L’autisme, une maladie qui n’a pas de sens


Peut-être dans un très proche avenir, qu’il sera possible d’obtenir un traitement pour les enfants autismes qui ont des troubles sensoriels. En effet des spécialistes français, sont une piste qui semble fonctionner pour que l’enfant aient un comportement  »normal »
Nuage

 

L’autisme, une maladie qui n’a pas de sens

 

Les troubles du spectre autistique touchent plus de 650 000 patients en France. ©Phovoir

Les troubles du spectre autistique touchent plus de 650 000 patients en France. ©Phovoir

Près de 90% des enfants autistes présentent des troubles sensoriels. Touché, ouïe, vue, gout, odorat, les informations en provenance des 5 sens ne sont pas intégrées correctement dans le cerveau. Voilà qui explique des attitudes souvent inappropriées voire violentes. Pour la première fois des chercheurs français sont parvenus à comprendre ce processus et ont même découvert une molécule pouvant inverser ces effets et rétablir un comportement « normal ».

Les troubles du spectre autistique (TSA) touchent plus de 650 000 patients en France. Des estimations récentes suggèrent qu’un enfant sur 68 est concerné par cette maladie. Une large majorité de ces jeunes malades est touchée par des problèmes sensoriels. En fait, les anomalies proviennent du fait que les informations périphériques, que ce soit du touché, de l’ouïe ou encore de la vision, ne sont pas intégrées ou organisées correctement dans le cerveau.

« Par exemple, au supermarché, de simples lumières fluorescentes peuvent être une expérience sensorielle aversive », expliquent les chercheurs de l’Unité INSERM 862 « Neurocentre Magendie » (Bordeaux).

Ces derniers ont ainsi montré que des souris atteintes du syndrome de l’X fragile (une pathologie apparentée), présentent des anomalies dans la façon dont les informations sont traitées par le néocortex. C’est cette partie du cerveau qui est responsable entre autres de la perception sensorielle. Chez les rongeurs malades, ce néocortex est anormalement excité en réponse à des stimulations sensorielles tactiles.

Explication : certains canaux ioniques, c’est-à-dire les molécules qui déterminent la façon dont les neurones traitent les signaux électriques, se montrent « défaillants dans le compartiment dendritique ». C’est cette structure qui intègre les informations et qui se comporte véritablement comme le « cerveau » des neurones.

En utilisant une molécule pharmacologique capable de mimer le mécanisme en jeu, les scientifiques  sont parvenus à corriger cette « hyperexcitabilité néocorticale et les anomalies de l’intégration neuronale ». Une découverte, somme toute préliminaire, mais qui devrait aider à mieux comprendre les troubles du spectre autistique et représente un pas supplémentaire vers un éventuel traitement.

https://destinationsante.com/

La comète Tchourioumov-Guérassimenko ne sent pas bon


En somme, nous n’avons pas vraiment intérêt à sentir une comète qui ne semble pas dégager une odeur très agréable. Espérons que la parfumerie, ne sera pas tenter de créer un parfum au nom de la comète Tchourioumov-Guérassimenko.
Nuage

 

La comète Tchourioumov-Guérassimenko ne sent pas bon

 

La comète Tchourioumov-Guérassimenko prise en photo par le robot... (PHOTO AGENCE FRANCE-PRESSE)

La comète Tchourioumov-Guérassimenko prise en photo par le robot Philae.

PHOTO AGENCE FRANCE-PRESSE

Agence France-Presse
Paris

Odeur d’oeufs pourris, d’écurie, relent d’alcool… La comète Tchourioumov-Guérassimenko qu’escorte Rosetta ne sentirait vraiment pas bon, si l’on en croit le «nez» de la sonde européenne.

Parmi ses instruments, Rosetta dispose en effet d’un spectromètre, «Rosina», capable d’étudier la composition de la chevelure de la comète, constituée des gaz et poussières éjectés du noyau sous l’effet du rayonnement solaire.

Même si la comète est encore à plus de 400 millions de kilomètres du Soleil, l’instrument a déjà pu reconnaître toute une série de molécules. Dans un premier temps, elle a détecté de l’eau, du monoxyde de carbone, du dioxyde de carbone, de l’ammoniaque, du méthane et du méthanol.

Elle a ensuite trouvé du formaldéhyde, de l’hydrogène sulfuré, du cyanure d’hydrogène, du dioxyde de soufre et du sulfure de carbone, a annoncé l’Agence spatiale européenne (ESA) sur le blogue de la mission Rosetta.

«Le parfum de la comète Tchourioumov-Guérassimenko est plutôt fort, avec une odeur d’oeufs pourris (hydrogène sulfuré), d’écurie (ammoniaque) et l’odeur âcre, suffocante du formaldéhyde», décrit Kathrin Altwegg, principale responsable de l’instrument Rosina. «Tout ça mélangé avec l’arôme d’amande amère du cyanure d’hydrogène».

«Ajoutez un relent d’alcool (méthanol) à ce mélange, associé à l’arôme vinaigré du dioxyde de soufre, et un soupçon du parfum doux et aromatique du sulfure de carbone, et vous arrivez au «parfum» de votre comète», explique Kathrin Altwegg.

Au-delà de l’aspect anecdotique, «tout ça fait un mélange extrêmement intéressant d’un point de vue scientifique pour étudier l’origine des matériaux de notre Système solaire, la formation de notre Terre et l’origine de la vie», souligne-t-elle.

La sonde Rosetta doit accompagner la comète au moins jusqu’à son passage au plus près du Soleil, en août 2015.

Le 12 novembre prochain, l’ESA tentera de faire atterrir sur le noyau de la comète un robot laboratoire, Philae, une première dans l’histoire de l’exploration spatiale.

http://www.lapresse.ca

Le Saiez-vous ► Quels sont les plus grands mots dans les dictionnaires internationaux ?


Je pense que plusieurs ont appris que le mot français le plus long était anticonstitutionnellement. Oui c’est un long mot, mais en médecine ou en chimie, ils en existent encore plus long et que dire dans d’autres pays …
Nuage

 

Quels sont les plus grands mots dans les dictionnaires internationaux ?

 

Par clo

On vous l’a fait cent fois quand vous étiez écolier : le mot le plus long en français serait anticonstitutionnellement (25 lettres).

Pas trop mal, mais ridicule par rapport aux Allemands, quand on connaît leurs capacités d’agglutination des suffixes. Par exemple, en 1999, le parlement de Poméranie a débattu d’un projet de loi sur le transfert des obligations de surveillance de l’étiquetage de la viande bovine appelé en toute simplicité Rindflei­schetike­ttierung­süberwachu­ngsaufga­benübertragu­ngsgeset­z (63 lettres).

Même Mary Poppins, auteur de la célèbre formule supercalifragililisticexpialidocious (34 lettres)aurait eu du mal à le prononcer ! Toutefois, ce qu’on ne disait pas quand on était petit, c’est qu’il existe des mots bien pire qu’anticonstitutionnellement, mais qu’ils ne figuraient pas dans les dictionnaires usuels.

Pour une vrai bonne pêche au mots géants, c’est dans les lexiques de médecine qu’il faut aller chercher.

Quoi de plus basique que le mot caca, par exemple, l’un des premier mots que l’enfantarticule ?

Et pourtant, le terme exact pour signifier la peur de la constipation est le suivant : apopathodiaphulatophobie (24 lettres).

Mieux : l’une des radiographies pratiquées sous la moelle épinière porte le joli nom de myélosaccoradiculographie (25 lettres).

Si c’est l’appareil intestinal que vous explorez, vous gagnerez encore 3 lettres en pratiquant une œsophagogastroduodenoscopie (28 lettres). Remarquez qu’en découpant le mot correctement, on comprend les composantes.

Et si ces nombres vertigineux ne vous font pas peur, peut-être vous sentirez-vous de taille à lire le mot désignant la peur du nombre 666 l’hexakosioihexekontahexaphobie (29 lettres).

La toponymie offre également de beaux spécimens exotiques, comme le village mexicain de Parangaricutirimicuaro (22 lettres), la bourgade hollandaise de Gasselterboerveenschemond (26 lettres) ou le lac américain Chargogg­agoggman­chauggag­oggchaub­unagunga­maugg (45 lettres).

Le pays de Galles fait encore plus fort avec la ville de llanfair­pwllgwyn­gyllgoge­rychwyrn­drobwlll­lantysil­iogogogo­ch (58 lettres), ou encore ce nom de gare, à peu près aussi long que le quai : Gorsafaw­ddacha’i­draigoda­nheddogl­eddollônpenrhyn­arerdrae­thceredi­gion (68 lettres).

Mais le record mondial est détenu par une colline de la Nouvelle-Zélande, affublée du sobriquet de Taumataw­hakatang­ihangako­auauotam­ateaturi­pukakapi­kimaunga­horonuku­pokaiwhe­nuakitan­atahu (85 lettres).

Mais c’est de la triche me direz-vous : en matière de nom propre, on peut toujours inventer plus long et plus compliqué sans se plier aux règles linguistiques, et puis, ce ne sont pas des mots français…

D’accord, revenons au français, mais ouvrons cette fois un manuel de chimie. Nous y trouverons par exemple un gaz lacrymogène appelé CS de son nom de scène, mais qui dans le privé, s’appelle orthochlorobenzalmalononitrile (30 lettres).

Quant à la bête vitamine B (riboflavine pour les intimes), si elle déclinait son identité complète, elle se révèlerait sous l’appellation de chlorure d’aminométhylpyri­midinylh­ydroxyth­ylméthythiaz­olium (49 lettres), ce qui mériterait bien un passeport néo-zélandais.

À partir de là, rien n’empêche les chimistes d’inventer des molécules complexes… et donc les mots à rallonge infinis qui les désignent. Un exemple extrême ? La molécule codifiée C1289H2051N343O375S8 : si elle était écrite en toutes lettres, elle occuperait pas moins de 1 878 lettres… La preuve ? Methionyl­glutamin­ylarginy­ltyrosyl­glutamyl­serylleu­cylpheny­alanylal­anylglut­aminylle­ucyllysy­lglutamy­larginyl­lysyglut­amylgycy­lalanylp­henylala­nylvalyl­prolylph­enylalan­ylvalylt­hreonyll­eucylgly­cylaspar­tylproly­lglycyll­isoleucy­lglutamy­lglutami­nylseryl­leucylly­sylisole­ucylaspa­rtylthre­onylleuc­ylisoleu­cylgluta­mylalany­lglycyla­lanylasp­artylala­nylleucy­lglutamy­lleucylg­lycyliso­leucylpr­olylphen­ylalanyl­serylasp­artylpro­lylleucy­lalanyla­spartylg­lycylpro­lylthreo­nylisole­ucylglut­aminylas­paraginy­lalanylt­hreonyll­eucylarg­inylalan­ylphenyl­alanylal­anylalan­ylglycyl­valylthr­eonylpro­lylalany­lglutami­nylcyste­inylphen­ylalanyl­glutamyl­methiony­lleucyla­lanylleu­cylisole­ucylargi­nylgluta­minyllys­ylhistid­ylprolyl­threonyl­isoleucy­lprolyli­soleucyl­glycylle­ucylleuc­ylmethio­nyltyros­ylalanyl­asparagi­nylleucy­lvalylph­enylalan­ylaspara­ginyllys­ylglycyl­isoleucy­lasparty­lglutamy­lphenyla­lanyltyr­osylalan­ylglutam­inylcyst­einylglu­tamyllys­ylvalylg­lycylval­ylaspart­ylsrylva­lylleucy­lvalylal­anylaspa­rtylvaly­lprolylv­alylglut­aminylgl­utamylse­rylalany­lprolylp­henylala­nylargin­ylglutam­inylalan­ylalanyl­leucylar­ginylhis­tidylasp­araginyl­valylala­nylproly­lisoleuc­ylphenyl­alanylis­oleucylc­ysteinyl­prolylpr­olylaspa­rtylalan­ylaspart­ylaspart­ylaspart­ylleucyl­leucylar­ginylglu­taminyli­soleucyl­alanylse­ryltyros­ylglycyl­arginylg­lycyltyr­osylthre­onyltyro­sylleucy­lleucyls­erylargi­nylalany­lglycylv­alylthre­onylglyc­ylalanyl­glutamyl­asparagi­nylargin­ylalanyl­alanylle­ucylleuc­yllysylg­lutamylt­yrosylas­paraginy­lalanyla­lanylpro­lylproly­lleucylg­lutaminy­lglycylp­henylala­nylglysy­lisoleuc­ylseryla­lanylpro­lylaspar­tylgluta­minylval­yllysyla­lanylala­nylisole­ucylaspa­rtylalan­ylglycyl­alanylal­anylglyc­ylalanyl­isoleucy­lserylgl­ycylsery­lalanyli­soleucyl­valyllys­ylisoleu­cylisole­ucylglut­amylglut­aminylhi­stidylas­paraginy­lisoleuc­ylglutam­ylprolyl­glutamyl­lsylmeth­ionylleu­cylalany­lalanyll­eucyllys­ylvalylp­henylala­nylvalyl­glutamin­ylprolyl­methiony­llysylal­anylalan­ylthreon­ylarginy­lserine.

Qui dit mieux ?

http://omnilogie.fr

Souffrez-vous de chocolatomanie?


J’avoue ne pas être trop chocolat, malgré que je ne dédaigne pas un carré de bon chocolat de qualité mais pas pour exagérer alors que pour la majorité semble t’il cela peut-être une  dépendance du genre un carré et c’est la boite qui suit
Nuage


 

Souffrez-vous de chocolatomanie?

 

 

© Shutterstock

Avez-vous du mal à résister aux chocolats qui envahissent les rayons pour Pâques?

Si la simple vue des chocolats vous fait saliver et que vous ne pouvez résister à l’envie d’en consommer, vous souffrez peut-être de chocolatomanie.

En d’autres termes, vous êtes accro au chocolat, comme la majorité des consommateurs.

Une étude parue sur le site de TopSanté explique pourquoi cette dépendance peut être si forte.

En fait, le cacao contient au moins 500 molécules différentes, et plusieurs d’entre elles ont des propriétés psychoactives.

C’est le cas notamment de la théobromine, de la caféine, de la phényléthylamine, du magnésium et de la sérotonine.

Cela expliquerait également pourquoi nous sommes encore plus portés à manger du chocolat en cas de fatigue, de stress et d’anxiété. Par exemple, la sérotonine agit comme un antidépresseur.

Et n’oublions pas le plaisir gustatif important qui vient avec la consommation de chocolat!

http://sante.canoe.com

Un senseur en papier qui détecte le VIH pour 10 cents?


Ca se peux-tu que des savants vont inventer quelque chose qui sera plus qu’,abordable et facile d’utilisation pour détecter certaines maladies graves ? Imaginez l’argent économiser en prélèvement a l’hôpital autant en argent qu’en temps … !!!
Nuage

 

Un senseur en papier qui détecte le VIH pour 10 cents?

image:http://assets.branchez-vous.net/admin/images/techno/origamisensor.jpg

La détection des maladies infectieuses, comme la malaria ou le VIH, requiert souvent des tests coûteux et complexes qui posent de nombreux problèmes, surtout dans les pays en voie de développement. Une équipe de l’Université du Texas a développé un senseur en papier plié, inspiré de l’art asiatique de l’origami, qui permettra de faire le travail en un rien de temps… Et à un prix dérisoire.

Grâce à sa configuration 3D, le senseur en papier plié offre plusieurs surfaces sur lesquelles on peut tester la présence de multiples molécules indicatrices de la présence d’une infection, mais aussi du diabète, etc. Le principe s’apparente à celui des tests de grossesse à domicile: une petite quantité de salive, de sang ou d’urine se mélange à un réactif enchâssé dans le papier, et on obtient un signal qui annonce la présence ou l’absence d’une maladie en quelques minutes.

Le prototype, qui teste la présence de glucose et d’une protéine simple, peut être fabriqué avec une imprimante de bureau ordinaire et plié en moins d’une minute, sans outil ni expertise particulière. Le produit fini pourrait facilement être fabriqué sur place, dans les pays où il serait utilisé, et coûter moins de 10 cents l’unité.

Les chercheurs ont aussi développé une méthode qui intègre une pile simple à base de papier d’aluminium à leur prototype. Les électrolytes présents dans l’urine activent cette batterie, qui peut alors alimenter des tests qui requièrent un peu d’énergie.

Source: Université du Texas, via PhysOrg.
Photo:
Alex Wang, Université du Texas.

http://www.branchez-vous.com

Un nouvel appareil indolore contre le cancer de la peau


La technologie fait des grands pas dans le diagnostics du cancer de la peau, qui jusqu’ici quand il était déclaré, le cancer avait fait beaucoup de ravages …
Il sera probablement plus vite soigner avec ce nouveau moyen
Nuage


Un nouvel appareil indolore contre le cancer de la peau

Un nouvel appareil indolore contre le cancer de la peau

Un mélanome sur la peau d’une personne atteinte du cancer

Photo: AP

Agence France-Presse

Un nouvel appareil, appelé Verisante Aura, vient d’être lancé au Canada, il permet de déterminer si un grain de beauté suspect est un mélanome en quelques secondes. Il pourrait ainsi aider les dermatologues à sauver des vies, et, bonus de taille, sans douleur ni biopsie.

Jusqu’à présent, il fallait obligatoirement qu’un dermatologue examine le grain de beauté suspecté de mélanome, la forme la plus létale de cancer de la peau, pour établir si une biopsie était nécessaire. Les patients dont le mélanome n’est pas traité à temps voient leur espérance de vie réduite à moins d’un an, la pression est donc forte pour les médecins qui doivent établir le bon diagnostic rapidement.

Pour faciliter le diagnostic, il suffit de tenir le Verisante Aura à proximité du grain de beauté. Grâce à une technique appelée la spectroscopie Raman, qui distingue les vibrations de différentes molécules, reconnaissant ainsi les concentrations de molécules qui caractérisent le mélanome. Développé par des chercheurs de la British Columbia Cancer Agency, l’appareil vient de recevoir l’aval de Santé Canada pour sa commercialisation, selon une annonce de l’entreprise le 19 octobre. Verisante voudrait aussi s’implanter en Europe et en Australie d’ici la fin de l’année, et en a fait la demande auprès des autorités.

Elle prévoit ensuite d’obtenir le feu vert de la Food and Drug Administration pour une commercialisation aux États-Unis. Parmi les dernières innovations dans le domaine de la détection du cancer de la peau, on note une appli iPhone appelée FotoFinder, annoncée le 20 octobre. Ce nouveau service permet aux médecins de charger des photos de grains de beauté grossis vingt fois afin d’en référer à des spécialistes internationaux du cancer de la peau, permettant ainsi aux patients d’avoir le point de vue d’autres experts n’importe où dans le monde.

 

 

http://www.cyberpresse.ca