Crédits : aboutkidshealth

Certaines espèces de scarabées, les ascidies et les holothuries, possèdent des vanadocytes : des cellules très riches en vanadium (concentration 100 fois plus importante que dans l’eau de mer) faisant office de cellules sanguines. À l’intérieur des vanadocytes se trouvent la vanabine, une métalloprotéine fixant le vanadium ; elle est également appelée hémovanadine. La vanabine ne fixe pas l’oxygène, son rôle est donc encore inconnu. Mais c’est elle qui donne une couleur vert pâle et jaune à l’hémolymphe de ces animaux.

sang vers ascidies

La vanabine est une métalloprotéine fixant le vanadium. La forme oxygénée, l’hémovanadine, confère une couleur verte ou jaune à certaines espèces d’ascidies (Didemnum molle sur la photo). Crédits : Bernard Dupont

Chez les annélides (vers marins, sangsues, etc), une grande quantité de chlorocruorine se trouve dans le plasma sanguin (et non dans les cellules sanguines elles-mêmes). C’est une métalloprotéine dont l’affinité avec l’oxygène est très faible. Lorsqu’elle est oxydée, elle apparaît verte dans des concentrations plasmatiques normales ; et rouge pâle dans des concentrations plasmatiques élevées.

Les araignées, les crustacés, les pieuvres et calmars, ainsi que certaines espèces de mollusques, ont une hémolymphe (liquide circulatoire des arthropodes) contenant de l’hémocyanine. C’est une métalloprotéine contenant du cuivre (deux cations cuivreux Cu+) permettant de lier l’oxygène. La forme oxygénée de l’hémocyanine est bleue. C’est pourquoi l’hémolymphe de ces invertébrés apparaît bleue.

sang bleu limule

L’hémocyanine est une métalloprotéine fixant l’oxygène grâce à des ions cuivreux. Sa forme oxygénée prend une couleur bleue. C’est particulièrement notable chez la limule. Crédits : Mark Thiessen

L’hémolymphe des brachiopodes et certains vers marins est constituée d’hémérythrine, une métalloprotéine oligomérique constituée de fer et assurant le transport de l’oxygène. Contrairement aux autres hémoprotéines ferriques, l’hémérythrine fixe l’oxygène en formant un complexe hydroperoxyde ROOH. Lorsque l’hémérythrine fixe l’oxygène, elle prend une couleur violet/rose violacé. L’hémolymphe de ces invertébrés apparaît donc violette.

https://trustmyscience.com/

Découverte d’un mollusque mangeur de roche pouvant modifier le cours des rivières


Les tarets sont connus pour manger du bois, ils causent bien des problèmes aux bateaux, aux quais et toutes structures de bois qui touche à l’eau en mer. Un nouveau venu a été étudié. Il semble dédaigner le bois, il préfère quelque chose de plus consistant. Ce type de taret se nourrit de roche.
Nuage


Découverte d’un mollusque mangeur de roche pouvant modifier le cours des rivières


mollusque roche

| Northeastern University

Thomas Boisson

Les tarets sont des mollusques bivalves de la famille des Terenidae se nourrissant du bois immergé dans l’eau de mer. Leur apparence vermiforme conduit les marins à les définir comme des « vers de mer » (vers de bateau, shipworms en anglais).

Récemment, une équipe de biologistes marins a pu étudier en détails la physiologie d’un taret particulier ; en effet, contrairement aux autres espèces de tarets, celui-ci ne se nourrit non pas de bois, mais de roche. Un mécanisme qui sur le long terme peut changer le cours d’une rivière.

Les tarets ont longtemps été une menace pour l’Homme, coulant des navires, minant les quais et allant même jusqu’à se frayer un chemin à travers des digues néerlandaises au milieu des années 1700. Des chercheurs ont découvert le premier taret qui évite le bois pour un régime alimentaire très différent : la roche. Le nouveau spécimen — une créature épaisse, blanche et ressemblant à un ver, et pouvant atteindre plus d’un mètre de long — vit en eau douce.

Les chercheurs ont découvert pour la première fois l’espèce (Lithoredo abatanica) en 2006 dans des tunnels de la taille d’un pouce, dans les berges calcaires de la rivière Abatan, aux Philippines. Mais ce n’est qu’en 2018 que les scientifiques ont pu étudier l’organisme en détail. Les résultats de l’étude ont été publiés dans la revue Proceedings of the Royal Society B.

Lithoredo abatanica : un taret mangeur de roche

Le taret mangeur de roches est très différent de son homologue mangeur de bois. Véritables mollusques bivalves, les tarets ont deux coquilles rétrécies qui ont été modifiées en têtes de forage. Des centaines de dents acérées et invisibles recouvrent les coquilles du taret mangeur de bois, mais le taret mangeur de roches possède simplement des dizaines de dents plus épaisses, de taille millimétrique, qui raclent la roche.

taret organisme

Morphologie de Lithoredo abatanica : a) un spécimen juvénile ; b) un spécimen adulte de petite taille ; c) un spécimen adulte de grande taille ; d) et e) palais ; f) valves ; g), h) et i) denticulations des valves. Crédits : J. Reuben Shipway et al. 2019

Les tarets stockent le bois qu’ils mangent dans un sac digestif spécial, où les bactéries le dégradent. Comme les autres tarets, le nouveau venu ingère toujours ce qu’il racle pour creuser son tunnel, mais il manque à la fois du sac et de ses bactéries et n’a probablement pas besoin de beaucoup de nourriture. Au lieu de cela, il semble s’appuyer sur d’autres bactéries résidant dans ses ouïes pour produire des nutriments ou des aliments.

Le taret mangeur de roches a cependant un gros point commun avec ses homologues mangeurs de bois : son enfouissement peut causer des dommages, dans ce cas-ci en modifiant le cours d’une rivière par le rejet de sable. Mais ses terriers ont un avantage : les crevasses qu’il crée fournissent de bonnes cachettes pour les crabes, les escargots et les poissons.

Dans cette vidéo, les chercheurs mettent en évidence le nouveau spécimen dans son habitat naturel :

Sources : Proceedings of the Royal Society B

https://trustmyscience.com

L’armée américaine veut transformer les espèces marines en espions


Et voilà nous y sommes presque, les organismes marins qui pourraient être en service de l’armé Américaine a titre d’espion. Ce qui est pire, c’est qu’il n’est pas impossible  que des poissons, coraux, crustacés, mollusques soient modifiés pour être à la hauteur de leurs demandes
Nuage

 

L’armée américaine veut transformer les espèces marines en espions

 

Le projet PALS de la DARPA

L’agence de recherche du ministère de la Défense américain veut utiliser les espèces marines pour détecter et suivre l’intrusion de véhicules sous-marins dans ses eaux.

DARPA

Par Olivier Hertel

Les militaires américains lancent un nouveau programme de surveillance très « bio ». Le but : utiliser les espèces marines comme un vaste réseau de capteurs naturels capable de détecter l’intrusion de véhicules sous-marins ennemis près des côtes.

SURVEILLANCE. Et si les poissons, les coraux, les crustacés et autres mollusques marins étaient recrutés par les militaires pour surveiller les côtes ? C’est la dernière idée de la fameuse Agence pour les projets de recherche avancée de défense (Darpa) qui dépend de l’armée américaine. Baptisé PALS pour Persistent Aquatic Living Sensors (capteurs aquatiques vivants et persistants), ce nouveau programme prévoit d’exploiter les capacités naturelles des organismes vivants pour percevoir leur environnement au profit de la surveillance et de la défense du littoral américain. Effectivement, la plupart des espèces marines sont dotées de capteurs très performants, capables de détecter un mouvement, une odeur, un bruit ou encore une silhouette, révélateurs entre autres, de la présence d’un prédateur ou d’une proie. Par exemple, les poissons disposent le long du corps, d’une ligne latérale qui leur permet de percevoir les moindres variations hydrodynamiques (vitesse, pression) du milieu ainsi que les sons (vibrations). Certaines espèces sentent d’infimes variations du champ électrique ou du champ magnétique qui les entoure.

Leur immense atout : l’ubiquité

Autant de capteurs vivants qui font rêver les militaires, non pas pour détecter des poissons, des méduses ou des poulpes, mais plutôt des mini-sous-marins autonomes ou toutes autres menaces ennemies pouvant venir de la mer. Car l’immense atout des organismes marins, c’est leur ubiquité : la vie est présente tout le temps et partout, de la surface jusqu’aux abysses. Autres avantages : elle s’adapte aux changements du milieu, ne nécessite aucun entretien et se reproduit toute seule. À l’inverse, les systèmes de surveillances conventionnels, que ce soit des microphones, des caméras, des sonars, des satellites ou encore des radars, ne peuvent être aussi exhaustifs. Ils exigent d’être constamment alimentés en énergie, entretenus voire remplacés. En plus leur mise en œuvre demande beaucoup de moyens tant humains que matériels.

“L’approche actuelle de la marine américaine pour détecter et suivre des véhicules est centrée sur le matériel et sur des ressources importantes. En conséquence, les capacités sont essentiellement utilisées à un niveau tactique pour protéger des équipements de grande valeur comme par exemple un porte-avions, et moins à un niveau stratégique, plus large,” explique, dans le communiqué de la Darpa, Lori Adornato, la chercheuse responsable du projet PALS.

La Darpa n’exclut pas de modifier des organismes vivants

La Darpa ne donne pas de détail sur les technologies qu’elle compte employer ou développer pour ce programme. Toutefois, le but annoncé est, dans un premier temps, d’évaluer les capacités de détection des organismes. Mais il faudra aussi mettre au point des technologies matériels, des logiciels, des algorithmes capables de traduire l’information provenant des organismes marins pour être en mesure de l’exploiter. La Darpa va donc commencer par analyser les variations du comportement des ces espèces face aux passages de véhicules sous-marins. Pour cela, elle prévoit de déployer un système permettant de collecter les signaux émis par les espèces intéressantes et ce jusqu’à 500 mètres de distance. Pour éviter les faux positifs, cet ensemble de capteurs biologiques et non biologiques devra non seulement détecter les objets passant dans les parages mais aussi distinguer les véhicules ciblés, de tous les débris sans intérêt ou de grosses espèces comme des requins, des lions de mers, des dauphins pouvant circuler librement dans ces mêmes eaux. L’agence américaine souhaite favoriser l’utilisation d’organismes naturels, mais n’exclut pas la possibilité de les modifier pour qu’ils correspondent à ses besoins. Cependant, elle assure que s’il devait y avoir des tests avec des organismes modifiés, ils seraient réalisés en milieu confiné. Le programme PALS devrait ainsi durer quatre ans mêlant recherche en biologie, chimie, physique, intelligence artificielle, océanographie, ingénierie etc. Le projet, annoncé début février commencera début mars par une grande réunion à Arlington (Virginie) à laquelle participeront les laboratoires et entreprises qui souhaitent faire des propositions.

https://www.sciencesetavenir.fr/

Le Saviez-Vous ► Quel est le plus vieil animal sur Terre ?


Certains animaux ont une longévité plus grande que l’humain pouvant aller de plus de 100 voir même plusieurs milliers d’années. Chose étonnante, ceux-ci viennent tous dans des milieux aquatiques
Nuage

 

Quel est le plus vieil animal sur Terre ?

 

Xavier Demeersman
Journaliste


 

Qui, du règne animal, est le champion de la longévité ? Certainement pas l’Homme, dont le plus vieux représentant fut la célèbre Jeanne Calment, décédée à 122 ans. Plusieurs candidats sont en lice et tous, ou presque, évoluent dans un milieu aquatique.

Malheureusement menacé d’extinction, l’esturgeon (Acipenser sturio) est un poisson qui peut atteindre de grandes tailles et vivre plus de 100 ans. Le plus vieux spécimen connu, repéré en 2012 dans le Wisconsin, avait 125 ans.

 

l’hoplostète orange

Plus vieux encore, il y a l’hoplostète orange (Hoplostethus atlanticus), connu aussi sous le nom d’Empereur, un poisson des profondeurs marines (entre 900 et 1.800 m) pouvant peser jusqu’à 7 kg et abondamment pêché. Son espérance de vie peut dépasser 150 ans. Le plus âgé connu avait atteint 149 ans.

 

Panope du Pacifique

D’un âge équivalent, la panope du Pacifique (panopea abrupta) est un mollusque bivalve vivant dans le sable qui possède une coquille de 15 à 20 cm de long et un siphon d’un mètre. Le plus âgé connu allait sur ses 168 ans.

 

Lamellibrachia luymesi

Dans les abysses, Lamellibrachia luymesi, une espèce de vers tubulaires à la croissance lente, friande d’eau froide et surtout d’hydrocarbures, peut vivre jusqu’à 170 ans, selon les spécialistes.

oursin rouge géant

Toujours sous l’eau, l’oursin rouge géant (Strongylocentrotus franciscanus ou Mesocentrotus franciscanus), dont le diamètre approche les 20 cm, peut atteindre, pour certains cas trouvés dans les eaux froides du Pacifique, 200 ans.

baleine boréale

La baleine boréale peut vivre plus de 200 ans

Beaucoup plus grande, la baleine boréale (Balaena mysticetus) qui affectionne les eaux froides de l’Arctique peut aisément vivre plus de deux siècles. Dans les années 2000, un spécimen chassé a été estimé à quelque 211 ans. On a trouvé dans sa graisse un projectile datant de 1879. C’est donc le plus vieux mammifère connu vivant sur la Planète bleue.

moule perlière

Surexploitée et aujourd’hui en voie d’extinction faute de protection suffisante, la moule perlière (Margaritifera margaritifera) qui abondait autrefois dans les rivières d’eau douce du nord, a une espérance de vie supérieure à 200 ans. Certaines ont un âge qui a été estimé à plus de 250 ans.

La tortue géante Jonathan

Vivant sur terre et dans l’eau, les tortues géantes (Aldabrachelys gigantea) ont aussi une longévité impressionnante. Habitant sur l’île volcanique de Sainte-Hélène dans l’océan Atlantique sud, Jonathan, le plus âgé de son espèce a soufflé ses 183 bougies en janvier 2016. Il va très bien et conserve un bon appétit.

 

À gauche : Jonathan en 2016, âgé de 183 ans, nourri par le docteur Joe Hollins sur la pelouse de la maison du gouverneur ; à droite : Jonathan en 1900. Il était alors âgé de 67 ans. © British Veterinary Association, BNPS

À gauche : Jonathan en 2016, âgé de 183 ans, nourri par le docteur Joe Hollins sur la pelouse de la maison du gouverneur ; à droite : Jonathan en 1900. Il était alors âgé de 67 ans. © British Veterinary Association, BNPS

 

Ming la palourde, tuée par l’Homme à 507 ans

Turritopsis dohrnii

Nonobstant Turritopsis dohrnii, une petite méduse d’un centimètre de diamètre originaire de Méditerranée qui a la faculté de rajeunir en cas de manque de nourriture – ou autres stress -, la plus vieille créature connue sur Terre était Ming la palourde.

La palourde Ming était le plus vieil animal connu sur Terre. Au nombre de ses cernes, son âge a été estimé à 507 ans. Elle fut malencontreusement tuée par les scientifiques qui voulaient l’étudier en 2006. © Alan D Wanamaker Jr, Jan Heinemeier, James D Scourse, Christopher A Richardson, Paul G Butler, Jón Eiríksson, Karen Luise Knudsen

Cette quahorg nordique ou praire d’Islande (Arctica islandica) porte ce nom en référence à la dynastie Ming, qui régnait en Chine lorsqu’elle a vu le jour. Malheureusement, en 2006, elle fut tuée par les scientifiques qui l’ont ouverte pour l’étudier. Née en 1499, elle venait d’avoir 507 ans. Sans doute qu’il en existe d’autres, d’âge similaire, qui n’ont pas encore été découvertes.

 

Éponge Hexactinellida

Des éponges âgées de 23.000 ans ?

Le record absolu revient sans doute à plusieurs espèces d’éponges qui vivent en colonies, notamment Hexactinellida, datées de 15.000 ans et Scolymastra joubini, qui aurait 23.000 ans.

Autrement, il existe aussi des animaux qui ont la faculté de ressusciter tels les rotifères, après dessiccation, manque d’oxygène ou par congélation…

https://www.futura-sciences