57 millions d’enfants toujours privés d’école dans le monde


Le droit à l’éducation, aux soins de santé, a des endroits sanitaires et de l’eau potable ne devraient pas être discutable, mais bien une obligation pour tous. Malheureusement, certains sont exclus pour plusieurs raisons comme la pauvreté, être une fille, handicapé, en zone de conflits … etc Ce sont des droits que plus 57 millions d’enfants n’ont pas accès
Nuage

 

57 millions d’enfants toujours privés d’école dans le monde

 

© epa.

Source: Belga

Quelque 57 millions d’enfants à travers le monde n’ont toujours pas accès à l’éducation, rappelle lundi le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) dans le cadre de la journée internationale des droits de l’enfant.

A cette occasion, la sportive Nafissatou Thiam et l’acteur et présentateur flamand Tom Waes se prêtent au rôle d’ambassadeurs.

« Bien que les droits de l’enfant aient beaucoup progressé ces dernières années, il reste encore de nombreux défis à relever », souligne la championne d’heptathlon dans un clip vidéo de l’Unicef.

Certains enfants sont en effet plus vulnérables et risquent plus facilement d’être exclus de l’école. Il s’agit des filles, des enfants pauvres ou porteurs d’un handicap, ou encore de ceux issus de minorités ethniques.

D’autres se voient par ailleurs privés d’éducation en raison de catastrophes naturelles ou de conflits armés. En 2016, par exemple, plus de la moitié des déplacés à la suite des violences de Boko Haram au Tchad étaient des enfants, pointe l’Unicef sur son site. Or, l’éducation apporte une stabilité nécessaire aux enfants qui vivent dans des conditions difficiles et doivent parfois surmonter des traumatismes.

C’est pourquoi, le Fonds pour l’éducation de l’Unicef collabore avec les gouvernements pour éviter que les écoles ne soient prises de force par des groupes armés lors de conflits. Il aménage également des salles de classe temporaires pour faire face aux catastrophes naturelles. L’installation de sanitaires et l’accès à l’eau potable dans les établissements scolaires sont un autre moyen de garder les enfants à l’école.

« Tous les enfants, où qu’ils vivent, ont le droit de bénéficier d’une éducation de qualité », conclut l’organisme.

http://www.7sur7.be/

Les bébés blancs minoritaires aux États-Unis


Ce que j’aime depuis que j’habite dans l’Outaouais c’est de rencontrer plusieurs ethnies, c’est une belle richesse de pouvoir échanger, mentalité, cuisine, mode de vie, (je ne parle pas ceux qui font le trouble) Aux USA, les naissances ethniques sont plus nombreuses .. certains vont argumenter qu’ils sont envahi par les étrangers .. mais pour qu’une société existe il faut des bébés .. pas de bébés pas de relève ..
Nuage

 

Les bébés blancs minoritaires aux États-Unis

 

Hier, pour la première fois de l’Histoire des États-Unis, les données officielles ont révélé que les bébés noirs, asiatiques, latinos et multiethniques comptent pour 50,4% des naissances.

PHOTO: LUCAS JACKSON, ARCHIVES REUTERS

Nicolas Bérubé

La Presse

(Los Angeles) Pour la première fois, les bébés issus de minorités ethniques sont plus nombreux que les bébés blancs aux États-Unis.

Au centre hospitalier Hollywood Presbyterian, les nouveau-nés latinos, noirs et asiatiques sont beaucoup plus nombreux que les bébés blancs.

«Cela reflète la démographie du quartier, explique Mel Canlas, responsable des communications de l’établissement. Quand vous êtes à Los Angeles, vous vivez dans une société où les différents groupes ethniques forment une partie importante de la population.»

Hier, pour la première fois de l’histoire des États-Unis, les données officielles ont révélé que les bébés noirs, asiatiques, latinos et multiethniques comptent pour 50,4% des naissances. Majoritaires depuis la fondation du pays, en 1776, les nouveau-nés blancs font désormais partie de la minorité.

Le recensement fédéral montre que 2,02 millions de bébés issus des minorités ethniques sont nés dans l’année qui s’est terminée le 1er juillet 2011, soit légèrement plus de la moitié des naissances. En 1990, les minorités ethniques ne représentaient que 37% du total des naissances.

Roderick Harrison, sociologue à l’Université Howard et ancien statisticien au Bureau du recensement, a noté qu’il s’agissait d’un changement important dans la société américaine.

«C’est un moment historique, a-t-il confié à l’Associated Press. La jeune génération actuelle grandit en étant bien plus habituée à une population multiethnique que les générations précédentes.»

Sur le plan national, les États-Unis comptent 114,1 millions de citoyens issus des minorités ethniques, ce qui représente 36,6% de la population totale, qui s’établissait à près de 312 millions de personnes en 2011. Entre 2000 et 2010, 92% de l’augmentation de la population américaine est venue des minorités ethniques.

Toujours plus de citoyens blancs

Avec 49,6% des naissances, les Blancs représentent toujours le groupe ethnique le plus nombreux. Quelque 63% de la population totale américaine est blanche.

Or, les citoyens issus des différentes minorités ethniques sont en moyenne plus jeunes et ont des familles plus nombreuses que les Blancs. Les hispanophones, notamment, ont un âge médian de 27 ans, contre 42 ans pour les Blancs non hispaniques.

Les citoyens blancs deviendront minoritaires aux États-Unis au cours des prochaines décennies, probablement après 2040, selon plusieurs projections.

Actuellement, les Latino-Américains constituent la minorité ethnique la plus importante, avec 52 millions de citoyens en 2011, une hausse de 3% par rapport à l’année précédente. On compte 4,8 millions d’hispanophones dans la région de L.A., la plus grande concentration aux États-Unis.

Pour Mme Canlas, il est encourageant de voir que les États-Unis avancent tranquillement vers une société où être «différent» sera la norme.

«Nous ne vivons plus dans un modèle monolithique. Notre pays a été bâti par des immigrants, c’est le modèle d’une société multiple que nous développons tant bien que mal depuis longtemps. En tant que citoyenne non blanche, je trouve que c’est une source d’inspiration et de richesse de voir le pays se transformer.»

http://www.lapresse.ca